Dans la petite ville d'Aster Cove, des choses étranges se passent...

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 663
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Mer 5 Sep - 21:49

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤
@Jaewoon Bong






<< Et eux ne valaient rien
Et on en a plus besoin.
>>

Entendre la voix de Papa au bout du fil avait toujours quelque chose d’hypocrite. Les tonalités douces-amères agressaient tes oreilles mais réchauffaient ton coeur. Vingt minutes de silence gêné un jour, toutes les deux semaines. “Ca faisait longtemps, Ange. Tu n’a pas répondu à mes appels ces dernières semaines. Tout va bien ?”. Hugo, ta gentillesse se faisait parfois bien trop éclipsé par ta naïveté. Ange, elle aurait voulu lui hurler dessus, le supplier de venir la chercher, que depuis le temps, elle avait changé, elle était prête à revenir prêt de la famille, qu’elle ne ferait plus de bêtises. C’est ce que j’aurais fait, moi. Mais tu n’étais pas ce genre de fille. “Théodore m’a dit que tu avais été très occupée avec les études, c’est une bonne chose !”. Un regard discret vers le vieux chat grincheux de la piaule. La face froide de ton oncle t’arrache un sourire. “Et River va bien ?”. Un prénom ne quittait pas les lèvres du géniteur durant ses appels obligatoires, celui de ton amie la plus proche. Il ne jurait que pas elle, la fille qui avait sauvé son enfant de la solitude. A croire que dans l’imaginaire de notre père, la vie à Aster Cove se résumait à boire des milk-shakes au dinner et aller voir des films avec tous ces amis -que tu n’avais pas- au Drive-In. Parfois, tu te disais qu’il ne méritait pas que tu détruises ses rêves. Alors tu le laissais délirer, tu alimentais les mensonges qu’il se faisait à lui même et tu te contentais de dire “Tout va bien, Papa.”.

Avant de raccrocher, une phrase provoque un déclic dans ton esprit. “Oh, Ange, avant d’y aller. Je voulais te le demander plus tôt mais tu ne répondais pas, bref. Le dernier album d’Indochine est arrivé ? Ça fait quelques mois, maintenant, le disquaire doit l’avoir reçu.”. Comment avais-tu pu l’oublier ? Ce groupe que notre père et nous adorons par dessus tout. Tu avais à peine pris le temps d’entendre la tonalité de fin d’appel que tu enfilais tes chaussures pour courir jusqu’au disquaire. Avec ta petite jupe en cuir rouge et ton débardeur à col roulé, ton style sonnerait presque plus sixties que eigthies. La chaleur de la boutique de vinyles t’entoure et te rassure. C’était assurément un endroit où tu te sentais bien. Mais ton coeur n’avait pas été à la musique, ces derniers temps. Ce qui est bien dommage, au final, car la voix de Nicolas Sirkis faisait toujours des miracles sur ton coeur malheureux. Tes doigts aux ongles vernis frôlent les pochettes des albums de la catégorie “Musique du Monde” avant que tu ne te glisses jusqu’au comptoir pour faire face au jeune homme. Tes grands yeux scrutent son visage lisse et timide, tes lèvres rouges esquissent un fin sourire et tes prunelles brillent d’une lueur curieuse. Ta voix si particulière, aux teintes aiguës, coincée entre deux genres, résonne dans la pièce.

Bonjour, Jae’. Ça faisait longtemps.

Tu le sentais, Ange ? Ce souffle de vie qui te traversait de nouveau, après cette période d’apnée. Comme si toutes ces semaines de doute n’avaient jamais existé. Alors oui, ça faisait longtemps, Ange.

Dis-moi … Tu as reçu l’album d’Indochine ? '3' ?

Tes longs cils battent avec douceur, rendent ton regard intense, profond. Les garçons comme Jae’, tu les mettais souvent mal à l’aise. Certain se rassurait en pensant à ce que tu caches sous ta jupe, d’autre se remettait totalement en questions pour les mêmes raisons.  



_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 164
Emploi : 12th grade/ vendeur au disqu'ère
Sur ton walkman : Never Ending Story - Limahl
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Jeu 6 Sep - 21:53

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤






<< Et eux ne valaient rien
Et on en a plus besoin.
>>

Un boucan effroyable se faisait entendre à l'arrière boutique du magasin. Là où était stocké les vinyles et les albums que l'on venait de recevoir. Stupéfait, je regardais la pile devant moi qui se trouvait sur le sol puis le carton que je venais de soulever. Comment est ce qu'il avait fait pour s'ouvrir en dessous ? Heureusement, la chute n'avait pas été vertigineuse et ça avait fait plus de bruit qu'autres choses. A tous les coups ça avait dû alerté ma collègue de travail et je soupirai tout en me baissant. Je l'entendais déjà me dire que j'étais qu'un maladroit, un bon à rien et que j'avais juste été embauché pour mon jolie visage. J'avais l'habitude des compliments alors ces paroles glissaient sur moi sans m'atteindre.
D'ailleurs en parlant de ma charmante collègue, j'entendais ses talons se faire de plus en plus proche. Perché sur des longues jambes, une femme d'une trentaine d'année , qui avait surement oublié qu'elle n'en avait plus vingt vu les tenus d'adolescentes qu'elle portait à chaque fois. Allez savoir pourquoi, les adultes ne m'intimidaient pas et je pouvais donc lui répondre sans aucun problème.

- Quand tu aura fini de faire ton cirque Bong Bong, tu pourra peut être aller t'occuper de la caisse ? Il y a des clients qui attendent


Je ne relevais pas le surnom, elle m'avait appelé ainsi depuis qu'elle avait décidé qu'elle ne m'appréciait pas. Et elle, elle faisait quoi exactement ? Parfois je me posais la question. A part mâcher du chewing gums, je ne la voyais pas faire grand chose dans la boutique. Je me redressais, époussetant mon pantalon avant de me diriger vers la sortie.

- Regarde moi ça, un incapable pas fichu de ranger correctement...

J'avais levé les yeux au ciel, avant de rejoindre le comptoir. Je saluais le client et encaissait l'argent puis souhaitait une bonne journée. Ma collègue n'était pas capable de prendre en charge un client visiblement. C'était une personne que je connaissais qui venait ensuite se glisser face à moi. Une longue perruque noire, des grands yeux. Ange. Si la trentenaire ne me faisait ni chaud ni froid, c'était différent en ce qui concernait l'adolescent.e. Je savais que derrière ce maquillage et cette tenue féminine se cachait un garçon. Mais je me retrouvais tout de même embarrassé. Je n'avais rien contre le fait qu'il se déguise en fille - ce n'était pas mes affaires - mais je me demandais tout de même ce qui pouvait amener un garçon à faire ça. Du coup, j'étais bien coincé car je ne savais pas trop comment je devais agir avec lui/elle.

- Bon...bonjour Ange

Au moins j'arrivais à aligner deux mots quand je lui parlais. Après ce n'était pas comme si on se tapait la causette souvent. On avait beau être dans le même lycée je crois bien que je l'avais croisé peu souvent. Ses battements de cils me faisait rougir sans que je ne puisse rien y faire.

- Ah euh...oui...je l'ai gardé de côté...

Soufflais je avec un petit sourire. Je savais qu'il était un fan d'Indochine et que donc il viendrait le chercher. Même si Ange se sentait fille, c'était bien ses propres goûts initiaux non ?
Je sortais de sous le comptoir le fameux album. J'aimais beaucoup la pochette. Ne parlant pas du tout français j'ignorais quel était le sujet de leurs chansons mais...visuellement la pochette était belle. Des roses sur un fond de deux couleurs qui se mélangeaient parfaitement, avec le chiffre 3. Etrangement l'image me faisait penser à Ange. Je trouvais que ça lui allait bien. Je me pinçais les lèvres avant de lui tendre l'album.

- Est ce que...tu peux me lire les titres ?

Est ce que j'avais essayé de le faire ? Bien sur. Mais comme d'habitude j'avais été incapable de les comprendre.

_________________
Sometimes, I get scared, I’m afraid of tomorrow
So I wordlessly wander around alone ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com/t612-jaewoon-le-timide
avatar
Messages : 663
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Ven 7 Sep - 20:55

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤
@Jaewoon Bong






<< Et j'aime cette fille aux cheveux longs
Et ce garçon qui pourrait dire non.
>>

Pour beaucoup de garçon, tu étais une illusion, un piège dans lequel il ne fallait pas tomber, une tentation du Diable en personne. Comment un petit gars comme moi pouvait devenir une aussi jolie fille comme toi ? C’est la question qui brûlait leurs lèvres, qui faisait baisser leurs yeux, qui animait leurs poings. Pour toi, la réponse coulait de source : Tu es une fille, donc, tu as un charme de fille. Quoi de plus simple ?

Tes rapports avec les garçons d’Aster Cove avaient toujours été chaotiques. Il y avait ceux qui, comme Jaewoon, la trouvaient jolie et se laissaient facilement impressionner par son charisme. Ils avaient ce petit quelque chose de touchant, une timidité adorable, un embarras attendrissant. Et même si la plupart ne comprenait pas tes choix, ils les respectaient sans poser de questions.

Il y avait ceux qui, en sachant pertinemment quel genre de femme tu es, étaient totalement fasciné par ta personne. Tu étais pour eux une espèce de mythe, de legende, de mystère à résoudre. C’était sans doute les plus rares, les plus difficiles à trouver. Parfois, tu te disais qu’ils étaient simplement le fruit de ton imagination, un idéal dont tu avais rêvé sans parvenir à distinguer l’imaginaire de la réalité.

Et pour finir, il y avait ceux qui te rejetaient totalement de toutes sortes de façons possibles. Les honteux qui t’utilisaient pour soulager leurs fantasmes derrière les gradins, te voyant comme un objet sexuel inavouable plutôt qu’un être humain. Les brutes qui te cognaient sans réfléchir, sous prétexte que tu ne leur ressemblais pas. Et les pires. Ceux qui remplissaient ton coeur d’espoir avant de le briser en mille morceaux avec ce dégoût qu’ils te jetaient à la figure. Ces derniers te voyaient comme une Menteuse, une Traîtresse, la cause ultime de tous leurs maux. Et si tu gardais la tête haute devant tous les autres, seuls eux faisaient couler tes véritables larmes.

Le jeune employé fait naître dans tes yeux des étoiles scintillantes lorsqu’il te dévoile la couverture du nouvel album. Tu ne peux t’empêcher de venir caresser la pochette, détaillant du bout des doigts la rose peinte au centre. Le dos de cette dernière dévoile alors les titres des chansons que tu écouterais probablement en boucle, dans le salon où Théodore fait sa sieste en fin de journée.


Wow ! La pochette est vraiment trop jolie !


Rares étaient les garçons qui voyaient ce genre d’expression sur ton visage. Toi qui, dans les couloirs de l’enfer qu’était le lycée d’Aster Cove High, paraissait tellement hautaine, inatteignable et froide, rayonnait littéralement sur place. Mais personne ne pouvait t’en vouloir. Qui aurait envie de sourire pendant qu’on le bouscule ou saccage son casier ? Tes yeux clairs reviennent hanter le visage de Jaewoon alors qu’un fin sourire décore le tien.


Les titres ? Oui, bien sûre. Alors, la première chanson Troisième sexe. Ils l’ont écrit avec le chiffre, c’est pas bien difficile de deviner de quoi il s’agit.” Dit-elle en ricanant doucement avant de reprendre. “Ensuite, on a … Canary Bay, Monte Cristo, Salômbo, que des noms propres, ça doit être des noms de personnages ou de lieux.”


Jusqu’ici, les titres étaient faciles à expliquer étant donné qu’ils se définissent eux-même. Pour la suite, Ange se concentre un peu plus.


Après, il y a Hors-la-Loi, c’est celui qui ne respecte pas la Loi. A l’assaut, des ombres sur l’o … Euh … Comment on dit ? C’est ce que disent les pirates avant d’attaquer les bateaux, par exemple. Et ils ont fait un espèce de jeu de sonorité avec l’eau, la mer et la lettre ‘O’.”


Tu cherches parfois tes mots, même si tu vis ici depuis trois ans, tu préfères toujours le français à l’anglais. Que ce soit chez toi, à Paris, chez ta mère, à Tokyo ou chez Théodore, ici, à Aster Cove, tu parlais bien plus ta langue natale que locale.


Trois nuits par semaine sonne un peu érotique, je trouve. Trois pour Three, Nuits pour Nights, Semaine pour Week. C’est quelque chose qui se fait trois fois toutes les semaines, la nuit. On se demande ce que ça peut bien être …” Dit-elle en lançant un bref regard bourré de sous-entendus à Jaewoon avant de reprendre sa lecture le plus innocemment du monde. “Ensuite, il y a le Train Sauvage, ça ressemble un peu à l’anglais, c’est juste la prononciation qui change, tu voies ? Train Sauvage. Train Sauvage.


Même si son accent américain laisse un peu à désirer, la différence sonore semble bien marquée. La liste arrive à sa fin.


La dernière chanson s’appelle Tes yeux noirs.” Cette fois, tes prunelles pénètrent les siennes avec plus d’intensité. “C’est comme tes yeux. T’as compris ?


Tes paupières battent un instant, tes lèvres peintes de rouge se retroussent en un sourire amusé alors que tu fais glisser l’album contre le comptoir.


On l’écoute ? J’essairais de te traduire les paroles, si tu veux.




_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 164
Emploi : 12th grade/ vendeur au disqu'ère
Sur ton walkman : Never Ending Story - Limahl
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Mar 18 Sep - 18:44

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤






<< Et eux ne valaient rien
Et on en a plus besoin.
>>

Je savais qu'avec cet album entre les mains, Ange allait être heureuse. C'était la raison pour laquelle, que dès que la livraison des musiques importées était arrivé, j'avais mit celui d'Indochine de côté. Même si elle et moi on ne se connaissait pas vraiment, mise à part ici et au lycée quand elle venait...Car en y songeant cela faisait longtemps que je n'avais pas aperçu son visage de poupée entre les murs de l'enfer. Je ne pouvais cependant pas lui en vouloir d'avoir fait l'école buissonnière. On était tout les deux des victimes d'une Amérique qui était fort peu ouvert d'esprit. Voir totalement pas pour certaines personnes. Alors si la musique permettait à l'adolescente de retrouver le sourire, j'étais le mieux placé pour lui faire ce cadeau. Ce n'était certainement pas la vache qui me servait de collègue qui ferait ce genre de chose. De toute manière, quand j'étais là elle ne s'occupait jamais de la caisse. Sauf bien sur quand un beau jeune homme venait. Dans ces moments là elle trouvait n'importe quelle excuse pour m'éloigner.
Enfin avec Ange, j'étais tranquille à ce niveau là. Il ne valait d'ailleurs mieux pas que ma collègue s'occupe d'une fille qui n'en était pas une. D'autant plus, qu'elle était bien plus mignonne qu'elle.

- Je la trouve très jolie aussi

Approuvais je avec un léger sourire. Je gardais pour moi le fait que la pochette me faisait penser à elle. Je n'avais pas envie qu'elle pense que je la draguais ou quoi alors que ça n'était pas du tout le cas. Beaucoup de gens se trompaient déjà sur mon compte, inutile de rajouter Ange à la liste avec un malentendu. A la place je lui demandais si elle pouvait me traduire les titres. Mon français était un niveau très très bas, voir zéro en fait. Mais je savais que Ange le parlait très bien. A ma plus grande joie - que je montrais par un sourire plus large - l'adolescente avait accepté. Commençant par le premier - je me demandais si finalement j'avais bien fait et que Ange n'écoutait pas de la musique pornographique. Je ne faisais cependant aucun commentaire, me contentant d'écouter ses explications. Elle faisait des efforts pour me faire comprendre la traduction et j'hochais la tête pour lui faire savoir que j'avais saisi.
A part le premier titre, rien d'autre ne me semblait "osé", et j'avais bien entendu pensé trop vite à l'annonce d'une autre phrase, et le sous entendu d'Ange n'avait pas arrangé les choses. J'étais un peu gêné et me mordillais brièvement la lèvre. Je n'avais eu qu'une seule petite amie dans ma vie et on avait pas fait grand chose ensemble à part s'embrasser. Ca s'était tenu à ce stade et c'était surement pour cette raison qu'elle m'avait gentiment plaqué. Une rupture qui ne m'avait pas fait grand chose vu que je ne l'avais pas aimé à la base...J'avais simplement été incapable de dire "non".
Enfin tout ça pour dire que j'étais très loin d'en être à trois nuits par semaine en ce qui me concernait - si bien sur on ne parlait pas de lire un livre.

- Tes yeux noirs

Répétais je à la fin, en baissant le regard sur le comptoir. Notamment pour ne plus faire face à celui d'Ange. Comme c'était une langue que je ne parlais jamais, mon accent coréen était ressorti de sa boîte. Avec l'anglais, à force de pratique, j'avais presque réussi à le dissimuler totalement. Mais là, c'était comme si j'avais parlé avec un chamallow dans la bouche. Je ne savais pas pourquoi mais cette chanson me paraissait plus romantique que le reste.

- Euh...je suis pas sur de tout retenir...mais tu pourrais les écrire sur un papier...? Enfin il doit y avoir déjà les paroles en français dans le livret

Proposais je avec une légère maladresse. Ce n'était pas que je la rembarrais mais...je n'avais pas le cerveau d'Einstein et il allait être compliqué pour moi d'être attentif sur toutes les chansons. D'autant plus que certaines promettaient des choses...

_________________
Sometimes, I get scared, I’m afraid of tomorrow
So I wordlessly wander around alone ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com/t612-jaewoon-le-timide
avatar
Messages : 663
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Ven 28 Sep - 20:07

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤
@Jaewoon Bong






<< Des robes longues pour tous les garçons
Habillés comme ma fiancée
>>

Tes prunelles éteintes depuis des mois scintillent d’une douce lueur alors que tes doigts continuent de caresser la pochette de l’album. Elle te ressemble. C’est ce que disent les yeux du garçon, c’est ce que je me dis aussi. Il ne dit rien, mais tu comprends. Après tout, c’est ce genre de garçon. Et ce genre de garçon, ça se retient de dire les choses, pour éviter les malentendus. Tu n’avais pas besoin qu’on te dise que tu es jolie, tu le savais très bien, tu faisais tout pour. Tu n’en avais pas besoin mais ça faisait toujours du bien de l’entendre. De toutes façons, toi, ce qui t’importait le plus, c’était que les regards se posent sur toi. C’était ta seule envie : Qu’on te regarde.

Un sourire amusé étire tes lèvres alors que Jaewoon essaie de répéter un des titres. Mais ce moment attendrissant se déchire alors qu’un pincement te prend au coeur. Tu as cette impression de déjà-vu. Tu te voyais, assise sur une banquette du dinner, face à Jonah, à essayer de faire taire ton accent français, alors que lui souriait, l’air attendri. Parfois, ce genre de flash-back te revenait en tête. Il suffisait d’un endroit, d’une regard, d’une atmosphère familière, ça pouvait durer indéfiniment. Mais ta mélancolie se lit à peine sur ton visage, tu te contentes de de garder le silence, la porcelaine de tes joues toujours aussi figée.

Le refus de Jae te fait hausser un sourcil. Il ne veut pas écouter les mélodies avant les paroles ? Bon. Tu ouvres l’album pour y sortir le petit fascicule où étaient écrites les paroles des chansons.


Comme tu veux ! Bon, commençons par la première chanson, troisième sexe …”. Elle se concentre, déchire simultanément, à mesure qu’elle lit. “Dans la rue, des tenues charmantes … Maquillé comme mon fiancé … Garçon, fille, l'allure stupéfiante … Habillé comme ma fiancée … Cheveux longs, cheveux blonds colorés … Toute nue dans une boîte en fer … Il est belle, il est beau décrié … Euh … L'outragé mais j'en ai rien à faire.”. Les paroles la font sourire, un fin rictus amer, les mots résonnant dans le coeur de la jeune fille. “Voilà pour le premier couplet, en anglais.


Les sons bourdonnent déjà dans tes oreilles alors que tu lis les phrases dans ta tête, les mots sortent doucement, le français dans ton esprit, l’anglais entre tes lèvres. “J'ai pas envie de la voir nue … J'ai pas envie de le voir nu … Et … Et j'aime cette fille aux cheveux longs. Et ce garçon qui pourrait dire non …”. Les images des paroles saisissent ton coeur, le resserrent, et tes yeux brûlent alors que des gouttes d’eau émergent au coin de tes yeux. Le liquide transparent se mélange au fard coloré de tes paupières, tu passes discrètement ton index à la naissance des larmes, tu les fais disparaître sitôt qu’elles sont apparues. Tu continues la lecture avec une petite voix mais tu ne peux t’empêcher de te sentir frêle. Comme si, pour la première fois depuis longtemps, tu ne te sentais pas seule dans ta quête d’identité. Les mots sonnaient tellement juste, ils produisaient une puissante émotion au creux de tes côtes, comme si une aura chaleureuse enveloppait ta personne.


… Des garçons au féminin.” La chanson se termine sur ta voix fébrile et tes yeux rêveurs. Tu te racles la gorge en fouillant dans tes poches. “Je ne vais pas t’accaparer plus longtemps, mon petit Jae’, haha. Combien je te dois ?”. Elle commence à poser la petite monnaie sur le comptoir. La fin du mois était difficile, mais tu faisais toujours comme si de rien n’était. Puis, il te fallait cet album. En quelques phrases, il était devenu ton nouveau trésor.





_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 164
Emploi : 12th grade/ vendeur au disqu'ère
Sur ton walkman : Never Ending Story - Limahl
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Sam 6 Oct - 22:23

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤






<< Et eux ne valaient rien
Et on en a plus besoin.
>>

Vu la tête d'Ange, ma proposition semblait être étrange. Je n'avais pas voulu paraître impoli auprès d'elle ni bizarre. En vérité j'aimais bien comprendre ce que j'écoutais. Même si la musique était belle, elle ne me paraissait pas complète si je n'arrivais pas à en saisir tout le sens. La musique classique c'était plus simple à apprécier sur ce côté là vu qu'il n'y avait pas de paroles. Tout résidait dans l'émotion de la mélodie, qui nous prenait au tripes ou non. J'avais déjà pleuré en écoutant un morceau, et ma mère s'était d'ailleurs gentiment moqué de moi quand elle m'avait pris en flagrant délit. J'étais un garçon sensible au fond même si au lycée j'essayais d'afficher un air neutre. Manquerai plus que je me mettais à pleurer là bas et ma vie serait encore plus mortelle qu'actuellement. Les un an qui me restait allait me paraître très long. Bien évidemment, il y avait tout de même le risque que mes bourreaux s'en prennent à moi à l'extérieur des murs du lycée. Quand on était con c'était pour la vie.

Un peu nerveux, j'avais donc affiché un sourire désolé envers Ange. Cette dernière avait tout de même accepté mon idée, commençant ainsi la traduction de la première chanson. Je regardais tout de même qu'il n'y avait pas des clients qui risquaient d'arriver mais pour l'instant, la boutique était presque vide. Il y avait juste deux-trois personnes qui flânaient dans les allées. Et pas non plus de collègue à l'écoute. Je pouvais donc me concentrer sur la lecture de mon interlocutrice.
De ce que je comprenais, ça parlait bien de transsexuelle. Après il y avait surement des messages cachés derrière les paroles. La voix d'Ange s'était mise à trembler, et j'avais relevé les yeux vers elle. Ce thème lui parlait surement. Ou je m'avançais peut être trop en pensant ça. En tout les cas, j'avais bien remarqué le changement de son comportement. Bien qu'elle avait tenté de dissimuler ses larmes en les essuyant avec son doigt, je n'avais rien loupé. Je me sentais mal pour elle. J'ignorais comment c'était de vivre en tant que fille alors que l'on était un garçon. La façon dont nous percevait. Mais il devait surement y avoir différent regard, comme ceux qui s'était posés sur moi quand j'étais enfant. Ou même maintenant sur ma maison. Oui la pitié et le dégoût je savais ce que c'était et je détestais cela. Etre tout simplement ignoré c'était trop compliqué de demander.
Enfin, j'avais laissé Ange finir la chanson et lui offrais un petit sourire au dernier mot. Elle n'avait pas perdu de temps pour ensuite demander combien je lui devais. Un retournement qui m'avait pris un peu de court.

- Euh...

Je regardais l'album puis Ange, les pièces sur le comptoir et je poussais le tout vers elle.

- Rien du tout, je te l'offre...pour te remercier...

Avant qu'elle n'ait pu répliquer, je sortais mon propre argent et le mettais dans la caisse. Bon, normalement il devait me servir pour me racheter des fournitures scolaires mais tant pis. Je voulais voir à nouveau le sourire d'Ange. Je regardais l'heure sur l'horloge posé sur le mur et me pinçais les lèvres avant de proposer timidement à Ange :

- Tu veux aller boire quelque chose..? C'est l'heure de ma pause...du moins si tu n'a rien d'autre à faire...c'est pas grave sinon...c'est juste que...ca te fera du bien de...boire un chocolat chaud ou un truc sucré...

_________________
Sometimes, I get scared, I’m afraid of tomorrow
So I wordlessly wander around alone ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com/t612-jaewoon-le-timide
avatar
Messages : 663
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Lun 8 Oct - 19:08

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤
@Jaewoon Bong






<< Ambiguë jusqu'au fond des yeux
Le retour de Jupiter
>>

Vivre dans un corps qui n’est pas le tien, c’est dur. Cette impression constante que quelque chose cloche, que l’univers entier a fait une connerie, quelque part. Un instant d’inattention de la part de créateur, une bourde, un bug dans le système. On grandit en se persuadant que c’est nous le problème, qu’avec le temps ça passera, mais ça ne passe pas. Ca n’ira pas tant que tu seras dans ce corps, dans mon corps. Alors tu t’accroches, tu gardes la tête haute, tu t’accroches à cette couronne en carton que tu t’es fabriquée parce que tu ne peux rien faire d’autre que de compter les jours avant ta libération.

Les paroles loufoques avaient la chaleur d’une tape réconfortante dans le dos. Quand bien même tu pouvais te sentir extrêmement seule dans cette ville si particulière, quelque part dans le monde, il y avait des gens comme toi qui ne parvenaient pas à prendre leurs envols dans ce cocon qui ne leur seyait pas.

Alors que tu fouilles dans tes poches pour sortir un vieux billet froissé et encore quelques pièces, le petit Jae te devance et t’offre l’album sans te laisser répondre. Tu hausses les sourcils un instant, sans savoir quoi répondre. Un peu plus et on pourrait croire que tu es gênée. Un sourire étire tes lèvres, tu ranges l’argent laissé sur le comptoir dans la poche de sa jupe.


“ - Eh bien, merci, mon petit Jae, c’est très gentil de ta part !


Tes mains prennent délicatement l’album pour sentir la texture si spéciale de la pochette. Tes paupières battent devant le dessin et une lumière éclaire ton regard. Les garçons te faisaient rarement des cadeaux, surtout quand ils savaient la surprise que tu cachais sous ta jupe. Ils préféraient que tu paies la moitié quand ils t'invitent au dinner, voire la totalité. Aucun d’eux ne se souvenait de ton anniversaire, pas de roses pour le rendez-vous, pas de babioles glissés dans le casier, rien du tout.

Jamais tu n’aurais cru Jae capable de t’inviter de la sorte, de la manière la plus innocente possible. Cela te surprend tellement qu’un rire étouffé s’échappe d’entre tes lèvres avant que tu ne cales une mèche de cheveux derrière ton oreille.


“ - Euh … Oui ? Ok. Pourquoi pas. Mais cette fois, c’est moi qui t’invite ! Pour te remercier pour l’album. Ok ? Je t’attends dehors !


Tu ne lui laisses pas le temps de refuser que tu as déjà poussé la porte, faisant tinter la petite clochette du magasin. Il n’était pas le seul à pouvoir imposer ses cadeaux, après tout !






_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 164
Emploi : 12th grade/ vendeur au disqu'ère
Sur ton walkman : Never Ending Story - Limahl
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Mar 16 Oct - 19:31

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤






<< Et eux ne valaient rien
Et on en a plus besoin.
>>

Ca me faisait plaisir de lui avoir offert cet album. Je n'avais pas vraiment les moyens de dépenser de l'argent pour les autres, mais en voyant le regard pétillant de Ange, je n'avais pas réfléchi plus longtemps. Au pire, je ferai des économies d'encres ou de papiers en écrivant moins en cours. Ou en plus petit. Bref, je me débrouillerai pour retrouver les dollars que j'avais économisé.
Elle me remerciait et je lui offrait un petit sourire. Tout comme Royce, elle m'affublait de l'adjectif "petit". A force j'allai penser qu'il y avait un soucis avec ma taille. Même si je savais bien que ça n'avait aucun rapport. C'était juste étrange de se faire appeler ainsi alors qu'on était pas si proche que ça en vérité. En plus c'était bientôt la fin du lycée pour elle, et on risquait moins de s'apercevoir sauf si elle venait faire un tour au disquaire.
Je l'enviais un peu de ne plus avoir à entrer dans ce bâtiment de l'enfer. Et je ne parlais pas des professeurs en disant ça mais des autres élèves, ceux qui me menait la vie dure. Même si je pouvais dire adieu à Kenny & à Stan, il y aura forcément quelqu'un d'autre pour prendre la relève. Je savais aussi que je n'étais pas la seule victime. Ange en avait été une aussi, parce qu'elle était différente des autres filles. Sous ce maquillage et cette jupe se cachait un garçon...C'était encore étrange pour moi de me dire ça alors que honnêtement, l'adolescente avait l'apparence d'une poupée de porcelaine. Bon, niveau teint de la peau j'avais pas de quoi être jaloux, j'étais aussi pâle qu'un linge.
J'avais envie de plus la connaître, pour une fois on pouvait dire que je m'intéressais à quelqu'un. Le risque était bien évidemment qu'une fois encore on me largue mais bon...Au moins on ne pouvait pas dire que je ne faisais pas d'effort.
J'avais donc proposé timidement à Ange d'aller boire un verre, pendant ma pause. Je percevais son petit rire, et je craignais qu'elle ne se moque de moi. Aish, pourquoi est ce que j'avais dit ça ? Moi qui pensait avoir perdu, j'étais surpris de l'entendre accepter et même de vouloir me payer ma boisson. Cette fois ci, c'était Ange qui ne me laissait pas riposter. Elle était déjà parti m'attendre dehors. Je passai ma main derrière ma nuque, un peu nerveux. Ce n'était pas un rencard, mais c'était quand même un tête à tête. Puis je n'avais jamais vraiment sympathisé avec des filles depuis mon ex petite amie.

Je sortais mon miroir de ma poche, et remettais en place quelques mèches. Je vérifiais qu'aucun client n'allait se présenter en caisse et je haussai la voix pour interpeller ma collègue Veronica.

- Veronica je te laisse la boutique, je prend ma pause !


J'entendais déjà ses talons claquer sur le sol et me précipitais dehors pour ne pas lui laisser le temps de me crier dans les oreilles. Ou m'empêcher de partir en me tenant la jambe pendant quinze minutes. Je rejoignais donc Ange qui m'attendait. Je lui lançais un petit sourire avant de se mettre en route vers un café de son choix. Vu que c'était elle qui payait. Je notais tout de même de bien la remercier plus tard en lui offrant quelque chose.

- Je peux te poser une question ? La France, ça ne te manque pas...?

Je savais qu'elle n'était pas originaire d'Aster Cove et j'étais curieux de savoir si son pays d'origine lui manquait. Si elle avait envie d'aller y faire un tour...De ce que je connaissais de la France, c'était dans les livres. Notre Dame de Paris par exemple ou les livres de géographie de la bibliothèque.

_________________
Sometimes, I get scared, I’m afraid of tomorrow
So I wordlessly wander around alone ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com/t612-jaewoon-le-timide
avatar
Messages : 663
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Mer 17 Oct - 22:41

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤
@Jaewoon Bong






<< Dans la rue, des tenues charmantes
Maquillé comme mon fiancé
>>

Il y en avait eu, des garçons, qui t’avaient invité à boire un verre. Ils venaient, à l’abri des regards, glissaient des mots dans les poches arrières de tes jeans, t’attendaient pendant les heures tardives, les jours où personne ne sortait. En général, tu pensais passer une bonne soirée, le garçon était toujours gentil, au début. Et finalement, il t’emmenait dans un endroit désert, parking abandonné, crique inquiétante, derrière les gradins du terrain de foot. A genoux et la torture commençait. “Tu croies que je t’invite parce que tu me plais ? Haha, soies pas bête.”. Et toi, avec le temps, t’as commencé à leur donner raison. Pourtant, tu te faisais toujours avoir, avec la même ruse. Parce que tu ne sais pas dire Non aux garçons. Alors quand tu regardes Jaewoon, tu te dis qu’il n’est pas comme les autres, qu’il ne te demandera aucune faveur. Puis tu te rappelles qu’à chaque fois, tu te disais que justement, “Il est différent”.

Tu l’attends patiemment devant la boutique, tu en profites pour sortir une cigarette et un briquet de ta poche. Tu fumais rarement, seulement quand tu étais sous pression. Ça t’aidait à te détendre. Alors que le tabac réchauffe tes poumons, le garçon finit par te rejoindre et vous vous mettez en route. Aucune hésitation quand au lieu, tu prends le chemin du dinner. Après tout, tu aimais beaucoup le Sweet Tea mais tu avais peur qu’Andrea se fasse des idées. Puis, le milkshake du dinner était ton incontournable. Jaewoon entame la conversation, tu poses ton regard sur lui tandis que ta cigarette brûle lentement entre tes lèvres.


La France ? Eh bien … J’y suis née, j’y suis restée jusqu’à mes sept ans avant de partir à Tokyo pour rejoindre ma mère mais j’y retournais le plus souvent possible.


Pour avoir testé les deux cultures, européenne et asiatique, tu pouvais aisément t’associer à tes terres natales. Ton adolescence au Japon fut compliquée. C’est probablement grâce à elle que tu tiens aussi bien le coup, ici. Quand bien même ta vie à Tokyo était plus récente, Paris est ce qui t’avait construite. Il y avait cette atmosphère, celle que tu ressentais dans chacun de tes souvenirs. Un souffle de révolution, d’élégance, d’amour que tu ne retrouvais nulle part, encore moins ici, à Aster Cove.

Tiens, tu viens de t’en rendre compte mais tu as évoqué ta mère, Aoki. Tu l’as qualifié comme étant ta génitrice, toi qui ne pouvait pas la voir en peinture. Ça t’étonnait toi-même. Tu ne parlais jamais d’elle. Après tout, elle t’avait abandonné, dès ta naissance, elle avait trompé son mari pour te refiler à un ado’ d’à peine dix-sept ans sans ressources. Encore aujourd’hui, tu ne lui parles pas, ni au téléphone, ni en personne. Ça devait faire quoi ? Trois ans, que t’avais pas entendu le son de sa voix ? Peu importe. Tu n’avais pas besoin d’elle. Pour toi, c’était de sa faute, toute cette histoire. Si vous n’étiez pas partis la retrouver à Tokyo, quand j’avais sept ans, tu serais toujours à Paris, aujourd’hui. Avec Camille, le club, l’ambiance du cabaret. Mais haut les coeurs, Ange. Jaewoon est de bonne compagnie, après tout.

Tu écrases ta cigarette avant d’entrer dans le dinner. Tes pas te guident automatiquement vers une banquette, une place qui te serait presque réservée tellement tu y passes de temps. Tu l’invites à prendre place et tu t’assieds en face. Tu relances la conversation.


Et toi, Jae ? Tu es né ici ? Avec tous ces ploucs ?


Quand il s’agissait de cracher sur les habitants d’Aster Cove, il était clair que tu faisais toujours partie des premières en ligne.







_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 164
Emploi : 12th grade/ vendeur au disqu'ère
Sur ton walkman : Never Ending Story - Limahl
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Mer 24 Oct - 21:03

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤






<< Et eux ne valaient rien
Et on en a plus besoin.
>>

Ce n'était pas tout les jours que j'invitais une fille à boire un verre. Du moins, pouvait on vraiment considérer que Ange en était une ? J'avais un peu du mal à le faire de mon côté mais ne disait rien pour ne pas blessé l'adolescente. Et puis en vrai, ça me faisait plaisir de se retrouver tous les deux - en dehors du disquaire ou du lycée. Je n'étais pas non plus le genre de garçon à me préoccuper de ce que les gens pourraient penser en me voyant avec elle. J'avais grandis avec un manteau de ragots aussi bien posé sur mes épaules que sur celles de mes parents. Maladies ou autres joyeusetés que notre famille était susceptible de transmettre rien qu'en les approchants. Aujourd'hui, ça me passait au dessus de la tête ce genre de chose, mais petit c'était différent. Quand on ne comprenait pas pourquoi les autres ne voulaient pas jouer ou ne demandait jamais à ce que l'on se joigne à eux.
Malgré toute cette haine, mon cœur ne s'était jamais rempli de rancœur envers les habitants d'Aster Cove. Surement parce que mes parents m'avait fait comprendre que j'étais différent et que par conséquent, les américains me craignait. Aujourd'hui, je doutais sérieusement d'être effrayant mais ce n'était pas pour autant que je me laissais faire quand on s'en prenait à moi.
Heureusement qu'il y avait des personnes comme Ange finalement. Susceptible de comprendre cette différence. Quand bien même, celle-ci même n'était pas pareille. Elle était tout de même jugé sur ses choix et mal vu par la société.
Je me demandais si ils étaient plus ouvert en France. En Corée, surement que non, de ce que j'avais entendu de mes parents.

- Oh, tu es aussi allé au Japon ? C'est comment là bas ?

Même si ce n'était pas mon pays, on avait les mêmes caractéristiques physiques. Bien que d'après ma mère, elle se demandait bien de qui je pouvais tenir une peau aussi pâle. Mes cheveux, je les tenaient d'elle, ça c'était certains. Elle avait une magnifique chevelure, malgré le fait qu'elle était obligé de les attacher pour son travail. Quand j'étais enfant, je m'amusai à les lui brosser avant d'aller au lit. Maintenant, je n'avais plus vraiment le temps de le faire et surement que je n'avais plus non plus l'âge de jouer à la poupée.

Je regardais Ange éteindre sa cigarette et entrais à sa suite dans le Dinner. Je la suivais jusqu'à une banquette, où elle s'était dirigé automatiquement. Surement sa place habituelle. L'adolescente reprenait la conversation que j'avais commencé. Je secouais la tête, faisant bouger légèrement les mèches de cheveux qui cachaient mon front.

- Non, je suis né à Séoul, je suis arrivé à Aster Cove quand j'avais cinq- six ans. Je ne me souviens pas vraiment de ma ville natale...Je n'ai que les échos de mes parents

Bien évidemment, ils m'avait expliqué, quand j'étais en âge de comprendre, la raison de leur départ de la Corée. La guerre, la dictature et tout ce qui allait avec.

_________________
Sometimes, I get scared, I’m afraid of tomorrow
So I wordlessly wander around alone ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com/t612-jaewoon-le-timide
avatar
Messages : 663
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Sam 3 Nov - 23:17

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤
@Jaewoon Bong






<< Cheveux longs, cheveux blonds colorés
Toute nue dans une boîte en fer
>>

Tokyo. Papa en parlait avec des étoiles dans les yeux, “le pays d’Aoki” qu’il disait. Ces visages lisses, cette ambiance si particulière, comme si tout allait plus vite, une sorte de fourmilière postée au milieu de l’océan. Un vent futuriste mêlé à l’ère des traditions, le choc des titans, entre les tissus harmonieux des kimonos et les robes à volants. Tu mentirais si tu disais que le style avant-gardiste des japonaises n’avait pas influencé ce que tu es, encore aujourd’hui. Les carrés droits, les lèvres rouges, les tissus en cuir, tu les tenais de ces demoiselles qui traversaient les ruelles dans un déhanché timide.

Et pourtant, ta vie japonaise avait sûrement été la pire de toute ton existence. Rencontrer Aoki aurait dû être le début d’un paradis. Ton père te l’avait vendu comme ça. Mais cette cohabitation a signé le début des restrictions, des apparences, d’un véritable exil. “Mon petit Isaac, tu ne peux pas mettre cette robe pour aller à l’école.”. “Isaac, enlèves ce maquillage, que vont dire les gens ?”. “Isaac”, “Isaac”, “Isaac”. Stop. Je m’appelle Ange, Maman.

Aster Cove, 1982. Ce petit bled paumé sonnait comme une libération, à l’époque. Des vacances. Un endroit où personne n’avait à connaître la vérité, le temps d’un été. Mais quand l’honneur japonais te glisse des doigts, impossible de revenir en arrière. C’est ce que tu te dis, Ange ? Que tu as été chassée ? C’est peut être le cas, au final.


Eh bien … Disons que dans l’ensemble, il a des choses que j’ai apprécié et … beaucoup chose que j’ai détesté. Disons qu’avec les personnes comme moi, les gens de là-bas sont bien pire qu’ici. Mais, l’avantage, c’est que j’étais dans une grande ville. Il y avait toujours un quartier secret où je me sentais comme chez moi. Ici, c’est plus difficile.


Tu te sentais comme une étrangère. Tous les jours, toutes les minutes, à chaque fois que les regards se posaient sur toi, ce même air de dégoût, hostile, qui te ravageait le coeur. Tu n’étais pas une fille comme les autres. Tu n’étais pas américaine comme les autres. Tu n’étais pas sage et bien habillée comme les autres. Tu n’étais juste pas comme les autres.

Un regard vers le serveur qui a l’habitude de te recevoir. Dès qu’il s’agissait d’argent, d’un coup, les sexes et les genres n’avaient plus d’importance. Tu lui fais signe d’apporter deux Milkshake, le tien étant déjà en préparation dès l’instant où tu as franchi la porte. L’avantage, quand on est habitué d’un endroit, c’est qu’on te traite comme un véritable être humain, parfois même plus que ça.


J’espère que t’aimes les Milkshakes, c’est ce que je préfère, ici. Quand je suis arrivée dans cette ville, c’est ici que j’ai bu le premier de toute ma vie. C’est un truc que j’adore chez les américains. Même si j’aimais beauCaup la nourriture japonaise. Ça serait cool de faire un restaurant qui mixe les deux, haha ! Par contre, la gastronomie française … Ouais, non, j’étais un peu trop jeune pour m’en souvenir.


Et surtout trop pauvre. Les escargots et autres cuisses de grenouilles étaient réservés à ceux qui avaient de quoi payer le voiturier. Toi, tu n’avais que ce pain rassis mangeable seulement quand tu en faisais un pain perdu -seul et unique plat que tu savais cuisiner par ailleurs. Les Milkshakes arrivent rapidement, devant tes yeux étincelant de gourmandise. Vive l’Amérique et ses proportions gigantesques. Tu t’attaques directement à la petite cerise confite, avant de reposer tes yeux cyan sur le visage lisse du garçon.


Et ils t’ont raconté quoi sur la Corée, tes parents ?


Tu étais curieuse, il fallait l'avouer. L'Asie se limitait au Japon pour toi, le reste t'étais encore complètement inconnu.





_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 164
Emploi : 12th grade/ vendeur au disqu'ère
Sur ton walkman : Never Ending Story - Limahl
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Lun 12 Nov - 22:21

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤






<< Et eux ne valaient rien
Et on en a plus besoin.
>>

J'étais curieux. Curieux de savoir comment c'était ailleurs, dans les autres pays, les autres villes. Je ne connaissais qu'Aster Cove. Je n'étais jamais parti en vacances, au bord de la mer ou autre part contrairement à mes autres camarades. Je les entendais toujours à la rentrée échanger à ce sujet. Tu as été où ? Tu as fait quoi ? Ca m'arrangeait du coup que personne ne me posais la question. Qu'est ce que j'avais fait moi ? J'ai travaillé. Parce qu'il fallait bien payer les factures et les besoins primaires. Je n'avais pas le luxe de pouvoir m'évader réellement. Je le faisais autrement, en lisant des livres qui se passaient dans d'autres contrées ou en écoutant les conversations.
De Séoul, je n'avais aucune bribe de souvenir. Simplement, une sensation étrange. Les nuages dans le ciel, quand on avait été dans l'avion. Pour ensuite basculer dans un motel où je restais toute la journée enfermé avec ma mère.
J'étais très loin d'avoir voyagé comme Ange, même si ce n'était pas pour le plaisir de son côté. De ce que je comprenais sa situation familiale était apparemment compliqué. Elle me racontait plus ou moins Tokyo.  Ses difficultés à se faire aussi accepter là bas comme il était. Ca ne m'étonnait pas vraiment. Vu comment étaient mes parents - même si ils étaient coréens - si jamais je leur racontais que je connaissais un garçon qui se déguisait en fille. Pas vraiment certains qu'ils approuvent cette fréquentation. Je comprenais cependant ce que ressentait Ange. Même si je ne m'habillais pas en fille, je me sentais rejeté par les habitants. Parce que j'étais un étranger, que je vivais dans un taudis. Et en plus de cela je manquais de virilité. Si on avait pas des abdos ou des poings pour frapper on était catalogués comme des tapettes. Triste étroitesse d'esprit dans cette ville. Alors que honnêtement quand je m'arrêtais devant la patinoire par exemple j'avais bien envie d'aller y mettre les pieds. Mais je n'avais pas vraiment les moyens pour m'octroyer un quelconque loisir. Surtout que je ne savais pas patiner.

- Je comprend...Aster Cove est une petite ville et les rumeurs ont rapidement fait le tour des habitations...Même si je n'ai pas vécu la même chose que toi, je subis aussi les préjugés


Je me demandais si un jour, le monde se moquerait bien de tout ça. Garçons, filles, hétéro, gay, bi. Tout le monde pourrait faire ce qu'il voudrait. Ce n'était surement qu'une utopie de penser à ça. Quand on pensait que il y avait eu des guerres juste parce qu'un peuple avait pas la même religion que l'autre.

- J'adore les milshakes, quand je peux m'en offrir un. Je prend toujours à la fraise. Je n'ai jamais goûté à la cuisine japonaise et française mais, ma mère fait parfois des trucs coréens. Quand c'est une journée exceptionnelle


Comme mon anniversaire ou d'autres jours fériés. Parfois aussi le Dimanche après la messe quand elle était pas très fatigué. J'aurai bien aimé qu'elle m'apprenne à faire tout ça mais la seule chose que je savais faire c'était du porridge. Je pouvais dire qu'il était délicieux.

- Et bien...de la guerre, de politique...rien de très joyeux en somme ! Ils ont fui la Corée pour s'installer en Amérique. Croyant que venir vivre ici serait mieux que de subir la dictature

Voilà, c'était tout ce que mes parents m'avait dit. A vrai dire quand ils étaient nés, ce n'était pas la grande joie non plus. Mais il m'avait tout de même montrer deux trois photos de quand j'étais enfant. Dans un parc, sous les cerisiers en fleurs.

- Peut être qu'un jour, je pourrais y aller

Rajoutais je d'un air songeur. Ca faisait partie de ma longue liste de rêves irréalisables.

- Et toi, il y a un endroit que tu aimerais visiter ?

_________________
Sometimes, I get scared, I’m afraid of tomorrow
So I wordlessly wander around alone ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com/t612-jaewoon-le-timide
avatar
Messages : 663
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Mar 20 Nov - 9:39

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤
@Jaewoon Bong






<< Il est belle, il est beau décrié
L'outragé mais j'en ai rien à faire
>>

Tu ne te plaignais jamais de ta condition parce que tu savais que, quelque part, il y avait quelqu’un qui souffrait plus que toi. Cette pensée était une manière de tenir le coup, quand te dire que tu n’avais rien à te reprocher n’était plus suffisant. Alors tu serrais les dents, tu fermais les yeux, tu te recroquevillais et tu supportais. Après tout, tu étais nourrie, logée, scolarisée, tes parents -bien que absents- étaient toujours en vie, n’est-ce pas plus que beaucoup d’entre vous, sur cette planète ?

La guerre, tu l’avais vue sur les écrans, dans les bouquins mais jamais en vrai. On ne te l’avait jamais raconté, sauf peut être cette vieille drag-queen du cabaret parisien où tu as grandi, qui racontait, les jours de pluie, les soirs où les soldats venaient assister à ses shows. Mais elle en parlait avec tellement de légèrement, et tu étais si jeune, tu ne comprenais pas tout. Aujourd’hui, tu te rends compte que beaucoup ont souffert et souffre encore alors de quoi tu te plains ?

La paille caresse le bout de tes lèvres, le liquide rose glisse sur ta langue, le long de ta gorge, rafraîchit ton corps et satisfait ta soif. Tu regardes Jaewoon dans les yeux, avec tes prunelles perçantes, tes paupières maquillées, pailletés, ces longs cils qui s’agitent devant ses récits. Jae, il avait cet air candide mêlé à une acidité ironique au fond des iris. Sa compagnie était toujours agréable, quelques soient les bribes de pensées que tu arrivais parfois à deviner au fond de ses yeux.


Tu n’as pas peur de rester coincé là-bas ? A cause de la dictature, tout ça.


Tu n’étais pas particulièrement avide de voyage. Au contraire, tu aimais installer tes bagages, construire ton petit royaume de papier mâché, t’y installer pour le restant de tes jours. Même Aster Cove avait cette effet de retenu, ses racines s’enroulaient autour de tes chevilles et tu avais l’impression que tu ne pourrais jamais la quitter. Pourtant, il le fallait. A moins qu’un chirurgien se déplace pour toi, tu ne pouvais décemment pas rester ici.


Pas vraiment. Le Danemark, peut être, pour voir où a grandit Lili Elbe, une des premières transsexuelles de l’Histoire. Pour le moment, ma seule destination est le bloc opératoire.


La paille aspire la dernière gorgée de milkshake dans un bruit bref. Tu ne perdais pas le Nord, c’était le cas de le dire. Tu savais que tu ne pourrais pas vivre pleinement ta vie tant que ton corps serait le mien.






_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 164
Emploi : 12th grade/ vendeur au disqu'ère
Sur ton walkman : Never Ending Story - Limahl
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Lun 3 Déc - 18:39

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤






<< Et eux ne valaient rien
Et on en a plus besoin.
>>

La question d'Ange était légitime. Est ce que j'avais peur ? Bien évidemment. Qui ne le serait pas en arrivant tout d'abord dans un pays inconnu, et qui en plus n'avait pas vraiment une très bonne réputation. Allez savoir en plus ce qu'on réservait à ceux qui avaient quitté la Corée ? Ce n'était pas maintenant que je comptais m'y rendre en tout les cas. Attendre, entendre, ce qui se passait là bas avant de prendre un billet d'avion. Gagner assez d'argent aussi pour pouvoir se l'offrir. Songeur, je tapotais la paille de mon index. Je me faisais surement des illusions en pensant que je quitterai un jour les terres d'Aster Cove. Laisser mes parents tous seuls, qui ne voudrait surement pas quitter cette ville.

- Un peu, mais je n'y suis pas encore

Finissais je par répondre, plongeant mes prunelles sombres dans ceux, féminins d'Ange. Un peu de maquillage, de paillettes et de cils, le tour était joué. C'était en quelque sorte fascinant comment on pouvait facilement être trompé par de bons outils. Ange rêvait d'être une fille, mais j'avais rapidement compris que cet endroit n'était pas près pour ça. Bien que j''étais ouvert d'esprit, je ne pouvais pas m'empêcher de trouver ça bizarre. Mais on m'avait appris la tolérance, à travers l'intolérance que j'avais moi-même subit. Alors quand la lycéenne me répondait que pour le moment elle voulait se faire opérer, j'avais naïvement pas compris le sens de ses propos.

- Tu es malade ???


J'avais légèrement haussé la voix, sous le coup de la surprise. Je savais que les soins hospitaliers ça coûtaient chers, rien que le prix des médicaments étaient exorbitant. Alors que les autres enfants avaient eu le droit à des remèdes pharmaceutiques pour des rhumes, des migraines ou des maux de ventre. J'avais été gavé de bouillis et de soupe.

_________________
Sometimes, I get scared, I’m afraid of tomorrow
So I wordlessly wander around alone ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com/t612-jaewoon-le-timide
avatar
Messages : 663
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   Sam 8 Déc - 22:34

¤ On se prend la main, des garçons au féminin. ¤
@Jaewoon Bong






<< Pourquoi on n'y croit plus comme ça?
Isolé dans un corps presqu'il
>>

La destination avait toujours été moins importante que le voyage en lui-même. Tu te fichais bien de l’endroit, de la langue, de la culture, tant que tu pouvais côtoyer des gens qui te comprennent et t'aiment pour ce que tu es. Et quand les étoiles s’installaient dans le ciel, tu te surprenais à imaginer un monde où les humaines cesseraient de se diviser pour leurs différences, un monde où ils s’unissaient par amour, pour connecter leurs âmes sans distinctions et sans regrets.

Tes doigts se glissent dans la poche de ta veste pour en sortir un rouge à lèvres et un petit miroir. Un rapide coup d’oeil sur ton reflet avant de retracer les lignes de ta bouche dans un contour délicat. C’est un sourire qui vient la déformer, amusée par l’étonnement de l’asiatique.


Eh bien, pour la plupart des abruties de cette ville, je suis bonne à interner. Certains psychanalystes affirment même que je souffre de Dysphorie de genre. Mais je te rassure, ce ne sont que des imbéciles qui refusent de croire à la transidentité.


Au lycée, les gens te voyaient de bien des façons. Un monstre, un garçon en jupe, une traînée, une pute, une pédale, un efféminé, une tafiole, un sodomite, un arnaqueur, une menteuse, une illusion. Mais personne ne voyaient ta culture, ta curiosité, cette envie d’en apprendre toujours plus sur les personnes qui te ressemblent. Tu passais un temps considérable à feuilleter le peu de livres que tu trouvais à ce sujet, tu étais à l'affût de la moindre information, la moindre preuve que tu n’étais pas cette erreure que tout le monde regarde de haut. Et si Aster Cove t’avait bien appris une chose, c’est que le pouvoir passait irrémédiablement par le savoir. Le savoir et l’argent. Tu pouvais au moins te vanter d’en avoir un sur deux.

Tu déposes le miroir sur la table avant de confronter tes yeux lumineux aux prunelles sombres de Jaewoon. Sa naïveté avait quelque chose de touchant, au fond.


Mon petit Jae’. Quand je parle d’opération, je parle de ma réattribution sexuelle. Je ne supporte plus d’être dans le mauvais corps, tu comprends ?” Un rire étouffé t’échappe. “Je veux … avoir une poitrine, une vraie poitrine, pas des mouchoirs, pour remplir mes soutiens-gorges. Je veux des cheveux longs, très longs, pas des perruques qui grattent et qui glissent au premier coup de vent. Je veux une taille marquée, je veux une voix de fille, une vraie voix de fille et … Et, bon sang, je veux un vagin. Jae’, je … je ne veux plus me regarder dans le miroir chaque matin en ayant l’impression que quelque chose cloche. Je ne veux plus me maquiller autant pour tromper les gens. Je ne veux plus donner aux gens une raison de m’abandonner, je veux qu’on m’aime sans avoir peur d’être jugé. Je veux être Ange, entièrement.


Les paroles découlent de ma gorge, les larmes montent sans jamais traverser les frontières des paupières, un rire nerveux secoue ton buste, tu secoues légèrement la tête en replaçant ce masque de perfection, les fissures cachées par le fond de teint et le fard à joues.


Désolé, je me suis un peu emportée. Je dois sûrement t’embêter avec mes problèmes, excuse-moi.


Tu passes une main fébrile dans ta chevelure synthétique. Il y avait tant de choses que tu retenais, au fond de ce coeur saignant et il a fallu que ça sorte devant Jae. Tu avais beau l’apprécier, tu savais qu’il ne comprendrait probablement pas tes angoisses.







_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}   

Revenir en haut Aller en bas
 
On se prend la main, des garçons au féminin. {Jaewoon}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» the firefighter and the nurse.
» Riding is good for us[Terminé]
» Un garçon au féminin || Sally
» (mulan) + une fille au masculin, un garçon au féminin.
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aster Cove :: Quartier Nord :: Galerie marchande :: Disqu'ère-
Sauter vers: