Dans la petite ville d'Aster Cove, des choses étranges se passent...

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All you're giving me is fiction {libre}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 663
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: All you're giving me is fiction {libre}   Mar 17 Oct - 12:09


All you're giving me is fiction



Aster Cove et son atmosphère étrange et mystérieuse. Elle t'a charmé dès l'instant où tu as posé nos yeux sur elle, il y a deux ans. Mais avec le temps, tu t'es vite rendue compte que sous cette couche de néon lumineux et de chantilly blanche tâchée du rouge de cerises confites, il y avait cet aspect sombre. Froid. Et terriblement effrayant.

Mais toi, tu n'as pas peur. Tu n'as peur de rien, sauf de moi. Tu te souviens encore de ce soir-là ? Le miroir qui se fissure. Et le fond du lavabo qui murmure mon nom. Isaac. Isaac. Isaac.

Ce soir-là, il rediffusait Shining pour la troisième fois, cette semaine. Toi, t'avais piqué le pick-up de Théo mais de toutes façons, tu sais très bien qu'il aurait rien dit si tu lui avais demandé. Les jours de semaine, il n'y avait pas beaucoup de monde et ça t'arrangeait bien. Au moins, tu pouvais profiter du film.

Alors que Jack défonçait la porte à la hache comme un forcené, toi, tu remettais un peu de rouge sur tes lèvres en te regardant  dans le rétro, jetant parfois des petits coups d'oeil sur Wendy qui hurlait à la mort. Tu ricanes. Ca te fait rire, Ange ? Ne soies pas aussi condescendante. T'étais morte de peur, la première fois que t'as vu ce film.

La porte de la voiture grince, tu poses pied à terre. Claquement du tas de ferraille, certain se retournent vers toi. Un chuchotement ou deux, regards dégoûtés ou curieux, tant qu'on te regarde, ça ne te pose pas de problèmes.

T'arrives au petit snack du drive-in, et tu demande un paquet de réglisse rouge et un grand coca. Y'a quelqu'un qui est à côté, qui commande aussi un truc, tu fais pas trop attention. Tu fais tellement pas attention que quand tu prends ta boisson, une simple bousculade et le liquide sucré recouvre déjà cette personne. Ange, il faut t'excuser, c'est ta faute.

- Tu peux pas faire un peu attention ?

La gentillesse, c'est pas ton fort. Descends un peu de ton nuage royal, Ange. Tu finiras par te cramer les ailes.

_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: All you're giving me is fiction {libre}   Ven 20 Oct - 23:55

All you're giving me is fiction
feat Ange Delacourt

Prologue
Le soleil finit de briller, les oiseaux ont passé le relais aux criquets, une jolie phrase pour dire que c'est le soir et que bon sang ce soir c'est drive-in, et qu'il a tout juste le temps d’être propre, sauter dans sa voiture pour ne pas rater la projection...



C'est la depuis quand ça ?


Le drive-in s'est beaucoup étendu depuis la dernière fois, preuve que les gens qui ont besoin de rêver se reproduisent autant que les œuvres qu'ils regardent, si ce n'est plus. Les reves, c'est rentable de toute facon.
Forrest est à temps, elle à repéré une place parfaite, mais avant cela elle passe à la caisse pour son billet ; elle a tellement hate de voir Star Wars, qui est pour elle un classique, dont on parlera encore dans les 35 années à venir ! Au moins!
....
"BON SANG, COMMENT CA SHINING ?!" Trop fort. Trop de têtes se sont retournées.."C'est pas grave, ni pour les têtes, ni pour la projection, je vais une place quand même." Place qu'elle récupère un peu amèrement ...
Forrest ne carbure pas aux frissons, mais bon après plusieurs jours cloîtrée à la maison ça fait pas de mal de prendre un bon bol d'air nocturne... Le film fait son bonhomme de chemin, l'Ennui est déjà bien présent et elle a invité sa chère et tendre amie de toujours alias la Faim, mais la nourriture ça coûte de l'argent et l’argent ça coûte cher, mais le ventre crie plus fort et l'argent n'est pas assez loin pour être prise en flagrant délit de flemme.
Le snack est juste à quelques voitures, les pièces dansent dans le porte-monnaie qui danse dans la poche de Forrest qui aurait pu danser sur le chemin mais aujourd'hui ce n'est pas Star Wars ; et dans le même temps en profite pour voir si elle ne reconnait pas quelques voitures, c'est a peine plus palpitant que ces fameux coup de haches, excepté un pick-up qui lui rappelle celui d'Alberta, mais ce n’était pas le sien, trop propre, également et une impression de déjà-vu sur cette décapotable, elle a du embrasser quelqu'un dans une caisse de ce genre.

"Donc on par sur ..." Sur un bon verre de Coca bien frais ... sur le t-shirt. Heureusement que c’était un vieux shirt dont elle ne tenait pas trop.
"Que me vaut l'honneur de recevoir votre précieux liquide sur ma modeste anatomie ? C’était rhétorique." ne demanda pas Forrest à la jeune fille aux longs cheveux de jais qui n'avais pas l'air ouverte à la discussion et se retourne vers la serveuse "Bon, écoutez, je veux votre plus grosse portion de pop-corn sucre, un hot-dog, un donut, et un coca pour la jeune fille. Voici 30 dollars, je reviens, je vais me changer dans ma voiture." Et sur ceci elle enlève son t-shirt gris et le plie proprement, le pose sur l’épaule de cette enfant d'Icare, ajoute un "Tu me tiens ça, merci." et repart vêtue simplement de sa brassière de sport, qu'elle avait mis car elle avait rien de mieux à se mettre après la douche, Forrest n'est pas très pudique, mais ce look sport lui sied plutôt bien, et retourne dans sa voiture.
☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 663
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: All you're giving me is fiction {libre}   Dim 22 Oct - 19:24

Des têtes se sont retournées. Mécontentes, parfois à peine surprises, comme si les personnes comme toi n'attiraient que des problèmes. Tu fronces les sourcils. Pourquoi ça t'énerve, Ange ? T'es celle qui a provoqué tout ça alors de quoi tu te plaint ?

Puis cette fille. Avec ses cheveux courts. Sa dégaine de garçon. Et ses yeux inexpressifs. Elle te mettait dans un de ces états. Une sorte de colère pas forcément adressée à elle, mais aussi à moi. C'était un peu le même genre que l'asiatique du disquaire mais en même temps, elle avait quelque chose de différent. Elle ne la regardait pas. Ou alors, jamais vraiment. Toi qui as l'habitude d'attirer tous les regards, bons ou mauvais, être ignorée de la sorte, ça te rendait folle.

La serveuse te donne la boisson payée par Miss Rhétorique qui ne se gêne pas pour se dévêtir. Les yeux d'Ange s'écarquillent, tellement de peau exposée aux yeux des gens. C'est pas toi qui ferait ça, pas vrai ? Après tout, à chaque fois que t'enlèves tes vêtements, les garçons prennent leurs jambes à leurs cous. Les sifflements qui s'enchaînent alors que la nana va dans sa voiture te mettent mal à l'aise. T'as envie de partir t'enfermer dans ta bagnole et te venger sur la réglisse rouge. Et les cris de Wendy qui deviennent de plus en plus stridents.

Maintenant, t'étais là, coca dans une main, réglisse dans l'autre, avec ce t-shirt mouillé sur l'épaule. Tu restes calme. Mais moi, je sais que t'as envie d'exploser. Mais tu le feras jamais. Parce que tu veux pas laisser le plaisir aux autres de savourer ta colère. Alors tu suis cette espèce d'androgyne blasée, et alors qu'elle fouille dans sa voiture, tu viens lui renverser le verre sur la tête puis tu balances le gobelet dans la caisse suivi du t-shirt.


- J'suis pas ta chienne, bouffonne.


Tant pis, pas de coca pour elle. Elle se contentera de la réglisse. Un dernier regard hautain, un balancement de cheveux et elle tourne les talons pour retourner dans son pick-up. Les regards se pose sur elle alors qu'elle slalome entre les voitures. Continuez de la regardez, ça lui fait du bien. Une fois assise sur le siège, elle claque la porte en poussant un gros soupire. Wendy, arrêtes de gueuler, c'est pas ça qui calmera Jack et sa grosse hâche. Elle se masse un instant la tempe et mord dans la réglisse rouge.

Pourquoi tu fais ça, Ange ? T'es obligée de faire ce genre de choses pour cacher aux autres que tu te sens mal dans mon corps. Parce que si tu te laisses marcher dessus, tu resteras pas longtemps debout. Finalement, t'as juste la trouille.

_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: All you're giving me is fiction {libre}   Mer 1 Nov - 20:00

All you're giving me is fiction
feat Ange Delacourt

Tout dans les cheveux. Que de gâchis.

Quand on prend en pleine face une quantité d’eau suffisante (environ au-dessus d’un verre de coca qu’on peut trouver dans plupart des drive-in) plusieurs choses se passent au niveau du corps ; premièrement le choc thermique : le pouls augmente, et une animosité certaine monte aussi en Forrest, mais ça c’est bonus.. S’en suit une période d’hyperventilation ou le corps se mets tout simplement à respirer très vite, dans d’autres situations c’est propice à des noyades ce genre de reflexe, heureusement que Forrest ne face qu’à 40cl de boisson… Ça se passe en peu de temps, mais dès qu’elle s’est rendue compte de ce qui lui est arrivée, Forrest n’avait que ces mots en bouche :

« T’as raison Brindille, car je respecte toujours mes chiennes, et je ne les oublie jamais. »
lança-t-il accompagné un clin d’œil et un sourire des plus mesquins qu’elle conclut d’un crachat vers la frêle fille qui file retourner son film. Crachat vain. Quelques « Ouch. » se sont fait entendre malgré tout, mais qu’importe. Le monde n’a pas son attention en ce moment.

Elle a été assez gentille pour lui rendre le t-shirt, dont elle se servit pour éponger le cola de ses boucles. Apparemment le coca-cola est un excellent exfoliant pour le cuir chevelu. Quoi que cela veuille dire. Ceci fait, elle roula en boule le vêtement et le lança à l’arrière de la voiture, en remarquant qu’heureusement que le véhicule s’est sorti indemne de l’assaut.
La troisième étape ; le corps cherche paradoxalement à augmenter et diminuer le pouls, résultant à des arythmies cardiaques, le cœur s’emballe et Forrest aussi s’emballe, ne sachant plus vraiment sur quel pied danser entre laisser couler amèrement et une vengeance bête, méchante et acide.

Mais au diable ces explications, Forrest à fait son choix, elle veut taper, en un coup et mettre K.O., mets quelques bandages sur ses mains, qu’elle referme fermement, éponge la dernière goutte de coca diluée à la sueur sur sa tempe, claque la porte de sa voiture et part à la chasse à la Brindille. Le film est à son climax, les cris de terreur irritent encore plus Forrest qui essaie de s’imaginer des milliers de façons de rompre la brindille, tandis qu’elle avança de voiture en voiture, enfin, qu’elle montre les échelons de la rage, la ligne était tant très floue, brumeuse même, elle distingua un bruit de portière qui se referme, c’était elle.

Forrest avait repéré la fille grâce à ses cheveux noirs, et pendant qu’elle imaginait sa punchline d’ouverture après avoir ouvert la porte, qu’elle elle avait aussi repéré la voiture dans laquelle était, enfin c’était le pick-up qu’elle avait précédemment vu, celui qui ressemblait à celui d’Alberta. Et soudain Flashback : Enfance, chez Alberta, pendant qu’elle faisait des calculs insensés : « Ton énergie, elle est précieuse, ne la dépense pas sur des gens quand ça peut se retourner contre toi. Surtout si ces derniers peuvent te servir dans le futur. » Un soupir, un sourire, les bandages tombèrent comme sa colère.
Bon sang Alberta, la plus douce des pires sadiques, elle savait déceler des pépites d’or dans les détritus que sont ses contemporains. Et les ensorceler pour qu’ils soient à leur botte. Elle venait pas de Salem pour rien. Cette morale questionnable, Forrest la trouvait presque admirable, surtout qu’avec le chaos qu’Alberta pouvait engendrer elle restait toujours un temps inné-droite. Faudrait la revoir Alberta non ? On garde ca dans un coin de la tête.

Il y a une quatrième étape, plus psychologique ; celle que Forrest appellerait « le retour à l’état stable », quand la situation inhabituelle disparaît, le corps se calme, le pouls redevient normal, la respiration également, les corps se détend et la tempête s’arrête. Après tout cela, il ne reste que les leçons et les cicatrices. Elle prit une grande inspiration et murmura :
« Tu as fait des dégâts Forrest ; et on n’a pas encore inventé les fers à repasser les égos froissés ; qu’elle savoure l’oubli que je lui offre gracieusement. En plus j’ai faim. » en retournant vers la boutique en prenant soin de passer devant le pick-up, tout sourire, mais sourire plus léger, non sans se demander si frange-de-jais a remarqué qu’elle ne la remarque déjà plus.

☾ anesidora
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 663
Emploi : Femme à tout faire de Michael D - Bosse au drive-in le soir et dans un salon de coiffure le week-end.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Rocky Horror Picture Show
MessageSujet: Re: All you're giving me is fiction {libre}   Mer 15 Nov - 10:54




La condescendance de cette femme ne sembla pas l'atteindre plus que ça, de même pour ce magnifique crachat qui ne toucha même pas ses talons. Après tout, elle avait l'habitude, elle avait eut pire. Les pouffiasses du lycée avaient beaucoup d'imagination quand il s'agissait de lui faire vivre un enfer, après tout. Au delà de simples lancés de boulettes de papier mâché pendant le cours, Ange avait eut le droit aux douches surprises à l'eau des toilettes, les coupes avant-gardistes faites à ses perruques ou encore l'offrande généreuse de tampons usagés entassés dans son sac. Les embrouilles, elles ne pouvaient pas se passer d'Ange comme Ange ne pouvait pas se passer des embrouilles. C'était comme ça, à Aster Cove, après tout.

Les regards passent de Forrest à Ange, et toi, tu vas t'enfermer dans le pick-up de Théo. Un soupire s'échappe de tes lèvres, tu reprends ta réglisse rouge pour calmer tes nerfs. Le film s'approche dangereusement de la fin, tu n'as pas put réellement en profiter. C'est dommage. Bien heureusement, le moment du générique était l'un de tes préférés, tu resterais donc un peu plus avant de rentrer. Mais pour le moment, le film continuait et ta réglisse rouge n'attendait que tes dents. Et alors que tu te replonge dans le film, une main toquant énergiquement contre ta fenêtre te fait sursauter. Encore cette fille ? Au moment où tu te retournes pour la remettre à sa place, c'est le regard d'un garçon de ton lycée que tu vas croiser. Tu le sens, Ange ? Tu le sens, ce mauvais pressentiment ? Cette douleur au ventre qui t'indique que tu vas passer un sale quart d'heure. Instinctivement, tu verrouilles la porte avec le plus de discrétion possible.


- Bah alors, p'tite tarlouze ? A cause de toi, j'ai raté la meilleure scène du film ! Il me faut ma petite dose de violence, tu comprends ?
- T'as qu'à aller voir ta sale gueule dans un miroir, tu l'auras ta dose de violence.


Vraisemblablement, la solution proposée par Ange ne semble pas satisfaire ce dernier, qui commence à frapper sur la vitre avec un peu plus d'agressivité. Et ses gentils copains, dont l'intelligence est égale à leurs beautés de primates, commencent à secouer le pick-up de plus en plus fort.


- Aller, enculé de pd, sors de cette bagnole que j'te fasse ressembler à un vrai mec !


Pendant ce temps, les familles, les couples, les autres fermaient les yeux. Certains fronçaient les sourcils avant de quitter le drive. D'autres souriaient fièrement, satisfaits qu'on donne enfin une leçon à ce vilain petit canard. D'autres encore restaient concentrés sur le film, comme si cette scène n'avait tout simplement pas lieux. Les employés du Drive hésitaient à intervenir, personne ne voulait s'impliquer dans cette embrouille. Après tout, Ange l'avait mérité. Si elle avait été comme tout le monde, personne n'aurait rien dit. Et alors que ces gorilles commençaient à donner des coups sur la voiture, Ange espérait simplement qu'elle ne soit pas trop abîmée en rentrant, histoire que Théodore ne lui fasse pas un caca nerveux.

Elle commençait à être vachement secouée, dans ce pick-up. Elle s'agrippait avec forme au volant, fermant les yeux tandis que le primate beuglait de plus en plus fort. Ses amis l'accompagnaient en choeur. Une symphonie teintée de belles paroles, "Weirdo", "Tapette", "Catin", et tant d'autres. Ange venait même pas à se demander d'où ils tenaient autant de vocabulaire. Le fait est qu'il ne lui restait plus qu'à attendre soit qu'ils se fatiguent soit qu'ils l'attrapent avant de la passer un tabac pour enfin déguerpir. Peut être qu'elle devrait juste se laisser tabasser un bon coup pour qu'ils la laissent tranquille ? Au moins, elle verrait plus leur sales gueules. Mais elle trouvait quand même dommage de gâcher son beau maquillage.  



_________________
† You can pretend you don't miss me † You can pretend you don't care All you wanna do is kiss me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: All you're giving me is fiction {libre}   

Revenir en haut Aller en bas
 
All you're giving me is fiction {libre}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aster Cove :: Flood :: Anciens rps-
Sauter vers: