Dans la petite ville d'Aster Cove, des choses étranges se passent...

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dès qu'elle entrouvre la porte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 41
Emploi : Bénévole à la paroisse.
Sur ton walkman : Plus rien, il est cassé.
MessageSujet: Dès qu'elle entrouvre la porte.    Ven 5 Oct - 12:54

Mon rythme cardiaque ne retombe pas, je suis allongé par terre et je regarde le plafond au-dessus de moi, mon torse se soulève frénétiquement et ma jambe tressaute de temps en temps, le reste de mon corps tremble un peu à cause des spasmes dans mes muscles. Je n’ai pas regardé l’heure mais ça fait sûrement dix minutes que je suis là, enfermé dans ma chambre et je suis incapable de me relever à cause de mon genou, je ne vais pas appeler River parce que c’est de ma faute. Je viens de m’entraîner, des pompes, une trentaine. Mes abdominaux, j’ai le ventre encore dur et quelques échauffements pour embêter mes cuisses mais mon genou ne supporte plus aussi facilement qu’avant le poids de mon corps. Alors je suis encore ce pantin désarticulé qu’on laisse par terre parce qu’on l’oublie là.
Je tourne la tête et je me retourne péniblement pour me mettre sur le flanc, j’écrase mes deux paumes par terre et je me hisse sur mes bras pour me relever. Maintenant je suis assis, j’arrive à plier une jambe mais pas l’autre. Mes doigts s’approchent de mon genou et je le masse par-dessus l’épaisseur de mon jogging. Il est encore enflé, mon genou gonfle à chaque fois que je fais du sport et je perds toutes les sensations de cet os-là jusqu’au mollet pendant environ une heure.

J’ai besoin de trois voire cinq minutes de plus pour me mettre debout, je titube jusqu’à la porte et j’ouvre le verrou, il n’y a personne de l’autre côté de la porte, tant mieux. Je laisse celle-ci ouverte et je sors, je marche près d’un mur à cause des « au cas où » parce que je tombe souvent quand je me mets dans cet état, mes doigts effleurent le mur, j’évite les cadres et finalement mon bras retombe le long de mon corps.

J’y suis, je pousse la porte de la salle de bain mais avant d’y aller je regarde derrière moi, je n’ai pas encore croisé River. C’est mieux n’est-ce pas ? Elle m’en voudrait de ne pas écouter les recommandations des médecins. Ils disent « faites autres chose monsieur O’Leary, vous êtes jeune » et je cherche encore à comprendre où trouvent-ils un rapport. Justement je suis jeune, pourquoi je suis déjà dans cet état ?

L’eau froide gicle du pommeau de la douche et mouille mes cheveux que je n’ai plus coupés depuis quelques semaines, l’eau rince ma peau moite, je ferme les yeux et je bascule la tête en arrière en posant ma main à plat contre la paroi de la douche, ma jambe est toujours lourde, je peux encore perdre l’équilibre.

Quand je sors de la salle de bain, je ne porte qu’une serviette autour de mes hanches et, le parfum de mon gel douche habille ma peau nue.
Il n’y a toujours personne dans le couloir, je le traverse plus vite que tout à l’heure. Dans ma chambre il y a un radio réveil dont je ne me serre pas pour me réveiller, mais je n’écoute pas la radio avec non plus. Je regarde l’heure dessus, je suis en retard mais au lieu d’être grossier, je mordille l’intérieur de ma joue et je fais demi tour pour aller chercher des fringues dans mon placard. J’enfile un jean et par-dessus une genouillère pour maintenir mon genou et m’éviter les béquilles qui, a la longue, me font mal aux poignets. Je récupère un t-shirt avec des manches longues et ça ira, non ? Je ne regarde pas de quoi j’ai l’air dans le miroir (comme d’habitude), je ne veux pas céder au pêcher du narcissisme.

C’est la bonne porte ? Je me répète l’adresse même si ça ne me convainc pas et avant de frapper à celle-ci je regarde derrière moi, je veux être certain de ne pas me tromper. Dès que je me retourne, je serre le poing et je le lève, il retombe deux ou trois fois contre la porte pour prévenir que je suis là, en retard, mais là.

Alors je me suis trompé ? Suis-je en train de me demander quand c’est @Jessica Banner qui ouvre la porte et reste sous l’encadrement.

Mon cœur vient de rater un battement.

- Jessica.

Dis-je d’un ton calme mais ça a plutôt l'air d'un murmure, j’excuse la moue fatiguée qu’elle a en me regardant.

- Je me suis trompé d’adresse je crois, je cherche Stan. Il est ici ?

La dernière fois que j’ai vu Jessica, c’était à la nuit du bal et j’ai vraiment pensé que ça allait être la dernière fois.
J’ai continué de penser à elle quand même, j’ai déjà eu le temps de me demander pleins de fois comment elle allait maintenant ? Bien, je l’espère. Et pendant tout ce temps, elle était ici, derrière cette porte, dans cette maison, à cette rue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Dès qu'elle entrouvre la porte.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. So ridiculous !
» Elle a frappé à ta porte.
» (n°13) Ça lui apprendra à ne pas fermer sa porte....[pv Ralph]
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Porte étendard orque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aster Cove :: Quartier Nord :: Logements-
Sauter vers: