Dans la petite ville d'Aster Cove, des choses étranges se passent...

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Some Like It Hot {StAnge}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 662
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Some Like It Hot {StAnge}   Dim 9 Sep - 3:59

¤ Some Like It Hot. ¤
@Stan Alessandro





<< Knock to World
Right off its feet and straight onto its head.
>>



Les saisons hivernale et printanière avaient été tachées de moments sombres, inquiétants, pour toute la ville. Les rumeurs allaient de bon train, que ce soit pour toi, pour les autres, pour tout le monde. De ton côté, seule l’hallucination collective de l’église t’avait réellement affecté, n’ayant assisté aux autres événements qu’à travers la voix grésillante de la radio de Théodore. Mais les rumeurs n’étaient rien de plus que ce qu’elles étaient, nous avions d’autres choses à régler avant de s’intéresser aux démons des autres. Our Life Was A Mess. Tu t’étais mise à penser que tu méritais toute les violences subies au lycée, les regards, les persécutions. Tu pensais que j’étais la solution. Mais tu avais tort, quelque part, je le savais mais j’avais besoin de m’assurer que tu étais vraiment la solution. Après tout, je n’avais jamais connu de doutes à ton sujet, j’imagine qu’il fallait que je te remette en question pour m’abandonner entièrement entre tes bras d’ange.

Le Drive-In pansait tes blessures, chassait tes coups de cafards nocturnes, quand l’appétit ne suffisait pas à guider tes pas vers le Dinner, c’est les roues de la bagnole de Théodore qui te menait ici. Quelque part, l’obscurité du terrain entrecoupé des flash lumineux du grand écran te procurait un certain sentiment de sécurité, un vieux goût de nostalgie. Tu avais toujours ce vieux ticket froissé qui traînait dans ta poche, ce dernier avait une importance particulière à tes yeux. Fantôme d’une époque devenue lointaine, souvenir d’un amour partagé, brisé par la réalité des sexes et des gens. Il était venue te chercher avec la vieille voiture de son grand-père, tu avais mis ta jolie robe à pois et il t’avait acheté de la réglisse rouge. Tu avais fait un commentaire comme quoi Danny Zuko était super sexy, il t’avait répondu que Sandy avait moins de malice que toi dans le regard. Finalement, vous vous étiez regardés pendant la scène du drive-in, comme une espèce de parallèle amoureux, sauf que vos bouches ne s’étaient pas décollées tandis que John Travolta chantait encore sa peine sous les projecteurs du terrain.

Les bribes de ta mémoire explosent en même temps que les bulles de ton soda, qui frétillent avec énergie dans ton gobelet. La réglisse était devenue une habitude pendant les films. Ici, tu ne venais quasiment jamais accompagnée. Ici, c’était le temple des souvenirs heureux, tu préférais toujours emmener les connards qui salissaient tes genoux pour une gâterie dans d’autres endroits, moins symboliques. Tu restais à regarder l’écran géant, seule, dans cette grosse bagnole rouillée, à attendre qu’un bras partie depuis longtemps se pose enfin sur tes épaules. Et quand le film, que tu avais probablement déjà vu une dizaine de fois, commençait à t’ennuyer, tu sortait pour rassasier ta faim et ta soif avant de retourner te terrer dans cette vieille voiture rassurante.

Parfois, l’univers se met en accord avec lui même pour ajouter des ennuis à ton quotidien déjà trouble. Et cette fois, c’est ton coca-cola tout frais qui prit la dure décision de se jeter sur la chemise du premier passant, alors que tu n’étais plus très loin de ton refuge.


Merd- Tu peux pas faire attention, t- .. ‘Fais chier …


Ta jolie bouche en coeur jurait comme un charpentier mais ton regard s’est déjà échappé bien loin lorsqu’il a croisé celui de Stan. Il fallait que la brute du lycée soit là, et que ton soda s’amourache de son torse. Tes yeux tentaient de trouver une solution dans le visage harmonieux de Marilyne Monroe, alors que les images grisonnantes de Certains l’aiment chaud défilaient à l’écran. Alors, Ange, comment allais-tu te sortir de là, cette fois ?

_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 222
Emploi : Dealer
Sur ton walkman : Suspicious mind - Elvis Presley
MessageSujet: Re: Some Like It Hot {StAnge}   Mar 18 Sep - 0:12

Some like it hot
Ange Delacourt

Tu étais déçu. Très déçu face à ce que tu voyais... Après tout, le drive-in n'avait jamais vraiment été ta tasse de thé... À vrai dire, tu avais cru pouvoir te détendre quelques instants devant un film -car cela se faisait apparemment- et ta mère te l'avait vivement conseillé... Très bien. Madame Alessandro ne te disait que très peu de chose, mais lorsqu'elle s'y risquait, tu devais lui obéir. Oh, tu n'avais jamais réellement vu ta mère contrariée, seulement si elle avait pris de son père, tu n'en avais absolument pas envie ! Ainsi t'avait-elle traînée jusqu'au Drive-in, te promettant un film fantastique... Quelle conne franchement. Tu avais compris les enjeux de ce navet dès les premières minutes, lorsque ces deux idiots enfilèrent finalement leurs tenus de femme... Haha, c'était drôle... Non vraiment. Pas ton genre d'humour. Ces bouffons te faisaient bien plus pitié qu'autre chose, et cette idiote blonde de Marilyn Monroe ne rehaussait pas le niveau -aussi belle pouvait-elle être-.

Le clou du spectacle montra finalement le bout de son nez en plein milieu du film ! Quelle ironie ! À vrai dire, tu avais quitté la voiture familiale afin de remplir le cornet de pop corn de ta mère... Seulement, ce fut en chemin vers le vendeur que ta destinée funeste t'attendait ! Cette sale garce avait pris la forme du pire déchet que tu avais pu croiser lors de tes années de lycée. Bon, probablement pas aussi pourri que pouvait l'être cette trainée de O'Leary, mais nous n'en étions pas loin ! Cette "destinée", c'était ce petit con d'Isaac Mathieu... "Ange"... Non mais quel crétin celui-là ! Là n'était cependant pas le pire... Son soda s'était malencontreusement renversé sur ta chemise, tachant éternellement le blanc de ton vêtement... Tu sursautas tout d'abord. Le coca était glacé, te crispant bien rapidement... Tu soupiras... Soufflas lourdement en observant l'écran un peu plus loin, évitant tout contact avec ce con de Mathieu...

Tenterais-tu là de calmer la rage qui s'accumulait en toi grâce aux beaux yeux de Marilyn Monroe ? Peut-être, mais quel dommage... Tandis que tes yeux se promenaient sur l'écran, seule la stupidité de ces deux travelos t'était restée coincée dans la rétine. Une belle ironie, car tu ne pus que relater ces énergumènes qu'à la raclure que tu tenais en face de toi... Tu te retournas ainsi violemment vers le petit Ange qui te faisait timidement face. Ton regard était presque animal. Tu avais une envie viscérale de lui casser la gueule... Seulement, ainsi encerclé par les voitures, il était risqué de t'en prendre à lui. Tu préféras simplement le prendre par le col et l'entraîner avec toi plus loin... Tu n'avais aucune pitié, et tu en aurais certainement moins eu si ta mère ne t'attendait pas dans sa voiture. Ta prise fut finalement lâchée une fois plus loin des véhicules. Tu crachas nonchalant à ses pieds.

« Ecoute tafiole. J'espère pour toi que tu ne resteras pas dans ma ville l'année prochaine. Vraiment, ça vaudrait mieux pour ta gueule. J'en peux plus te voir, pour qui tu t'prends ? »

Made by Neon Demon


PS : Ange !!! Tu sais, je t'aime gros comme ça ! J'espère que j'ai pas été trop horrible, parce que sache que mon moi IRL ne tolère absolument ce que fait Stan. Voilà, j'espère que ça ira. Pleins de bisous sorry

_________________
aspire to the strengh.
A truly strong person does not need the approval of others any more than a lion needs the approval of sheep. You're the king tho...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 662
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: Some Like It Hot {StAnge}   Jeu 20 Sep - 22:26

¤ Some Like It Hot. ¤
@Stan Alessandro





<< She took a short cut
To bein' fully grown
>>



Les pommettes rondes et les lèvres charnues de Marilyn t’écarte un moment de la réalité. Tu t’imaginais dans ce train, avec toutes les femmes de cet orchestre, à jacasser, rire ensemble, jouer de la musique frénétiquement en se délectant des sons produits avec ces vieux instruments. Mais la blondinette ne t’a pas porté chance, le regard de Stan t’a déjà assassiné.

Tu aimais que les garçons te regardent. Les étincelles curieuses qui traversaient leurs iris, les lueurs suspicieuses qui coloraient leurs rétines, les yeux luisants qui fuient ton visage de poupée. Tu aimais le regard des garçons, mais celui de Stan te faisait mal. Il arrivait à te blesser rien qu’avec la haine qu’il communiquait visuellement. Et chaque fois que tu t’aventurais à l’affronter, les yeux dans les yeux, les bleues se multipliaient sur tes bras, tes jambes, ton ventre. Un, deux, trois coups de tonnerre au bout de ses doigts. Une, deux, trois gouttes de pluie sur ta peau blanche. Une, deux, trois averses dans ton coeur saignant.

Stan semble absent, un instant, mais ce moment est de courte durée puisqu’il agrippe aussitôt ton col pour te traîner plus loin. Ton souffle se coupe, tu as envie de crier mais tu doutes que quelqu’un te vienne en aide. Après tout, il était Stan Alessandro et toi, tu n’étais qu’une bête de cirque.

Il finit par te lâcher comme une merde, au sol, alors que tu reprend ton souffle. Sa salive s’écrase à côté de ton talon, il aboie des menaces que tu ne prends même plus la peine de traduire. Les garçons comme lui me faisaient peur, à moi. Ils dégageaient cette aura meurtrière, comme s’ils se retenaient de ne pas nous achever.

Il semble attendre une réponse, tu te contentes de laisser planer le silence. Le rire de Marilyn résonne jusqu’ici. C’est le tien qui suit. Un rire étouffé, fatigué. Tu te redresses en époussetant ta jupe et tes genoux. Le lycée, c’était terminé. Tu n’avais plus besoin de te tenir à carreaux, tu n’avais plus besoin de faire semblant que les mots ne t’atteignaient pas uniquement pour que cette administration corrompue n’ouvre les yeux que devant tes erreurs et pas celles des autres.


C’est quoi le soucis, en fait ? T’as cru que j’étais là pour le plaisir ? Que je te laissais me tabasser parce que, finalement, c’est plutôt cool, de sentir tes poings sur mon petit corps ? Je te donne la réponse tout de suite, vu que t’es pas foutu de connecter les deux brindilles qui te servent de neurones : Non. Non, ça me plait pas. Ni d’être ici, ni de voir ta sale gueule dans mon endroit préféré, ni de me faire traiter comme si j’étais la pire des merdes.


Tu arranges ta jupe et tes cheveux. Il y a cette lueur, cette flamme ardente qui brûle dans tes yeux tel un incendie qui ravagerait la ville. Tu dégages cette condescendance, cette fierté et tu ne comptes pas t’agenouiller devant le connard de service.


Non, sérieusement, c’est quoi ton problème, Stan ? J’te fais autant d’effet que ça ?” Un sourire énigmatique étire tes lèvres. “Tu baises pas assez fort la fille de la voisine ? T’oses pas essayer avec un mec et tu te dis que ça sera plus facile avec moi ? Sérieux, Stan, c’est quoi ton putain de problème ?” Le ton monte, la langue claque, Tu ne te laisseras sûrement pas faire, quitte à te recevoir des coups en retour. Tu te risques même à le pousser avec ta faible force. “Si t’as tant envie que je parte, files-moi de la tunes. Je demande que ça, moi. Du fric pour me casser d’ici.”


Ange, je ne suis absolument pas confiant. Heureusement que tu es là.

HRP:
 

_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 222
Emploi : Dealer
Sur ton walkman : Suspicious mind - Elvis Presley
MessageSujet: Re: Some Like It Hot {StAnge}   Ven 12 Oct - 22:50

Some like it hot
Ange Delacourt

Ce petit con avait réellement le pouvoir de te faire monter la pression en quelques secondes. Il en était d'autant plus effectif lorsque ce dernier se mettait à parler... Oh il ressemblait en tout point à une fille. Ses mots, ses manières, sa voix, son corps... Peut-être cela te rendait-il encore plus fou ! Tu n'osais probablement pas te faire la remarque, mais sans la connaissance préalable de son "véritable" sexe, jamais tu n'aurais tant détesté ce personnage de Ange Delacourt... Oui, c'était certainement là le plus détestable ! Ce garçon se complaisait, s'affirmait et jouait parfaitement la jeune fille. Alors cela, tu ne pouvais l'accepter dans ta ville. C'était ridicule, autant pour lui que pour son entourage ! Tu n'imaginais même pas le nombre de garçons ayant pu tomber dans les filets insidieux de ce pervers avant de découvrir la joyeuse surprise qu'il cachait entre ses jambes... Toi, tu t'en étais éloigné comme la peste et ce depuis le départ ! Tu n'acceptais aucune de ses paroles, et l'idée même d'entendre sa voix t'insupportait... Dieu sait qu'à l'instant où ce taré te sermonna, en ce soir au drive-in, des envies génocidaires te traversèrent l'esprit. Il fut même étonnant de ta part de laisser ton interlocuteur finir sa petite crise de nerfs. En règle générale, tu aurais très certainement fini rapidement cette discussion par un coup brutal dans le menton, histoire que ce con ne se relève pas avant un moment... Seulement, tu souhaitais ici observer jusqu'où Mathieu pouvait te conduire. Jusqu'où ta colère pouvait monter grâce aux paroles abjectes du trouble-fête...

Très bien ! Alors monsieur le travelo n'aimait pas se faire frapper ? Quelle surprise ! Tu aurais réellement cru que les délires sadomasos étaient son kif... C'était presque la fin d'un mythe ! À le voir ainsi se pavaner dans ces vêtements, tu n'imaginais pas un instant qu'il ait pu appréhender les coups de garçons raisonnables tels que toi... À quoi s'attendait-il ? Pensait-il réellement pouvoir vivre en paix avec une vie pareil . Non évidemment ! Il attirait les coups. C'était la proie la plus facile de n'importe quel prédateur... Si ce petit impertinent souhaitait faire ce qu'il lui plaisait, il pouvait le faire en dehors de la société. Il fallait qu'il comprenne que vous étiez chez les gens civilisés. Des personnes qui acceptent leur corps et leur esprit tel qu'ils ont été conçu ! Loin de toi l'idée d'utiliser cette vieille phrase moisie de "contre nature", tu laissais aisément cet argument aux pédales de religieux... Il était simplement question ici de ne pas faire vomir son entourage par sa seule présence. Oui, ça c'était être un temps soi peu civilisé.

« Il manquerait plus que je te file de la tune pauvre con. » commenças-tu en te rapprochant dangereusement de ton interlocuteur, désormais relevé. Tu frappas ton index contre ses clavicules en haussant le ton, comme pour le sermonner à ton tour.
« Tu es mon seul soucis là tout de suite Harrison, comprend le bien. Ta seule présence dans ma ville me fait perdre foi en l'humanité ! Me parle même pas baiser avec quoique ce soit là... Sérieux, t'as un don pour me donner envie de vomir. » Tu craches par terre et reprend contact avec ton adversaire.
« La plus bonne des putes pourrait se trouver juste à côté de toi que j'pourrai pas bander tant tu m'dégoûtes ! T'as cru réellement que tu pouvais vivre ta petite vie paisible comme ça, sans que des gens sensés viennent te rappeler à l'ordre . Mec mais redescend sur terre... »

Tu serras fort les points... À quand ton coup final sur ce malade ?
Made by Neon Demon

_________________
aspire to the strengh.
A truly strong person does not need the approval of others any more than a lion needs the approval of sheep. You're the king tho...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 662
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: Some Like It Hot {StAnge}   Dim 14 Oct - 0:12

¤ Some Like It Hot. ¤
@Stan Alessandro





<< A perfect Frankenstein
Out on the lone pine
>>



Parfois, la nuit, quand tes ongles griffent mes hanches jusqu’au sang en essayant de te convaincre que le lendemain, tu te réveilleras dans le bon corps, tu repenses à notre arrivée à Aster Cove. Ta perruque parfaitement coiffée, un béret pour le cliché, une robe qui remontait à peine au dessus de tes genoux, des collants bien opaques, un simple gilet pour garder un air de petite fille parfaite. Après tout, tu ne t’attendais pas à rester ici trop longtemps, jouer les petits anges te semblait marrant, à l’époque. C’est pour les mêmes raisons que tu n’as rien dit à personne, pour moi. Tu pensais partir à la fin de l’été, rentrer à Paris ou Tokyo ou peu importe. Alors tu as laissé les garçons baver derrière ton passage, te flatter sur ta jolie tenue du jour, tu en as même laissé un être plus qu’un rapide flirt au détour d’une rue. Mais quand, la veille de la rentrée à Aster Cove High, Papa t’a appelé pour te dire qu’il ne pourra pas venir te récupérer avant un moment et qu’il avait transmis ton dossier scolaire au directeur, t’avais vu la fin d’un rêve arriver à vive allure. Tu t’étais rassurée tout l’été en te disant que de toute façon, tu serais partie à la rentrée mais là, tu n’avais pas pu échapper à ta sentence.

Tous les jours depuis, les garçons te faisaient payer ton mensonge, ces trois petits mois où tu avais goûté au bonheur de n’être qu’une jeune et jolie fille venue d’ailleurs. Et ça fait trois ans que ça dure. Trois longues années qu’on lui fait payer ses choix de vie, ses choix identitaires. Trois longues années qu’elle attend patiemment qu’on la tire de cet enfer. Sauf que l’Ange a brûlé ses ailes à force de les échauffer et préfère utiliser ses cendres pour empoisonner ses ennemis. Hors de questions d’arrêter de se battre sous prétexte que les forces sont au plus bas. Ange, tu n’es plus seule. Trois longues années, tu ne peux pas dire que tu es la même qu’à ton arrivée. C’est terminé.


Non mais Stanley, j’en ai rien à foutre de tes problèmes d’érection, c’est pas mon problème de savoir sur qui tu t’branles, sur une vieille pute camée ou sur la mère de ta cousine, c’est ta vie !” Il te pousse mais tu ne recules pas. Au contraire, tu t’avances en levant la tête, le regard enflammé. “Faut vraiment avoir un problème avec ton hétérosexualité pour te sentir menacé par une personne comme moi, sérieux. Tu te prends pour qui ? T’es qui pour me dicter mes actes ? Mon père ? Le Président ? Dieu ? Je crois pas non, même si t’es le Roi des couillons.


Cette fois, tes bras poussent violemment le corps de Stan le plus loin possible. Lui qui n’arrête pas de cracher t’a donné le bon exemple puisque toi aussi, tu craches. Mais dans sa gueule.


Vas t’faire foutre, Stan.


Ange. Je pense que tu viens de signer notre arrêt de mort.

_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 222
Emploi : Dealer
Sur ton walkman : Suspicious mind - Elvis Presley
MessageSujet: Re: Some Like It Hot {StAnge}   Lun 29 Oct - 17:53

Some like it hot
Ange Delacourt

Tu étouffas un rire atrocement jaune dès les premières défenses d'Isaac... Ce garçon avait un don pour t'amuser. Oui, à la fois te faire sourire par la pitié qu'il dégageait et te donner une envie viscérale de commettre un meurtre. Ces pulsions paradoxales se chevauchaient avec lui en quelques secondes, dirigeant les traits de ton visage en grimace ou en rictus dangereux... Il était en effet rare pour les victimes que tu avais prises en chasse d'assimiler tes sourires amusés à de bons signes. Généralement, c'était synonyme de très mauvaises nouvelles... Un Stan énervé ne souriait jamais. Il frappait de ses mots ou de ses poings, mais les sourires ne faisaient pas partie de son personnage en colère... Lorsque cependant une pauvre âme en venait à faire sourire le loup de rage, l'histoire se terminait en sang.

Entendre ce petit merdeux d'Isaac Mathieu parler de branlette avec toi avait été drôle un moment. Mais toutes les conneries avaient une fin... Cette sous-race avait rapidement fait redescendre ton petit sourire narquois, et c'était désormais un Stan sadique au possible qu'il aurait la joie d'affronter. Son petit jeu du "garçon qui ne se laisse plus faire" avait assez duré. Il n'avait pas suffi plus d'une bousculade et quelques petites minutes de conversation pour que tes limites soient complètement dépassées. Évidemment, le clou du spectacle fut lorsque cette raclure te cracha au visage. Une subtile façon de te faire complètement perdre ton sang-froid... Si jusqu'à présent tu t'étais retenu afin d'expérimenter l'évolution de la petite pédale Mathieu, il était désormais temps d'arrêter. TU étais le chef d'orchestre. TU décidais et contrôlais le bon déroulement d'une conversation ! Ce crachat avait été de trop et Isaac devait bien le savoir.

Tu ne pris même pas la peine de lui répondre en premier lieu. Il était tout d'abord question de lui faire ravaler ses mots... Et sa bave... Ton poing s'anima tout seul ! Face à la lumière des projecteurs, portrayant la ravissante Marilyn Monroe sur la grande toile, une ombre menaçante frappa violemment son petit interlocuteur. Un coup dans le visage, à en éclater des arcades ! Toi le monstre, laissa nonchalamment ta victime s'écrouler sous le choc... Tu ne l'avais pas raté !

Le jeu n'était pas terminé cela dit. Il devait te rester quelques minutes avant que ta mère ne remarque ton absence... Ainsi t'accroupis-tu face à cette loque humaine. Tu attrapas brusquement son col avant de coller son crâne au tien. Tes yeux l'assassinaient... D'un geste nonchalant, tu tâchas de t'essuyer sur ses cheveux avant de lui cracher à ton tour au visage...

« Roi des couillons ça me va Mathieu. T'as de la chance, ton roi est magnanime aujourd'hui... Si tu avais croisé ma route dans un endroit plus tranquille, tu serais déjà mort. »
Made by Neon Demon


PS:
 

_________________
aspire to the strengh.
A truly strong person does not need the approval of others any more than a lion needs the approval of sheep. You're the king tho...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 68
Emploi : 12th grade, employée au drive-in.
Sur ton walkman : BLACK SABBATH - paranoid ; AEROSMITH - dream on ; SUPERTRAMP - breakfast in america.
MessageSujet: Re: Some Like It Hot {StAnge}   Dim 2 Déc - 8:42

La lampe-torche balaie le sol au rythme des pas pressés de Reese. L'écran éclaire le drive-in comme un clair de lune, révélant les visages tournés vers Marylin, regards brillants et gestes ralentis par l'attention portée au film, pour d'autres les paupières closes, têtes rejetées contre les sièges à expier toute la fatigue d'une longue journée de labeur. D'ordinaire, Reese leur accorde une attention modérée, parfois fascinée par l'activité humaine des autres, inspiration respirant de vie qu'elle retranscrira sur ses feuilles de dessin ou derrière la caméra, plus souvent elle-même spectatrice de la projection du jour, ennuyant Cary qui est plus intéressé par les carrosseries des quelques voitures de collection qu'on exhibe au drive-in que par ses analyses cinématographiques -c'est dans ces moments-là que le club d'audiovisuel, ou même celui de théâtre, lui manque farouchement.

Ce soir, c'est différent. Wallis braque son regard scrutateur sur chaque silhouette, éblouit deux adolescents qu'elle a cru en train de s'arracher les cheveux -en réalité une simple séance de bécotage intensive dont l'amalgame de bras et de vêtements a trompé son jugement biaisé par l'urgence.

Elle l'a vue, dix minutes plus tôt, avec une silhouette massive. « C'est quand même dommage... » « Quoi ? » « Ange. Tu sais... » Reese, en revenant d'une brève pause (deux minutes, le temps d'aller aux toilettes avant la scène culte du film), a suivi le regard de Cary jusqu'à la figure d'Ange, déjà lointaine -déjà double. « C'est le genre de fille qui mérite mieux qu'un vieux pick-up de trentenaire, tu sais, une Cadillac vintage ou alors un nouveau modèle à la pointe de la technologie, presque du sur-mesure, un truc que peu pourrait se permettre tellement c'est peu banal comme ba... Hey Wallis, tu vas où ? »

Reese trouve les deux ombres au sol. Cette fois l'amas n'est pas trompeur, et Reese croit reconnaître le profil typique d'Alessandro tout contre le visage de poupée d'Ange -camouflé par ses longs cheveux noirs, et l'inquiétude fulgurante de la lycéenne. Pas besoin d'être Einstein pour comprendre ce qui se passe : la violence suinte de leur intimité bancale et dérangeante, dans la posture cassée d'Ange au sol, celle tendue de Stan qui la maintient à lui. Reese, à l'école, est plutôt du genre à se taire aux provocations des brutes, et elle se revoit encore opposer son silence à une remarque sale d'Alessandro -Sasha plus tard s'est indigné pendant de longues minutes, face aux propos, face à l'impassibilité factice de Therese. C'est sa carte passe-partout, l'impassibilité, tuer tout juste ce qu'il faut de ses remarques et de sa personnalité pour s'assurer une scolarité relativement tranquille.

Mais là, il y a Ange. Là, il y a la violence qui explose à son visage de témoin et Reese, malgré la peur, braque le faisceau de sa lampe-torche directement sur la scène. Elle voit le sang. A sa vue le sien lui monte à la tête, et elle envoie la lumière en plein sur le visage de l'agresseur, espérant bien lui enfoncer jusqu'à sa cervelle de brute assoiffée de violence et de stupidité. « Casse-toi avant que j'appelle les flics, Alessandro », siffle-t-elle. Son visage à elle est éclairé par le clair de lune du film, et on y distingue une colère sourde. Reese avec son gabarit d'aiguille, dans son stupide gilet rouge, a fait un pas en avant, prête à en découdre avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 662
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: Some Like It Hot {StAnge}   Hier à 17:04

¤ Some Like It Hot. ¤
@Stan Alessandro





<< The book of love will long be
Laughing after you are dead
>>



Tu vas trop loin, Ange, comme à chaque fois. Les ailes que tu as senti dans ton dos n’étaient faite que de plastique et de carton. La réalité est toujours plus douloureuse quand on tombe en plein vol. Tes plumes s’effritent, tu continues de t’accrocher mais il est déjà trop tard. La chute est inévitable, le poing s’écrase avec violence contre ton visage. Il y avait une sorte d’ironie dans le fait que ta première pensée soit celle de racheter du fond de teint pour camoufler les dégâts.

Tu ne supportais pas que l’on te frappe au visage. Les bras, pourquoi pas, les jambes, d’accord, le ventre, ça passait encore, le buste, c’était douloureux mais le visage. Ce visage que tu mettais tant de temps à tracer, dessiner, à rendre crédible sans pour autant délaissé la féminité du trait, le pinceau qui caressait chaque recoin pour ne laisser apparaître que la perfection d’une poupée. Il a tout gâché.

Tes oreilles sifflent, tes yeux brûlent, ta bouche s'inonde de sang, goût métallique que tu avais appris à aimer, couleur qui s’accordait au rouge de tes lèvres, corps fragile, gisant contre l’herbe terreuse de ce recoin du drive-in. La lumière de l’écran disparaît alors que l’ombre de Stan te dévore. Ta voix est coincée dans cette gorge serrée, le buste désarticulé est traîné par la force du monstre. Les formes se mélangent, tu es encore étourdie lorsqu’il essuie tes méfaits sur tes cheveux synthétiques avant de sentir ce liquide visqueux sur ta joue. Ta voix se brise entre deux constellations.


Je … préfère mourir … que de revoir ta sale gueule de rat consanguin.


Tes murmures sont tranchants, tu l’as bien sentie, ce coup, mais tu ne regrettes rien. Qu’il continue de te frapper, de t’insulter, d’agir comme le plus gros des cons, rien ne te fera regretter d’assumer celle que tu es. Si tu devais mourir ce soir, ce sera sans regrets.

Mais même la Faucheuse ne veut pas de toi, l’intervention de Wallis le prouve bien. La lumière est différente, la lune éclaire les traits crispés de Ree, un visage que tu n’avais jamais vu aussi déformé par un sentiment tel que la colère. Tu la regardes, tes yeux transpercent tes mèches d’ébène, et soudain, tu as peur. Tant que tu étais toute seule, il n’y avait rien à craindre. Mais maintenant, vous étiez deux et tu n’étais pas sûre que l’une de vous ait le gabarit nécessaire à intimider Alessandro.

Tes mains s’agitent, poussent le corps trop lourd de la bête avec les tréfonds d’une énergie insoupçonnée. Les menaces de Reese résonnent dans ce coin sombre du drive-in, ton corps tient à peine debout, tu essuies la salive restée sur ton visage.


Wallis, restes pas ici. Ce mec est un psychopathe.


Tu t’écartes légèrement, instinct de survis qui saisit tes tripes, tu as peur mais tu gardes la tête haute, le regard condescendant. Ces derniers mois passés à te cacher étaient terminés. Il était hors de question de revenir en arrière.


_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Some Like It Hot {StAnge}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Some Like It Hot {StAnge}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aster Cove :: Quartier Nord :: Drive In-
Sauter vers: