Dans la petite ville d'Aster Cove, des choses étranges se passent...

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Event #6 - Battues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Admin
ASTER_COVE
Messages : 433
MessageSujet: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyDim 21 Oct - 20:30



       
Un long soupir s’échappe des lèvres du shérif tandis qu’il avise l’assemblée des participants. C’est la seizième fois qu’il organise ce genre d’événement depuis le début de sa carrière. C’est la seizième fois qu’il se voit contraint de demander de l’aide à la population en trois ans. Trois ans. Dix-huit disparus. Les noms sont gravés dans son esprit comme autant d’échecs et il a l’amère sensation qu’il s’apprête une fois de plus à sentir l’étau de la frustration enserrer son cœur. C’est pourtant avec une détermination sans faille qu’il se tient devant ses habitants, devant ces gens qu’il a juré de protéger et qu’il ne parvient à retrouver que trop tard, coupés en deux ou sauvés par un étrange coup du sort. Il n’a pas le droit de faiblir. Ses convictions ne doivent pas vaciller. Il est le chef de l’autorité, ici. Il est cette constante, depuis trente longues années, le garant d’une paix qu’il a eu la naïveté de penser immuable. Il est le capitaine de ce navire, et il ne le laissera pas couler sans lui.

Il s’avance et se racle bruyamment la gorge pour attirer l’attention. Ses mains réajustent machinalement son chapeau sur ses cheveux gris. Un brin de nervosité bat en son cœur tandis qu’il balaye la troupe de sa lampe.

« Bonsoir à tous et à toutes. Merci d’être là en ce début de soirée. Je vais être concis et clair, si vous avez des questions n’hésitez pas. »

Dans son dos, les vagues mangent le sable pâle, leur chuchotement interrompu uniquement par le clapotis de l’eau contre les bateaux amarrés là. Il poursuit :

« Bartholomew Caldwell et Camden McKinnon ont disparu depuis une période indéterminée. On ne les a pas vu respectivement depuis le deux et le huit septembre. L’objectif de cette battue est de tenter de les retrouver. Tout le monde a une lampe torche ? »

Les faisceaux lumineux ondulent sur la mer. Il hoche la tête, satisfait.

« Nous avancerons par lignes. Tout le monde garde les personnes à sa droite et à sa gauche en vue, on avance en quadrillant chaque zone avec attention. Si quelqu’un trouve quoique ce soit d’intéressant, criez-le et si vous entendez quelqu’un crier, transmettez le. Des agents sont présents non loin de vous : ils vous rejoindront le plus vite possible, pareil si vous avez un problème. Si vous vous perdez, criez. Ne vous éloignez jamais de nous et si vous ne voyez plus les autres, arrêtez-vous et criez : le but est de chercher les disparus, pas vous. Compris ? »

Un soupir lui échappe à nouveau tandis que les têtes se hochent. Il se tourne vers l’immensité de la plage, déserte et inquiétante. Sa lampe crée des ombres fantomatiques sur le sable gris.

« C’est parti. »


L'assistant surmené du shériff a écrit:

Vous voici à l’une des deux battues organisées à Aster Cove ce soir. Si vous avez plus de 25 ans, vous pouvez également vous rendre à celle de la forêt de Lost Pine, plus dangereuse le suspecte-t-on.

La police étant consciente qu’un meurtrier sévit sans doute dans la ville, les agents sont présents nombreux et vous n’aurez aucun mal à les contacter en cas de besoin.

Vous avez été invités à vous retrouver à la crique ou à Lost Pine à 18h30, afin que tous les travailleurs et lycéens puissent s'y rendre !

Battue de la Crique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com
Royce Standall
Event #6 - Battues Z2np
Messages : 341
Emploi : 10th grade
Sur ton walkman : Perfect day - Lou Reed
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyDim 21 Oct - 21:46


Battue
Everybody

Tu t'étais pris deux claques ce matin. Respectivement de ton père et ta mère ! C'était une première, et tu n'avais même pas bronché... C'était avec un regard déçu et froid que tu les avais regardé de la tête aux pieds, ton expression mauvaise amplifiée par tes cheveux complètement bousillés. C'est en effet ainsi que tu t'étais montré à eux afin de prendre ton petit déjeuné habituel dans la cuisine. Ton crâne était parsemé de trous découpé brutalement aux ciseaux. Quelques secondes seulement t'avaient suffi à mettre cette oeuvre d'art sur pied, et pour cause ? Une simple et viscérale envie de cracher sur l'image de tes parents. Les choses empiraient à Aster Cove... Tes soeurs n'avaient toujours pas été retrouvées, perdues par l'unique faute de tes putains de parents ! D'autres victimes étaient venus grossir les rangs -dont le si cher monsieur Caldwell-.

La découverte d'une lettre non envoyée de ta mère, adressée respectueusement à votre ancien jardinier monsieur Bloomingdale n'avait pas aidé à te faire ressentir une quelconque pitié pour le couple Standall... Ta mère avait eu une liaison avec un gosse de dix-huit ans ! Tu aurais presque vomi à la lecture de ce torchon... Ta seule envie -et première pensée que tu n'avais jamais eue- était de les détruire. Tu souhaitais juste leur faire chier, tel le bon petit adolescent en pleine crise que tu n'avais pas eue !

Deux bonnes claques, un discours moraliste et des pleurs avaient suivi ton massacre capillaire. "Que vont penser les gens ?", "tu sais quelle image nous devons montrer dans cette ville ." Des mots ridicules que tu avais à peine écoutés... De toute façon, il était question ce soir de te rendre à la fameuse battue afin de retrouver ton professeur. Cette même battue à laquelle tes parents t'avaient formellement interdit de participer...

Ta mère avait tant bien que mal tenté de réparer ton horrible crâne, coupant doucement les touffes de cheveux que tu n'avais pas arrachés afin de garder une longueur homogène... Elle t'avait de même prié de porter un bonnet, ce à quoi tu n'avais évidemment pas répondu... Tu te contentas de partir au lycée nonchalamment, attendant tranquillement la fin de journée sans prêter attention aux regards étranges que tu engendrais dans les couloirs.

Tu n'avais même pas pris la peine de rentrer chez toi le soir-même, te dirigeant simplement vers la crique où avait lieu la battue... Tu avais été l'un des premiers arrivants, attendant ainsi bêtement dans le sable que le shérif pointe le bout de son nez.

Un frisson d'excitation t'avait ainsi parcouru le corps en écoutant le discours du policier. C'était une première, et tu n'avais jamais été aussi proche de trouver des réponses !
Made by Neon Demon

_________________
boys don't cry ♫
It's such a perfect day, I'm glad I spend it with you... Oh such a perfect day... You just keep me hanging on....
c by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyLun 22 Oct - 10:01

BattuesGroupe
You may bury my body down by the highway side. So my old evil spirit can get  a Greyhound bus and ride ( → Me and the Devil ) •••

La nouvelle lui avait littéralement coupé les jambes. Debout au comptoir du dinner, Joshua avait regardé sans le voir l'avis de recherche de Bart, publié en une de l'Aster Cover. Ca ne pouvait qu'être le fruit d'une mauvaise plaisanterie n'est-ce pas ? Une foutue blague. Il avait déjà vécu ça et la sensation que l'histoire était en train de se répéter lui avait laissé un goût amer dans la bouche. N'était-il destiné qu'à voir ses amis disparaître les uns après les autres sans pouvoir rien faire ? Il se souvenait de sa dernière entrevue avec l'homme, se rappelant avec un frisson désagréable, du sujet de leur conversation. Ils avaient discuté de Lost Pine, de ce que l'avenir leur réservait. Joshua culpabilisait presque du ton faussement tranquille qu'il avait adopté ce jour là. Traumatisme avait-il dit. Et si Bart avait eut raison ? Et s'il avait finalement eut tort de ne pas le croire ? Son ami avait raison sur toute la ligne et il avait mis ses peurs de côté au sacro-saint nom de la rationalité.

C'était plein de remord qu'il s'était montré à la crique, englouti dans un par-dessus presque trop grand pour lui, mains fourrés dans les poches, agrippées sur sa lampe torche. La besace qu'il tenait cette fois sur l'épaule était fournie de bien plus de choses que des maigres effets qu'il avait emporté les dernières fois. Et si l'un de ses policiers se mettait en tête de vouloir y jeter un œil, il serait servi. Mais Lost Pine était encore trop frais dans sa mémoire. Et c'était d'ailleurs pour cette raison qu'il n'était pas là-bas ce soir. Il avait bien essayé de s'y rendre. Mais sitôt que la cime des arbres avait commencé à se découper sur le ciel au crépuscule, des images avaient ressurgit de sa mémoire et il avait dû s'arrêter sur le bas côté, le cœur au bord des lèvres. Il avait bon dos l'aventurier sans peur, trop effrayé pour faire l'effort d'aider un ami. Mais il n'abandonnait pas n'est-ce pas ? C'était pour ça qu'il s'était rendu à la crique, non ?

L'entrée en matière du shérif avait le mérite d'être parfaitement claire. Aussi se contenta-t-il de hocher la tête, l'air austère. Combien de fois devraient-ils se retrouver pour s'adonner à cette tâche lugubre ? Le malheur semblait s'accrocher à cette ville comme la misère sur le monde et il se sentait impuissant face à tout ça. Les volontaires s'étaient rassemblés silencieusement, ballet de flash sur le sable humide, leurs visages éclairés par le faisceau des lampes torche. Comme pour se donner du courage, il lança un coup d'oeil à sa droite et à sa gauche, pour visualiser ses voisins d'infortune. Le môme Standall se tenait juste à côté, l'air presque aussi renfrogné que lui.

« Je ne te demande pas si tu es sensé te trouver là ? »
marmonna-t-il entre ses dents, tentative malheureuse pour détendre l'atmosphère déjà trop lourde

 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Ange Delacourt
Event #6 - Battues Tumblr_pkwjkeFPHw1vibyp0o1_400
Messages : 710
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyLun 22 Oct - 14:09










Les disparitions, tu n’y avais jamais vraiment fait attention. Parfois, tu entendais la voix railleuse de Théodore qui murmurait ses inquiétudes dans sa barbe. La radio était toujours allumée, chez les Mathieu. Il t’arrivait de tendre l’oreille, distraite, mais sans jamais t’attarder plus que ça. Jusqu’au jour où ces deux noms ont fait frissonner tes tympans. Bartholomew Caldwell. Camden McKinnon. Ton héros et ton fantôme.

Tu avais beau avoir une relation encore tendue avec Cam, l’annonce de sa disparition t’a saisit au coeur. Malgré toute cette histoire avec Jonah, malgré la distance, malgré le mutisme dans lequel vous vous êtes terrer ces dernières années, tu ressentais le besoin de le retrouver. Parce qu’après tout, il restait ton ami. Probablement le premier d’une courte lignée.

Une cravate. Avec ta première paye, tu avais pris la décision d’acheter un cadeau pour ton sauveur du lycée. Tu avais passé tout l’été à réfléchir, sans jamais être satisfaite de tes idées. Au final, tu avais fini par acheter du tissu et fabriquer cette simple cravate, bordeaux, avec les initiales du professeur cousus dans un petit coin discret. Tu l’avais mise dans une belle boite, avec un beau ruban et une carte pour accompagner le tout. Et voilà que ton paquet prenait la poussière sans que tu ne puisses l’accepter.

D’ordinaire, tu ne te mêlais pas à ce genre de choses. Ton tempérament pessimiste voulait que tu considères qu’une disparition n’était qu’une manière d’enjoliver la dure réalité de la mort. Mais pas cette fois. Tu avais enfilé ta veste porte bonheur -celle donnée par Monsieur Caldwell le jour où il m’a sauvé-, un briquet dans les poches, les cheveux attachés en tresses bien serrées et la grosse lampe torche que tu tenais comme la plus tranchante des épées. Théodore t’a regardé partir, avec ton sac-à-dos et ton air décidé. Avant de traverser le seuil de la porte, tu as cru entendre un “Bonne chance, Kid” mais quand tu t’es retourné, il était déjà partit se terrer sur son canapé sans mot. Tu te doutais bien qu’une fois que tu auras le dos tourné, il partirait en vitesse rejoindre la troupe des adultes, à Lost Pine.

La crique est un endroit où tu viens souvent avec tes “rencards de la honte”. Ces garçons qui refusent de te voir comme une vraie fille mais qui ne se gênent pas pour enfoncer leurs langues dans ta bouche. Ce soir, tu n’étais pas là pour combler ton vide affectif mais bien pour sauver tes proches. Tu n’avais pas le temps de penser à ce genre de choses.

Le petit groupe commence à grossir, tu peux même apercevoir le rejeton des Standall. Sa dégaine t’arrache un sourire. Toi qui l’avait toujours trouvé trop parfait pour un gosse, tu aimais bien le petit air rebelle qui planait sur son visage. Tu restais un peu en retrait, mais pas trop, attentive aux paroles du chef de battue. Ne t’inquiète pas, Ange. Je sais bien que tu n’es pas très optimiste mais on va les retrouver.


_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyLun 22 Oct - 17:02

Je lâche le guidon de mon vélo, je suis vautré sur ma selle depuis déjà quinze minutes, mais j’ai arrêté de regarder ma montre quand je suis arrivé devant la maison de Georgie, tout à l’heure il m’a demandé de l’attendre sur le trottoir d’en face et de ne pas me faire remarquer, je sais pourquoi il a dit ça, son père me déteste et m’en collerait sûrement une s’il me voyait attendre devant chez eux. Alors pour une fois j’obéis, parce que je ne veux pas que les représailles tombent sur Georgie, mais j’ai froid parce que je ne bouge plus depuis longtemps. Dès que le vent souffle, j’ai l’impression qu’il va sous mon pull et mon corps frémis mais avec un peu de chance, ça va me rendre malade et je n’irai pas en cours cette semaine.

J’arrête de rêvasser, quelqu’un vient de passer devant la fenêtre, mais puisque l’ombre est si grande, c’est sûrement le père de mon meilleur ami, je mordille l’intérieur de ma joue en détournant le regard, je viens rarement jusqu’ici parce que Georgie ne veut jamais que je vienne justement, toujours à cause de son père. Je suis encore en train de me perdre dans d’autres pensées quand au même moment, une porte s’ouvre. Je me redresse et mes doigts retournent sur mon guidon, c’est lui. Georgie se dépêche de partir de chez lui, je hisse mon pied sur ma pédale et je m’élance en m’aidant du second, mes roues descendent du trottoir d’en face et je traverse la route sans regarder si une voiture arrive, un jour, il y en a une qui me percutera sûrement parce que je ne regarde jamais. J’espère que je vais me réveiller si ça arrive, et apprendre de mes erreurs.

Je freine quand ma roue avant arrive au bord du caniveau et je me lève de ma scelle, je pose mes deux pieds par terre, je lui demande de grimper sur mon guidon, ça ira, nous pouvons rouler comme ça, c’est pas la première fois que nous le faisons.

Je repose mes fesses sur ma selle et je regarde par-dessus l’épaule de Georgie pour continuer de voir ou je vais.
C’est encore plus désagréable maintenant quand le vent s’engouffre dans mon pull, parce que nous bougeons et même si le dos de mon meilleur ami est vautré sur mon épaule pour ne pas basculer trop d’un côté ou trop de l’autre, sa chaleur ne suffit pas à me tenir chaud. Mais son odeur grimpe jusqu’à mon nez et imprègne mes fringues. Je lui demande plusieurs fois si ça va, s’il est bien installé (je me doute que non, pas trop) et j’accélère dès qu’une voiture passe à côté de nous en klaxonnant, je roulais au milieu de la route mais je me suis poussé pour qu’elle puisse nous dépasser.

Je laisse Georgie descendre du guidon, nous sommes à l’arrêt et j’ai mes deux pieds par terre pour tenir le vélo pendant qu’il se laisse tomber de là.
Il y a déjà quelques faisceaux de lumières qui dansent au milieu de la crique, j’ai l’impression qu’il y a déjà beaucoup de monde, c’est cool, pensais-je. Je laisse tomber mon vélo à nos pieds, je réajuste mon sac à dos sur mes épaules et je mets ma capuche sur ma tête pour couvrir mes boucles brunes, épaisses, qui sentent encore mon dernier shampooing.
Je jette quelques coups d’œil derrière moi pour regarder si quelqu’un arrive après nous, Georgie est devant, c’est lui qui arrive avant moi au milieu des autres habitants. Je me retourne et je regarde le dos de mon meilleur ami mais seulement quelques secondes, je baisse déjà la tête pour regarder ma lampe torche, j’écrase le bouton et elle s’allume. Je relève le menton et je regarde autour de nous, Georgie a reconnu Royce le premier, moi j’ai surtout remarqué l’immense gars à côté de lui, c’est Joshua. Il y a quelques jours il m’a choppé au poste de police. Va-t-il encore me parler de ça ? Je croise Joshua à chaque fois que je suis en train de faire une connerie, alors pour une fois, ça change.

- On est là.

Dis-je à mon autre meilleur ami, Royce, quand j’arrive à côté de lui, mais ce n’est pas un « on est là » au cas où il n’aurait pas remarqué qu’on étaient là, c’est plutôt un « je vois bien que quelque chose ne va pas, on est là tu sais ? T’es pas tout seul, tu seras jamais tout seul » et je me garde bien de faire un commentaire sur l’état de ses cheveux, mais je trouve que ça lui va bien.
Je lève les yeux pour regarder l’adulte à côté de Royce, et je dis « comme on se retrouve » à Joshua et je réprime un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Jaewoon Bong
Event #6 - Battues 0bfc
Messages : 199
Emploi : 12th grade/ vendeur au disqu'ère
Sur ton walkman : Never Ending Story - Limahl
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyLun 22 Oct - 19:54





Event #6 - Battues

I destroy my ennemies

La nouvelle avait rapidement fait le tour d'Aster Cove. D'abord des chuchotements, puis finalement la disparition de Monsieur Caldwell et de Camden avait inondé les journaux et les murs de la ville. Le professeur, en dehors du lycée je ne le connaissais pas vraiment. C'était un adulte plutôt cool même si je trouvais ces cours difficiles. Je connaissais plus Camden. Le violoniste était venu me voir au disquaire et on avait parlé un peu. Derrière son visage impassible se cachait un garçon très sympathique. Alors la nouvelle de sa disparition m'avait un peu choqué.
J'avais repensé à l'attaque de ces créatures dans le centre commercial avec Royce. Et si ces bêtes les avaient emmenés ? On ne savait pas, peut être qu'elles étaient capable d'évoluer et de kidnapper des humains ? En me remémorant leur gueule d'aveugle et leur bouche affreuse, je ne pouvais décemment pas laisser Camden entre leurs mains. Alors quand une battu avait été annoncé je m'étais promis d'y aller.
J'avais donc informé mon patron que je n'allai pas venir travailler après les cours. Lui expliquant honnêtement, ce que je comptais faire à la place. Et non me la couler douce chez moi contrairement à ce qu'il pourrait penser. Il avait été compréhensif et m'avait demandé d'être prudent. Hum, cette fois ci je ne comptais pas seulement me promener avec un miroir dans ma poche. J'avais donc fait un saut chez moi pour me changer puis vider mon sac à dos pour le remplir d'un couteau de cuisine, d'une lampe torche et d'une boîte de gâteaux que je volais dans le placard. Ayant noté que ces créatures n'aimaient pas les chaussures, j'en mettais deux-trois paires dedans. Piquant des escarpins à talons à ma mère qu'elle ne mettait de toute façon jamais. Heureusement qu'elle n'était pas encore rentré du travail pour voir ce que je faisais. C'était sur et certains qu'elle ne m'aurait pas laissé partir à la recherche des disparus.

Une fois prêt, je sortais de chez moi et montait sur mon vélo, pédalant en direction de la crique. Une fois arrivé, j'apercevoir que certains cyclistes étaient déjà là. Je laissais le mien au même endroit et sortais la lampe torche de mon sac avant de rejoindre le groupe qui s'était déjà formé face au shérif. J'apercevais Royce - qui avait perdu tous ses cheveux - et lui faisais un petit signe de la main. Je voyais aussi Ange dans la petite foule et exécutait le même geste. Quelques minutes plus tard, le shérif donnait ses instructions. Est ce que j'avais peur ? Bien évidemment. Je serrai comme un dingue la lampe torche entre mes mains. Je n'avais pas envie de me faire dévorer. Qui savait ce qui pouvait sortir du sable ou même de l'eau ?

☾ anesidora

_________________
Sometimes, I get scared, I’m afraid of tomorrow
So I wordlessly wander around alone ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com/t612-jaewoon-le-timide
Andrea Ferretti
Event #6 - Battues Tumblr_inline_pdnlaaiedq1vdiecd_1280
Messages : 97
Emploi : Homme à tout faire dans la petite pâtisserie de sa mère.
Sur ton walkman : Queen - Under Pressure, en duo avec David Bowie, évidemment.
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyLun 22 Oct - 21:00


Bien sûr qu’il va y aller. Andrea a hésité un heure, peut-être plus, avant de s’habiller - d’enfiler son vieux sweat-shirt, rabattant la capuche sur ses cheveux mal coiffés. Une heure, avant de sortir de la maison, de monter dans la voiture et de se mettre enfin en route. Sa mère et sa soeur n’ont rien osé dire devant sa mine dépitée. Il avait traversé différentes humeurs, au fil de la journée, différentes humeurs depuis l’annonce de la battue : de la colère à l’anxiété, de l’impatience au découragement. Il est persuadé de ne rien trouver ce soir - peut-être est-ce la tristesse qui parle, l’inquiétude ; peut-être est-ce quelque chose d’autre, qu’il est incapable de nommer. Depuis combien de temps Camden a-t-il disparu ?

Andrea n’est pas bien sûr du nombre exacte - d’heures, de jours, de semaines, peut-être. Il n’arrive pas à ce souvenir, pas ce soir. Son esprit est plus clair, le matin, quand il s’éveille. Il ne dort plus, ces derniers temps. Il ne dort plus et entend des choses : de la musique, des mélodies, du violon et de la guitare. Il entend parfois son nom, et d’autres murmures qu’il ne saurait distinguer. Et puis il y a les ombres, ces maudites ombres, ces silhouettes familières qui se promènent dans sa chambre, qui se baladent dans le Sweet Tea avant l’ouverture, qui se découpent dans l’encadrement d’une fenêtre. Il se demande, parfois, s’il ne devient pas fou.

Julia et Teo l’ont regardé partir, inquiètes, toutes les deux. Andrea ne quitte jamais le Sweet Tea avant la fermeture, même si les tables sont vides à cause de la battue. Elles ont vu les cernes se creuser sous les yeux ternes d’Andy ; elles l’ont entendu se retourner ces dernières nuits, incapable qu’il était de retrouver le sommeil. Julia a proposé de le conduire ; il a refusé.

Et le trajet lui fait du bien, lui rafraîchit les idées. L’air s’est enfin adouci et il garde la vitre baissée. Les autres voitures se dessinent à l’horizon et l’atmosphère se charge d’une note salée. Qu’est-ce que je fous là ? La question lui traverse l’esprit comme un éclair. Au même instant, le sourire de Camden lui passe devant les yeux. Si les jours lui échappent, Andrea se souvient parfaitement de la dernière fois qu’ils se sont vus. Du rendez-vous qu’ils avaient planifié - un cinéma et un dîner, rien que tous les deux. Andy secoue la tête et se gare. Il ne peut pas penser à ça - pas maintenant, où il sera incapable de se concentrer de la soirée.

Il attrape sa lampe torche et trottine jusqu’au groupe déjà réuni. Le shérif termine son discours - Andrea est en retard et il rabat un peu mieux sa capuche sur son front. Il aperçoit, du coin de l’oeil, des visages connus : Royce, Ange, Jaewoon… L’envie de les saluer le traverse mais il n’est pas certaine de savoir quoi dire. Un peu plus loin, Jake, le frère de Camden, parle avec des inconnus sans l’avoir vu et Andy baisse la tête, serrant sa lampe à s’en blanchir les phalanges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyMer 24 Oct - 6:40

Il y a encore quelques frites dans le fond de mon assiette, je frotte mes doigts sur ma serviette en papier et je la froisse dans ma paume après, j’attrape mon gobelet et j’approche la paille de mes lèvres pour avaler quelques gorgées de soda. Le garçon à côté de moi ricane à cause de la blague graveleuse de notre pote vautré en face de nous, je détourne les yeux pour les regarder tous les deux, d’abord l’un, ensuite l’autre et je repose mon gobelet entre mon assiette et celle de mon ami.

- J’y vais, les gars.

Dis-je, le garçon à côté de moi se redresse et se lève de la banquette pour que je puisse sortir mais je ne me lève pas maintenant, je fouille dans mes poches pour sortir des billets, nous payons individuellement notre consommation à chaque fois que nous allons ici.
Je laisse tomber les billets près de mon gobelet, mes amis me disent au revoir, il y en a un qui me demande de lui téléphoner demain et je secoue la tête, puis je m’écarte. Mais je ne sors pas encore, une dernière chose... je ralentis devant le comptoir et je regarde le gérant du dinner, il est en train de me sourire, je m’arrête et je le regarde.

- Tu y vas toi aussi ?

A-t-il demandé, je secoue la tête au lieu de dire oui.

- Sois prudent gamin.
- Passez une bonne soirée, j’ai laissé l’argent sur la table.
- Merci Braden, à bientôt.

Il fait déjà nuit alors je tâte dans mes poches pour trouver mes clés, je les sors de là et j’ouvre la portière. J’ai espéré qu’il fasse un peu plus chaud à l’intérieur de ma voiture mais pas vraiment alors je réajuste le col de mon blouson autour de ma nuque et j’allume le chauffage quand le moteur ronronne enfin.
Quand j’écrase gentiment la pédale d’accélération sous mon pied, j’ai l’impression que la chair autour de mon genou se durcit et se serre, il y a une sensation oppressante qui naît dans ma cuisse. Je ne suis pas supposé conduire, pas si tôt, mais je ne suis pas supposé faire du sport non plus, pourtant je continue, plusieurs heures par semaines. Mais conduire c’est certainement ce qu’il y a encore de pire, plusieurs fois sur la route je fais quelques écarts avec la voiture à cause de ma jambe, j’ai des crampes. Quand j’arrive, quelqu’un descend de son vélo. Je me gare à côté, j’éteins mes phares, j’ai eu le temps de reconnaître Jaewoon. Je n’ai pas parlé avec ce garçon depuis des années, est-ce que s’échanger quelques sympathies de temps en temps ça compte vraiment ? Nous étions presque des amis quand nous étions petits.

La portière arrière claque et la voiture tremble, j’ai sûrement fermé un peu trop fort.

J’ai ramassé mon sac à dos à l’arrière, j’enfonce mes clés dans la serrure, je donne un tour dedans et les portières se verrouilles automatiquement. Je vérifie quand même (au cas où) en tirant sur la poignée mais c’est bon, la voiture reste fermée.
J’arrive au bord de l’eau, tellement de gens y sont déjà et le shérif donne des consignes, j’ai raté le début ? je laisse tombé mes clés dans le fond de mon sac et je le relance sur mes épaules pour débarrasser mes mains, même si dans ma paume gauche je serre le manche de ma lampe torche. Je l’allume pendant que je m’enfonce dans la foule et je m’arrête à côté du cycliste, je tourne la tête et je le regarde.

- Bonsoir Jaewoon.

Dis-je dès que le shérif ne parle plus, ma voix danse au milieu de celle des autres parce que le reste de la foule discute à voix basse.

- Tu ne bossais pas ce soir ?

Je suis au courant pour son job étudiant, c’est pas lui qui m’en a parlé mais j’ai croisé quelqu’un qui me l’a dit. Alors, je lui pose la question.
Revenir en haut Aller en bas
Therese Wallis
Event #6 - Battues Tumblr_pkeraauYMq1sqy44eo2_400
Messages : 113
Emploi : 12th grade, employée au drive-in.
Sur ton walkman : BLACK SABBATH - paranoid ; AEROSMITH - dream on ; SUPERTRAMP - breakfast in america.
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyMer 24 Oct - 8:58

Cette fois, elle n’a pas manqué le coche. Reese manque un soupir de soulagement en voyant la foule assemblée au bord de la crique, et enfonce ses clés de voiture au fond de ses poches. Ils sont nombreux, ce soir, et sûrement plus encore à l’orée de la forêt de Lost Pine ; elle a entendu son père, au téléphone, arranger les transports avec ses collègues, voitures combles, plaisanter gravement au sujet d’un mini-bus, “en espérant qu’il n’y ait pas de prochaine”. Ces deux nouvelles disparitions, si proches, ont provoqué l’effroi. Aster Cove peinait à faire la paix avec ses vieux démons, à démêler les fils des seize premières tragédies, et voilà que le Destin frappe, replonge la ville dans l’enfer d’il y a deux ans. Ce n’est pas fini, semble leur dire l’univers, Dieu, la grande roue, peu importe l’entité ou même son nom. Ça n’a jamais été fini, plutôt. Il n’y a qu’à voir le redoublement de violence de Holland, ressuscité des morts, la fébrilité constante, l’idiotie virulente de Kane. Les fantômes sont bien trop tangibles dans la ville, et pourtant aucune véritable réponse encore. Seules les rumeurs courent, s’attellent à maintenir les blessures ouvertes, saillantes, offertes aux éléments.

« On se voit plus tard », lui fait son frère, et il file rejoindre sa bande sans plus de procès, la laissant seule -elle n'a pas réussi à joindre Andy ou même les geeks à l'exception de Sasha, qui tournait déjà de l'oeil rien qu'à l'idée d'aller remuer de nouveau la porte des enfers. Puis Reese a manqué de composer son numéro à lui, le combiné en suspens ; une brève seconde, avant de mettre fin à ses hésitations en raccrochant. Elle n'est pas censée connaître le numéro des Kane, pas censée parler à Kane, et encore moins lui demander s'il sera de la partie, lui aussi.

Au bord de la crique la majorité sont des mômes, des lycéens, des étudiants et des infirmes jugés inaptes à Lost Pine. Le shérif et les agents de police, même ce journaliste dont elle a oublié le nom, ont pour l'occasion des airs de nounous. Reese arrête là ses regards, écoute, attend ; puis Ferretti arrive, seul lui aussi. Bien sûr, qu'il est venu. Elle s'approche, fait un détour par l'arrière de la foule, se greffe à la grande silhouette du pâtissier. « Salut. » Elle ne lui offre pas de sourire : ce n'est pas son genre, d'abord, et les circonstances sont plutôt mal choisies. Les cernes d’Andy sont violacées, sous ses yeux sombres, plus que la dernière fois qu'ils se sont vus. « Teo est pas venue ? » Elle enfonce ses mains dans ses poches, et l'observe. Il n'a vraiment pas l'air bien.  Alors elle farfouille un instant dans les poches de sa veste en jean, et en sort un réglisse. « Tiens. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Walter Bishop
Messages : 174
Emploi : Assistant du shérif
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyMer 24 Oct - 14:55

Les bras croisés, l'air renfrogné. La mine défaite, les traits tirés. Walter Bishop écoute ce discours reçu trop de fois auparavant et les images d'un passé redouté se superposent à celles d'aujourd'hui. Les visages changent, les noms se mélangent sur les avis de recherche qui tapissent la ville et la contrariété est absolue sur les traits de l'adjoint du shérif. Il voudrait que ces jours maudits ne soient jamais revenus, mais à mesure que son patron et ami récite les mots trop connus, la réalité s'imprime dans toute son horreur.

Bartholomew Caldwell et Camden McKinnon ont disparu. Trois ans auparavant, c'était son tour. Les poings de Walter se serrent un peu plus qu'ils ne le sont déjà et son regard se fait plus sévère encore. Ce soir, le gentil flic est au placard.

« Vous avez entendu le shérif ? Je veux pas en voir un seul sortir du rang. »

Un instant, le sourire d'Evie s'imprime dans son esprit et Walter ne peut s'empêcher de se répéter à quel point il aurait voulu pouvoir être avec elle, ce soir. C'est qu'il a peur, Walter. Il sait qu'on ne peut rien contre ces disparitions et malgré ses efforts, il ne peut se dire qu'il s'agit là de l'oeuvre d'un quelconque être humain. Ce qui agit dans l'ombre est bien pire, et les hurlements de douleur de Béatrice Kane le lui rappellent soudain violemment. Ses traits se crispent, suivis de près par tous ses muscles. Heureusement, c'est l'instant que choisit le groupe pour se mettre en route, lui offrant une opportunité qu'il ne ratera pas. Les démons auront bien le temps de le hanter ce soir, lorsqu'il dormira sur le canapé. Il ne doute pas qu'ils seront au rendez-vous, comme toutes les nuits depuis un an.

La sensation désagréable d'être en danger ne le quitte pas et à mesure que s'entame la marche, ses pensées défilent vers Evie, toute seule dans Lost Pine. Walter sait bien qu'elle sera entourée de tant de policiers qu'elle ne risquera certainement rien, mais il a peur. Il a peur pour elle et pour l'enfant qu'elle porte, pour chacune de ses mèches enflammées et pour ce sourire goguenard qu'elle lui adresse parfois lorsqu'elle se moque de lui et de ses manières. Il a peur pour tout ce qu'elle est et pour tout ce qu'elle deviendra. La savoir ailleurs, loin de lui dans ces temps dangereux, lui coûte plus qu'il ne l'avouera jamais. Il lui en veut, d'ailleurs, d'avoir refusé de venir avec lui, alors qu'il se devait d'être en poste. Il lui en veut suffisamment pour l'avoir mise au vert et retardé leur lune de miel. Il sait bien que Camden compte énormément pour Evie, mais Walter sait aussi qu'ils ne le retrouveront ni à la crique, ni dans les bois. Ou alors il sera trop tard pour lui. Un coup d'oeil rageur est envoyé vers les flots tandis qu'il se retient de retourner à sa voiture pour aller kidnapper sa femme. Elle l'énerve, Evie la libérée, Evie la sauvage, qui ne se laisse jamais dompter, pas même lorsqu'il essaye de toutes ses forces. Elle l'énerve, et il dormira sur le canapé pendant au moins toute la semaine, si ce n'est davantage. La savoir loin de lui est intenable. Il se montrera d'autant plus dur avec tous ceux qui traîneront dans les parages. Le moindre faux pas, le moindre écart, et les adolescents d'Aster Cove découvriront que sous les traits du gentil adjoint se cache quelqu'un qu'ils n'ont pas l'envie de croiser. Surtout pas de nuit. Surtout pas lorsque l'horreur rôde aux alentours.

Personne n'a envie de lui tenir la main ce soir. Et il n'a envie de la tenir à personne. Mais si cela s'avère nécessaire, s'il doit en humilier un ou deux pour que tous se tiennent tranquilles, alors il le fera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
River O'Leary
Event #6 - Battues Giphy
Messages : 286
Emploi : Assistante de direction dans l'entreprise familiale
Sur ton walkman : Lionel Richie - All night long
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyMer 24 Oct - 16:26

    « River. Il faudra que tu prennes connaissance des commandes des Prescott sur les cinq dernières années. On approche de la période de l'année où ils rafraîchissent leurs chalutiers. Tu seras présente à l'entretien. J'attends de toi que tu ais une parfaite connaissance du dossier. J'aurais aussi besoin que du jette un œil au dernier projet de marketing. »

    Je retenais un soupir avant de rajouter ces nouvelles demandes à la liste déjà beaucoup trop longue inscrite sur mon carnet. Mon oncle essayait de m'achever. Je ne voyais pas d'autres explications. Sans doute s'imaginait-il qu'en me noyant sous le travail, je n'aurais pas le temps de faire de conneries. C'était bien mal me connaître.

    « Oh ! River ! Avant de partir... Je n'ai pas pu finir de vérifier les contrats avec nos fournisseurs, tu pourras t'en occuper ? »

    Je claquais mon carnet, tentant du mieux que je pouvais de ne pas exploser.

    « Tu sais bien que je ne peux pas rester ce soir. Il y a la battue. C'est important. »

    Mon Oncle n'était pas content mais il ne pouvait décemment pas m'interdire de participer à un événement aussi connoté socialement que celui là. La présence d'un représentant de l'entreprise ne pourrait que faire du bien à notre image. Il le savait, je le savais et mes capacités innées à manipuler mon monde s'étaient fortement développer ces dernières semaines tandis que je le voyais manœuvrer nos clients.

    C'est donc à 18h, fin officielle de ma journée de travail, que je quittais les lieux. J'avais prévu une tenue de rechange dans ma voiture et me dépêchais de troquer tailleur et escarpin contre une tenue plus confortable pour les recherches. C'était la première fois que j'allais participer à ce genre d'événements. On m'en avait toujours tenu à l'écart jusqu'ici.

    Une fois équipée, je m'installais au volant de ma voiture pour mieux partir en direction de la crique. J'étais loin d'être la première sur place. Avec tout ce qui se passait, je ne pensais pas qu'autant de personnes feraient le déplacement. Moi même, j'avais hésité. Les animaux sauvages et les trucs vaguement flippants, ce n'était pas mon genre de frisson. Je préférais largement celui qu'on ressentait en embêtant son monde. Face à des humains donc. Leurs réactions, au moins, pouvaient être anticipées. Mais le visage de Camden et nos regards de connivences pendant le mariage me revenaient en tête. De même que les cours de Monsieur Caldwell. Je leur devais au moins ça. Alors, agrippant mon sac à dos et ma lampe torche, je m'élançais vers le groupe. Avisant Ange, je me posais à ses côtés, agrippant son bras tant pour la rassurer elle que moi. Je ne disais rien, l'inquiétude et la fatigue que soulignaient de léger cernes sous mes yeux contribuaient à me rendre muette. C'était suffisamment rare pour être noté.

    Du coin de l’œil, j’aperçus Braden en grande conversation avec ce garçon qui m'avait bousculé lors du bal. Il y avait aussi Braden dont les sourcils froncés n'annonçaient rien qui vaille. Je lui adressais un discret signe de la main. Il me repérerait de toute façon bien assez tôt.

_________________


astra; bb — She was a silent fury who no torment could tame. @Jack London
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Georges E. McGalaan
Event #6 - Battues 5313059f9d92f93e8a27d4e76a6b4c5544cc7070_00
Messages : 234
Emploi : 8th grade
Sur ton walkman : Take on me • a-ha | Africa • Toto
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyMer 24 Oct - 23:38



Battue
Event #6

Un cri, un poing qui frappe avec violence contre la porte, des insultes balancées entre deux grognements d'ivrogne, Georgie n'avait pas réellement fait attention à ce qui avait déclenché tout ça, la battue de ce soir  ? Comme si son vieux s'y intéressait de toute façon, il n'avait même pas pris la peine de le chercher lorsqu'il avait disparu c'est pas maintenant que ça changerait et il n'allait certainement pas l'empêcher d'y aller, il devait s'en doute penser qu' avec un peu de chance il disparaîtrait à nouveau. Au fond ce n'est pas comme ci son père avait réellement besoin d'une raison pour péter les plombs mais ces écarts devenaient de plus en plus fréquents et de plus en plus violents. Il grandissait, bientôt il aurait 15 ans, et c'est peut être pour ça que son vieux ne retenait plus vraiment ses coups ou même ses mots mais malgré ça, Georgie essayait toujours de lui trouver  des excuses. Il était loin d'être un fils parfait il en était conscient, sa mère était morte depuis déjà de nombreuses années maintenant, ses aînés partis loin de cette ville, assez de raisons pour mettre les nerfs à un homme même si au fond cette violence il l'a subissait depuis des années simplement cette fois son vieux ne cherchait même plus à justifier ça avec sa vision déformée de la religion ou n'importe quelle autre connerie.

Le petit brun s'était enfermé dans sa chambre dès que le ton était monté et désormais il guettait sa fenêtre à l'affût de la silhouette de son meilleur ami tout en surveillant d'un oeil la porte de sa chambre. Cette fois il avait échappé à une sacrée raclée, il en était conscient mais aussi soulagé, les séquelles de la dernières étaient encore présente et un peu douloureuses, une lèvre légèrement fendue et la marque d'énormes doigts entourant son bras gauche encore dessinés sous formes d'hématomes sur sa peau.

Le calme était revenu depuis une dizaine de minute quand Georgie reconnu la silhouette perchée sur un vélo et un petit sourire étira ses lèvres tandis qu'il attrapait un vieux pull et un bonnet. Il n'avait pas tellement le temps de chercher un sac une lampe ou quoi que ce soit, mais Jimmy aurait probablement pensé à tout ça,  c'est donc  les mains libres que le brun avait couru jusqu'à sa porte d'entrée qu'il avait calquée juste après avoir entendu son vieux lui gueuler après. Il n'était pas en état de les suivre de toute façon mais Georgie était conscient qu'il se prendrait probablement une autre raclée demain si l'alcool ne lui faisait pas tout oublier.

Une fois dehors l'adolescent enfonça son bonnet sur ses cheveux brun en trottinant sur quelques mètres pour rejoindre Jimmy et après un dernier regard en direction de sa porte il sourit à son meilleur ami avant de sauter sur le guidon.

" Allez, pédale  ! "

Un petit rire franchit ses lèvres tandis qu'ils s'éloignaient tous les deux de sa maison, sûrement un besoin de relâcher un peu de pression et tout en posant ses mains agripper le guidon il laissa son corps basculer légèrement en arrière pour s'appuyer contre son meilleur ami offrant un magnifique doigt d'honneur à la voiture qui venait de les doubler.

Malgré la fraîcheur de la fin de journée qui gelait son corps il se sentait bien, léger, comme ci s'éloigner sur ce vélo le tirait loin de tous ses problèmes. La présence de son meilleur ami y était probablement pour beaucoup également pourtant à chaque fois que le vélo tremblait et que l'arrière de son corps se heurtait au sien, une sensation désagréable semblait traverser son corps comme un étau compressant sa poitrine. Ils auraient du parler après cettenuit là, aborder le sujet et peut-être comprendre après tout ils n'avaient jamais eu de mal à parler lorsqu'ils étaient entre eux alors en quoi était-ce différent cette fois  ?  

Le trajet pris fin plus rapidement que prévu et avant que les roues du vélo ne s'arrêtent totalement, Georgie avait sauté de celui-ci, lançant un regard au brun toujours en selle entrouvrant les lèvres comme pour lui dire quelque chose avant de finalement détourner le regard pour s'attarder sur les personnes déjà présentes au point de rendez-vous.

Évidemment Georgie n'avait pas perdu de vue l'objectif de cette battue mais pour lui c'était plus une perte de temps qu'autre chose, ça n'avait rien changé il y a deux ans pourquoi ça changerait quelque chose à présent  ? A vrai dire la seule raison qui poussait l'adolescent a être présent était Roy, Roy qui cherchait toujours désespérément des réponses pour ses soeurs, Roy qui n'avait jamais abandonné lorsque lui même avait disparu alors il lui devait bien ça. Il était conscient que Jimmy et lui rassemblaient toujours des pistes à ce sujet et se sentait parfois coupable de ne pas les aider à ce sujet mais ce sujet ramenait pour le moment beaucoup trop de souvenir ou de sentiments désagréables, des choses qu'il n'était pas encore prêt à revivre ou ressentir à nouveau.

C'est d'ailleurs son autre meilleur ami qui attira son regard et presque immédiatement, le petit brun avait couru dans sa direction, ignorant toutes les autres personnes présentes.

" ROY  !!  "

Le cadet McGalaan s'était presque jeté sur son meilleur ami, rapidement rejoint par Jimmy et il sourit au blond avant de lever les yeux vers son crâne,  ignorant parfaitement Joshua.

" Tes ch'veux  !  Ça déchire, un vrai rebelle  ! "

Le petit brun rit légèrement en passant une main sur le crâne rasé de son ami contrastant parfaitement avec son ancienne allure de petit garçon modèle.

" Tes parents doivent être dingues  ! J'aurai tellement voulu être là "


Un nouveau petit sourire étira le coin de ses lèvres avant qu'il ne daigne enfin lancer un regard à l'adulte à leur côtés. Son visage pris presque immédiatement un air renfrogné, le même qu'il réservé à toutes les personnes autres que Jimmy et Roy mais avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit, le bruit des vagues attira son attention et il fit immédiatement un pas en arrière, se cachant presque derrière Jimmy en sentant son coeur s'emballer légèrement face à sa peur irrationnelle de l'eau.

" Mh... Vous voulez pas qu'on marche un peu plus loin  ? "

Il s'adressait uniquement à ses deux meilleurs amis mais s'éloigna rapidement de James lorsqu'il avait remarqué qu'il s'était un peu trop rapproché dans son petit coup de stress.
code by bat'phanie

_________________
I am a lost boy from Neverland
There was a time when I was alone, nowhere to go and no place to call home. "Run, run, lost boy" they say to me, "Away from all of reality. " Neverland is home to lost boys like me and lost boys like me are free ▬ Punny Boy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Spencer-Kane
Event #6 - Battues JCmvZYa
Messages : 256
Emploi : lycéen, membre du club d'audio-visuel, co-capitaine de l'équipe de crosse
Sur ton walkman : bronski beat, smalltown boy - frankie goes to hollywood, relax
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyJeu 25 Oct - 1:21

Le mur a l’air d’avoir une tache, là. TAC, tac, tac, tac... Tout est affaire de mauvaise plomberie en ce moment, pense Jack. La moisissure est en train de manger, centimètre par centimètre toute la maison. Le ballon ovale rebondit et atterrit en sûreté entre les mains du joueur de crosse, sur ses doigts des marques fines et vives, blanches: Encore? Tu t’es encore battu? 
Jack imagine les mots de sa mère rebondir, comme la balle, il fixe le réveil mécanique un instant, essuyant son nez froid d’un revers de manche. A quelques mètres le téléphone sur son siège nerveux, comme si les courants de la ville étaient en train de remonter peu à peu dans le combiné. Jack s’attend à ce que le fil prenne feu ou une connerie du genre. Un silence, le ballon qui traverse l’espace entre le lit de Kane et le mur une dernière fois et il s’arrête net, les mains plaquées.



Il suffit de sauter dans ses chaussures pour sauver une vie - dirait la prof d’éthique qui est là, peut être une fois par semaine et regarde des visages sur les photos qu’elle ne connait pas dans les couloirs du lycée avec nostalgie. Déjà les yeux de Jack roulent, cherchant à rejoindre l’intérieur de son crane. Cela dit, il ferait tout pour ne plus entendre l’aiguille avancer sur son vieux rond tout net, trop lisse, lui qui sent presque l’odeur du temps écoulé, qui entend les heures passer. - La maison est si ça se trouve hantée. Jack grimpe sur un vélo. Le vélo a probablement été tout neuf dans une autre vie, Jonesy couine en traversant l’allée, Jack fait un signe au chien immense et appuie sur les pédales. Aussi fort qu’il peut. 



Rejoindre la crique prend un moment mais Jack sent le paysage lui écraser la figure à chaque fois qu’il pousse sur ses jambes, il retire les écouteurs de son walkman et prend une grande quantité d’air - le sel commence à tomber sur son visage en pointillés, Jack arrive sur des sentiers, escarpés, inexacts, il distingue la foule, ils créent comme un nuage d’abeilles instable qui pourrait éclater à tout moment, peut-être même les faire se piquer les uns et les autres. Le jeune Kane se demande ce qu’il fait là une fois le pied à terre. Dans ses poches, ses mains se mettent à rebondir, il avance dans le convoi, en train de chercher des têtes, ça monte dans sa gorge, il commence à regretter d’être venu. Certains lui offrent un mouvement vague, pour le saluer, Jack ignore tout, sourire en coin presque de s’être aventuré comme un idiot dans des questions aussi humaines que celle des disparitions, en vérité il reconnait la plupart des gosses mais il se faufile et tombe sur un grand dadais dont il connait bien l’nom mais c’est l’autre silhouette, vers laquelle il s’avance, comme s’il avait oublié sa caméra il agite ses mains au fond de ses poches. « Ferretti, content d'te voir... Therese, t’es venue finalement? »

Jack insiste sur le finalement comme si les contours du paysage n’allaient pas les avaler tous dans les instants qui allaient suivre, et qu’il n’était pas celui qui à chaque fois se dégonflait, le regard en coin à Therese comme pour la prendre à part une seconde, prétendre un semblant d’indifférence et faire comme si les visages de tous étaient imperméables aux deuils inévitables.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
ASTER_COVE
Messages : 433
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyVen 26 Oct - 19:28



       
La battue commence. Le shérif passe une main réconfortante dans les cheveux de son adjoint avant de se lancer, en même temps que les autres, posant un regard vigilant sur chacune des silhouettes mise en place sur les côtés. Ils sont nombreux, ce soir. Aster Cove se mobilise pour ses absents. Le geste lui ferait chaud au cœur s’il n’était accompagné d’une gravité qui ternit tout. Un soupir lui échappe, ses doigts le démangent pour une cigarette. Il avance. Les faisceaux des lampes torches se mêlent sur le sable gris, fantomatiques halos de lumières dans la nuit tombante.

Les premières minutes ne donnent pas grand-chose, récompensées uniquement par la fraîcheur automnale qui s’abat progressivement sur eux à mesure que le soleil meurt par-delà les collines. La crique est bercée par les rayons agonisants, et cela serait presque beau si les lieux n’étaient inquiétants par nature. Les bateaux élimés ondulent tortueusement sur les flots calmes du crépuscule, silhouettes inquiétantes surveillant les berges, et les arbres étendent leurs doigts ténébreux sur les passants. Le shérif n’en fait pas cas et, s’il a la chair de poule, il se persuade que c’est uniquement le froid qui mord sa peau. Il se baisse, cherche, appelle, ne s’impatiente pas et poursuit, encore et encore, laisse une demi-heure s’écouler sans broncher, sans râler, sans songer à la soirée qui s’égrène entre ses doigts. Il sait que tout cela est une affaire de patience. A ses côtés pourtant, le vieux Jack grommelle. Il lance des regards appuyés sur le large, murmure des jurons, se déconcentre trop souvent.

« Un problème, Monsieur Lamb ? »

Le marin relève vers lui un regard de glace, perçant sous la broussaille blanche de ses sourcils. Jack, il fait partie des vieux de la vieille d’Aster Cove, de ceux qui savent tout d’elle et qui savent se taire aussi. Le shérif n’est pas idiot : il sait écouter ces gens-là. Il sait leur parler aussi. C’est ce qui fait sa force.

« Vot’ battue, è’va foirer.
- Pourquoi ça ? »

Il tente de ne pas montrer son agacement, la tension des derniers jours appuyant douloureusement sur ses nerfs, mais s’il l’a remarqué Jack n’en fait pas cas. Ses longs doigts tordus pointent vers la mer, calme et plate, agitée d’une brise presque trop douce.

« Y’a la brume qu’arrive, shérif. La brume de mer. Quand elle s’ra là, on y verra plus rien et vos disparus s’ront p’t’être à côté qu’on en saura qu’dalle. »

L’intéressé tourne un regard inquiet vers le large, n’y décelant rien d’inquiétant pour le moment. Une part de lui hésite pourtant. Peut-on se permettre d’annuler, déjà, sur de simples spéculations ? Il sait que non. Que dira-t-on de lui si c’est un cadavre qu’on retrouve, flottant dans les eaux noires, à l’endroit même où il aurait dû chercher ? Non, non, il en est hors de question. Il lève toutefois une voix claire et grave aux alentours, prévenant de faire attention, de ne pas s’éloigner, de bien communiquer.

Peut-être le shérif regrettera-t-il, après cette soirée, cette décision qu’il a prise. Car déjà, elle se lève. La brume. Dévorant progressivement la mer, elle s’approche du rivage, langoureuse, insaisissable.  La blancheur de ses vapeurs se mêle à l’obscurité. Elle est opaque, elle est profonde, typique de ce phénomène maritime que les pêcheurs connaissent bien, source des légendes qu’on raconte aux enfants du pays. Elle arrive. Déjà, les chevilles se perdent dans ses méandres. Déjà, les racines des arbres fondent dans la pâleur du brouillard.

« Gardez bien un œil sur vos voisins, annonce Jack d'un ton morne. Sinon, z’allez vous perdre. »



L'assistant surmené du shériff a écrit:

La battue a commencé depuis une demie-heure, et voici qu'une brume se lève... Pour la suite, voici quelques petites infos !

+ Le maître du jeu interviendra selon les posts des joueurs.

+ Vous ne pouvez pas choisir de trouver d'éléments concluants sans en avertir le MDJ. Vous pouvez en revanche faire appel aux policiers, encore présents en masse autour de vous !

+ Retardataires, vous pouvez rejoindre la battue si le coeur vous en dit ! Veillez à bien prendre en compte les posts précédents et à être cohérents ! En cas de question, n'hésitez pas à contacter les admins !


Battue de la Crique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com
Andrea Ferretti
Event #6 - Battues Tumblr_inline_pdnlaaiedq1vdiecd_1280
Messages : 97
Emploi : Homme à tout faire dans la petite pâtisserie de sa mère.
Sur ton walkman : Queen - Under Pressure, en duo avec David Bowie, évidemment.
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyVen 26 Oct - 20:55


Il s’était douté de la présence de Reese, ce soir, et il s’était quelque part réjouit de la voir, malgré les circonstances. Il était toujours content de voir Therese : il avait pris l’habitude de la voir traîner au Sweet Tea et puis chez lui, quand ils avaient fini par devenir amis. Teo, sa soeur, l’aimait beaucoup également - elles étaient du même âge, ou presque. Elle ne le montrait guère, étant la moins démonstrative des trois Ferretti, mais elle aimait autant qu’Andy quand Reese venait dîner chez eux ou qu’elle passait à l’improviste - ce que Julia l’avait invitée à faire dès qu’elle en avait envie. Mais quelque chose teintait cette rencontre-là, cette rencontre précisément. La battue, évidemment, les disparus, également. Il aurait pu être heureux de la voir, réconforté par sa présence, même avec tout ça - mais il y avait les non-dits, les secrets qu’il gardait ces derniers temps. L’impression qu’il avait de devenir fou, à force de ne pas dormir, de voir, d’entendre des choses qui n’étaient pas là - qui n’étaient plus là.

« Salut Reese. » Elle l’observe, il le sent - il n’a pas besoin de baisser les yeux, et il sait que sa capuche ne cache rien de sa tête minable. Ses cernes ont pris une sale allure, ces derniers temps, et il passe plus de temps à courir et bosser qu’à dormir. Il secoue cependant la tête et finit par la regarder à la mention de la petite soeur restée à la maison. « Non, maman n’étais pas trop pour et elle avait besoin d’elle pour terminer une commande. » Andrea ne dit pas que la commande était la sienne, à l’origine, et que Julia l’a prise en charge pour qu’il puisse participer à la battue. Il ne dit pas non plus que sa mère est inquiète, ni que sa soeur est inquiète, parce que c’est une évidence. Et il ne laisse échapper qu’un reconnaissant « merci » quand elle lui offre un réglisse, espérant retrouver un tant soit peu de lucidité. L’énergie ne lui manque pas - pas vraiment, pas pour le moment, car la tension qui parcourt ses muscles ne se délasse jamais et Andrea se sent comme un animal prêt à bondir, attendant quelque chose qui doit arriver, il le sait, mais qu’il ne peut ni nommer ni prédire.

La silhouette qui l’est rejoint n’était ni particulièrement attendue ni particulièrement voulue - mais si Reese est là, il se doute que Jack n’est pas loin. « Kane. » Il faut être aveugle pour ne pas voir ce qui se trame là, devant lui - les regards coins, les hésitations cachées, comme des provocations… Mais ils n’ont pas le temps de parler plus - ou s’ils le font, Andy ne les écoute plus. De loin, il la voit s’approcher - la brume. On lui en a déjà parlé, de cette brume de mer qui recouvre tout, mais il n’a jamais été témoin du phénomène, jamais été pris dans ses filets. Ses doigts se serrent sur sa lampe de poche. Plus loin, il voit le shérif discuter avec un ancien, un habitant d’Aster Cove qui a peut-être tout vu, tout entendu cent fois déjà. Il ne sait pas ce qu’il se dit - ils sont trop long - mais ce n’est pas de bonne augure, il le sent. Tout lui semble étrangement… Tordu, ces derniers temps, ni réel ni tout à fait cauchemardesque. La brume est comme ça, également, avançant presque trop vite sous leurs yeux alors que les lampes torches balaient le sol. 

Andy baisse à nouveau les yeux vers Therese - et vers Jack qu’il n’ignorera pas même s’il ne l’apprécie guère. « On y verra plus rien dans une heure, à ce rythme là... » Il a besoin de faire la conversation - même s’il veut leur dire de ne pas s’éloigner, car il n’est pas sûr de pouvoir les retrouver, ou de pouvoir retracer son chemin jusqu’à la voiture dans une telle opacité. Il ne sait pas, exactement, quand la brume les atteindra, et il continue d’avancer, Reese à ses côtés, balayant le sol de sa lampe, appelant Camden et M. Caldwell - craignant, à tout moment, d’entendre un cri retentir entre les lignes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaewoon Bong
Event #6 - Battues 0bfc
Messages : 199
Emploi : 12th grade/ vendeur au disqu'ère
Sur ton walkman : Never Ending Story - Limahl
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyVen 26 Oct - 21:56





Event #6 - Battues

I destroy my ennemies

Les secondes défilaient, et avec le jour. Je n'avais qu'une simple veste qui avait connu des jours meilleurs dans une vie antérieure surement. Pas vraiment très chaud donc. Ce n'était pas non plus ma paire de baskets et mes vieilles chaussettes qui allaient rectifier le tir. Si j'avais su qu'il allait faire froid j'aurai mis un deuxième tee-shirt par dessus l'autre. Ce n'était pas comme si je n'avais pas la place pour une double épaisseur.
Au moins marcher me réchaufferait un peu, et chercher des indices me changerait les idées. Des visages que je connaissais étaient venus se joindre petit à petit au groupe comme Andrea et Reese - alias Therese. Mais elle n'aimait pas qu'on l'appelle par son prénom.
Et si eux aussi disparaissait ? Avalé ou kidnapper par je ne savais quoi. Si tout Aster Cove du jour au lendemain se retrouvait sans aucun habitant ? Je pensais à mes parents, qui ne se doutaient absolument pas de ce qui se passait - ni de ce que j'avais vu l'autre jour avec Royce. Je n'avais d'ailleurs parlé de ça à personne. En plus de dire que j'avais la peste on allait me traiter de menteur alors bon...

Un peu à cran, je sursautais lorsqu'une voix près de moi, m'adressait la parole. Je relevais la tête - car la personne était plus grande que moi - pour tomber sur Braden. Pourquoi est ce qu'il me parlait ? On ne s'était pas côtoyer depuis que j'avais quitté la cour de récré. Je ne l'apercevais à présent que lorsque j'allai à l'église avec mes parents. Toujours assis sur le dernier banc au fond.

- Bonsoir Braden

J'étais tenté de l'ignorer mais j'avais l'infime que peut être, il voulait profiter de cette folle soirée pour renouer avec moi ? Il était même au courant que j'avais un travail - ce qui voulait dire qu'il s'intéressait un minimum à moi.

- Non, j'ai demandé si je pouvais aller à la battue et mon patron à bien voulu...Après tout Monsieur Caldwell est mon professeur et Camden...un ami

J'hésitais un peu sur le terme. Je m'avançais surement aussi mais je n'avais pas de reproche envers le violoniste pour le caractériser autrement. Et puis entre nous deux le courant était bien passé. De mon point de vue bien sur.

- Et toi ? C'est juste pour aider que tu es venu ou bien tu les connaissais ?

Demandais je après quelques secondes de réflexions. Juste avant que le signal soit donné de commencer les recherches. Le shérif avait dit de rester grouper alors je gardais ma position près de Braden - que ça lui plaise ou non. Si je tombais sur un démon-loup, au moins, je ne serai pas tout seul avec mes chaussures.
Les minutes s'écoulent, et ma lampe torche n'éclaire rien de très folichon. Et pour couronner le tout, une brume commence à se lever. Petit à petit elle envahit l'espace et je m'attends à tout instant de voir surgir quelque chose. Ma main libre vient saisir un pan de vêtement de Braden. L'angoisse était tellement saisissante que j'avais besoin de savoir que je n'étais pas seul. Une peur dont j'avais un peu honte face au jeune homme.

- C'est...c'est pour pas qu'on se perde

Expliquais d'une voix mal assuré.

☾ anesidora

_________________
Sometimes, I get scared, I’m afraid of tomorrow
So I wordlessly wander around alone ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com/t612-jaewoon-le-timide
Admin
Kenny Holland
Event #6 - Battues Tumblr_oxkognMvtS1tduc9ro1_400
Messages : 395
Emploi : En quête de lui-même. Branleur, sinon.
Sur ton walkman : Billy Idol - Hot In The City
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptySam 27 Oct - 18:30

La nuit peint la crique en gris lorsqu’il arrive enfin. Ses mouvements sont précipités, son cœur bat la chamade, et il jette pratiquement son vélo contre le premier tronc d’arbre venu avant de se lancer, crispé, à la poursuite du groupe de recherches. Sa lampe torche peine à s’allumer. Il la frappe. Une fois. Deux fois. Le faisceau se libère et l’aveugle, lui arrachant un juron pétri de tension. Fait chier. La soirée s’annonce mal et elle n’a même pas commencé. Il n’aurait pas dû venir. Ça ne servira à rien de toute manière. Il le sait, en plus. Il sait que si on retrouve quelque chose, ce ne sera rien de plus que les restes d’un cadavre grignoté par des monstruosités. Il le sait parce qu’il en rêve. Parce qu’il se réveille de nouveau en hurlant la nuit. Parce que, parfois, le jour passant, ses mains se mettent à trembler et ne s’arrêtent plus. Parce qu’il revoit les images dès que sa jambe le lance. C’est peut-être pour ça qu’il est là, ce soir : pour lutter contre cette angoisse qui le dévore, pour ne pas s’effondrer face à ses propres démons. Pour chercher, aussi, ce que personne d’autre ne pensera à regarder.

Deux disparus de plus. La nouvelle fait encore mal à entendre. Oh, il n’en porte aucun des deux dans son cœur. Caldwell est un prof, de cette espèce qu’il n’a jamais pu encadrer, et McKinnon n’est qu’un pédé qui savait mieux se cacher que les autres. Un abruti et un freak. Fut un temps où il n’aurait pas bougé un orteil pour eux ; il n’en a toujours pas envie d’ailleurs. Mais les années sont passées, les siennes perdues dans les tréfonds d’une mémoire qui ne lui révèle que le pire. Et ce dont il se souvient lui hurle que personne, personne, pas même le pire des fils de chienne, ne mérite de vivre ce que les deux hommes sont en train d’endurer.  La décision s’est prise ainsi. Il a eu beau hésiter, manquer de se défiler, retarder le moment au maximum, il n’a pu que céder à cet appel désespéré de son instinct. Il a espoir, peut-être, ce soir, de changer les choses. De trouver ce que personne n’a su chercher avant lui. C’est idiot, peut-être, mais c’est mieux que rien.

Tirant sur la clope qu’il a fermement coincée entre ses lèvres, il s’avance tête baissée le long de la plage. Les torches ne sont pas très loin. Il aperçoit sans problème les silhouettes des Aster Coviens onduler le long de la plage, entend les cris des uns et des autres, les prénoms. Bartholomew. Camden. Un éclat de rire amer lui échappe. Il y a quelques semaines, il leur aurait cassé la gueule de bon cœur. Et le voilà, terrorisé mais présent pour les chercher. Le monde est drôle. Fou, mais drôle.

Un soupir lui échappe, il accélère. Son mollet proteste un peu mais il ne l’écoute pas. Sa blessure se referme lentement. Il en a encore pour plusieurs mois. Et puisqu’il ne peut pas courir aussi vite qu’il le voudrait, son sac contient une hachette. Sa présence le rassure et le terrifie en même temps. Preuve et peur. Que c’est réel, que ça ne l’est peut-être pas. Est-il fou ? Il sait que non. Il croit le savoir. Bref.

Il tire tellement sur sa cigarette que celle-ci se rapproche déjà du filtre, consumée par son angoisse. Kenny va rejoindre les rangs des chercheurs sans un mot, sourcils froncés et bras crispés. Il ne dit pas bonjour, ne salue personne. C’est tout juste s’il adresse un hochement de tête à Braden. Son regard, pourtant, s’attarde sur Walter, traîne sur Georges. Ils sont là, eux aussi. La nouvelle le rassure autant qu’elle l’effraie. Le cauchemar est réel. Et il recommence.

Soupirant, il se met au travail. Il fouille, observe, regarde, écoute, tente de ne pas écouter le découragement qui pollue ses songes. A quoi bon être là, si c’est pour ne rien faire ? Peut-être trouvera-t-il un indice. Peut-être trouvera-t-il des ébauches de réponses, des pièces d’un puzzle à reconstituer. C’est ce qu’il espère. C’est ce qu’il veut.

Après une petite vingtaine de minutes toutefois, le constat est sans appel. Non seulement il ne trouve rien, mais la fraîcheur de la nuit s’accompagne d’une brume qui mord lentement ses chevilles. La vision lui arrache un frisson. Il se redresse d’un coup, la fixe d’un œil hagard. Ses doigts, sur sa lampe, tremblent davantage. Le faisceau panique un peu. Son cœur se comprime. Il souffle plus fort.

Putain de nuit de merde.

_________________
WHO IS IN CONTROL ?

By COM


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Jessica Banner
Messages : 617
Emploi : Aucun.
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyDim 28 Oct - 15:25

La nuit a quelque chose de terrible pour les âmes en peine. Elle est la cristallisation de toutes les peurs, de tous les pleurs, de toutes ces choses que personne ne dira jamais et qui pourtant, rongent les cœurs. La douleur est horrible, absolue. La douleur ne quitte jamais le corps, ni l'esprit. Il y a quelque chose d'impossible, dans l'idée de se sortir des ténèbres lorsque le ciel s'obscurcit et que le soleil se meurt jusqu'au matin.

La nuit a ce parfum d'horreur dont personne ne revient. Une fois qu'on y a goûté, c'est à jamais qu'on y est lié. La pendule marque les secondes, les heures et les minutes, et moi je suis là, assise sur un lit dans lequel j'ai trop pleuré. Le ciel devrait se couvrir d'étoiles, mais depuis quelques temps, j'ai l'impression de les voir s'éteindre une à une. Je sais que c'est une illusion. C'est simplement moi qui meurs un peu plus à chaque fois.

Un soupir quitte mes lèvres tandis que je lance une œillade en direction de la porte de ma chambre. Tout à l'heure, j'ai emporté des crackers et autres collations à l'étage, prétextant être malade. Je ne sais pas si ça suffira à le retenir en bas et j'ai peur des conséquences, si je sors sans sa permission. Quelque part au fond de moi, je sens de la souffrance remonter le long de ma jambe, jusque dans mon bras. Ça fait bientôt trois mois, maintenant. Les os sont ressoudés, les plaies sont invisibles et les bleus sont partis. Néanmoins, leur trace reste sur mon corps et je crains les prochains. Je sais qu'il a promis. Je sais qu'il y a Stan à la maison. Je sais que normalement, je ne risque rien. C'est cependant plus fort que moi. Dès qu'il hausse la voix, mon corps se recroqueville et un sursaut malhabile anime mes épaules. J'ai peur. Je suis terrorisée. Et le peu de raison qu'il reste en moi me supplie de ne pas suivre ma folle entreprise.

Être raisonnable n'a jamais servi à rien. Étudier jusqu'à en être exténuée, se perdre dans les romans plutôt que dans les soirées, tout ce que j'ai pu tenter n'a jamais apaisé la colère et la rage de mon père. Éviter la battue n'y changera rien. Il m'a interdit d'y participer mais ce soir, rien qu'une fois, j'ai envie d'aller à son encontre. Un instant, je repense à Lost Pine et aux hurlements qui ont déchiré la nuit, cette fois-là. Un frisson s'empare de moi mais je raffermis ma prise sur le sac à dos que j'ai précédemment empoigné. Je ne pourrai pas aller chercher la lampe torche sans éveiller ses soupçons, pas plus que je ne pourrai passer par la porte d'entrée. Cette fois c'est décidé. Camden m'a sauvée, l'autre soir, maintenant, c'est à mon tour de lui rendre la pareille.

La fenêtre cède facilement sous mes doigts dans un bruit presque trop doux pour ce que je m'apprête à faire. J'ai lu mille fois la marche à suivre et ai vérifié au moins un million de fois que tout tiendrait. Une dernière hésitation me vient, mais je la lève d'un revers de la main. Monsieur Caldwell a été l'un des seuls adultes à se montrer bienveillant envers moi. Encore une fois, la vie n'est pas juste. Il ne méritait pas de disparaître. Pour lui aussi, je veux le faire.

« Allez, Jess'... Tu peux le faire. »

Le murmure solidifie les fondations branlantes de ma motivation et soudain, je m'élance. Je glisse le long de la gouttière jusqu'à toucher le sol dans un bruit sinistre, cette fois. C'est qu'elle craque, cette foutue gouttière, et j'ai peur que mon père ne comprenne. Sans demander mon reste, je m'enfuis en courant. Je ne saurai que demain si l'orage est destiné à se déchaîner. D'ici là, j'en appréhenderai les éclairs.


Marcher jusqu'à la crique me prend plus de temps que je ne l'aurai souhaité. Lorsque j'y parviens, j'ai la désagréable surprise de voir que tout a déjà commencé. J'entends les cris, les appels, j'entends les voix qui s'enchaînent, mais je ne vois rien. Face à moi, un mur de brume s'est levé, comme une dernière supplique pour que je fasse demi-tour. De toute façon, c'est déjà trop tard. Je m'engouffre dans l'obscurité, sans lumière, la boule au ventre et la peur au visage, à la recherche de ceux qui ne sont déjà plus là et peut être aussi de moi-même. Camden, Monsieur Caldwell, rien qu'une fois encore, j'ai besoin de vous revoir. Je voudrais vous retrouver dès ce soir, mais au fond de moi, je sais déjà que Dieu restera sourd à mes prières. Il n'a jamais pris le temps de m'entendre, de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Walter Bishop
Messages : 174
Emploi : Assistant du shérif
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyDim 28 Oct - 20:20

J'ai peur ? C'est peut être ça qui me gangrène le cœur à mesure que défilent les minutes. Mon regard est dur et je surveille les adolescents les plus jeunes avec deux fois plus d'ardeur que tous les autres. Pourtant, je sais bien que personne n'est à l'abri, un rapide coup d'oeil en direction du fils de Béa me le rappelant durement. Personne n'est épargné, et je sais de source sûre que je ne pourrai rien, si l'autre monde décide de prendre quelqu'un ce soir. Je n'ai rien pu les seize fois précédentes, je n'ai pas même pu empêcher ma propre disparition, alors comment pourrais-je seulement espérer les protéger ?

Cette réalité me tue et c'est en sursautant presque que je reçois l'attention du shérif. Un soupir de soulagement quitte mes lèvres. C'est ridicule, je sais, mais il a toujours été mon modèle et je me suis toujours senti en sécurité à ses côtés. Il est un leader en puissance, juste et droit. Je voudrais être comme lui à son âge. La peur me vrillant les entrailles, je ne peux empêcher mon esprit de se diriger à nouveau vers Evie. J'ai peur, je suis mortifié à l'idée qu'il puisse lui arriver la moindre chose et je me demande jusqu'à quel point elle n'est pas une cible toute désignée pour les monstres, maintenant qu'elle est enceinte. Trois mois. C'est à la fois beaucoup et très peu. C'est suffisant pour que je l'aime déjà, en tout cas. Mais je ne suis pas un exemple, je l'aime depuis que je suis au courant.

Un soupir. Je vois le shérif discuter avec le vieux Jack. Je sais ce qu'il lui dit. Là où je suis, j'entends le moindre de ses mots. À vrai dire, mon poste est stratégique. J'ai vue sur tous les nouveaux venus et peux tendre l'oreille à tout ce qui se dit du côté des autorités. Enfin... Des autorités présentes à la crique. Un instant, mon esprit divague en direction de Lost Pine, où se trouve Evie. Je n'ai pas confiance en ce foutu shérif qui a débarqué d'une ville hasardeuse et qui prétend pouvoir protéger ma femme. C'est parce que j'ai peur, sans doute. Ma psy m'a encore expliqué qu'il était normal, dans un tel contexte, que je sois terrifié à l'idée de la perdre. Je l'aime, Evie. Je donnerais cent fois ma vie pour elle et serai prêt à retourner en Enfer pour ne pas qu'elle y mette le moindre pied. Ni elle, ni la vie qui grandit paisiblement en elle. Je regrette de n'avoir pas plus insisté...

Mon regard, soudain, accroche un visage que je connais trop bien. River O'Leary. Si je ne peux pas protéger Evie comme j'en ai l'envie, elle n'y échappera pas et prendra peut être même pour deux, voire pour trois. J'avance d'un pas décidé dans sa direction au moment même où la brume se lève. Les recherches commencent et seront infructueuses. Je voudrais que tout soit différent, mais on n'a jamais retrouvé le moindre disparu dans une battue en seize tentatives. Pourquoi aujourd'hui serait-il différent... ?

« River, tu restes avec moi. Tu vas bien ? Tu as une lampe pour t'éclairer ? »

Elle va me détester d'être sur son dos ainsi, mais je n'y peux rien, c'est plus fort que moi. Je la vois grandir, mais j'ai encore trop l'habitude de la jeune fille que j'ai laissée il y a trois ans. Elle, au moins, ne disparaîtra pas. Je m'en fais la promesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ange Delacourt
Event #6 - Battues Tumblr_pkwjkeFPHw1vibyp0o1_400
Messages : 710
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyDim 28 Oct - 22:14









Le groupe s’élargit de plus en plus, les jeunes se multiplient, tous désireux de retrouver les deux disparus ajoutés depuis peu à cette longue liste de fantômes. Les habitants d’Aster Cove sont fatigués d’assister à ces événements, impuissants. Les regards éteints, les épaules fatigués, les bribes d’espoir dispersées dans l’air, écrasées sous cette ambiance pesante.

Tes yeux voient se dessiner la silhouette d’Andrea, au milieu des autres. Sa mine fatiguée te presse le coeur, tu hésites à le rejoindre mais tu es devancée par Thérèse. Tes rapport avec la demoiselle ne sont pas les meilleurs. Tu as encore honte de ton comportement, quand bien même tu sais qu’elle ne t’en veut pas. C’est l’arrivée de Jack qui te renfrogne pour de bon. Aucune envie de se prendre la tête pour le moment. Surtout pas dans cette situation. Tu te contenteras d’adresser un sourire compatissant à Andrea, lorsqu’il croisera ton regard.

River la rejoint, saisit son bras comme une canne soulagerait la marche d’une personne âgée. Tu la regardes, sans rien dire. Parfois, il y avait cette angoisse qui secouait ton esprit un instant, celle de voir le nom de la demoiselle dans la rubrique des Disparus. Une vie sans O’Leary, sans ses petites folies, ses coups de provoc’ dangereux, cette fragilité qu’elle étouffait sous cette étincelle rebelle. Elle renforce l’étreinte autour de son bras, cherche un réconfort dans cette inquiétude, s’enfonce dans cette large veste donnée par le héros qu’elle recherche.

C’est un Walter particulièrement soucieux qui aborde la princesse O’Leary, alors que la brume s’installe doucement. L’avantage quand on était une constamment harcelée et battue comme toi, c’est que les autres se doutaient bien que tu avais le courage nécessaire et ne s’inquiétaient donc pas plus que ça. Tu essaie de rassurer le jeune marié.


Ne vous en faites pas, Monsieur Bishop. Je reste avec elle, j’ai une lampe torche de secours dans mon sac, tout ira bien.


Tu prends un ton assuré, brandissant fièrement la lampe dans ta main. Quelque part, le fait que l’on voit River comme une petite chose fragile t’agaçait un peu. Tu savais à quel point elle pouvait être forte, vu toutes ces fois où elle t’a soutenu. De toutes façons, toi, tu croyais en elle, c’était l’essentiel.


_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyMar 30 Oct - 9:14

BattuesGroupe
You may bury my body down by the highway side. So my old evil spirit can get  a Greyhound bus and ride ( → Me and the Devil ) •••

Lorsqu'il vit arriver James, Joshua réprima un sourire moqueur. Il aurait dû se douter qu'il ne serait pas loin, lui et le petit Standall étaient comme cul et chemise. Sans compter George McGalaan qui n'était jamais bien loin non plus. Il aurait pu décider de lui soutirer les raisons de sa présence ici ce soir mais à quoi bon ? L'homme n'aurait eut l'air que d'un vieux rabat-joie pas fichu de lui lâcher la grappe et il se serait immédiatement braqué. Il se rappelait ce que ça faisait d'avoir cet âge là et comment la condescendance des adultes pouvait avoir des côtés très frustrants.

« Tu sais comment c'est, se contenta-t-il de répondre à James, impossible de résister à une nouvelle bourde à commettre. »

Puis les recherches démarrèrent et son attention se fixa de nouveau sur la plage, scrutant le moindre recoin sur lequel il braquait sa torche. Le vieux Lamb n'avait pas tord. Il se rappelait trop bien sa mésaventure d'il y a quelques mois à la crique. Lorsque la brume s'en mêlait, il n'y avait rien à faire. Ca avait commencé insidieusement, une nappe de brouillard venue de l'eau, leur léchant les chevilles. Comme douée d'une conscience propre, ça avait continué de plus en plus rapidement. Bientôt, ils seraient noyés dans une purée de pois bien tenace.

« Ne vous séparez pas, les jeunes. » Lança-t-il à l'adresse du petit McGalaan et de ses compagnons de jeu

Il se rappelait trop bien ce qui était arrivé la dernière fois que la brume s'était levée. Walter n'était pas bien loin et leurs regards se croisèrent brièvement. Il y avait des questions aux fond des yeux de Joshua. Qu'étaient-ils tous en train de faire ? Qu'allait-il arriver ? Et lui ? Est-ce que ça allait ? Mais ils n'étaient pas suffisamment proches et il ne voulait pas briser les rangs. Pas avec ce brouillard opaque. Ils n'y verraient bientôt plus rien et ce n'était pas le moment d'ignorer les consignes. Avec tous ces ado dans les parages, il fallait au moins donner un semblant de bon exemple. Et son regard tomba sur Kenny, faisant remonter à sa mémoire, une nuit qu'il avait tout fait pour oublier. La dernière fois qu'ils s'étaient trouvés dans cette même position, l'histoire avait tourné au bain de sang.
 
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Royce Standall
Event #6 - Battues Z2np
Messages : 341
Emploi : 10th grade
Sur ton walkman : Perfect day - Lou Reed
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyMar 30 Oct - 11:31


Battue
Everybody

Tu avais aperçu tout d'abord Jimmy, descendant très certainement de son vélo avec lequel il se marierait un jour... Oh ce n'était pas une surprise ! Évidemment qu'il allait venir. Cette battue était une véritable aubaine pour vos recherches ! Tu ne savais pas réellement si ton ami avait quelque chose à faire de votre charmant professeur Calwell, ou encore de ce fameux Camden. Seulement il s'agissait là d'un grand pas dans votre quête ! Celui dont tu étais en revanche dubitatif quant à sa venue restait évidemment Georgie... Après son aventure dans la forêt de Lost Pine, tu doutais largement de son envie de remettre ce cauchemar... Ce fut pourtant avec un étonnement non dissimulé que tu le vis descendre à son tour du vélo de Jimmy !

Les deux mousquetaires te rejoignirent sans attendre, vraisemblablement d'ores et déjà prêt à affronter ce qui allait les attendre... Oh, tu commençais à connaître les malheurs de la ville d'Aster Cove. Deux d'entre eux s'en étaient déjà pris à toi. Des créatures informes et régies par leur seule faim... Tu avais bien tenté d'oublier les cauchemars qu'elles t'avaient inspirés, seulement il était impossible de cacher les relents traumatiques d'un monstre prêt à gober ton crâne... Ce fut lorsque tes pensées s'orientèrent malheureusement dans cette direction peu égayante que ton regard se porta sur Jaewoon. Tu étais plutôt heureux de le voir lui aussi à la battue. Après tout, le garçon t'avait sauvé la vie face aux créatures...

Tu te retournas une fois de plus vers tes deux meilleurs amis, ayant été attiré par les premiers mots de Jimmy. Tu lui avais chaleureusement souris, te montrant aussi confiant que tu pouvais l'être.

« Je sais. Vous êtes les meilleurs ! »

Ce furent finalement les paroles de Georgie qui t'arrachèrent à tes rêveries glauques et mauvaises pour le moral... C'est avec toute sa bonne humeur qu'il t'accosta à son tour, te réconfortant dans l'idée que tu avais bien fait de venir ! Tu passas tes mains dans tes cheveux -ou du moins, tes restes de cheveux- en prenant un air fier.

« T'as vu ! Personne m'embêtera avec ça. J'ressemble à ces gars louches et craignos dans les bas quartiers d'Aster Cove ! » Tu repris alors dans ton élan, n'éprouvant encore aucune pitié pour tes parents...
« T'aurais dû les voir. Ils ont pleuré ! »

Georgie vous proposa finalement de marcher un peu plus loin, juste avant d'être relayé par un grand homme qui vous suggéra de ne pas vous séparer... Un petit signe de tête au monsieur lui indiqua que tu ne perdrais en aucun cas ces deux gus.
Made by Neon Demon

_________________
boys don't cry ♫
It's such a perfect day, I'm glad I spend it with you... Oh such a perfect day... You just keep me hanging on....
c by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
River O'Leary
Event #6 - Battues Giphy
Messages : 286
Emploi : Assistante de direction dans l'entreprise familiale
Sur ton walkman : Lionel Richie - All night long
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyMar 30 Oct - 19:29

Ange était à côté de moi et, comme souvent, elle me donnait l'impression que rien n'était impossible. Ange, c'était la force brute, incarnée. Ange c'était cette personne tombée du ciel qui m'avait soutenu quand plus rien ne m'atteignait, qui m'avait aidé à canalyser les flammes de ma colère pour en faire une force sans pour autant qu'elles me consument. Ange, elle ne le savait sans doute pas, à quel point elle avait pu me sauver. A quel point sa force avait fini par devenir la mienne. Et j'aimais croire que c'était réciproque, au moins un peu. Que je lui apportais quelque chose en plus des récits de mes diverses aventures, de ma croisade contre la surprotection O'Leary et mes opérations de destruction de l'oppression locale. Peut être lui dirais-je tout cela un jour. Quand le dernier vestige de doute s'envolera. Quand je serais sure qu'elle ne me quittera pas comme tout ceux que j'ai aimé. Aimé c'est souffrir.

J'en étais arrivée à cette conclusion après le départ d'Aaron. Pourtant, j'avais aimé ce monde de sensations qu'il m'avait fait découvrir. Je m'interrogeais de plus en plus. Cela faisait des mois qu'il était parti. 'Aimer' sans aimer, ce serait un nouveau pas à franchir. Une dernière poignée de terre jetée sur le cercueil de l'ancienne River. Un dernier pied de nez aux volontés de mon père. Le pouvais-je ? Pouvais-je aller sur ce terrain et en sortir indemne ? Sans donner raison à l'Abominable Connard ? Et puis après tout, qu'est-ce que j'en avais à faire de son avis à celui là. La vie était courte, les disparitions ne faisaient que nous le rappeler. J'aurais voulu être pleine d'espérance et prier Dieu de nous accorder leur retour. Seulement, nos relations étaient conflictuelles.  J'observais néanmoins, fouillant les alentours des yeux jusqu'à rencontrer ceux de Walter qui avançait vers moi. Je le connaissais suffisamment pour savoir que c'était un mauvais jour. Ne l'était-ce pas pour chacun d'entre nous ? Et...

Oh oh. Le voilà qui fonce vers moi. Alerte, alerte ! Je connaissais ce regard. Je l'avais beaucoup trop vu depuis un an. C'est le regard 'je sais ce qui est le mieux pour River et je vais la protéger de mon mieux'. Un regard que les mâles de ma famille possédaient tous et qui avait apparemment contaminé Walter. Enfin... lui au moins ne mêlait pas ses instincts protecteurs d'un relent de jugement. C'était déjà ça. Quand il pris finalement la parole je retint un grognement contestataire. Je savais qu'il avait besoin de ça et je ne voulais pas ajouter à son stress. Il avait de la chance, je n'étais pas aussi magnanime quand mes cousins s'amusaient à ça. Et puis, je me l'avouais difficilement mais cette battue de me rassurais pas vraiment. La réponse d'Ange me fit également sourire.

« Je vais bien. Mais c'est plutôt à toi que je devrais poser la question. Ca s'annonce si mal que ça ? »

J'attrapais ma lampe torche sur la poche de côté de mon sac. Et lui montrait le sifflet que j'avais autour du cou (mon Oncle me l'avait donné juste avant que je quitte le bureau). J'avais également une couverture de survie dans mon sac, des fusées éclairantes que notre entreprise vendait et une trousse de secours. Comme si mes papas ours m'aurait laissé venir non préparée ! Et on voyant la brume se lever et recouvrir les sols, je me félicitais d'avoir tout ça à portée de main tout en souhaitant subitement être dans mon lit avec une bonne tasse de chocolat chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Therese Wallis
Event #6 - Battues Tumblr_pkeraauYMq1sqy44eo2_400
Messages : 113
Emploi : 12th grade, employée au drive-in.
Sur ton walkman : BLACK SABBATH - paranoid ; AEROSMITH - dream on ; SUPERTRAMP - breakfast in america.
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyMer 31 Oct - 7:46

Reese peut imaginer Teo ronger son frein en voyant partir son frère seul, sans elle, la confinant aux commandes avec sa mère. La vision ne dure qu’un instant, balayée par les circonstances et la voix du shérif et de son adjoint (nerveux à n’en pas douter, comme l’indique la barre contrariée sur son front). La lycéenne prend un bout de réglisse à son tour, et le sucre investit son palais tout juste lorsque Kane se glisse à ses côtés avec une discrétion tranquille. Il a visiblement laissé ses fanfaronnades au placard, et la veste d’idiotie qui va avec. Reese le regarde saluer Andy de l’air qu’elle prend lorsque Jack ouvre la bouche dans son périmètre. Ses sourcils s’arquent légèrement, tout juste défiants, prêts à ravaler sous son front toute réaction qu’il ne serait pas bon de laisser filtrer sur ses traits expressifs. Son prénom entier déboule sur son ton haut perché, comme ça, comme rien, là où Reese s’applique depuis la maternelle à se faire appeler Reese, ou Ree, ou tout autre chose que les deux fausses syllabes héritées de sa mère. Elle mord une nouvelle fois dans son réglisse, détourne les yeux un instant. C’est aussi qu’elle commençait à avoir ses doutes : elle craignait que Jack fasse l’autruche seul ou avec les idiots de sa bande, à boire, fumer, oublier qu’il y avait ce soir une énième battue pour tenter de retrouver leurs fantômes. Jack n’a au fond jamais arrêté de chercher sa mère, elle le sait, au fond.

Embarrassée par cette empathie qu’elle ne s’explique que trop bien, elle répond que  « ouais » sans le regarder toujours, hésite, reporte à nouveau son attention sur Kane, lui tend la main et dépose dans la sienne un réglisse.

Leur trio se tient, lié par les sucreries et les balais de lampes torches. Reese au centre avance au même rythme, joignant sa voix aux appels graves d’Andy, lançant de brefs coups d’oeil à Jack lorsqu’elle sent qu’il regarde ailleurs. Elle ne voit plus Dennis, tombe à la place sur le profil désagréable de Holland, dont elle détourne rapidement le regard avant d'avoir affaire à sa face de brute.

La brume se lève, au bout seulement d’une demi-heure ; Reese jette un oeil à sa montre, et la lumière de sa lampe torche vacille, clignote. Elle y donne un coup sec, et le faisceau repart. Une parfaite scène d’ouverture pour un slasher, pense-t-elle alors que le pâtissier émet ses propres doutes. Elle saisit la flèche au vol, tire sur le fil qu’il y a accroché, l’enroule autour de ses mots pour ne pas les lâcher :  « Y’a qu’à activer ta vision nocturne, Ferretti. Tu l’as pas oubliée chez toi j’espère ? » Il flotte dans l’air assez de pessimisme et de découragement pour qu’elle y rajoute les siens, et Reese observe le pâtissier, haussant les sourcils, qu’elle tourne ensuite vers Kane. Le fil continue sa route, et s’accroche aux prunelles de Jack.  « Le problème c’est le Terrien… On en fait quoi ? On le garde ? » fait-elle, et le jauge d’un air exagéré, le reluquant des baskets au haut de son crâne. Elle est bien placée pour savoir que Kane a lui aussi des supers pouvoirs : celui d’apparaître sitôt qu’elle se croit seule, celui de la faire tourner en bourrique même quand il n’est pas là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Spencer-Kane
Event #6 - Battues JCmvZYa
Messages : 256
Emploi : lycéen, membre du club d'audio-visuel, co-capitaine de l'équipe de crosse
Sur ton walkman : bronski beat, smalltown boy - frankie goes to hollywood, relax
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues EmptyVen 2 Nov - 1:59

Therese, Andrea et Jack serrent une friandise, faible consolation entre des doigts tièdes et s’il n’était pas dans la convention la plus sobre de s’épargner un contact abusé, ils noueraient déjà leurs mains les unes aux autres, avec ceux qu’on appèlerait sous les élans sordides, des survivants pour créer une chaîne solidifiée et aussi sûre. Jack avait l’impression de descendre en rappel dans une cave inexplorée, il craignait déjà que le fil de solidarité se soit usé par endroits - et voir leurs fatigues manger visage sur visage le terrifiait au-delà de ce que le jeune homme pouvait décemment avouer. Il s’adresse à Therese, yeux braqués sur elle en phares gigantesques: « Ah-ah très drôle, r’garde où tu mets les pieds, tu veux? » Hier encore l’air était plein d’écume, les vieux bateaux sur la crique donnaient le ton, la carcasse abandonnée de la ville pouvait continuer à rouiller. Ce soir quand les murmures sont remontés le long des bras de sable entremêlés, Jack savait que toute la tendresse étrange émanant de Therese Wallis ne sauverait personne d’un possible naufrage - et alors il gardait les yeux sur ses camarades, quand bien même il avait juré fidélité à d’autres dans un bizutage qui allait avec leurs âges, où les poings se liaient autant aux coeurs tordus qu’aux mâchoires. - Personne n’avait le coeur à se battre.



Tenter de suivre la brume des yeux, un inconnu dans une pièce pleine de figures familières, Jack déglutissait, avancer de quelques mètres, entendre les voix de ceux derrière qui continuaient de tourner sur un disque géant et rassurant était la seule chose qui les maintenaient encore stables. - Sur leur récif, plusieurs navires risquaient de se fracasser mais la plupart d’entre eux étaient dehors pour une raison. 
Jack ne mentionnerait pas la dispute avec son père, plus tôt ce matin, non. « C’est pour ça que j’vous dis de faire attention, j’pense que plus ça va, plus on va s’y enfoncer, pire que de la vase, vous voyez? Pire. » Jack suit Therese du regard. Bientôt les lampes torche ne serviront plus à rien et ils pourront se rejouer cette scène de battue en boucle en se demandant dans quel labyrinthe émotionnel on les avait encore traînés. Ils semblent dégringoler un peu plus chaque seconde, alors la main de Jack se lève en protectrice, et elle se voit rarement articulée en faible bouclier par un humain aussi cabossé que lui. Il n’expliquerait pas que chercher sa mère avait été source de déception, qu’elle, dans sa mémoire était de ces parents capables de traverser la moitié du pays pour échapper à un quotidien les rendant malades. Hier encore, il échappait à ces remords, aujourd’hui, il voyait dans la nuit le lien tangible entre des hommes et des femmes, endommagés, le coeur lourd et serrés, les yeux noyés de brouillard. « Reese si la battue mène à quelqu’ chose t’as intérêt à me filer les x-men que tu planques dans la salle d’AV t’entends? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Event #6 - Battues   Event #6 - Battues Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Event #6 - Battues
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les upgrade event.
» Event pirate
» EVENT UPGRADE !!!
» Event chatbox n°05
» ϟ Garde ton sang froid ϟ GROUPE II ϟ Event 2 ϟ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aster Cove :: Anciens rps-
Sauter vers: