Dans la petite ville d'Aster Cove, des choses étranges se passent...

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 (Jandy) Another one bites the dust

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack Spencer-Kane
(Jandy) Another one bites the dust JCmvZYa
Messages : 255
Emploi : lycéen, membre du club d'audio-visuel, co-capitaine de l'équipe de crosse
Sur ton walkman : bronski beat, smalltown boy - frankie goes to hollywood, relax
MessageSujet: (Jandy) Another one bites the dust   (Jandy) Another one bites the dust EmptyJeu 3 Jan - 20:17

Vendredi 18 Octobre 1985

La BM avait cette odeur mentholée, vous savez? L’odeur inévitable que les choses chères ont quand on roule avec passé quarante ans. Incroyable que Papa ne mette pas les pieds dedans, Jack prit une grande inspiration et tourna d’un coup de volant expert. Pour beaucoup de choses Jack n’était pas doué mais conduire, c’était le meilleur moyen de canaliser le chien constamment en train d’aboyer au fond de sa cabosse. Le bruit des graviers sous les roues tira les deux garçons de la torpeur installée depuis déjà bien cinq cent mètres alors qu’ils s’enfonçaient dans les terres. Jack quittait le frein à main une seconde pour trouver les boutons de réglage de l’autoradio: « Bordel, qui choisit leurs chansons de merde là, on veut faire de la route nous. Pas dépérir. »

Andrea était sur le siège passager. Le porte-clé de Jack, avec une figure déformée du fantôme dans le film du même nom affublé d’un S.O.S traînait sur le pare-brise et faisait des dégringolades à chaque virage. Jack n’avait pas tourné la tête une seule fois mais il fallait dire que la scène d’introduction avait été remarquable. En fait il ne savait pas trop comment ni pourquoi ils avaient fini dans cette situation, sinon que ça avait commencé par une étoile en sucre proposée par Andrea. Comme l’étoile en question avait eu l’effet d’une piqûre de rappel du désastre de la Battue, Jack avait fini par proposer de le faire grimper à bord de sa BM.



Pour ce qui était de s’éloigner de la ville pour aller vers Lost Pine sans se montrer le moins du monde raisonnable, l’explication demeurait floue. Jack lui en devait une selon la logique de Jack, il avait aussi deux lampes torches et un pied de biche dans le coffre, de quoi justifier une escapade carabinée aux anxiétés. Kane était persuadé que tout le long du voyage les genoux de Ferretti n’avaient pas arrêté de remuer nerveusement après que Kane ait expliqué qu’il n’avait rien de mieux à faire et que: Si Ferretti continuait à passer ses nuits à psychoter, il perdrait sans doute la boule comme lui l’avait fait dans la brume.



Maintenant la radio passait "Another one bites the dust" de Queen, Jack tapait sur le volant en rythme, c’était sans compter le très inattendu: « Et donc, c’est qui McKinnon pour toi du coup? Ton cousin ou j’sais pas, le fils de ta tante... Ah mais j’suis con c’est la même... » La fin de sa phrase fut aspirée au fond de sa gorge, il garda le sourire enfoncé sur ses joues, qui se tordait sur les bords.

_________________

( You've ever been to Portland ? )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea Ferretti
(Jandy) Another one bites the dust Tumblr_inline_pdnlaaiedq1vdiecd_1280
Messages : 101
Emploi : Homme à tout faire dans la petite pâtisserie de sa mère.
Sur ton walkman : Queen - Under Pressure, en duo avec David Bowie, évidemment.
MessageSujet: Re: (Jandy) Another one bites the dust   (Jandy) Another one bites the dust EmptyMer 23 Jan - 21:25

Andrea se demande un instant comment il a pu atterrir dans cette voiture - une BMW, un modèle dans lequel il n’est jamais monté, et en plus avec Jack Spencer-Kane au volant. La situation, aussi improbable soit-elle, a le don de l’amuser et de lui changer les idées. Si Andy avait retrouvé ces esprits, ces derniers temps, les choses n’étaient pas plus claires. Rien n’était clair, à vrai dire : la battue n’avait rien donnée, Camden n’était pas de retour, et personne n’avait de réponse. Il y avait bien eu des retours, à nouveau, des disparus réapparus, de mystérieux miracles. Monsieur Caldwell, Madame Kane… Andy jette un coup d’oeil au conducteur de la voiture, s’enfonçant un peu plus dans le fauteuil passager. Les questions sur le bout de la langue, le pâtissier se contente de les ravaler alors que Jack s’acharnait sur la radio. « Laisse, je vais le faire. Et tu râles pas, c’est moi qui choisis. » Il se met alors à bidouiller, passant de station en station, alternant entre le bruit blanc et chansons des années soixante, jusqu’à tomber sur quelque chose d’un peu plus rock’n’roll. Andy cale son bras sur l’accoudoir de la portière, observant la forêt qui s’approche enfin.

Tout ça pour une étoile en sucre. Une étoile en sucre et tout ce qu’il y a derrière, tout ce qui traîne depuis des semaines, tout ce qu’il se passe dans le noir sans que personne ne dise rien. Toutes les rumeurs, les blessures, les bêtes non-identifiées qui respirent dans la brume. En y pensant, un frisson le parcourt, remonte le long de son dos, glisse le long de son bras, et il est incapable de rester immobile. Il soupire, s’agite, s’installe un peu mieux dans le fauteuil confortable et finit par croiser les bras, presque agacé, impatient d’arriver, de savoir. Seul Queen parvint un instant à canaliser l’énergie - la fatigue - qui ne cessait de parcourir ses jambes, de faire sauter ses genoux. Andy se mit à fredonner, tranquillement, regardant par la fenêtre, par le par-brise, par la fenêtre à nouveau. C’est la question de Jack qui coupe court à son petit manège et Andrea le fixe un instant, se rendant compte que Jack ne sait rien et que seule Reese est au courant. L’idée même que Camden soit son cousin lui tire un rire franc qui éclate dans l’habitacle, qui en entraîne un autre, puis un autre avant qu’il n’arrive à se calmer. « Non, Camden n’est pas mon… cousin. Les seuls cousins que j’ai son en Italie et je les ai jamais rencontrés. »

Encore amusé, Andy finit par secouer la tête, par frotter son visage de ses paumes - la barbe qu’il a oublié de raser lui pique les mains et il soupire. « On peut dire que c’est un ami. Ou un peu plus qu’un ami. On avait prévu notre premier rendez-vous mais il a disparu avant. » Du coin de l’oeil, Andrea guette la réaction du lycéen. Si Reese est son amie, si elle est ouverte d’esprit, il ne sait pas ce qu’il en est de Jack - il ne craint pourtant pas son jugement. Plus maintenant, plus depuis qu’il sait, ou qu’il commence à savoir ce qu’il se passe dans cette ville - qu’il commence à deviner, tenter de deviner, à écouter ce qu’il se dit à droite à gauche. « Comment va ta mère ? » La question, subitement, est sérieuse et concernée. S’il n’a pas eu le temps de beaucoup parler avec Jack - s’il n’a jamais vraiment parlé avec Jack, à vrai dire, comme il le faudrait - il a entendu les comptes rendus de la battue au Sweet Tea, rattrapant tout ce qu’il avait loupé. Un bref instant, la brûlure contre son mollet se réveille et il secoue sa jambe, discrètement. « Et je t’ai pas demandé mais toi, comment ça va ? » Il ne formule pas ce qu’il y a derrière ce point d’interrogation. Andrea se contente de regarder le conducteur, si jeune, trop jeune certainement pour être tiré au milieu de tout ça, foutu là entre les disparitions et les retours inopinés, inattendus. Au milieu des monstres invisibles et des fantômes qui réapparaissent à l’improviste.

_________________
The nitrogen in our DNA, the calcium in our teeth, the iron in our blood, the carbon in our apple pies were made in the interiors of collapsing stars. We are made of starstuff.. — •• CARL SAGAN

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Spencer-Kane
(Jandy) Another one bites the dust JCmvZYa
Messages : 255
Emploi : lycéen, membre du club d'audio-visuel, co-capitaine de l'équipe de crosse
Sur ton walkman : bronski beat, smalltown boy - frankie goes to hollywood, relax
MessageSujet: Re: (Jandy) Another one bites the dust   (Jandy) Another one bites the dust EmptySam 26 Jan - 22:49

Dans les films, quand les personnages montent en voiture ça se finit rarement bien. Les bagnoles ont une sorte d’identité prédéfinie dans le script, l’instrument de la débâcle, l’outil de la tragédie, en général elles finissent dans le fossé. Jack se demande pourquoi il n’y a pas plus de scènes comme celles-ci avec deux abrutis dans une BM, les mains moites et les questions personnelles catapultées en mentos dans du coca-cola. Il hoche la tête en suivant les réponses d’Andrea, même si d’un coup il se tourne vers lui et manque d’appuyer sur le frein par réflexe. Ça alors! Est tout ce qui lui tourne dans la tête, il a failli caler mais entre temps les muscles de ses bras se sont complètement détendus. Il a senti les propos de Ferretti lui rebondir dans les oreilles mais depuis quelques temps, il en connaissait un rayon sur le sujet et il était du genre à plus se la fermer que d’habitude.

Il ne lui parlerait pas de Wesley, non pas que c’était tabou mais ça aurait été limite. D’abord parce que la sexualité de Wesley était un sujet qu’il avait arrêté d’aborder après que Jack se soit interposé entre deux gars et lui, manquant de se refaire péter le nez, ensuite parce que c’était probablement pas avec ce genre de conversations qu’ils allaient briser la glace. Enfin peut-être que si, mais Jack n’était pas dans son élément, il ne faisait pas ça: La causette. Kenny se serait foutu de sa gueule. Il était plus du genre à écouter les gens parler, à ruminer dans sa barbe, c’était son truc parce qu’il ne comprenait pas la moitié de ce qu’il se passait dans sa vie. Il trouvait ça déstabilisant que quelqu’un lui fasse la conversation. Pas étonnant que lui et Reese fassent les quatre cent coups ensemble.

Quand il abordait la battue, Jack se concentra davantage sur la route - Il entendait toute l’empathie d’Andrea Ferretti déborder et se caler entre leurs genoux à tous les deux, rien de dangereux ou quoi, mais il ne su d’abord pas comment réagir. Il pouvait en dire trop ou pas assez, c’était à lui de décider, lui qui n’aurait pas adressé la parole à Ferretti si Wallis n’avait pas été dans les parages. Maintenant que la brume était retombée, tout était différent. Jack déglutit:  « Elle se repose enfin… Si tu peux appeler faire du repassage se reposer, c’était un peu bizarre après la quarantaine mais je crois qu’elle va mieux. » Il glisse les yeux sur le compteur une seconde. Il s’est dérobé, ça ne l’étonne pas vraiment, il n’a pas grand chose à dire en dehors de: Je préfère écouter de la musique plutôt que parler à ma mère. « J’ai l’impression qu’elle s’en fout totalement… » Ça ressemble à un murmure mais la phrase est passée au dessus de la musique sans mal. « …Et donc, ton copain, tu comptes l’emmener où quand on l’aura retrouvé? »

_________________

( You've ever been to Portland ? )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (Jandy) Another one bites the dust   (Jandy) Another one bites the dust Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
(Jandy) Another one bites the dust
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)
» Mes autres univers
» Dust Off
» Demande de partenariat par fiche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aster Cove :: Quartier Sud :: Forêt de Lost Pine-
Sauter vers: