Dans la petite ville d'Aster Cove, des choses étranges se passent...

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Admin
avatar
Messages : 244
MessageSujet: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Mar 24 Juil - 21:08

Rappel du premier message :

It's you or me. And I've already make my choice.clickEvent surprise
- Phase 1 -
« Quand les hommes choisissent de tuer des innocents pour parvenir à leurs fins, il s’agit toujours de meurtre. »« ...-est bon pour celle-ci ! »

Des bribes de voix, l'élan lointain d'une vie qu'elle ne connaît pas. Des parois, tout autour d'elle. Un océan de couleurs floues, toutes plus intangibles les unes que les autres. Des silhouettes, là-bas, qui déjà disparaissent. L'impression de ne rien comprendre. L'impression de ne pas savoir. L'impression de ne pas être au bon endroit.

Le bruit de sa respiration. Un. Deux. Trois clignements d'yeux. Des formes qui se dessinent. Deux mains qui se tendent à l'assaut d'un monde inconnu et rencontrent un mur de verre. Enfermée. Dans un tube. La panique qui se dessine à l'horizon tandis que la vue lui revient. Des vêtements d'une pâleur absolue. Les cheveux relevés en un chignon. Puis le silence.

Les lumières se tamisent tandis que Jessica attrape les contours d'une salle. Elle fouille sa mémoire cherche à deviner ce qu'elle fait là, creusant des souvenirs qu'elle n'a pas. Tout est noir. Avant l'instant où elle a ouvert les yeux, il n'y a rien d'autre qu'Aster Cove.

« I-il y a quelqu'un ? »

Personne. Le noir avale tout et les lampes achèvent de s'éteindre. Jessica ne voit rien. L'obscurité est absolue. Soudain, un mouvement. Elle se rattrape contre une paroi tandis que sa prison se met en branle. Jessica sent vaguement qu'elle est en train de monter.

Puis tout s'éclaire.

« Bonjour, Jessica. »

La concernée sursaute. La voix vient de derrière elle. Alors, doucement, elle fait volte-face, craignant un danger qu'elle ne comprend pas. Sur la paroi précédemment transparente, un homme dans une tenue plus qu'extravagante la regarde. Lorsqu'il sent qu'elle l'a bel et bien remarqué, il lui adresse un sourire.

« Bienvenue aux 125èmes Hunger Games. »

Le front de la jeune femme se plisse, ce qui provoque une moue attendrie chez son interlocuteur.

« Oh, tu ne sais pas de quoi il s'agit, hein... ? Je vais t'expliquer. Prends une longue inspiration. Vas-y. Ça risque d'être un peu compliqué à assimiler d'un seul coup. »

Jessica s'exécute sans vraiment savoir pourquoi. Aussitôt, l'homme reprend.

« Il s'agit d'un jeu télévisé, Jessica. Il fut inventé afin de maintenir l'ordre et de rappeler aux différents districts que Le Capitole peut tout. En bien comme en mal. Chaque année, nous prélevons des tributs. Cette année est un peu particulière, et tu devineras aisément pourquoi... »

Son regard scintille brièvement d'amusement. Il poursuit.

« Le but, c'est de survivre. Tu peux d'ailleurs recevoir l'aide de sponsors, des gens qui t'aiment et aimeront te voir lutter pour ta vie. Car il s'agit d'un jeu à mort. Il n'y aura qu'un survivant, Jessica. Pas davantage. »

La compréhension se fait dans l'esprit brumeux de la jeune femme.

« Je suppose que tu souhaites t'en sortir, pas vrai... ? Rassure-toi, tu ne seras pas seule. Du moins, pas au début... Tu as un co-équipier. Quelqu'un qui lutte pour sa vie et qui porte les mêmes couleurs que les tiennes. »

Les sourcils de Jessica se froncent, mais pour une raison inconnue, elle n'a pas besoin de formuler ses questions pour que celles-ci trouvent des réponses.

« Tu le reconnaîtras. Regarde ton poignet. Tu vois ce bracelet ? C'est une nouvelle fantaisie, créée à l'occasion de cette année ! Il s'illuminera d'une couleur bien particulière lorsque tu arriveras en haut. Quelqu'un d'autre possédera le bracelet correspondant, et pendant toute la première étape, vous devrez rester à plus ou moins cent mètres ! Si vous vous éloignez trop... Il explosera et vous mourrez ! »

Un éclat de rire.

« Bien entendu, vous bénéficierez de cinq minutes pour vous retrouver lorsque nous vous annoncerons le début des jeux. Nous ne sommes pas des monstres, voyons ! »

De ça, Jessica n'en est pas persuadée.

« Ah, ça me fait penser... Nos technologies sont bien plus avancées que les vôtres. Au cours de ton périple, tu risques d'avoir quelques surprises... De l'eau qui n'est pas de l'eau, des créatures à l'agressivité prédominante sur le reste, des conditions climatiques extrêmes, … Bref ! L'habituel, en somme. Je te souhaite bon courage, et n'oublie pas ! Souris aux caméras, ça t'aidera à survivre ! »

Un dernier clin d'oeil, puis l'homme s'efface. L'écran disparaît tandis que les parois redeviennent de verre. Du moins le suppose-t-elle. L'obscurité est à nouveau absolue et sa prison monte en douceur vers un endroit qu'elle appréhende. Elle ne sait pas ce qu'elle fait ici. Elle ne comprend pas. Elle voudrait rentrer.

Soudain, le tube s'immobilise et Jessica entend distinctement un mécanisme s'ouvrir. Elle ne voit toujours rien. Doit-elle chercher à tâtons un interrupteur ? Et si elle avance et qu'elle tombe dans un trou ? Ou pire, sur l'un de ces monstres que cet homme a rapidement évoqué ?

Jessica serait tentée de ne pas croire aux mots de cet individu, mais elle ne s'explique toujours pas comment une simple paroi a pu se transformer en écran. De toute façon, les secondes suivantes balaieront tous ses doutes.

Dans le noir absolu, la jeune femme capte plusieurs respirations distinctes. Dans le noir absolu, son poignet s'éclaire en rouge vif. Dans le noir absolu, des lueurs semblables à la sienne entreprennent d'illuminer les environs, bleues, jaunes, oranges, vertes, violettes, claires, vives ou plus sombres. Le cœur de la jeune femme se serre tandis qu'elle repère un autre bras, plus loin, teinté pareillement au sien. Cinq minutes. C'est tout ce qu'ils ont pour se retrouver, peu importe de qui il s'agira. Elle n'est même pas sûre de le connaître et craint le pire sur son futur coéquipier. Dans tous les cas, le plus tôt sera le mieux. Elle ne se souvient que trop bien des propos de l'homme.

« Le bracelet explosera et vous mourrez. »

La phrase est trop vivace dans son esprit pour qu'elle se soucie davantage du terrain sur lequel elle s'élance. Mais alors qu'elle tente un premier pas, une, puis deux, puis dix, puis cent, puis mille lucioles s'illuminent dans les airs. Le lieu s'éclaire peu à peu et laisse apparaître une corne que Jessica reconnaît comme étant d'abondance. Elle est située au centre de ce qui se trouve être une caverne. Un peu d'eau l'entoure, dont la profondeur n'excède pas les chevilles. De tous les côtés, derrière elle y compris, se trouvent des tunnels qui semblent monter en pente douce vers la surface. Jessica comprend bien vite que cet endroit n'est que transitoire. L'essentiel est donc la corne d'abondance. À l'intérieur de celle-ci, des sacs, des vivres, des bouteilles d'eau, des gourdes, mais surtout des armes. La corne en est pleine à craquer et soudain, le cœur de Jessica se retrouve à hésiter. Comment choisir, comment savoir si elle doit rejoindre ou non son coéquipier au risque de perdre l'avantage sur les objets présents là-bas ?


To be continued...
©️ 2981 12289 0





Petits éclaircissements :

Le MDJ a écrit:



→ Vous l'aurez compris : vos personnages viennent d'apparaître dans l'univers des Hunger Games auxquels ils s'apprêtent à participer. Il s'agit de la 125ème édition des jeux, ce qui signifie que nous ne suivons pas l’œuvre. Merci de ne pas faire référence aux personnages de l’œuvre originale.

→ L'explication reçue par Jessica est à peu de choses près la même que votre personnage aura reçu. Vous n'en savez ni plus, ni moins qu'elle. Les consignes ont été très claires : il s'agissait de vous donner les bases essentielles qui garantiraient votre survie un minimum.

→ L'endroit où vous atterrissez est une caverne dans laquelle se trouve la célèbre corne d'abondance. L'obscurité vous a permis de repérer en un coup d’œil votre coéquipier. À vous de choisir si vous le rejoignez au plus vite ou si vous prenez le risque de vous éloigner en direction du centre. L'eau ne vous arrive pas plus loin que les chevilles et il n'y a pas de piège dans celle-ci. Il s'agit juste d'eau.

→ Pour ce tour, il vous sera demandé de ne pas vous emparer d'objets sans avoir tiré au sort votre réussite au préalable. Pour ce faire, rien de plus simple, vous lancerez un dé spécialement conçu pour l'occasion ! (Si vous n'avez jamais utilisé cette option, n'hésitez pas à faire un passage dans le tutoriel prévu à cet effet !) Vous risquez alors quatre résultats :

  • Réussite critique : Vous réussissez l'action entreprise comme vous le souhaitiez + vous obtenez un bonus. Pour mon arc, vous obtenez des flèches pour tirer avec.
  • Réussite modérée : Vous réussissez votre action. Pour mon arc, vous l'obtenez. C'est tout.
  • Echec modéré : Vous ne réussissez pas votre action. Pour mon arc, vous ne l'obtenez pas. C'est tout.
  • Echec critique : Vous ne réussissez pas votre action + vous subissez un malus. Pour mon arc, vous ne l'obtenez pas et pire encore, celui-ci se brise.
    Ce ne sont que des exemples pour vous donner une idée de la signification de chaque face. La même règle s'applique lorsque vous essayez de tuer ou de blesser quelqu'un.


→ Les objets que vous pouvez trouver dans la corne sont très nombreux. Néanmoins, il vous sera impossible de trouver la moindre arme à feu. Merci de votre compréhension.

→ Vos posts seront donc plutôt courts, au moins pour cette première étape. La durée de cette étape sera laissée à l'appréciation du MDJ.

→ Les tunnels sont au nombre de sept et vont tous dans des directions différentes. Vous pouvez les emprunter en équipe ou en groupe de plusieurs équipes. Deux équipes peuvent successivement passer dans le même tunnel. Une fois arrivé en haut, vous ne pouvez pas retourner sur vos pas.

→ Rappelez-vous que vous devez rejoindre à tout prix votre coéquipier dans les cinq premières minutes. La salle est gigantesque, afin que vous soyez en difficulté si vous faites le choix de d'abord vous rendre à la corne.

→ Ah, et petit rappel : vos personnages peuvent mourir. Le jeu finira d'ailleurs lorsqu'il n'en restera qu'un. Mais nous y reviendrons.

→ Je me suis réservée une équipe de PNJs afin de pouvoir mouvementer la partie au besoin. Gare à vous !

→ Andrew Dean a un malus pour cette phase : Les cinq premières répliques de son personnage devront être rédigées en langage soutenu ET en alexandrins ! (Ne plus me défier ♥️)


Les équipes:
 


→ Tout a évidemment été tiré au sort.

→ L'équipe rose a également été choisie plus ou moins au hasard. Il s'agit de PNJs de ce monde. Ils connaissent donc sans doute mieux que vous le terrain. Leur caractère sera tiré au sort prochainement.

→ La couleur de votre équipe correspond en fait à celle de votre bracelet. Pour rappel, il s'illumine dans cette couleur et vous étiez plongés dans le noir, à la toute base. Vous avez donc pu repérer votre coéquipier aisément.
→ Si vous tuez votre coéquipier dans cette phase, votre bracelet explosera. Il est équipé d'un lecteur qui lui permet de détecter s'il s'agit du bracelet jumeau au sien qui porte le coup ou pas.
Points essentiels
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com

AuteurMessage
Admin
avatar
Messages : 244
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Jeu 26 Juil - 22:30

Le membre 'River O'Leary' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réussite ou échec' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com
Admin
avatar
Messages : 244
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Ven 27 Juil - 0:22

It's you or me. And I've already make my choice.clickEvent surprise
- Phase 11 -
« Quand les hommes choisissent de tuer des innocents pour parvenir à leurs fins, il s’agit toujours de meurtre. »
Le gamin s'enfuit aussi vite qu'il le peut et le temps qu'elle bande son arc, il n'est déjà plus qu'une ombre dans un tunnel. Son allié lui envoie un regard frustré et une seconde, Estelle a peur de lui. Pas suffisamment pour ne pas se souvenir de leur pacte, évidemment. Ils se protégeront mutuellement jusqu'à ce que la mort vienne cueillir l'un d'entre eux de façon inéluctable. Ou ils se battront lorsqu'ils ne seront plus que deux.

Estelle n'a pas de doute sur le sens de l'honneur de son partenaire. Dorian est un connard, mais un connard respectable. Il ne la trahira pas, pas plus qu'il ne trahirait un potentiel allié à venir.
Mais alors qu'elle est toute à ses réflexions, son partenaire de jeu lui fait un signe en direction des tubes. Son regard suit celui de Dorian et arrive à une silhouette restée immobile depuis le début de la partie.

Idiote.

Estelle connaît son rôle. Elle sait aussi que la jeune femme ne se méfiera pas d'elle. L'une et l'autre sont éloignées de plusieurs centaines de mètres et Dorian est bien plus impressionnant qu'elle. Elle lève lentement son arc, puis le bande avec douceur. Dans sa tête, les mots de son père lui reviennent.

« Ne te réjouis jamais de la mort de quelqu'un. »

Comme un précepte, celui-ci s'imprime dans son tir, puis le dévie. La flèche vibre, file dans les airs et n'atteint que l'épaule droite de sa cible. Autant pour le cœur. En même temps... la précision diminue à mesure que la distance augmente. Dorian le sait et ne lui en tient pas rigueur. Le cri de douleur de la jeune femme le satisfait amplement.

Mais alors qu'Estelle bande à nouveau son arc, le bruit d'une cascade retentit dans l'air ambiant. Dorian et elle lèvent les yeux en un même mouvement, tout juste à temps pour voir tomber des trombes d'eau sur le sol.

Ce qui n'était encore qu'une rigole attrapant difficilement les chevilles prend rapidement de l'ampleur. En quelques secondes, le niveau atteint les genoux. Estelle et Dorian n'ont pas besoin de se regarder pour comprendre que la salle va finir totalement immergée en très peu de temps. Ils se dirigent sans plus attendre vers la corne d'abondance, récupérant deux grands sacs et des munitions pour son arc. Après ça, leurs pas les mènent à la sortie la plus proche. Une rouquine s'y trouve déjà, mais Dorian la dépasse sans un regard pour elle. Tout juste a-t-il une phrase à son attention.

« Ta copine va crever. Tu ferais mieux de dégager. »

Estelle se contentera d'une oeillade désolée avant de disparaître au coin d'un virage.



+




Le tunnel n'est rien d'autre qu'une sortie. Aussi leur traversée se passe-t-elle sans heurt. Pas de monstre, pas d'acide pour leur pleuvoir dessus. Pas de fumée toxique. Rien.

« Ils se sont ramollis, cette année. »

La remarque de Dorian lui arrache un sourire tandis qu'un premier courant d'air, timide mais bien présent, vient lécher leurs chevilles.

« Je pense qu'ils font ça vis à vis des autres.
- S'ils sont incapables de survivre à ce niveau du jeu, ils méritent de crever. »

Il n'y a pas de pitié, dans les mots de son acolyte. Estelle sait qu'il est là pour gagner, ils en ont parlé pendant des heures entières, tandis qu'ils apprenaient à se connaître. Cette année, l'édition est particulière et cela leur a été expliqué dès le début des jeux. Deux tributs seulement issus de Panem tandis que le reste vient d'un autre pays. Lointain, leur a-t-on dit. Pauvres gens sacrifiés pour calmer la colère de tout un peuple.

Mais la question n'est pas là, et Estelle ne le sait que trop bien. C'est leur survie ou la sienne, et son choix est déjà fait. Quelques rayons se mêlent au souffle de vent qui prend de l'ampleur et les odeurs de l'extérieur remplacent bientôt celles des souterrains.

C'est une caméra les dévisageant de toute sa suffisance qui leur annonce qu'ils sont arrivés. Le paysage qu'ils découvrent alors les laisse sans voix. Il n'a plus rien à voir avec celui qu'ils viennent de quitter, bien qu'il soit tout aussi extraordinaire.

« Finalement, ils ont fait fort, cette année. »


Estelle ne peut que hocher la tête. Du coin de l'oeil, elle remarque que son bracelet s'éteint. Les hostilités commencent enfin. Ce soir, les coups de canon sonneront la fin de plusieurs vies. Reste à faire en sorte que ce ne soit pas les leurs.

To be continued...
©️ 2981 12289 0





Petits éclaircissements :

Le MDJ a écrit:


Salut tout le monde et bienvenue dans la phase 2 !


Comme précédemment, voici quelques règles essentielles que vous vous devez de respecter.

→ Votre voyage dans le tunnel s'est forcément bien passé. Il n'y avait pas de monstre caché, pas de piège, rien d'autre qu'un mur invisible qui vous empêchait de retourner en direction de la corne. Le trou par lequel vous êtes arrivés dans votre nouvel environnement a d'ailleurs tout bonnement disparu à votre arrivée.

→ Chacun des tunnels a débouché sur un environnement différent dont vous trouverez la liste ici. Une fois que vous aurez pris connaissance du résultat, vous aurez le droit à des explications détaillées de votre biome ici. Merci d'y faire un tour afin de ne pas faire de contresens et de respecter les spécificités de chaque lieu.

→ Les dés sont toujours de la partie et reviennent encore plus forts !

→ Le dé « Réussite ou échec » : Il reste dans l'aventure mais n'est désormais utile que lorsque vous vous battez contre un autre personnage. Il fonctionne toujours de la même manière, à la différence près que vous devez préciser quel résultat vous escomptez. Je vous remets l'exemple de la toute première attaque de l'équipe rose, car c'est ainsi que vous devez fonctionner.


  • Dans le cas d'une réussite critique, le poignard percera l'épaule d'Andrew.
  • Dans le cas d'une réussite modérée, le poignard ouvrira le bras d'Andrew.
  • Dans le cas d'un échec modéré, Andrew ne subira aucun dommage mais ne pourra pas répliquer, car Dorian se méfiera.
  • Dans le cas d'un échec critique, Dorian manquera de tomber à l'eau. Andrew pourra essayer de répliquer s'il le souhaite.


→ Vous découvrirez également le « Dé des eaux » ! Ce dé a une importance capitale dans la partie puisqu'il régit le monde de l'eau. On oublie les douches, messieurs, dames, ici on parle de soif ! Dès que vous décidez de puiser de l'eau dans une source/rivière/lac vous devez tirer le dé. Il en existe sept, chacun correspondant à un territoire. Je vous réserve bien des surprises...

→ Vous pourrez aussi croiser le « Dé du destin » ! Celui-ci ne rentrera dans la danse que lorsque l'un d'entre vous aura fait quatre réponses pour la première fois. À ce moment, il aura le droit de tirer avec ce dé. Quatre résultats sont alors possibles :


  • Un bonus général : Bingo ! Tout le monde recevra un bonus sous peu ! Selon le biome où vous vous trouvez, celui-ci peut différer, à l'exception de l'intervention des sponsors, qui est susceptible de toucher n'importe qui.
  • Un bonus individuel : Désolée, il n'y aura qu'un seul chanceux et c'est celui qui vient de tirer le dé ! Son groupe en bénéficie également sauf précision inverse.
  • Un malus général : Ouuuuh, ça va faire mal ! Il peut s'agir d'un même malus pour tout le monde ou d'un malus différent par équipe. Attention à vous !
  • Un malus individuel : C'est ce qui arrive, quand on joue avec sa chance. Le malus ne touche que le lanceur ou son groupe, selon les cas !

Vous serez ensuite invités à lancer le dé de temps à autres, alors surveillez vos mps !

→ Enfin, le petit dernier n'est autre que le « Dé du temps » ! Il n'est disponible qu'à partir de dix réponses et c'est le joueur qui postera qui tirera ce dé afin de faire avancer le temps. Merci de ne pas en abuser et de laisser aux autres le temps d'exploiter l'horaire déterminé. Il dispose de cinq faces, dont trois seulement sont différentes. Je vous explique ça de suite :


  • Le soleil symbolise la pleine journée. Si vous tombez sur cette face, les réponses suivantes décriront des actions en journée.
  • La lune symbolise la nuit. Si vous tombez sur cette face, les réponses suivantes décriront donc la nuit.
  • Le lever ou coucher du soleil est une face spéciale qui peut correspondre à l'un ou l'autre des cas. À vous de choisir.


→ Et voilà pour les dés ! Si l'un d'entre eux vous pose problème, n'hésitez pas à me mp !

→ Si vous avez lu correctement jusqu'ici vous n'aurez aucun mal à parler du soleil dans votre prochain post.

→  Il vous est demandé de respecter les spécificités du biome où vous vous trouvez. Si la quantité de nourriture est faible, n'allez pas en trouver tous les dix mètres. Merci de votre compréhension.

→ Vous êtes à tout moment susceptibles de recevoir un don des sponsors. Les heureux élus seront tirés au sort. Vos actions vous donnent, ou non, l'approbation de vos généreux donateurs. Vous partez tous avec votre nom inscrit au moins une fois dans le tirage, mais vous pouvez vous retrouver avec votre nom plusieurs fois dedans, trois fois maximum.

→ Vous n'avez pas pu tuer qui que ce soit dans les tunnels qui sont un lieu de transition où il n'y a pas de caméras. Les spectateurs veulent voir le sang couler !

→ Les bracelets ne sont plus liés l'un à l'autre. Vous pouvez désormais quitter votre partenaire ou mettre fin à ses jours. Néanmoins, peut-être qu'il serait plus judicieux de vous allier...

→ Merci de prendre le temps de bien lire la fiche explicative des biomes, c'est capital !

→ Enfin, amusez-vous et n'oubliez pas que vous pouvez mourir à tout moment ! Bon jeu !

Points essentiels
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com
Admin
avatar
Messages : 244
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Ven 27 Juil - 0:22

Le membre 'ASTER_COVE' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Dé du temps' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com
avatar
Messages : 660
Emploi : Lycéenne (senior) et animatrice sur Radio Aster Cove.
Sur ton walkman : Laura Branigan - Self Control
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Ven 27 Juil - 15:18




Hunger Games

Event surprise

Were we born to abuse, shoot a gun and run, or has something deep inside of us come undone? Is it a human trait, or is it learned behavior, are you killing for yourself, or killing for your savior?

« Je sais pas. Restons méthodiques pour l'instant.

Ouais... C'était sûr qu'il fallait essayait de garder notre calme le plus possible, ou les choses pouvaient s'aggraver pour rien. Mais c'était plus facile à dire qu'à faire. Je regardai mon bracelet. Est-ce qu'il allait vraiment exploser ? Est-ce que c'était pas une grosse blague pour se moquer de nous ? Si c'était à la télé, les caméra cachées ça existait.

- Reste près de moi, ok ? Je suis de la police, je vais trouver une solution.

Ça avait l'air rassurant cette phrase, mais je ne pus m'empêcher de rester dubitative. La police n'avait pas franchement fait ses preuves à Aster Cove, alors ici... Peut-être bien que les sadiques qui nous regardaient trouvaient ça encore plus drôle qu'un flic soit coincé là dedans. Mais soit, j'haussai les épaules. Autant lui faire confiance, c'était plus simple.

- En attendant, sois prudente ok ?

À ce moment, on n'était encore pas très loin dans le tunnel. Je pouvais alors entendre le grabuge qui se passait derrière, et qui avait totalement noyé le conseil de mon partenaire. Alarmée, je me retournai sans hésiter. Comme ça m'arrivait souvent de le faire, j'allais totalement désobéir à ce qui venait de m'être dit. Dommage pour mon co-équipier... il était tombé sur la fille amoureuse du mec en galère.

Mes yeux s'écarquillèrent en horreur. Le grand homme effrayant que je connaissais pas était en train de s'élancer... sur Andrew. Me préoccupant peu de mon co-équipier à ce moment (je savais qu'il voulait qu'on s'en aille au plus vite, mais là je ne pouvais simplement pas...), je voulus retourner à l'entrée, mais il y avait comme un mur invisible juste derrière moi. Mes mains se bloquèrent sur une vitre bien trop propre, et je ne pus que tambouriner dessus, impuissante. Je pouvais que regarder... Cet enfoiré de bête avait lancé une œillade dans ma direction, comme s'il savait qu'il allait me faire du mal. Putain, il avait sûrement dû me voir en train de l'appeler. Ce connard avait directement pris parti de la situation. Heureusement, Andrew réussit à l'éviter et s'enfuir. Je soupirai. S'il lui était arrivé quelque chose... s'il lui arrivait quelque chose je ne sais où... je frissonnai, mais il fallait que je reste calme. Ecouter le co-équipier pour une fois. Mais, pourvue d'une colère insatiable, je lançai un regard assassin à la grande brute, que je pouvais encore voir dans l'angle. Si je le croisais, c'est certain que mon lance-pierre serait chargé pour lui. Ne pouvant rien faire de plus, je tapai contre la vitre avant de m'en aller. Je ne pouvais aller que devant moi. Au diable ces maudits jeux.

- Désolé, fis-je toujours irritée lorsque je dépassai mon partenaire. C'est bon, on peut y aller...

J'espérais qu'il me fasse encore confiance et qu'il comprenne que voir son copain se faire défoncer comptaient comme des circonstances atténuantes. Est-ce que c'était mon copain... ? Oh, on s'en fout !
Je n'avais pas la tête à taper la discut' dans le tunnel, concentrée sur ce qu'il pouvait arriver, essayant de remettre mes idées en place. Et puis, marcher comme ça, ça me calmait. Ce serait peut-être le seul moment calme de mon ultime aventure. Autant en profiter...

Puis la lumière commençait à réapparaître. Il y en avait... beaucoup. Je commençais même à me protéger les yeux avec mon avant bras, tellement c'était fort. Je me rendais compte que la lumière du jour, je ne l'avais pas vue depuis un moment. Un espoir naissait un peu en moi. Est-ce que c'était la sortie ? Mais je me rappelais que je n'avais pas le choix d'y aller, alors... probablement non... La chaleur commençait à se faire sentir, et je compris quelques minutes plus tard qu'elle serait encore plus intense à chaque pas. Mes espoirs étaient totalement évanouis. Qu'est-ce que c'était que cet endroit ?
Une voix robotiquement féminine nous indiquait que nous étions arrivés à destination. Si on se fiait à ça, on aurait cru avoir gagné des vacances dans un pays chaud. Mais c'était tragiquement pas du tout ça... Je dus garder les yeux plissés et l'ombre de mon bras en visu pour regarder le paysage qui nous entourait. Je ne me rendis même pas compte que mon bracelet venait de se désactiver. Mais je n'avais pas vraiment l'intention de rester ici toute seule... avoir un policier à ses côtés, c'était pas plus mal pour l'instant.

- Qu'est-ce que... on est au Texas ou quoi ?

Sauf que moi, j'étais habituée au climat du Maine, et j'aimais pas du tout ça. Des cactus, du sable, des vagues de chaleur au loin, et des collines. Vu comment j'étais fringuée, je commençais déjà à souffrir. J'enlevai la veste qu'on m'avait mise pour l'attacher autour de ma taille. Je profitai pour regarder ce qu'il y avait dans la sacoche que j'avais ramassé tout à l'heure. Trois bananes. Une grappe de raisin. Deux tomates. Ça allait être régime, aujourd'hui. J'aurais voulu arracher les manches de ma combinaison tellement j'avais chaud, et je pensais le faire plus tard, lorsque je n'en pourrai plus. Et pire : on n'avait pas d'eau... Où est-ce qu'on allait en trouver, ici ?
En tout cas, il n'y avait pas l'air d'avoir trente chemins possibles...

- Je crois qu'il va falloir monter sur ces collines... »

Je n'en avais aucune envie, mais bon... Je transpirais d'avance.
(c) DΛNDELION

_________________

    And I'm head over heels
    First time in years to drench your skin in lover's rosy stain. A chance to find the phoenix for the flame. A chance to die, but can we dance into the fire ? That fatal kiss is all we need. Dance into the fire to fatal sounds of broken dreams.+ buckaroo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 114
Emploi : Miss Teen Maine, future étudiante en arts appliqués au Bates College, cheerleader.
Sur ton walkman : I Wanna Know What Love Is - Foreigner
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Ven 27 Juil - 21:23

Malgré la situation cauchemardesque, le compliment de Jessica me fit rosir. Je ne pensais pas vraiment être la meilleure, loin de là. J’avais simplement eu de la chance et surtout, je voulais absolument m’en tirer. Si possible, je voudrais qu’on s’en tire avec Jessica. Et Kenny aussi. Et le plus de personnes possibles. Rien que l’idée de devoir tuer quelqu’un me donnait juste envie de vomir. Mais je n’étais pas prête à me laisser faire non plus. J’espérais simplement ne pas avoir à devoir lutter pour ma vie. Pourtant, quelque chose en moi sentait que c’était un vain espoir.

Comme l’avait dit Jessica, il était temps de s’éloigner de tous ces gens. Il fallait qu’on réfléchisse à un plan de survie aussi. Un hochement de tête en direction de Jess et me voilà à regarder partout, craignant une potentielle attaque. Je vois Jess attraper un sac de provision et lui sourit à mon tour. Dans notre binôme, c’était elle la meilleure, je n’en doutais pas un instant. Il est temps de quitter cette corne et elle l’a bien compris. Je sens la pression de sa main qui me tire en avant vers un tunnel. Je cours à mon tour, droit sur le tunnel visé par mon alliée.

Ce n’est qu’après plusieurs centaines de mètres de course que notre rythme se réduit et que j’ose prononcer mes interrogations voix haute.

« C’est vraiment réel tout ça ? Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire ? »

Pour le moment tout semble calme et aucun danger immédiat n’est à signaler ce qui nous laisse le temps de réfléchir à une stratégie pour la suite.

***

L’environnement fini enfin par changer alors que nous débouchons hors du tunnel. Je raffermi ma prise sur la machette. Pas de fioritures vu la situation, c’est ma main gauche qui la tient fermement. Il fait chaud, lourd et humide. Quelques minutes à peine suffiraient à ce qu’une fine pellicule de sueur se répande sur mon corps et cette simple idée me donnait envie de grimacer de dégout. Mais là n’était pas le plus gros de nos soucis. Tout est obstrué par des arbres et je sens que ma machette ne sera pas de trop pour nous aider à nous frayer un chemin. Mon regard tombe alors sur mon bracelet qui clignote avant de s’éteindre. Apparemment, le vrai jeu commence maintenant. Du fond de mon cœur, j’espère vraiment que Jessica ne me trahira pas tandis qu’une petite voix pernicieuse me rappelle que la dernière fois que nos situations avaient changé, elle m’avait tout simplement rayé de son existence. Appelez ça naïveté, je ne pouvais néanmoins croire qu’elle pourrait me poignarder dans le dos. Je me tourne donc vers Jess, plutôt inquiète.

« Tu t’y connais en forêts tropicales ? »

Du regard j’essaie d’emmagasiner le plus d’informations possibles sur les lieux et en même temps, je lance un regard furtif vers le point où se trouvait notre sortie.

« Peut-être qu’on devrait s’éloigner de la sortie ? Au cas où… »

Je n’osais même pas finir ma phrase. Admettre à voix haute que des tueurs potentiels pourraient en sortir était bien trop terrifiant.

_________________
“You did then what you knew how to do, and when you knew better, you did better.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 389
Emploi : Aucun.
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Ven 27 Juil - 22:00

« C’est vraiment réel tout ça ? Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire ?
- Je ne sais pas Scarlett... On va d'abord essayer de survivre. »


Y a-t-il seulement quelque chose à faire ? Sont-elles vraiment capables de survivre dans un environnement si hostile où chacun veut la peau de l'autre ? Jessica voudrait que tout ceci ne soit qu'un cauchemar, mais le regard de l'homme continue de la hanter. S'il s'était agi d'un mauvais rêve, celui-ci aurait pris les traits de son père.

Alors que toutes deux s'avancent dans un tunnel qui n'a de salvateur que la vague impression de sûreté qu'il promet, Jessica repense aux conversations entendues. Y songer lui fait du tort, car elle sait qu'elle devra les tuer pour survivre, mais exploiter les points faibles de ses adversaires est sa seule solution, sa seule arme. Depuis toujours, Jessica n'a jamais rien eu d'autre que ces maudits neurones qui font qu'elle n'oublie rien. C'est par eux qu'elle devra lutter. Ils sont sa seule chance. Un soupir quitte ses lèvres tandis qu'elle revoit les scènes passées dans son esprit. Certains visages ne lui étaient pas inconnus et parmi eux, trois se détachent un peu plus que tous les autres. Stan, tout d'abord. Il est l'ennemi, le monstre, il n'hésitera pas à tuer et Jessica le sait. Ce type la suivra jusqu'en Enfer pour lui causer la pire douleur qui soit. Kenny. Redoutable et dangereux, il représente pourtant la faiblesse de Scarlett. Lui aussi, elles devront l'éviter. Si l'équipe de l'homme repère la faiblesse de son amie, celle-ci ne vivra pas longtemps.

Pas plus que s'il repère la sienne. Car le troisième nom qui s'accroche à ses lèvres et arrache son cœur est un nom maudit. Andrew. Cinq lettres qui la torturent au plus profond de son âme. Il fut à la fois son plus grand bonheur et sa plus terrible douleur, depuis la mort de sa mère. Andrew. Une faiblesse comme on en fait peu, qu'elle a su taire au monstre qui rôde, plus terrible encore que Stan, elle en est persuadée. Un nom qu'elle doit oublier, à qui elle doit verrouiller son cœur. De toute manière, elle n'a jamais eu droit d'y prétendre.

Un soupir quitte l'embrasure de ses lèvres alors que les jeunes femmes atteignent enfin la lumière. La première chose qui la frappe est l'horrible lourdeur qui s'empare immédiatement de tout son corps. Le temps est humide et la forêt dans laquelle elles débouchent se veut tropicale. La végétation règne en maître absolu dans les environs. Elle est à la fois une défense idéale et une parfaite cachette pour des ennemis mortels.

« Tu t’y connais en forêts tropicales ? »


Oui. Jessica n'a que sa tête, mais celle-ci est remplie d'informations. Des livres, elle en a lu des centaines, et parmi eux, des encyclopédies. Notamment sur les forêts d'Amérique du Sud. Ce n'est pas son domaine d'expertise absolue, mais elle a quelques connaissances sur le sujet.

« Un peu. On va devoir faire attention au climat. Il pleut souvent, ici. Et méfions-nous des plantes. Les forêts tropicales sont connues pour réutiliser immédiatement tout organisme mort. Si ça se trouve, les sadiques à l'origine de ce jeu ont inventé une sorte de règle comme quoi on meurt si on reste trop longtemps à un point fixe. »

Jessica observe doucement la lueur de son poignet s'éteindre. Elle espère que Scarlett ne va pas décider de l'abandonner, car elle ressent le besoin de l'avoir à ses côtés. Elle jure de ne pas être inutile, de servir au moins un peu, mais c'est un monde où elle ne veut pas rester seule. Comme si son savoir pouvait lui garantir ne serait-ce qu'un peu de considération dans les yeux de Scarlett, elle s'empresse de poursuivre.

« On devrait rencontrer des forêts de nuages, aussi. C'est lorsque le brouillard envahit tout. Il faudra faire très attention, parce qu'on ne pourra rien y voir. Ah. Et on ne devrait pas avoir de mal à se nourrir. »


Après ça, Scarlett soulève un point important. L'idée qu'elles puissent être suivies lui rappelle sensiblement l'équipe rose. Un frisson la parcourt malgré la chaleur ambiante et elle hoche la tête. Elle se tourne vers quelques branchages qui semblent pouvoir accepter que deux jeunes filles plutôt frêles s'y glissent.

« Pour l'instant, on n'utilise pas ta machette. Il ne faut pas laisser de traces. »

Sans rien ajouter, elle s'enfonce la première dans l'ouverture. Quelques secondes plus tard, elle semble avoir totalement disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 288
Emploi : professeur d'anglais/théâtre au lycée
Sur ton walkman : Rod Stewart – Sailing
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Ven 27 Juil - 22:39

Mais pourquoi est ce qu'il avait frappé River ? J'avais l'impression d'être tombé sur le grand méchant loup de l'histoire - si on oubliait l'homme de l'équipe rose. Lui faire la morale ne servirait surement à rien. C'était surement aussi suicidaire de ma part de lui donner le sabre mais pour l'instant, il ne pouvait pas s'en servir contre moi. L'heure était à présent venu de quitter cette grotte et je l'avais entrainé avec moi dans l'un des tunnels. J'ignorais ce qui nous attendaient au bout et étrangement, cet inconnu m'excitait un peu. Pas de tuer les autres, je serai bien incapable de lever la main sur quelqu'un. Sauf si on s'en prenait à moi en premier, après tout l'être humain avait un automatisme de défense.

- Tu as pas intérêt à couper la tête de la première personne qu'on croise

C'était plus ordre qu'une menace. De toute façon à part lui donner un coup de pastèque...C'était dans ses moments là que je regrettais de ne plus avoir vingt ans. L'époque où j'avais des muscles au moins...
On avait finit par voir le bout du tunnel. Tombant sur un soleil qui passait ses rayons à travers les feuilles des arbres. Car oui, devant nous s'étendait une flore à perte de vue et on ne pouvait pas deviner ce qui se cachait à cinq mètres.

- Hum, nous voilà arrivé dans la forêt amazonienne
C'était bien notre veine tiens. Bon certes il y avait des chances d'avoir de l'eau mais aussi de tomber sur des animaux sauvages prêt à nous bouffer. Et pour couronner le tout, je voyais mon bracelet perdre sa couleur. Celui de Stan aussi. Bon manifestement, on n'était plus liés par les bracelets de l'amitié. Je gardais cependant espoir de ne pas me faire zigouiller tout de suite. Si il réfléchissait un peu, j'étais professeur et donc par conséquent j'avais des connaissance que lui n'avait pas. Utile dans un milieu aussi austère.

- Bon allons y avant que quelqu'un ne débarque

Je ne voyais aucune trace de Scarlett et Jessica. Surement n'avaient elles pas eu besoin de se frayer un passage. Ce qui n'allait pas pouvoir être mon cas.

_________________
I believe in nothing
But the truth in who we are  ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com/t242-barthou-i-want-to-break-fre
avatar
Messages : 127
Emploi : Lycéen, il suppose.
Sur ton walkman : Billy Idol - Hot In The City
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Ven 27 Juil - 22:57

Ils courent. Ils courent et se perdent dans l'adrénaline, se perdent dans l'incroyable énergie du désespoir. Kenny se sent propulsé dans une époque qu'il osait croire révolue. Une époque nuageuses où les monstres arboraient une gueule presque fleurie dont les dents déployées arrachaient la vie. Kenny connaît trop bien ce genre de chemin, sombre, ténébreux, dont le silence de plomb n'est troué que par les halètements des âmes en peine. Son corps a enclenché de lui-même les automatismes nés de son calvaire : rapidité, silence, attention. Ses sens sont décuplés. Il entend tout. Il sent tout.

Autrement dit, rien.

Après quelques centaines de mètres, il s'arrête et se retourne, le souffle court mais pas vacillant. Il pourrait continuer comme ça encore longtemps. Il le sait. Ce n'est toutefois pas utile. Un instant, il se tait, pour vérifier, puis se tourne vers Andrew.

« Nous sommes seuls. »

Personne ne les suit. La grande brute ne les a pas poursuivis jusque là. Il l'aurait su : ses pas sont lourds et bruyants, trop pour ne pas être aisément repéré. Un soupir de soulagement lui échappe, puis c'est un tendre sourire qu'il offre à son meilleur ami.

« C'était moins une, mais t'as géré. Vraiment. »

Son regard trahit un mélange de sincérité et de fierté qu'il ne saurait traduire en paroles, mais il fait confiance à son interlocuteur pour le déchiffrer. Il l'a toujours fait sans problème. Andrew a conscience qu'il n'est pas doué pour les mots. Ses poings dialoguent plus souvent que ses lèvres, le lycéen en a pleine conscience. Et pour une fois, cela pourrait bien lui servir pour autre chose qu'obtenir un comics.

Le jeune homme tourne un regard plissé vers la fenêtre de lumière qu'il devine au fond du tunnel. Là-bas, la suite les attend. Si le début était dangereux, il ne se fait aucune illusion : il s'agissait là de l'avant goût. Les choses sérieuses commencent maintenant. Et il est hors de question de pénétrer l'arène sans avoir réfléchi au combat de gladiateurs qui va s'y dérouler.

« Bon, viens. Là, je ne crois pas qu'on puisse nous entendre. »

Son regard est grave lorsqu'il le pose sur son ami.

« On est dans une bataille pour la survie. On n'est pas les seuls d'Aster Cove ici, je sais que tu le sais. On va devoir faire abstraction. La priorité numéro un, ça va être de se maintenir en vie. Si besoin, il va aussi falloir se préparer à ôter la vie. Les autres savent qu'on est amis et ça peut clairement jouer en notre défaveur. On soit se soutenir mais pas être trop sur le dos l'un de l'autre, sinon quelqu'un va exploiter ça c'est obligé. »

Il blêmit à l'idée mais tente de ne pas faiblir. Se battre, oui, mais Kenny n'a jamais voulu devenir un assassin. Jamais. Un soupir tremblant lui échappe.

« Crois-moi, ça ne me plaît pas, mais... Mais il n'y aura qu'un seul survivant. Je veux que ce soit nous. Si on survit ensemble et qu'on refuse de s'entre-tuer, ils n'auront pas le choix, je suppose. »

Victoria, c'est l'autre problème. Il sait qu'Andrew ne pourra pas supporter de la perdre, encore moins de l'achever, et une part de lui ne peut s'empêcher de craindre le pire quant à la suite. Ceux qui aiment le moins auront le plus de chance de s'en sortir. Il le sait. Mais pour l'instant, la question n'est pas là.

« On est d'accord, ça s'appelle les Hunger Games. Sauf qu'on a pris une arme et pas de bouffe. Il va falloir qu'on se démerde pour en trouver, et vite. Qui sait ce que ces salopards nous ont fait entre notre enlèvement et maintenant... Je ne sais pas si on aura le temps de traîner. Bouffe, eau, et... Et le reste on verra selon là où on arrive. Je suppose qu'il faudra plaire aux sponsors. T'en penses quoi, toi ? »

Il lui lance un regard, écoute la réponse. Un nœud de stress se noue dans son estomac tandis qu'il prie pour ne pas finir dans un désert ou une autre connerie du genre. Il veut vivre. Il refuse que sa vie s'arrête ici après tant d'épreuves. Il mérite d'être tranquille, putain...

Fort d'une détermination nouvelle, il souffle un bon coup puis se redresse, commençant à s'avancer vers la suite. Juste avant la sortie, il se tourne vers son ami.

« Jusqu'au bout, on reste ensemble, hein ? »

Un sourire confiant, et il pénètre le dehors. Un vent léger agite alors les mèches brunes qu'il a oublié de couper. Sa main, elle, se dresse en barrage à la lumière qui assaille ses prunelles, maigre protection face à la puissance du soleil. Devant eux s'étend une immensité désertique de roches et de terre que l'astre chauffe tranquillement. Il n'y a rien si ce n'est une petite motte d'herbe à quelques dizaines de mètres, si ridiculement petite qu'elle semble se moquer d'eux. Et merde...

Une vague de désespoir le saisit à la gorge et il se mord la lèvres, balayant les alentours dans l'espoir vain de trouver quelque chose qui les aiderait. Il n'y croit pas. Il n'y croit pas et pourtant, tout autour d'eux, alors même qu'il remarque au loin les contours d'autres territoires, il aperçoit également une multitude de trous. Certains vastes, d'autres plus étroits. Le plus proches est à quelques pas sur leurs droite, précisément à la bonne taille pour qu'ils passent sans problème.

« Putain de bordel de merde... »

Un regard gorgé d'une terreur percluse de détermination est adressé à Andrew.

« Il va falloir qu'on aille là-dedans, mec... »

Déglutissant, Kenny approche de ce qui ressemble à une galerie et se penche au dessus. En bas, tout semble obscur, éclairé seulement par la lueur solaire qui daigne illuminer brièvement la roche souterraine. S'il tend l'oreille, il entend un bruit doux, apaisant, un bruit musical dont il reconnaît immédiatement la provenance.

« C'est sombre, mais il y a de l'eau. Ça fait chier qu'on n'ait pas de briquet, putain. »

Il grimace, puis place ses jambes par dessus l'orifice géant créé dans le sol. Il n'y a pas de temps à perdre et ils n'ont aucune autre alternative. Il est évident que les sadiques à l'origine de ce jeu de merde ont prévu qu'ils se rendent là. Pas d'options, pas de choix. Ils suivront bêtement les facéties des riches psychopathes de ce monde à la con. Une inspiration profonde gonfle sa poitrine, et il lance un regard relevé d'un sourire à Andrew.

« J'y vais le premier. Si je crie, ne viens pas, hein ? »

Sans attendre de réponse, il se lâche. Quelques secondes plus tard, on entend un murmure.

« Allez, descends ! Tu peux venir ! »

_________________
WHO IS IN CONTROL ?

By COM


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 20
Emploi : Détective
Sur ton walkman : Beat it - Michael Jackson
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Sam 28 Juil - 0:43

Michael est soulagé de voir sa coéquipière le suivre dans le tunnel, il comprend sa préoccupation, mais le plus important est d'abord de se mettre à l'abri pour réorganiser toutes les informations qui viennent de leur être données et établir un plan. Déjà le policier établit une liste dans sa tête en marchant à pas rapide, mais soudainement la petite blonde fait demi-tour comme une furie. Putain mais c'est pas vrai ! Le détective n'a même pas le temps de protester à voix haute. Il fait volte-face avec elle pour la rattraper, mais s'arrête net deux pas plus loin. Oh. Ils ne peuvent donc pas revenir sur leurs pas. La pauvre fille tambourine sur la vitre qui la sépare de ses proches apparemment en difficulté, pendant que Michael affiche une mine contrariée juste derrière elle. Ce tunnel a intérêt à être la bonne sortie s'ils ne peuvent pas retourner dans la salle de départ.

Une fois l'incident passé, la petite blonde s'excuse très rapidement et retourne vers la sortie. Elle ne cache pas sa colère, et Michael ne lui en veut pas. Il se serait même probablement mis une tarte à lui-même s'il avait été à la place de cette pauvre gosse. Vraiment, il s'en voulait de ne pas avoir pris le temps de l'aider plus tôt, mais l'ambition était trop dangereuse au milieu du chaos ambiant de la corne d'abondance. Il espère seulement que la fille en a conscience.

Le reste du chemin se déroule dans le silence. Mike observe sa partenaire de galère d'un coin de l’œil. Il l'analyse comme il a l'habitude de le faire en traquant des indices. Il s'inquiète pour elle, parce qu'une fille de son âge ne devrait pas avoir à vivre ça. Il y avait des enfants dans cette putain de salle de départ. Beaucoup trop d'enfants. En arrivant au bout du tunnel, le regard de Michael a changé. Il est déterminé à sortir d'ici pour étrangler de ses propres mains le responsable de cette tuerie. Aucun enfant ne mourra sous sa protection. Il se le jure alors que le soleil l'aveugle soudainement et lui fait avoir un mouvement de recul.

Le policier laisse ses pupilles s'habiter à la lumière vive et observe à son tour le paysage en haussant les épaules à la remarque de la petite. "Ça y ressemble en tout cas." La chaleur est étouffante et rapidement les deux partenaires enlèvent leur veste pour être plus confortables. Une fois le diagnostic du paysage établi, tous les regards sont tournés vers les collines dont le sommet leur offrirons un bon point de vue sur leur nouveau territoire. "Bonne idée. Il faut qu'on essaye de repérer une source d'eau au plus vite. En attendant protège ta tête du soleil pour éviter les insolations." Il lui suggère en improvisant un chapeau avec sa veste.

Et en avant pour la traversée du désert à pied... Putain ça arrive que dans les films ça normalement ! Le policier sent l'agacement le saisir, alors pour ne surtout pas céder à la panique, il décide de rompre le silence entre sa partenaire et lui. "Au fait moi c'est Mike. Et toi ?" Il lui adresse un léger sourire qui se veut sympathique. S'ils sont coincés ensemble, autant en profiter pour créer des liens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 180
Emploi : 10th grade
Sur ton walkman : Perfect day - Lou Reed
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Sam 28 Juil - 2:31

Hunger Games
Everybody

Vous étiez tous les deux d'accord sur un point : aucun d'entre vous ne tuerez, ni ne participerez à ce jeu débile. Pour toi, il fallait dire que c'était un soulagement... Tu aurais très bien pu tomber sur une véritable folle sanguinaire, mais ta coéquipière semblait plutôt "humaine". Une bonne nouvelle ! Si réjouissante en cet instant effrayant et angoissant que tu te permis de lui offrir un léger sourire... Très certainement coincé, mais l'attention y était. Tu ne pouvais pas vraiment penser à ce genre de chose tandis que ta vie était en jeu dans une arène impitoyable... Vous seriez donc dès à présent voué à perdre. Ta partenaire avait elle aussi fait ce choix en refusant tout bain de sang. Il était évident que l'on ne gagnait pas les "Hunger Games" en jouant les pacifistes hippies -rôle que vous veniez d'endosser sans aucune hésitation-. Désormais, votre unique but était de survivre le plus longtemps possible. Tu craignais énormément la mort, particulièrement la mort douloureuse, aussi tenterais-tu de fuir tous les dangers... C'était une technique bien vaine. Stupide et sans grand rendement... Pourtant, c'était ainsi que fonctionnait ton instinct de survie.

« Moi c'est Royce... Au fait.. »

C'est ainsi avec un plan en tête que toi et ta camarade entamâtes l'ascension de ce tunnel sombre et lugubre... Vous étiez désormais en quête de nouvelles personnes aux mentalités similaires. Peut-être pourriez-vous mêmes convaincre chaque binôme de ne pas participer au jeu du démon ? C'était là une idée bien trop optimiste probablement, mais tu doutais fortement de la conviction de tous les participants des "Hunger Games". On ne pouvait pas changer un mouton en loup si facilement ! Les personnes profondément bonnes et altruistes ne seraient pas aptes à tuer de sang-froid. Tout comme toi. Tout comme ta partenaire. Dès à présent, il était temps d'entreprendre vos plans de survie. Tu prias évidemment pour qu'aucune créature sortie des enfers ne vous saute à la gorge dès les premières minutes des jeux. Vous n'aviez aucune arme à disposition, et un simple loup pourrait en cet instant vous être fatal.

Bien heureusement, tes souhaits furent exaucés ! Le bout du tunnel vous avez attendu sans aucun piège. Vous étiez sains et saufs, prêts à commencer votre épouvantable périple dans ces jeux de la faim... Face à vous s'était rapidement dessiné une forêt dense. Des arbres gigantesques à perte de vue parsemait désormais le paysage ! C'était comme se retrouver projeté dans un autre monde... Évidemment, tu étais en enfer... Les lieux pouvaient certainement prendre des formes très variées. Seulement, cette forêt calme et verte te semblait bien trop douce pour représenter l'horreur des limbes... Quelque chose se cachait à travers ce dédal d'arbre, et vous ne deviez certainement pas baisser votre garde.

« J-j'ai vraiment pas confiance dans cette f... » tes mots furent coupés par des bruits de pas. Une sueur froide parcoura rapidement ton dos tandis que le danger semblait se rapprocher...

Tu te retournas brusquement, reculant comme instinctivement face à la peur que ces bruits avaient engendrée en toi... Oh, tu n'étais pas serein, et cette simple angoisse te trahissait facilement... Tes pieds étaient déjà prêts à mettre les voiles au moindre danger. Tu tremblais légèrement, impatient de savoir si la fuite était désormais nécessaire... Deux silhouettes s'étaient dessiné dans l'obscurité du tunnel. La peur que tu semblais toi-même te propager s'intensifia... Tu te reculas encore de quelques pas, venant désormais percuter ta camarade. Tu lui attrapas le bras, au cas où vous devriez vous enfuir ensemble, lorsqu'un visage familier se détacha de l'ombre...

« GEORGIE ! »


Tu n'avais certainement jamais crié si fort de toute ta vie ! Ton coeur battant déjà à toute allure venait de faire une chute libre. L'excitation fut telle que de légers vertiges te prirent... Rien d'alarmant il fallait dire, car aucun mal de tête ne t'empêcha de te ruer sur ton meilleur ami, avant de l'enlacer de toute ta force... Oh, tu lui faisais mal . Peu importait ! Tu venais de trouver ton groupe parfait afin de partager les derniers moments de ta vie. Étonnamment, un grand sourire s'était invité sur tes lèvres. Rictus sincère qui jusqu'alors n'avait jamais montré le bout de son nez... Tu étais prêt à danser avec ton ami lorsqu'une soudaine vague d'angoisse te parcourut... Georgie était coincé... Ici... Une fois de plus... Il avait vécu l'enfer et était désormais réexpédié dans les limbes... Tu crus soudainement vomir. Il n'y avait rien de réjouissant à tout ça ! La gentille accolade avait rapidement pris fin. Ton regard était désormais plongé attentivement dans les yeux de ton camarade. Tu le tenais par les épaules, comme pour éviter de le voir partir...

« C'est carrément injuste... Ils ont pas le droit de faire ça... »

Ta mâchoire était crispée et tes larmes proches. Pourtant, une flamme gigantesque venait de s'allumer en toi... Comme une énorme bouffée de courage soudaine. Une montée d'adrénaline que tu utiliserais sans aucun doute pour sortir ton ami de cette merde....
Made by Neon Demon

_________________
boys don't cry ♫
It's such a perfect day, I'm glad I spend it with you... Oh such a perfect day... You just keep me hanging on....
c by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 114
Emploi : Miss Teen Maine, future étudiante en arts appliqués au Bates College, cheerleader.
Sur ton walkman : I Wanna Know What Love Is - Foreigner
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Sam 28 Juil - 10:27

Jessica n’avait pas tenté d’adoucir faussement la vérité. Oui, il allait nous falloir survivre. Continuer à avancer en faisant abstraction de la peur et l’angoisse qui allait me nouer le ventre. Oublier les doutes. Ranger mes espoirs et mes sentiments au fond d’une petite boîte en attendant d’être en mesure de les gérer… Oui. Je pouvais faire ça. Je l’avais déjà fait. C’était possible. Tout ce qu’il fallait, c’était de la détermination et j’eu tout le trajet à travers le tunnel pour la canaliser.

Alors que mon cerveau enregistre toute une nouvelle masse d’information sur les tropiques, il apparait comme évident que Jessica sera le cerveau de notre duo. La stratège. Ce fait n’est inconnu de personne au lycée, elle est brillante. De mon côté, les entrainements intensifs que je subis en gymnastique et, depuis bientôt un an en cheerleading m’ont rendu agile et endurante. Je n’ai pas peur du vide et, si le besoin s’en fait sentir, je pourrais grimper aux arbres pour donner à Jessica de plus amples informations sur notre environnement. En somme, elle sera la tête et moi les jambes. Et peut-être aussi un visage car, si j’en croyais ma référente, elle comptait beaucoup dessus pour attirer des sponsors. Ne m’avait-elle pas conseillé d’être jolie en toute circonstance ? Ce n’était pas une parole en l’air. Elle avait l’air diablement sérieuse en le disant. J’avais l’habitude d’être une poupée prisonnière dans sa maison de carton-pâte. Sauf qu’ici, les autres étaient armés de lances et de couteaux. Se faire aimer du public, c’était notre seule chance de s’en sortir. J’étais douée pour ça, donner aux gens ce qu’ils voulaient voir. Mais ces personnes capables de mettre au point une telle compétition que voulait-elle ? Un mot soudain me vint à l’esprit. Du spectacle. Ils voulaient de la distraction. Ce qu’il fallait leur donner, c’était une raison de nous garder dans le jeu. Aussi malsains qu’ils puissent être, il fallait leur donner une raison de nous aimer. Et pour cela, il faudrait leur vendre une partie de notre âme. Pour les rapprocher de nous.

Avant de mettre mon nouveau plan à exécution, je préviens Jess qu’il ne faudrait pas s’attarder. Je suis d’accord avec elle sur le fait de ne pas laisser de traces trop visibles de notre passage. Je suis directement Jessica, la collant peut être un peu trop mais je suis terrifié à l’idée de la perdre dans toute cette broussaille. Quelques mètres suffisent pour que la chaleur suffocante devienne difficile. Surtout avec les vêtements dont on nous a affublé. Une branche plus résistante s’attache au bas du tee-shirt qui se déchire sur deux centimètres. J’en profite pour agrandir la déchirure et nouer les deux pans ainsi constitués de façon à exposer mon ventre. Ça me donne presque l’impression de me prostituer mais j’aurais tout le temps d’en être malade plus tard. J’ai un peu moins chaud au moins. J’attends que l’on se soit bien éloignées avant de chuchoter, gênée et un peu mal à l’aise.

« Je suis vraiment désolée tu sais. Qu’on se soit éloignées cette année. »

Et c’était vrai. Tellement vrai. J’avais souvent pensé à Jessica et je savais, au fond que toute cette situation était en grande partie de ma faute. Je m’étais laissée portée par des événements qui me dépassaient et une popularité soudaine et j’avais laissé ce fossé se creuser et les non-dits nous laisser couper les ponts. Pourtant, je n’avais jamais oublié Jessica. Elle m’avait manqué.

_________________
“You did then what you knew how to do, and when you knew better, you did better.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 389
Emploi : Aucun.
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Sam 28 Juil - 17:09

Mes pas s'emportent entre les racines alors que déjà, le paysage avale notre point de départ. Cette forêt a des airs de labyrinthe. Les craquements qui résonnent autour de nous rendraient le tout sinistre, si l'on n'entendait pas les oiseaux chanter à tue-tête. C'en est presque assourdissant, mais la vie appelle la vie, et mon cœur se sent un peu plus serein à mesure que nous disparaissons entre les arbres. Si nous sommes suivies, je souhaite bon courage à notre stalker pour nous retrouver. Nous avalons au moins un bon kilomètre dans le silence le plus absolu qui soit. Derrière moi, je sens Scarlett avancer. La savoir à mes côtés a quelque chose de profondément rassurant que je n'avouerai jamais. En l'entendant déchirer son t-shirt, je me souviens d'un point essentiel. Je n'ai pourtant pas le temps de le mentionner.

« Je suis vraiment désolée tu sais. Qu’on se soit éloignées cette année. »

Les mots de Scarlett me prennent de court. Je fais volte-face et lance sans doute le regard le plus vulnérable que je puisse adresser à quelqu'un. Ces mots, je les ai espérés pendant des jours. Ces mots, j'ai voulu les voir quitter ses lèvres de toutes mes forces. Ces mots, je les ai un jour abandonnés pour me protéger. J'avale ma salive et cherche dans les yeux de Scarlett si celle-ci est sincère. Je ne crois plus en personne depuis longtemps maintenant. Je ne crois pas qu'on puisse m'offrir la considération que pourtant, j'appelle de toutes mes forces, de toute mon âme. J'ai vu trop de fois la colère briller dans les yeux de mon père pour penser qu'on puisse m'aimer un jour. J'ai senti trop de fois le poids de la culpabilité noyer des regards alors qu'on m'abandonnait. Ma mère, la première. Laurie, un garçon croisé il y a longtemps. Andrew, bien plus récemment, blessure encore vivace qui s'infecte à chaque fois que mes pensées se perdent en sa direction. Je revois ses sourires, l'éclat si particulier de son regard. Je me souviens de nos lectures partagées, et de ces chocolats trop souvent échangés. Dans ces souvenirs, mon cœur se serre, se brise et m'empoisonne un peu plus. Personne ne l'a remarqué, mais ça fait des semaines que je n'ai pas rouvert un livre. Lorsque je lis la moindre page, c'est son visage qui s'imprime en moi. Trop dur. Tout comme Scarlett. Son sourire, son regard, sa timidité, nos échanges que je pensais précieux et qu'elle m'a arraché aussi sévèrement que les autres, au nom d'une popularité illusoire. Scarlett, seconde plaie dans un cœur à vif, qui saigne, saigne encore et encore, sans jamais parvenir à s'épancher. Mes yeux fouillent les siens, et si elle me rend la pareille, elle lira le doute le plus absolu qui soit en moi. Je ne sais pas si je dois la croire. Je ne sais plus si j'en suis capable.

Ma tête se baisse et mon regard rencontre le sol. Je hausse les épaules, puis me détourne.

« On oublie. Ici, ça n'existe pas. D'accord ? »

Je marque une pause, chacun des mots que je prononce me coûte. Je ne sais pas quoi répondre. Jamais personne n'est vraiment revenu vers moi. On m'abandonne sans un regard en arrière, me laissant me noyer dans une eau couleur de ténèbres. Je ne saurai jamais si je dois la croire ou non. Mieux vaut revenir à ce que je maîtrise et étouffer l'élan d'espoir qui susurre à mon oreille que cette fois, rien que cette fois, ça pourrait être différent. Croire aux chimères n'apporte rien de bon. La lumière n'existe que dans les rêves. C'est quelque chose que j'apprends toujours à mes dépends.

« Tu devrais couvrir ton ventre. S'ils ont respecté le biome initial, il doit y avoir des moustiques. Ils sont plus dangereux que chez nous. Concentre-toi sur les odeurs. Si tu sens du citron, on ira dans cette direction. Il nous faut à tout prix trouver de la citronnelle, au cas où. Mais ça ne devrait pas être trop difficile. »

Du moins, je l'espère. Mes pas reprennent et le silence retombe. Je ne sais plus exprimer mes sentiments depuis longtemps. Un jour, j'ai trouvé la clé d'un coffre et un génie m'a promis que si j'y glissais tout ce que je ressentais, je ne souffrirai plus jamais. C'était un mensonge, mais je n'ai jamais su retrouver le sésame de ce trésor-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 110
Emploi : Serveuse à l'Aster Clover
Sur ton walkman : Led Zeppelin - Immigrant Song
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Sam 28 Juil - 22:22

Evie est tombée à genoux. De grosses larmes coulent le long de ses joues meurtries avant de s'écraser sur le sol, impuissantes. Ses épaules sont secouées d'interminables sanglots au cœur desquels elle peine à respirer, incapable de parler autrement que pour répéter un même prénom en boucle.

« KAHINA ! Kahina, s'il te plaît, Kahina sors de là... S'il te plaît, je t'en supplie, sors de là... »

Sa main tremblante frappe la vitre invisible qui la sépare de sa meilleure amie. Elle tape de toutes les forces de son corps drainé, elle tambourine même si elle sait que ça ne servira à rien. Et elle pleure, elle pleure la teinte rouge que prend l'eau qui monte lentement contre les parois de la grotte. Son cœur s'arrache, se brise, sa poitrine se comprime, elle ne peut plus vivre, plus respirer, et elle hurle la douleur qui la scie en deux, prie les dieux qui se moquent d'elle, implore les inventeurs de ce maudit jeu de gladiateurs. Le corps de la jeune danseuse est face à elle, inerte, le visage perdu sous l'incroyable tignasse avec laquelle elle adore jouer. Elle peut presque les sentir sous ses doigts, sent presque l'odeur de son parfum. Elle a l'impression de pouvoir la serrer dans ses bras, dans ses songes, pourtant celle qui lui fait face ne semble plus détenir la moindre once de vie. Ses mains viennent se rejoindre sur sa bouche pour cacher la grimace effroyable de douleur qui la saisit. Elle se recroqueville contre le sol, sanglotant à s'en briser la voix, broyée de chagrin. Pas elle, pas elle... Pas Kahina, pas sa meilleure amie, pas celle qui devait être sa témoin...

Une rage soudaine s'empare de la jeune femme. C'est injuste. C'est injuste putain. Elle ne méritait pas de crever. Elle ne méritait pas de mourir, abattue de derrière par une lâche. Salope. Elle va la retrouver, elle le jure. Elle va la retrouver et lui faire payer. Elle va la retrouver et lui montrer ce que ça fait, de sentir son cœur être arraché, d'être torturée de tristesse. Elle va lui faire comprendre, à cette garce, elle va lui faire regretter son meurtre. Elle va lui faire regretter de vivre.

Son regard débordant de larmes se redresse vers le plafond où Evie croit que les caméras les observent. Ses mâchoires se serrent sous un rictus presque hystérique.

« C'EST CA QUI VOUS AMUSE, BANDE DE BATARDS ?! »

Les sanglots ont repris sans qu'elle ne s'en aperçoive. Elle s'en fout.

« VOUS ETES LES PIRES DES POURRITURES ! C'EST VOUS QUI MERITEZ DE CREVER, VOUS !!! »

De nouveau, elle frappe la porte, plus fort, poussée par le désespoir qui la brise. Elle appelle encore Kahina dans un espoir vain, hurlant son prénom comme pour la ramener à la vie ainsi. Le manège dure de pénibles minutes, jusqu'à ce que la voix de la jeune femme abandonne le combat. Il est trop tard. Une part d'elle le sait, et elle s'avachit contre le mur du tunnel, vidée. Son regard vitreux se perd dans le vague. Des larmes continuent de dévaler ses joues. Elle reste là. Elle ne veut plus rien faire. Elle veut s'asseoir là et attendre, comme si on allait la sauver, la sortir de ce cauchemar, comme si la lueur du jour pouvait briser ses mauvais rêves.

La pensée que Walter l'attend peut-être quelque part est la seule chose qui l'arrache à sa contemplation muette. Elle sursaute presque dans sa transe et se redresse. Elle ne peut pas abandonner. Elle ne peut pas le laisser. Elle n'a pas le droit de lui faire ça. Elle doit le rejoindre. Elle doit survivre. Dans sa douleur, elle imagine les bras de son fiancé se refermer autour d'elle, la chaleur de l'étreinte, la douceur de ses lèvres. Elle imagine se perdre dans ce contact et tout oublier, tout, même sa propre identité. Elle veut juste se blottir dans ses bras-là.

Le sanglot qui lui échappe alors sera le dernier.

Evie se relève, chancelante, et essuie son visage d'un revers de manche. Elle enfile le sac à dos en respirant doucement, puis lance un dernier regard à Kahina, sa douce Kahina, et son visage se déconfie à nouveau de douleur.

« Je t'aime ma belle. Je veux que tu le saches. Ça ira mieux, là où tu es. »

Une inspiration tremblante, profonde. Elle se retourne et avance. Il est trop tard pour reculer désormais.

Tandis qu'elle traverse le tunnel, Evie ne pense à rien. Son esprit est perdu dans un flou si absolu qu'il en serait presque effrayant, mais elle ne trouve pas l'énergie de s'en inquiéter. Elle est fatiguée. Son corps avance presque tout seul sur les quelques centaines de mètres qui la séparent de la lumière. Ses pas sont rapides, saccadés. Sa démarche est robotique. Elle-même l'est un peu aussi.

Elle franchit finalement l'ouverture qui la mène à l'extérieur et lance un regard à ses alentours. L'endroit est grandiose mais elle ne parvient pas à s'en émouvoir. Il y a de quoi, pourtant. Une forêt de pierre, inhospitalière et magnifique, grande dans la beauté qu'elle offre au monde. Il fait bon, juste assez chaud pour qu'elle soit confortable. Pour l'instant du moins. Car ce n'est pas ici, songe-t-elle, qu'elle trouvera de l'eau. Reste alors simplement à explorer les lieux, priant pour s'être trompée. Elle ne se fourvoie pas : si elle ne s'en procure pas rapidement, elle ira rejoindre Kahina dans les limbes.

_________________

Freedom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 127
Emploi : Lycéenne et membre de l'équipe de natation.
Sur ton walkman : Tears for Fears - Shout.
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Sam 28 Juil - 22:42




Hunger Games

Event surprise

We live, we die, we steal, we kill, we lie just like animals but with far less grace. We laugh, we cry like babies in the night, forever running wild in the human race.

Ma lance commençait à être lourde. Je pensais que l'ananas devait rajouter du poids, et, ayant soudainement peur que la pointe se casse, je le retirai avec un peu de difficulté. Un grognement d'effort, et je pus extraire le fruit par sa base la moins douloureuse pour mes paumes. Un bruit de jus se fit entendre. Presque humain. Un frisson me parcourut le corps à cette idée. Ou peut-être que l'air était déjà en train de se rafraîchir dans le tunnel. J'embarquai l'ananas d'une main, la lance, pointe en haut, presque comme un bâton de marche, de l'autre. Qui sait ce qui allait nous attendre au bout.

Lorsque je commençai à voir les volutes blanche de ma respiration, je lançai un regard inquiet vers maman. La température n'allait donc jamais cesser de descendre ?! J'avais de moins en moins envie de continuer, mais il était pas question d'aller en arrière. Crever de froid, être entourées d'eau dans laquelle on pouvait même pas nager... C'était pas ce que j'imaginais, en fait.

« C'était pas l'été, hier ?...

Avoir dit ça à voix haute me faisait réaliser qu'on n'était plus à Aster Cove, ni à New York non plus. J'avalai bruyamment ma salive. Combien de temps on avait été endormis ? Où est-ce qu'on était ? Loin de la maison ? Un sentiment vertigineux s'emparait de moi plus j'y pensais. C'était ça le "mal du pays" ? Quoique... je l'avais déjà à seulement quelques kilomètres...
Je regrettais d'avoir les mains prises, j'aurais voulu frotter mes bras. Je commençais sérieusement à avoir froid. "Heureusement", on était arrivées. Ça voulait dire que la température ne baisserait plus... normalement.

- Wow... j'ai jamais vu un endroit comme ça. On se croirait au Pôle Nord ! pensais-je à vois haute, presque émerveillée.

Le bout de mon nez était déjà tout rouge, je le sentais s'engourdir. Mes doigts aussi. J'aurais aimé avoir des gants. Mon corps tremblait, et j'essayais de réprimer les spasmes, parce que la crispation faisait presque mal. Dire que j'étais inquiète pour notre survie était un euphémisme. J'y croyais à peine. Néanmoins, je jetai un regard inquiet à ma mère.

- On va s'en sortir ici, m'man ? »

Maman avait toujours une solution. J'espérais la garder près de moi jusqu'au bout. Je ne le supporterais pas, sinon. C'était sûr.
(c) DΛNDELION

_________________

    I'd rather be me
    We're supposed to all be ladies and be nurturing, and care. Is that really fair ?  Boys get to fight we have to share. So here's my right finger, to how girls should behave. Sometimes what's meant to break you makes you brave.+ buckaroo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 80
Emploi : Apprenti directeur au sein de l'entreprise familiale.
Sur ton walkman : Bringin' On The Heartbreak - Def Leppard
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Dim 29 Juil - 23:20




AC Hunger Games

Event surprise

When God is gone and the Devil takes hold, who will have Mercy on your Soul ?

Propulsé par un instinct de survie affolé, Andrew avale la distance qui le sépare de l’entrée du premier tunnel venu en un temps record. La peur donne des ailes à ce qu’on dit – un proverbe apparemment légitime. Les deux garçons ne s’arrêtent que lorsqu’ils atteignent le milieu du tunnel et sont certains d’être hors de danger. Alors qu’Andrew reprend son souffle, Kenny confirme d’un air grave : ils ont échappé au pire, les deux tarés ne les ont pas suivis. Lorsqu’enfin la pression redescend, Kenny ose enfin un sourire et félicite le grand blond. A son tour, il échappe un rire léger en accordant une petite frappe amicale sur l’épaule de son ami : « Ouais, qu’est-ce que tu ferais sans moi hein ? »

Le regard qu’ils échangent est chargé en émotions. L’un s’est vu mourir, l’autre continuer l’aventure seul. Et pourtant, les voilà tous les deux en vie, entiers, et un minimum armés pour affronter la suite. Pendant un court instant, Andrew lit un véritable espoir de victoire dans les pupilles de son frère de cœur. Une impression rassurante de puissance lui parcourt le corps et chasse ses inquiétudes. Ensemble, ils peuvent s’en sortir, l’héritier en est soudainement intimement convaincu. Ils vont s’en sortir. Il se trouve même idiot d’en avoir douté. Ils ont échappé à tellement de galères ensemble, une de plus, une de moins, qu’est-ce que ce sera dans leur vie ? Par cette maigre victoire, Andrew se sent confiant, intouchable. Il est presque capable de faire demi-tour pour aller régler ses comptes avec monsieur le bracelet rose. Il est parcouru d’une pulsion violente qui le fait fantasmer un coup net de hachette en pleine tête de cette brute inhumaine. Il ne réalise pas encore que la dose d’adrénaline qu’il vient de prendre en frôlant la mort retombera bientôt et que la réalité le rattrapera au galop.

En attendant, Kenny reprend déjà son sérieux et se projette dans la suite de ce qui les attend. En quelques mots seulement, il se charge de rappeler Andrew sur Terre. C’est vrai, ils ne sont pas les seuls d’Aster Cove piégés dans cet enfer. Le sourire satisfait de jeune blond s’efface aussitôt que ses pensées vont à Victoria. Est-ce qu’elle a pu s’en sortir ? Est-ce qu’elle l’appelait au secours lorsqu’il protégeait Kenny ? Est-ce que ce bâtard de bracelet rose a pu s’en prendre aussi à elle ? Aussitôt son cœur s’affole et il n’écoute la suite du discours de Kenny que d’une oreille. Il doit absolument retrouver Victoria. Il ne sera jamais tranquille tant qu’il ne saura pas qu’elle va bien. Imaginer le monstre de la corne d’abondance se jeter sur elle avec son couteau fait passer une lueur d’horreur dans son regard.

Pire encore, Kenny rappelle que le jeu ne prévoit qu’un seul survivant, et certainement pas un groupe. Andrew serre la mâchoire, rattrapé par l’angoisse. Est-ce que c’est la fin ? Est-ce qu’ils sont condamnés à une mort violente éparpillés loin les uns des autres ? Il n’a pas le temps de s’en inquiéter davantage, parce que son meilleur ami propose un plan qui chasse toutes ses mauvaises pensées. C’est une idée simple, et un peu naïve peut-être, pourtant Andrew a envie d’y croire. Oui, s’ils se battent avec vaillance l’un aux côtés de l’autre pour retrouver les leurs et retourner les règles en leur faveur, peut-être le bain de sang pourra-t-il ainsi être évité. Convaincu par la proposition, Andrew hoche la tête pour approuver.

Kenny achève de faire le triste rapport de leur situation actuelle et l’héritier Dean repense à ce sac qu’il a manqué de peu à cause de l’abruti au bracelet rose. Celui-là mérite décidément une bonne claque dans la gueule – et même plus si non-affinité. Lorsque son ami a finalement terminé son rapport, il demande l’avis d’Andrew qui répond simplement : « Ça me va, t’es un chef. Alors qu’est-ce qu’on attend pour sortir de ce tunnel ? » Il suggère avec un sourire. Bien sûr, il est inquiet. Mais la liste des objectifs s’est précisée dans sa tête et il sait désormais ce qu’il a à faire. Il faut rester concentré et ne surtout pas se perdre dans la rage ou la peur. C’est comme ça qu’on perd un match sur le terrain, c’est comme ça qu’on perd la vie dans cette arène.

Ils reprennent leur marche et Andrew a retrouvé son calme. Déterminé sans être trop excité, il marche près de Kenny pour ne surtout pas être séparés par un possible événement inattendu. Il est surpris lorsque son ami s’arrête soudainement avec de rejoindre la lumière extérieure et manque de lui rentrer dedans. A la question du jeune brun, l’héritier esquisse un sourire doux et rassurant. « T’es de la famille bro'. Je vais te coller comme un putain de koala. » Son sourire s’élargit en s’imaginant accroché au dos de Kenny pour ne pas le perdre, mais les mots sont sincères derrière sa touche d’humour. Il n’a rien de plus précieux que Kenny à ses yeux. Il a grandi depuis si longtemps avec lui qu’ils se connaissent par cœur. Ils ne partagent peut-être pas le même sang mais c’est un amour fraternel sans faille qui les lie. Kenny est son meilleur ami, son frère, et même une partie de lui. Le perdre est déchirant, dévastateur, intolérable. Lors de sa disparition, les tourments qu’Andrew a traversés auraient pu le conduire au pire sans le soutien indéfectible de Victoria. Alors il sait qu’il ne pourra jamais l’abandonner dans cette arène ni lui faire le moindre mal. Il sait en revanche qu’il pourra sans peine donner sa vie pour le protéger. La mort lui semble si improbable pour un jeune de son âge qu’il n’a pas eu le temps de la craindre. Plutôt mourir pour voir son frère survivre plutôt que de vivre et de le perdre. C’est une promesse silencieuse qu’il se fait à lui-même tout en jurant à Kenny qu’ils resteront ensemble jusqu’au bout.

L’instant suivant, l’air se réchauffe soudain et la lumière agresse les pupilles. Andrew plisse les yeux en observant l’horizon bien pauvre qui leur fait face. Comment est-ce que c’est possible ? Ils ont été transportés en plein milieu du désert ?! Le jeune Dean n’en croit pas ses yeux, il reste silencieux un instant face au paysage. Cerise sur le gâteau, lorsqu’il jette un regard derrière lui, l’entrée du tunnel a tout simplement disparue ! Ils ont l’air bien malins, livrés au désert avec pour seul équipement une stupide petite hachette ! S’il n’était pas sous le choc, Andrew aurait probablement insulté l’organisateur de ce jeu morbide en envoyant un coup de pied dans la petite motte d’herbe qui leur fait face comme pour les accueillir. A la place, il se demande si Victoria se retrouve dans un environnement comme celui-ci elle aussi, et il ne peut s’empêcher de l’encourager par la pensée. Elle aussi, il se refuse à la perdre maintenant. Il a encore tant de choses à lui dire et à lui avouer.

Et puis il remarque qu’au loin il semble y avoir un autre environnement, comme si soudainement le désert prend fin pour céder la place à un autre climat. Le jeune Dean n’a cependant pas le temps de s’en étonner car déjà Kenny met un mot sur leur ressenti. « Ouais, j’aurais pas dit mieux. » Le grand blond commente alors que son regard observe la multitude de trous qui couvrent le sol devant eux. L’instant suivant, il capte le regard de son partenaire de galère et une grimace inquiète répond à la constatation du jeune Holland. « C’est quoi ce plan ? » Alors que les deux garçons se penchent au-dessus du trou le plus proche d’eux, Andrew questionne pour souligner qu’il n’ira vraiment pas de bon cœur.

Kenny semble pourtant bien déterminé à se lancer dans la galère. « C’est ça ou cramer au soleil j’imagine… » Le jeune Dean commente en haussant les épaules. Autant manquer un peu de lumière et pouvoir s’abreuver plutôt que d’errer au milieu de ce désert maudit jusqu’à ressembler à du bacon trop cuit oublié dans une poêle sur le feu ! Kenny s’installe donc près du trou et se prépare au grand saut. « Ouais c’est ça, compte sur moi. » Andrew lui répond en levant les yeux au ciel alors que son ami disparaît dans le trou. Jamais de la vie il ne l’abandonnera dans ces galeries à la con. Immédiatement d’ailleurs, il se penche pour essayer de percevoir le moindre bruit menaçant. Dieu merci, il n’y a que Kenny qui répond en l’invitant à descendre à son tour. Soupir.

Il se laisse aussitôt tomber pour rejoindre son frère, et scrute les galeries alentours dès qu’il a posé pied à terre. Il tend l’oreille pour tenter de deviner le chemin à prendre et entend effectivement de l’eau couler quelque part. « On a intérêt à trouver la flotte en premier si on veut échapper à la mort nulle par dessèchement. » Il déclare avec un léger sourire pour essayer de prendre les choses du bon côté et fait signe à Kenny vers un passage. « Je crois que le bruit vient de part là. » A nouveau, il plisse les yeux pour laisser le temps à ses pupilles de s’adapter à la nouvelle luminosité ambiante et s’engouffre finalement dans la galerie désignée.

Après quelques pas prudents, ses pupilles finissent par s'habituer à l'environnement plus obscur. Son ouïe la guide rapidement jusqu'à la source d'où l'eau s'écoule. Une petite cascade surgit de la roche et s'écoule en une petite rivière avant de disparaître sous terre. « Ahah ! Regarde ces champions ! » Andrew s'exclame en se retournant vers Kenny, un air ravi sur le visage. Dans leur situation actuelle, il faut se satisfaire de la moindre petite victoire. « Puisée directement à la source ! » Il signale en désignant le rocher salvateur qui laisse échapper l'eau fraîche. « On n’est pas si mal finalement ici. » Il commente avec un petit sourire en mettant finalement la main sous la cascade. Et alors qu’il regarde l’eau claire couler sur ses doigts, une anomalie attire soudainement son regard. « Et mec, regarde ça on dirait une jungle derriè- »

Il n’a pas le temps de finir sa phrase, alors qu’il a avancé son bras dans l’eau, il bascule en avant et se retrouve au milieu d’un petit plan d’eau, entouré d’une espèce de jungle tropicale. Sur le coup il reste figé, immobilisé par la stupeur. Il n’y a que le bruit des animaux et de l’eau qui s’écoule dans son dos qui vient perturber le silence religieux dans lequel il est plongé. « QUOI ?!! » Il s’écrit soudain en tapotant l’eau autour de lui pour vérifier que tout est bien en train de se passer. « MEC T’AS VU CA ??? » Andrew hurle sous l’effet de la surprise, il se retourne avec un grand sourire pour interroger Kenny, mais là encore, seuls les bruits du nouvel environnement lui répondent. Derrière lui, ce n’est plus qu’une cascade tout à fait banale qui coule.

« Kenny ? » Andrew appelle alors que soudainement son cœur accélère. Il pose ses deux mains sur les rochers contre lesquels coule l’eau. « KENNY ! » Cette fois il panique. Il frappe la roche, passe la tête sous l’eau, donne un coup d’épaule pour faire bouger les cailloux. Rien ne se passe, Kenny a disparu. « Non non non non non non… » Il est pris de tremblements. Il refuse d’y croire. Il ne peut pas avoir laissé son frère derrière lui, pas après lui avoir promis de rester ensemble quoi qu’il arrive. Alors il s’empare de sa hachette à pleines mains, furieux d’être victime de ce nouveau mauvais tour. « KENNY !! » Il l’appelle à nouveau et frappe la cascade avec son arme. Là encore, rien ne se passe. Il réitère mais l’eau lui refuse tout nouveau passage.

Il a souhaité si fort trouver rapidement de l’eau et maintenant il la maudit. Il maudit la moindre goutte, et il maudit les organisateurs de ce cauchemar éveillé. Un cri de rage désespéré lui échappe alors qu’il se jette une dernière fois sous l’eau en réclamant son frère. Il est trempé et l’eau qui le couvre cache peut-être les quelques larmes consternées qui glissent sur ses joues. Il a beau appeler, Kenny ne vient pas. Il a beau frapper pour faire demi-tour, le passage ne s’ouvre pas.

Kenny est perdu. Lorsque cette réalisation s’impose finalement à son esprit, Andrew sent ses forces le quitter. C’est ensemble qu’ils étaient sensés se battre. Sans lui, à quoi bon ? Le jeune Dean se sent victime d’une farce si grande qu’il n’a plus envie de lutter. L’injustice est totale. On lui a pris Vicky à la volée, puis on lui a laissé croire qu’on lui laisserait Kenny avant de lui dérober à son tour. Exaspéré, abattu et seul, Andrew se décide finalement à laisser la cascade derrière lui pour aller s’installer sur un rocher juste à côté. Il s’extirpe de l’eau et replie ses genoux contre lui en fixant l’eau maudite qui s’écoule toujours, imperturbable. Le grand blond est bien décidé à ne pas bouger de là tant que Kenny n’aura pas trouvé un moyen de traverser à son tour. Il n’ose peut-être juste pas franchir le pas. Ou alors, quelque chose lui est arrivé… Ses bras entourent ses jambes lorsque cette idée lui traverse l’esprit, et alors que son menton se pose doucement sur ses genoux, Andrew se risque à réciter mentalement une petite prière pour le salut de son meilleur ami. Si quelque chose est bel et bien arrivé, il ne se le pardonnera jamais.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 244
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Dim 29 Juil - 23:20

Le membre 'Andrew Dean' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Souterrains| eau' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com
Admin
avatar
Messages : 389
Emploi : Aucun.
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Dim 29 Juil - 23:33



Le dé des eaux a été activé !

→ Andrew l'a lancé et en touchant l'eau, il a été téléporté.
→ Après le voyage, celle-ci n'est devenue qu'une source d'eau potable, donc inutile de relancer, le téléporteur n'est plus là.
→ Impossible également de retourner sur ses pas. L'eau est devenue de l'eau potable dans les deux cas.
→ Bonne nouvelle cependant : vous pourrez la boire sans problème !
→ Au cours de votre aventure, les sources d'eau peuvent donc vous donner trois résultats :

  • Vous téléporter ailleurs.
  • Vous donner de l'eau potable.
  • Vous tuer sur le coup.


Seul celui qui est en contact avec l'eau se téléporte. Si vous avez une gourde, je vous conseille de plutôt toucher à cette eau-là!
→ Vous êtes libres de choisir le point d'arrivée de votre personnage : seul ou face à une équipe présente dans le biome.


Et attention les yeux ! Une invitée surprise vient rejoindre l'aventure...

Points essentiels
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 72
Emploi : professeure de ballet au Studio Aïda
Sur ton walkman : ella fitzgerald, you don't know what love is
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Lun 30 Juil - 0:43

We should never be afraid to die
Vae Victis
Elle allait mourir.

Cette vérité la frappe brutalement quand sa conscience s’arrache aux limbes, la douleur dans ses poumons la coupant en deux. Par un réflexe de survie qu’elle ne s’expliquera jamais, sa respiration se bloque, lui évitant la noyade dans des eaux putrides. Autour d’elle, de l’eau, de l’eau rouge. Rouge ? Rouge de ton sang, idiote. La mémoire soudain lui revient. Les tubes. La stupeur qui la cloue sur place. La traîtresse qu’elle voit trop tard, et qui lui tire dans le dos.

Dans le dos. Lâche.

Elle va mourir là, seule, oubliée de tous.

Et ne jamais pouvoir se venger.

Etrange motivation que la haine. Ses muscles soudain s’électrisent, trouvant dans d’ultimes réserve la force de surpasser la douleur. Elle se meut uniquement par l’ordre de sa volonté. Tout son corps la supplie de céder, de se laisser aller, d’accepter l’abîme de paix qui l’appelle. Mais son cœur pompe, et sa tête hurle, vengeance ! vengeance ! Elle ne leur fera pas plaisir de mourir, pas maintenant, pas encore.

L’œil froid d’une caméra sous-marine la regarde, alors qu’elle se hisse, brassée par brassée, vers le trou béant le plus proche. La lumière, suis la lumière. Elle a du feu dans les poumons, une flèche dans l’épaule, et laisse dans l’eau une traînée rouge, comme le voile funeste de celle revenue d’entre les morts.

Elle atteint, enfin, la paroi. Le cœur au bord des lèvres, ses dernières forces en étendard, elle se demande comment elle va briser une paroi solide. Et ne trouve que de l’air. Se hisse dans le tunnel. L’oxygène qu’elle avale dans un râle de mourante la soulage autant qu’il la torture. Et la voilà, à plat ventre sur le tunnel, à émettre des bruits de bête à l’agonie, le corps en morceaux et détrempée de la tête aux pieds. Elle doit sa survie à des années d'entraînement. Elle doit sa survie à son métabolisme d'athlète et son mental d'acier.

Le bruit d’un zoom lui fait relever les yeux. Elle doit ressembler à une folle, les cheveux collés à ses joues, une flèche dans l’épaule et l’apnée prolongée lui ayant sans doute injecté les yeux de sang. « Le… spectacle… vous… a plu ? » La voix qui sort de sa gorge est celle d’une revenante, son rauque et guttural émergeant d’un autre monde. Elle s’aperçoit que le bracelet à son poignet est éteint, déjà, et un rire glacial qui s’étrangle en toux la secoue entièrement. « Je… ne suis… pas encore ent… enterrée » croasse-t-elle en levant vers la caméra mobile un magnifique doigt d’honneur, un sourire de folle placardé aux lèvres. Deux secondes passent. Puis soudain le bracelet s'illumine d'un turquoise vibrant. Elle n'a pas encore dit son dernier mot.

Maintenant, survivre. Elle n’a rien avec elle, et elle doit encore sortir ce qu’il reste de la flèche de son épaule. Un coup d’œil par-dessus son épaule lui apprend que la flèche a cassé, mais dépasse encore suffisamment pour que quelqu’un lui enlève la tête. Se hissant sur des jambes encore incertaines, elle s’arrache progressivement au tunnel, découvrant face à elle… un désert minéral. Une sorte de ricanement rauque la secoue. Elle a probablement encore de l’eau dans les poumons, et voilà où elle atterrit. Sur la paroi du tunnel, un SIX en chiffre arabe semble la narguer.

Des yeux, elle cherche une silhouette. Quelque chose. Trouve dans l’horizon l’esquisse d’une silhouette. Evie ? Si c'est elle, elle l'aidera. Si c'est un autre, il l'achèvera. Mais qu'a-t-elle encore à perdre ? Elle tente un cri, mais sa voix s'étrangle, ses poumons en feu s'étouffent dans une quinte de toux douloureuse. Et ne lui reste qu'un silence prostré et affolé face à sa propre impuissance.

Pitié, sois Evie. Pitié, retourne-toi.


Rise up and take the power back, it's time that the fat cats had a heart attack, you know that their time is coming to an end. We have to unify and watch our flag ascend. They will not force us. They will stop degrading us. They will not control us. We will be victorious
Pando

_________________
And in the naked light I saw ten thousand people, maybe more. People talking without speaking, people hearing without listening, people writing songs that voices never share. No one dare disturb the sound of silence
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 97
Emploi : Etudiante, 12th grade.
Sur ton walkman : Madonna - Material Girl
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Lun 30 Juil - 0:59

« Ca y est on est réveillée ? »

Mackenzie fronça les sourcils tout en laissant échapper un discret grognement. Pourquoi est ce qu'on la réveillait ? Elle dormait si profondément... Elle entendait qu'on lui parlait mais ca semblait tellement loin. Elle avait encore l'impression d'être enfoncée dans du coton.

« Bienvenue aux 125 emes Hunger Games. »

Bienvenue où ...? La rouquine ouvra finalement les yeux et se redressa brusquement. Elle était dans un tube. Un putain de tube. Et petit, qui plus est. Bon sang, comment est ce qu'elle faisait pour toujours se retrouver dans les potes endroits possible. Et pourtant, elle restait calme. Elle ne tambourina pas à la porte, ne hurla pas. Ça ne servirait à rien, quelques cris ne feraient pas changer d'avis son ravisseur, et ses maigres petits poings ne briseraient jamais la vitre. Si elle pouvait faire quelque chose, c'était gagner la confiance de l'homme sur l'ecran en face d'elle pour qu'il la laisse sortir. La, elle pourrait improviser quelque chose pour s'échapper. Elle prit son air le plus docile et ses jolis yeux de biches pour parler.

« Qu'est ce que je fais ici ? Vous pouvez m'aider ?... »

L'écran zooma sur le visage de l'homme.

« Range cet air craintif, ma belle. Sors celui de tigresse, il te sera beaucoup plus utile. »

L'estomac de Mackenzie se tordit lorsqu'il lui expliquât cet affreux plans. Un jeux télévisé où on s'entretue pour le plaisir des téléspectateurs, bon sang. C'était répugnant. Même si, au fond d'elle, quelque chose lui disait que si elle avait fait partit de ce " Capitole " elle aurait apprécié... Elle aurait surement même fait partie des sponsors. Bref.

« Ah et, petite subtilité. Chaque participant à un bracelet qui, une fois en haut, s'illuminera d'une couleur. Il lui indiquera son partenaire définit. Vous avez cinq minutes pour vous retrouver, sinon, vous explosez. Mais ne t'attarde pas trop sur le tiens, tu n'en as pas. Toi, tu es une candidate spéciale. L'élément perturbateur. Je suis sûr que les sponsors t'aiment déjà. C'est bien pour ça que j'ai pariés sur toi. »

Merde. Mackenzie jurât abondamment. L'écran s'était éteint sans même qu'elle ai le temps de répondre quoi que ce soit. Bon sang, elle allait devoir sortir de la, se battre contre des gens, sans aucune armes, rien ! Mais qu'est ce que c'était que ca encore ! À choisir, elle regrettait presque là dimensions parallèle dans laquelle elle était tombée.

Mais la rouquine ne s'effondra pas pour autant. L'homme sur l'écran le lui avait clairement dit, elle avait ses chances. C'était un spectacle, une mise en scène. Et ca, elle savait faire. Elle passa la main dans ses cheveux, s'assurant qu'ils étaient bien en place et se tapota les joues. Faute de blush, ça ferait l'affaire. Sauf qu'il ne se passa rien. Un toit s'était ouvert et Mackenzie entendait du bruit mais rien. Elle ne montait pas, aucune porte ne s'ouvrait, rien de rien. La panique s'infiltra quelque peu en elle.

Peut être qu'elle était censée grimper, mais elle entendait des cris au dessus d'elle. Si des gens se battaient, peut être valait il mieux attendre ici que ça passe. Mais d'un autre côté, elle était une cible facile dans son petit tuyau. Elle choisit de rester la, d'attendre. La paroi en verre ne lui semblait pas très amicale, quelque chose finirait bien par se passer. Sauf que ca n'arriva pas. Les cris s'étant quelque peux apaisés, elle décida de prendre les choses en mains. Le dos d'un côté et les pieds de l'autre, elle entreprit d'escalader ce qu'elle supposait être un ascenseurs. Elle avait vu des gens le faire dans des films, ça ne devait pas être très compliqués ! Faux. C'était épouvantablement laborieux, elle passait son temps à glisser ce qu'elle venait d'escalader.

Mais, finalement, elle y arriva. Elle s'extirpa du tuyau comme elle pu... Pour mieux tomber dans l'eau. Elle se redressa le plus vite possible, rejetant ses cheveux en arrières une fois sortis de l'eau. Elle en avait jusqu'aux épaules, bon sang. La rouquine jeta un oeil autour d'elle, personne. C'était deja une bonne chose. Ca lui laissait du temps pour échafauder un plan... Elle commença par se diriger vers une espèce de... Truc, où elle apercevait au loin un arc et ... Etait ce des flèches ? Elle n'en était pas sure, mieux valait aller vérifier directement.  

Mais c'est à cet instant qu'une lueur attira son regard. Son bracelet, qui n'était pas censé s'allumer brillait d'un puissant bleu turquoise. Merde ! Elle avait une équipière finalement ! Et si elle ne la trouvait pas rapidement, elle allait exploser ! Quoi que... Mackenzie doutait tout de même de la chose. Elle aurait dû exploser bien avant si ca avait été le cas. Elle serait morte seule dans son tuyau de verre. Mais tout de même, il fallait qu'elle se dépêche si elle voulait tenter de retrouver qui que ce soit... Et surtout, elle n'oublia pas de sourire pour la caméra.

Elle se dirigea donc vers ce fameux arc et l'attrapa comme elle pouvait. Elle attrapa aussi deux flèches qui étaient à coté, ce n'était pas grand chose mais c'était toujours ça de prix. Elle voulu regarder un peu plus longtemps si elle ne pouvait pas attraper autre chose, avant de réaliser que, si elle n'était pas accrochée à l'espèce de statue, elle n'avait tout simplement plus pieds. Mince. La rouquine paniqua légèrement avant de se précipiter, à la nage, vers le tunnel le plus proche. Esperons que ce soit le bon...

Mackenzie posa avec soulagement les pieds dans le tunnel. Bon sang, elle avait bien cru qu'elle se noierait la... Mais ce n'était pas arrivé, c'était ce qu'il fallait se dire. Elle s'étira longuement, sur la pointe des pieds, exposant son corps trempés. Ça ne pouvait pas faire de mal après tout. Elle se remit en route, il n'y avait pas de temps à perdre. Elle avança dans la grotte, jusqu'à apercevoir une lumière... Bleue turquoise. Deux en fait. Bon sang ! Elle avait prit la bonne grotte du premier coup! Mais elle n'était pas censée avoir d'équipier et elle voyait deux bracelets ?... Tant pis, ce n'était pas important. Peut être qu'il lui restait encore un peu de chances finalement. Elle pressa le pas pour s'approcher des deux personnes.

« ... Evie ! »

Son coeur loupa un battement tandis que ses yeux se remplirent de larmes. Elle était soulagée de voir la jeune femme qui l'avait rassurée dans l'église, elle la voyait presque comme sa sauteuse. Mais d'un autre côté, elle aussi était la et pouvait mourrir à tout moment... Bon sang, et si elle etait la, d'autre gens de la ville devaient l'être aussi. Peut être meme que Vicky... Non, elle ne préférait pas y penser. Pour l'instant, elle préférait plutôt courir vers la jeune femme pour la serrer dans ses bras, ignorant l'autre jeune femme à coté d'elle.

[ le codage arrivera demain i'm tired]

_________________

::Secret::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 244
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Lun 30 Juil - 0:59

Le membre 'Mackenzie B. Chandler' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réussite ou échec' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com
avatar
Messages : 192
Emploi : Lycéenne
Sur ton walkman : Lionel Richie - All night long
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Lun 30 Juil - 21:04

Je n’avais pas lâché la main du petit Georgie de tout le trajet dans le tunnel. Si j’étais trop énervée après nos tortionnaires pour avoir peur, ce n’était pas le cas de mon petit coéquipier. Je le sentais aux légers tremblements de sa main. J’avais envie de le protéger de toute cette violence. On ne devrait pas être témoin d’autant de violence à un si jeune âge. Surtout que le petit disparu n’avait déjà pas été épargné.

« On va s’en sortir, t’en fait pas. Tout ce qu’il faut c’est essayé de ne pas croiser Stan et les deux psychopathes roses. Pour les autres, on devrait pouvoir les convaincre de ne pas suivre bêtement des ordres venus d’on ne sait où. »

Enfin… j’espérais que les gens se montreraient raisonnable. Je n’étais pas naïve, je savais que ce genre de situation révélait le pire chez les êtres humains. Pourtant, une partie de moi aimait à croire que certains était intrinsèquement bons. Je m’accrochais à cet espoir et espérait faire partie de cette catégorie de personnes. Parce qu’une fois qu’on se dépouillait de son âme, qu’est-ce qu’il restait de nous ?

Après plusieurs minutes de marche, l’oxygène se fit plus dense et j’apercevais enfin la lumière du soleil un peu plus loin. A l’extérieur, je fini par apercevoir deux silhouettes et, sans vraiment savoir pourquoi, je m’étais automatiquement placée entre Georgie et la source potentielle de danger, sourcils froncés dans une attitude farouche qui se transformant bien vite en interrogation. Lorsque celui que j’identifiais à présent comme un pré-ado hurlait le nom de Georgie. Alors qu’il se ruait sur Georgie, je me préparais mentalement à le repousser si je voyais briller la moindre lame. Enfin, j’espérais bien que quelqu’un d’aussi jeune n’avait pas l’âme aussi souillée. Heureusement, ses mains étaient bien en vue et il ne semblait pas avoir de mauvaises intentions bien au contraire. Je les laissais à leurs retrouvailles, mon sac bien carré sur mes épaules et adressait un petit signe de tête et un sourire aux nouveaux venus. Je les avais rapidement jaugés et je ne pensais pas qu’ils constituaient une menace immédiate. Ce n’était que des gamins après tout. J’étais sans doute la seule majeure de notre petit rassemblement et ça me donnait la responsabilité de protéger notre petit groupe.

« Ils sont persuadés d’avoir tous les droits et qu’on fera tout ce qu’ils demandent. »

Je soupirais, regardant à droite puis à gauche.

« On ne sait pas qui d’autre pourrait débarquer. Je pense qu’il vaudrait mieux qu’on commence à bouger. Trouver un endroit pas trop loin d’une source d’eau où s’installer avant qu’il fasse nuit. »

N’étant pas une dictatrice, je leur laissais la possibilité de donner leurs propres idées. L’essentiel étant surtout à mon sens de ne pas rester statique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 660
Emploi : Lycéenne (senior) et animatrice sur Radio Aster Cove.
Sur ton walkman : Laura Branigan - Self Control
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Lun 30 Juil - 22:09




Hunger Games

Event surprise

Were we born to abuse, shoot a gun and run, or has something deep inside of us come undone? Is it a human trait, or is it learned behavior, are you killing for yourself, or killing for your savior?

 « Bonne idée. Il faut qu'on essaye de repérer une source d'eau au plus vite. En attendant protège ta tête du soleil pour éviter les insolations.

Je grimaçai, mais il avait raison. Imitant mon co-équipier, je m'improvisai un turban avec la veste autour de ma taille. Tant pis pour le style, les caméras devraient se contenter de mon sens de la survie pour le moment... Après peut-être que ça m'allait bien sans que je m'en rende compte, mais j'en avais pas trop l'impression. Et c'était parti pour la grande aventure... Nos pieds foulèrent le sable qui allait commencer à monter sérieusement en pente dans quelques minutes.

- Au fait moi c'est Mike. Et toi ?

Je n'avais pas trop la force ni la patience de discuter de tout et de rien avec mon compagnon de fortune, mais il fallait peut-être que je fasse un effort. Imitant son petit sourire, je décidai alors de l'accompagner dans le jeu de "faisons connaissance".

- Victoria. Mais tu peux m'appeler Vicky.

Des fois on se dit "ce serait cool qu'il y ait du vent sous ce cagnard horrible". Quand ça arrive et qu'on se prend du sable et des épines dans la tronche, on se dit qu'on devrait mieux penser à ce qu'on souhaite des fois. Protégeant mes yeux avec mon bras, j'attendis que la mini bourrasque finisse avant de continuer à avancer.

- J'aurais dû être DJ à plein temps à la station FM d'Aster Cove après le lycée. Ça aurait été cool, j'imagine. P'tain, je déteste déjà cet endroit.

Le sol grimpait, et je sentais mes cuisses travailler après quelques mètres de randonnée pédestre. Le sable rendait le tout encore plus difficile, j'avais l'impression de nager à contre courant. C'était qu'une colline, mais j'avais imaginé l'ascension beaucoup moins ardue... Heureusement qu'elle était en pierre, si elle était en sable j'aurais probablement pleuré d'épuisement. Tous les éléments de ce monde avaient le don de réveiller ma colère intérieure. L'irritation était totale. Et c'était que le début. Je serrai les dents pour ne pas sortir trop de jurons devant une personne que je connaissais à peine.
Au bout d'un moment, nous étions enfin arrivés au sommet. Le désert semblait vraiment grand... du sable et d'autres collines de même sorte à perte de vue. C'était un peu étrange... comme si ce monde avait été fabriqué. C'était si réel mais si artificiel en même temps... peut-être la position des collines. Trop régulières...

Je m'assis pour prendre une pause bien méritée. Je commençais à avoir soif... Je me souvins de mon sac. Prenant une tomate, j'offris la deuxième à mon co-équipier.

- C'est tout ce que j'ai comme eau potentielle... Désolé c'est déjà un peu tiède...

Les vivres n'allaient pas tenir longtemps sous une telle chaleur... Vraiment, c'était l'enfer cet endroit. Je me demandais bien si les autres avaient atterri ici aussi ou pas... Et Andrew ? Est-ce qu'il était encore aux prises de l'autre brute ? S'il n'avait pas réussi à lui faire voir des oiseaux, j'allais probablement m'en charger à sa place... Quand je repense au regard qu'il a eu en voulant me regarder...
Mais, c'est alors que perdue dans mes pensées, je remarquai une sorte d'ombre en dessous de nous, le côté de la colline que nous aurions dû descendre après notre pause. Une sorte de grotte ? Je lançai un regard à mon coéquipier. Ça ne serait peut-être pas une mauvaise idée de se mettre à l'abri quelques instants... Rêvant de la fraîcheur que la roche pouvait nous offrir, je fis un signe de la tête à Mike en direction du renfoncement avant d'engloutir le reste de ma tomate et de descendre la pente, d'abord glissant les pieds devant, puis arrivant à me remettre plus ou moins sur pieds. C'était pas le moment de dévaler tout un pan de roche la tête la première, mais le besoin de me mettre à l'abri de la chaleur étouffante et du sable virevoltant me poussait à la précipitation. Après quelques pas maladroits, donnant sur de l'équilibrisme, ayant parfois l'impression de me jeter dans le vide, je finis par atteindre l'endroit que je lorgnais, lançant une de mes jambes dans le trou et me réceptionnant de justesse. C'était juste un creux de roche, mais il y avait de l'ombre. À ce moment, je m'étais dit que s'il avait seulement été question d'une crevasse, j'aurais pu être blessée bêtement. Mais j'avais du mal à supporter de rester là sans rien faire. La facilité allait probablement me jouer des tours. Il fallait que je sois prudente... Conseil à moi-même, ancré dans mon cerveau pour la suite... espérons.

J'espérais que Mike m'avait suivie. Je me sentais déjà mieux ici. Transpirante, j'enlevai déjà mon turban, enfin à l'abri du soleil... Effectivement, c'était plutôt ici que j'avais envie de faire ma pause... Reprenant enfin mon calme, je me laissai au repos, presque mélancolique. Pourquoi presque... j'avais toutes les raisons de craquer à ce moment, de pleurer et de penser que je ne reverrai plus mes amis, ou du moins ceux qui me restaient, ni ceux que j'aimais... celui...
Bref. Pas le temps de pleurer. La roche le faisait pour moi. ... Hein ? La roche... Elle semblait... luisante ? Il y avait... de l'eau ?! Je bondis à cette pensée. Une tomate tiède, c'était pas mal, mais de l'eau fraîche... J'en aurais rêvé la nuit... De l'eau fraîche... j'en avais besoin dans cet état non ? La tomate était tellement insatisfaisante face à ça.

Lorsque je me rapprochai, je distinguait un filet. Je ne me voyais pas lécher la pierre non plus... mais le filet... je pouvais l'avoir. Assoiffée, j'avançai mon visage vers l'eau miraculeuse. Je n'aurais jamais pensé que la soif m'aurait rendue aussi désespérée... J'aurais dû appeler l'eau Andrew... Haha... Est-ce que ça me faisait délirer aussi ? Peut-être... En tout cas, j'allais bientôt ressentir cette délicieuse sensation sur mes lèvres... Oui... Andrew... Haha... Pourvu que ce ne soit pas la dernière...
Mais le baiser était délicieux. L'eau était aussi bienvenue qu'un amour sacré. Je me sentais revivre, comme lorsqu'il posait des yeux affectueux sur moi. Ma source. Je me laissais happer, tout entière, mêlant mon âme... mais il n'était pas vraiment là. Quand j'ouvris les yeux. Plus rien n'était là.

Les oiseaux, j'entendais les oiseaux. Il y avait des arbres, de la verdure... Je crus tomber, mais je parvins à planter mon pied dans la terre avant de me ramasser. Quoi... j'aurais juré que j'étais dans la grotte il y a quelques secondes... Je sentais toujours l'eau fraîche sur mes lèvres... Mais rien n'était plus... Qu'est-ce que... Est-ce que c'était possible ? Désorientée, je repérai une silhouette au loin...

- Mike ? » appelai-je incertaine.

Mais la silhouette n'était ni aussi grande, ni aussi imposante que Mike, là, entre les feuillages... Où est-ce que j'avais pu atterrir, bordel ? Où était mon allié policier avec qui je n'avais pu qu'à peine faire connaissance ?
(c) DΛNDELION

_________________

    And I'm head over heels
    First time in years to drench your skin in lover's rosy stain. A chance to find the phoenix for the flame. A chance to die, but can we dance into the fire ? That fatal kiss is all we need. Dance into the fire to fatal sounds of broken dreams.+ buckaroo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 244
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Lun 30 Juil - 22:09

Le membre 'Victoria McNamara' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Désert| eau' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com
avatar
Messages : 110
Emploi : Serveuse à l'Aster Clover
Sur ton walkman : Led Zeppelin - Immigrant Song
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Lun 30 Juil - 22:18

La vie était une chienne. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour le comprendre, mais l'injustice de sa situation actuelle rendait Evie tout particulièrement amère. Perdre sa meilleure amie sous ses yeux, sans pouvoir l'aider, au profit d'une bande de psychopathes qui se croyaient de retour en Rome Antique... Tout ça avait quelque chose d'horriblement absurde. La jeune femme se sentait vide de sens.

Alors qu'elle s'apprêtait simplement à errer le long du labyrinthe rocheux qui se présentait à elle, un son l'interpella soudain. C'était de ces bruits si singuliers qu'ils frappent l'esprit de plein fouet pour s'y ancrer à jamais. C'était de ces bruits qu'on associait immédiatement à leur émetteur, pour toujours. Kahina lui avait donné le nom de ce cri si particulier, mais elle n'arrivait jamais à s'en souvenir. Peu importait. La seule personne à pouvoir faire ça, ici, à son intention...

Elle n'osa d'abord pas y croire, puis décida qu'elle s'en foutait. La jeune femme fit volte-face alors même qu'une autre voix, nouvelle, l'interpellait par son prénom. Mais elle ne vit pas Mackenzie. Non, celle qui s'imposa à son regard comme un coup de poing dans le sternum, ce fut Kahina. Trempée. Tremblante. Meurtrie. En vie.

En vie, putain.

Un sanglot sorti de nulle part fut caché derrière une main tremblante, venue brusquement rejoindre son visage sous le choc. Son corps parut se ratatiner une seconde, puis elle s'élança. Jamais distance ne fut parcourue plus vite. Evie avait besoin de voir, de toucher, de sentir, de s'assurer que son amie était réelle. Ce n'est qu'au dernier moment qu'elle se retint de la broyer dans une étreinte, préférant saisir ses joues entre ses doigts frémissants. De gros sanglots s'échappaient de ses lèvres qui sans cesse répétaient :

« T'es en vie, t'es en vie, putain Kahina je t'ai crue morte, je t'ai crue morte... »

Une inspiration saccadée, et elle tentait de retrouver son calme, de reconstruire cette carapace si pratique qu'elle parvenait souvent à présenter au monde. Le temps de faire ça, elle caressa les cheveux de son amie, embrassa son front, son nez, ses joues, laissant les larmes rouler le long de ses joues en un torrent ininterrompue. Qu'on la traite de sensible. Elle s'en foutait.

Finalement, elle soupira. Essuya ses joues d'un revers de manche. Respira à nouveau.

« OK... OK. Bon. Tu es blessée. Il faut réagir vite. On va pas te perdre à peine retrouvée. »

Elle remua les mains en s'ébrouant toute entière pour évacuer l'angoisse accumulée sur les dernières minutes, puis se tourna vers Mackenzie, finalement reconnue, afin de poser ses mains sur ses épaules. Son regard se voilà d'inquiétude.

« Mack, je suis désolée de t'avoir ignorée. Ça va ? Tu es blessée ? »

Evie n'attendit pas sa réponse pour l'observer sous toutes les coutures, juste pour être sûre. Elle avait besoin de vérifier. Lorsqu'elle constata que tout allait bien, hormis l'eau qui dégoulinait de ses vêtements et de sa belle tignasse rousse, elle soupira de contentement. En plus, elle avait ramené un arc.

« Parfait... Parfait. Bon, Kahina ma belle, va t'asseoir sur le rocher. On va devoir extraire la merde. »

Une grimace s'empara des lèvres de la demoiselle, qui fixa la blessure avec soucis. Bon sang... Il leur faudrait de quoi panser la plaie. Vite. Enlever la flèche était aussi nécessaire que dangereux, et ils n'avaient pas de bandages. La seule à avoir des vêtements sec était elle...

« Bon. »

Un soupir, et elle ôta sa veste. Puis, à regret, son T-shirt. Un long regard noir aux sponsors. Elle remit sa veste et la referma promptement, peu désireuse de satisfaire le public avec son corps. La jeune femme n'avait aucune pudeur mais il était hors de question qu'elle se prête à ce jeu malsain. Au lieu de cela, elle sauverait celles qui étaient dans son équipe.

Prenant sa respiration, elle ôta également son haut à son amie. Ce n'était pas le moment de la laisser s'infecter à cause de l'eau qui dégoulinait de ses vêtements. Cela fait, elle se tourna vers son autre partenaire.

« Mackenzie, je vais avoir besoin de ton aide. Quand... Quand la flèche est extraite, appuie fort avec le T-shirt. OK ? Je sais que c'est dur, mais on doit le faire. Pour Kahina. D'accord ? »

Elle posa une main rassurante sur l'épaule de la lycéenne, lui adressant un sourire désolé avant d'embrasser le front de sa meilleure amie. Elle lui murmura un mot d'encouragement, puis se plaça derrière elle.

« Allez... »

Elle inspira et posa doucement sa main sur la flèche. Putain, ça allait être moche.

« Trois... »

Elle rassembla son courage.

« Deux... »

Elle arracha d'un coup d'un seul l'objet à son amie, manquant de se renverser sous la puissance qu'elle avait mise dans l'action. Immédiatement, elle demanda à Mackenzie d'enrouler le T-shirt.

« Appuie bien, d'accord ? »

Elle se posa devant Kahina et saisit ses mains.

« Eh, ça va aller d'accord ? Ça va aller. On va s'en sortir, c'est bon, on l'a sortie. C'est fini. C'est fini... Chhhh... »

Journée de merde.

_________________

Freedom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 114
Emploi : Miss Teen Maine, future étudiante en arts appliqués au Bates College, cheerleader.
Sur ton walkman : I Wanna Know What Love Is - Foreigner
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   Lun 30 Juil - 23:28

Dans les yeux de Jessica j’apercevais un doute profond et un reste de douleur. Elle ne savait pas si elle pouvait me faire confiance. Et je découvrais qu’elle avait souffert autant que j’avais souffert de notre éloignement. Que je l’avais fait souffrir. J’avais pourtant cru que je l’avais déçue en rejoignant la Triade et que c’était pour ça qu’elle avait coupé les ponts. Aujourd’hui, je découvrais que, peut-être, nous avions chacune sabordé notre côté du pont sans nous laisser une chance de nous rejoindre au milieu. En zone neutre. Entre ciel et terre. Et cela s’ajouterait à la liste infinie de mes regrets. Je sais bien que je ne mérite pas son amitié. Ni celle de personne d’ailleurs. Car au fond, s’ils découvraient l’être hideux qui se coche sous les cheveux blonds et le maquillage, ne hurleraient-il pas d’horreur ? S’ils apprenaient les plus noirs de mes secrets, ne tourneraient-ils pas les talons avant de fuir à toute jambes ? Je pouvais supporter la déception, je pouvais supporter la colère. Je n’étais pas capable de supporter l’horreur et le dégoût. Pas dans le regard de quelqu’un d’autre que le mien. Pas comme dans celui de celle qui avait été, il y a si longtemps de cela, ma meilleure amie. Elle était la seule à avoir entraperçu la vérité. Et le regard qu’elle m’avait lancé hantait mes cauchemars avec autant de violence que le souffle rauque de son père.

Alors, malgré la pointe de douleur qui me transperce le cœur, j’accepte qu’elle ne me croira sans doute jamais. Je me contente de l’oublier, comme elle me l’a dit. Je suis douée pour ça. J’enferme donc mes regrets dans une petite boîte, à côté de nombreuses autres boîtes peuplant mon inconscient. Penaude, je commente néanmoins :

« D’accord. Mais quand même. Je voulais que tu le saches. Au cas où… enfin… »

Au cas où je viendrais à mourir ici. Ce qui était fort probable. Ce n’était pas question d’apaiser ma conscience. Plutôt de laisser partir des choses trop longtemps enfouies. Si je devais mourir, est-ce que je laisserai les plus noires de mes boîtes exploser leur contenu à la face du monde ou bien serais-je enterrée avec elle ? Je n’avais pas de réponse à cela.

Mais Jessica change bien vite de sujet pour repasser sur quelque chose de bien plus terre à terre. Notre environnement et la faune locale. En entendant parler de moustiques, je ne peux m’empêcher de grimacer en portant spontanément les mains à mon ventre exposé. Un étrange bruit de zoom dans un arbre non loin me fait tiquer tandis que je défais lentement le nœud que je venais pourtant de faire à peine quelques minutes auparavant. Le sang, le sexe et les larmes, c’est donc ça qui les fait fantasmer dans ce fameux Capitole ? Comme leurs vies doivent être vides pour devoir satisfaire leurs bas instincts par ce genre de jeux infernaux. Penser à la faune des forêts tropicales me rappelle une discussion que j’ai eu avec mon père il y a bien longtemps.

« Mon père m’a dit que dans la forêt amazonienne, il y avait de toutes petites grenouilles avec lesquelles le moindre petit contact était mortel. Tu crois qu’ils pourraient en avoir ramené ici ? »

Après ses longues absences, Papa racontait toujours des histoires très exotiques avec des anecdotes étranges. En vieillissant je m’étais rendue compte que c’était sa façon de donner des indices à Maman sur les lieux où il avait été envoyé en mission. Le secret primait sur la Delta Force après tout. On ne savait jamais quand il reviendrait à la maison ou quand il repartait. Il pouvait être appelé n’importe quand. La perspective de croiser la route de ce type d'amphibiens ne me rassurait pas.

Soudain un bruit me fit tiquer. Comme un écoulement au loin. Je posais donc le bras sur l’épaule de Jessica.

« Je crois que j’ai entendu de l’eau par là-bas. La citronnelle, ça a besoin de beaucoup d’eau pour pousser non ? »

Et puis nous avions beau avoir une gourde, nous n’avions aucune idée de combien de temps tout cela allait durer. Je ne faisais aucune confiance à notre environnement mais mourir de soif ne faisait pas partie de mes plans.

_________________
“You did then what you knew how to do, and when you knew better, you did better.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"   

Revenir en haut Aller en bas
 
SURPRISE - N'oubliez pas le lien musical sur "click"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Surprise en flagrant délit... [Natasha & Luna]
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Il l'a surprise nue...
» N' oubliez pas d 'écrire
» Vient porter plainte contre Aurélien (Léo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aster Cove :: Flood :: Jeux & Autres :: Event surprise-
Sauter vers: