Dans la petite ville d'Aster Cove, des choses étranges se passent...

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Life's a bitch - [ft Jessica Fucking Banner]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
avatar
Messages : 297
Emploi : En quête de lui-même. Branleur, sinon.
Sur ton walkman : Billy Idol - Hot In The City
MessageSujet: Life's a bitch - [ft Jessica Fucking Banner]   Jeu 19 Juil - 1:00

À son entrée à l'hôpital, Kenny était tout juste conscient. Ses yeux fatigués enregistrèrent à peine le changement d'environnement, trop occupés à lutter contre le poids terrible de leurs paupières. Les couloirs blafards se succédèrent à un rythme effréné. Les pas rapides des infirmiers le berçaient. Il ne comprenait pas grand chose. Les mots qu'on lui adressaient ricochaient bêtement contre son esprit. C'était comme flotter sur une mer trop calme, calme et sombre, prête à l'engloutir tout entier à la moindre faute d'attention. Il ne parvenait à se concentrer que sur un unique objectif : ne pas se laisser emporter par le sommeil. Ça, et la douleur. Elle, elle restait, la connasse. Elle se couronnait de son malheur, de la faiblesse qui envahissait progressivement tous ses membres. Elle, elle ne se faisait pas oublier, non, elle était partout, en chaque pensée, en chaque souffle, en chaque mouvement. Puissante, grandiose, absolue. Et chacune de ses respirations était une ode à son infinité.

Il était fatigué. Il n'en pouvait plus. Il avait lutté, tellement lutté... Il avait combattu son traumatisme, ses cauchemars, s'était dressé face à une blessure ignoble et n'avait pas reculé devant la souffrance qui l'avait séparé de sa survie. Il avait subi une soirée entière de catastrophes se succédant les unes aux autres comme dans un cauchemar. Pourquoi ne le laissait-on pas se reposer ? Il était tellement, tellement épuisé... Il avait cru mourir, avait vu ses espoirs s'éventrer sur un passé qui était brusquement revenu le gifler. Les monstres de ses terreurs nocturnes, les ombres délirées au cœur de la nuit l'avaient poursuivi jusque dans la réalité. C'en était assez. Il avait besoin de calme, de repos, de...

Un soupir aux allures de sanglot s'échappa de ses lèvres pâles, et il ferma les yeux. Un frisson fiévreux le parcourut. Se reposer. Juste... Juste cinq secondes.

« Kenny... Kenny, ouvre les yeux ! Ouvre les yeux !! »

Juste...

« … état de choc- »
« -ension à 8 »

Les ténèbres, lorsqu'elles l'enlacèrent, étaient aussi froides qu'accueillantes.


♣️


Ses doigts frémirent avant de bouger, légèrement. Il fronça les sourcils. Son visage s'agita de quelques infimes soubresauts, et un bref grognement échappa à ses lèvres encore trop pâles. Ses paupières tremblèrent. Son corps gigota avant de se figer. Nouveau grognement, perclus de douleur cette fois-ci. Kenny venait de bouger sa jambe. Elle ne coopérait pas.

Cette fois-ci, il ouvrit les yeux, se demandant furtivement à quel moment il les avait clos. Un plafond d'une blancheur jaunie par le temps s'offrit à lui en même temps qu'il enregistrait les bips réguliers de la machine à côté de lui.

Hôpital.

La confusion s'estompa, laissant finalement place aux horreurs de la nuit. Peur. Sang. Cris. Chaos, panique. Cauchemar. Un frisson glacé lécha son échine tandis que son regard s'écarquillait de terreur. Une boule compacte vint bloquer sa gorge. Il se sentit trembler doucement contre ses draps trop fins. Putain...

Il se tourna vers la fenêtre, contre laquelle brillait les premiers rayons de soleil. Le ciel était d'une couleur rosée qui contrastait presque violemment avec ses derniers souvenirs. Une vague d'angoisse le submergea. Sandra, Stan, Victoria, Walter, les autres... Comment allaient-ils ? Où étaient-ils ? Qu'est-ce que...

Une inspiration brisée fit hoqueter sa cage thoracique, et il revint fixer son plafond. Se calmer. Rien ne servait de paniquer. Ils allaient forcément bien. Un minimum. S'il était à l'hôpital, les autres blessés aussi. Personne n'était mort, normalement. Personne n'avait pu mourir. C'était impossible. Tout allait bien. Ils avaient été sauvés. Par quoi, par qui, il s'en moquait.

Expiration.

Une série de bips l'interpella à nouveau. Ce n'était pas son cœur. Il le savait car les deux rythmes réguliers s'entrechoquaient, créant une symphonie aussi permanente qu'agaçante à ses oreilles. Kenny n'était pas seul. Il ne l'avait jamais été. Restait à savoir de qui il s'agissait. Tournant péniblement la tête sur sa droite, le garçon jeta un coup d’œil à son voisin d'infortune.

« Banner ?! »

Jessica Fucking Banner. Super. Génial. La nana bizarre avec qui Andrew était devenu super proche. La nana bizarre qui l'avait menacé trois ans auparavant. La nana bizarre qu'il avait passé les derniers mois à éviter le plus soigneusement du monde.

« Putain... »

La vie se foutait vraiment de sa gueule, parfois.

_________________
WHO IS IN CONTROL ?

By COM


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 613
Emploi : Aucun.
MessageSujet: Re: Life's a bitch - [ft Jessica Fucking Banner]   Mar 31 Juil - 19:37

De son arrivée ici, Jessica ne se souvenait que de l'horrible douleur qui l'avait suivie. Elle avait beau être habituée, ça n'était jamais une partie de plaisir. Elle revoyait vaguement les murs blancs, les tâches beiges ou brunes qui devaient représenter des visages, et cette phrase, en boucle.

« Ne t'endors surtout pas Jessica, il faut que tu restes avec nous, d'accord ? C'est important. »

Le tout enveloppé de brouillard. Jessica ne savait plus à quel moment elle s'était endormie. Toujours était-il que ça ne lui avait pas causé de tort, puisqu'elle était présentement allongée dans un lit, lit qui faisait face à une affiche défraîchie de Blanche Neige et les sept nains. Elle avait passé l'âge de ces dessins animés depuis longtemps. Elle ne se souvenait d'ailleurs que très vaguement de l'histoire de celui-ci. Romancée par Disney, s'entend. Sa mère, lorsqu'elle était petite, lui lisait un conte chaque soir. Sauf quand- …

« Banner ?! »

Jessica ne devina pas immédiatement à qui appartenait la voix. On lui avait visiblement injecté une dose de morphine tout récemment et elle se sentait flotter dans un environnement rempli de bonheur et d'incompréhension. Le ton de la voix de son voisin la fit d'ailleurs éclater de rire, tandis qu'elle clignait difficilement des yeux. Le son régulier de leurs deux cœurs avait tendance à la bercer. Si elle s'était écoutée, elle se serait laissée aller au sommeil. Mais ça ne semblait pas vraiment du goût de son partenaire d'infortune, qui n'avait pas dû recevoir de morphine depuis très longtemps, pour sa part.

« Putain... »

Il lui fallut encore quelques longues secondes avant de reconnaître le propriétaire de la voix. Kenny Holland. Il lui semblait qu'elle le détestait, mais là, tout de suite, Jessica aimait tout le monde. Elle éclata de rire.

« Qu'esssst-ce que t'fais là, Kenny ? »

C'était vrai, ça. Elle se souvenait vaguement de l'avoir entendu crier, mais elle ne savait pas ce qu'il lui était fraîchement arrivé. Une jambe ou un bras ? Ou plus original, comme elle. Le flanc gauche. Elle était sûre qu'il avait fait dans l'habituel. Trop populaire pour se faire une blessure peu ordinaire.

Jessica éclata de rire à sa propre plaisanterie. Ils avaient dû lui donner une sacrée dose, quand même. Et le plus drôle, dans tout ça, c'est qu'elle avait quand même mal. Surtout quand elle riait. C'était tellement amusant qu'elle se permit de retourner dans l'un de ces élans d'hilarité qui semblaient vouloir la consumer.

« T't'es fait mal à la jambe ? Ou au bras ? »

Nouvel éclat de rire. La morphine ne lui réussissait vraiment pas. Jessica commençait à s'exaspérer. Et c'était d'autant plus exaspérant que le fait d'être exaspérée l'amusait.

« P-pardon, j'crois chui pas nette... »


Jessica papillonna des yeux, tandis qu'un peu de lucidité pointait à travers les miasmes de son état second. La douleur, progressivement, augmentait. Ça n'allait pas durer, comme état, et si elle commençait déjà à en avoir marre, peut-être le regretterait-elle sous peu. Elle profita donc de sa joie affolante pour proposer quelque chose à son voisin de lit.

« O-on fait la paix pendant le séjour... ? »

Qu'au moins, ça ne soit pas l'enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 297
Emploi : En quête de lui-même. Branleur, sinon.
Sur ton walkman : Billy Idol - Hot In The City
MessageSujet: Re: Life's a bitch - [ft Jessica Fucking Banner]   Jeu 23 Aoû - 19:43

Kenny s'était attendu à un tas de choses en apercevant le visage de Banner. Il s'était attendu à l'un de ses regards noirs, gorgés d'une haine qu'elle ne savait jamais dire. Il s'était attendu à l'une de ses remarques passives-agressives, de celles qui avaient le don de le mettre en rage. Il s'était attendu à un conflit comme ils savaient si bien les faire. Pour être honnête, le jeune homme en bouillonnait d'envie. Il se sentait triste, apeuré, en colère, avait l'impression d'avoir retrouvé et perdu une partie de son âme en même temps, avait l'impression surtout d'avoir échoué sur toute la ligne. D'être une merde. Comme d'habitude. Sandra était à l'hôpital aussi, dans une autre chambre, comme plusieurs personnes. Quelqu'un était mort. Quelqu'un d'autre avait été emporté comme lui dans un monde de cauchemar. Pour l'heure, Kenny ne pouvait se regarder dans un miroir et l'impression de n'être qu'un déchet humain était si violente qu'il se sentait prêt d'exploser. Et puisqu'il ne pouvait rien évacuer autrement que par les mots, la présence de Banner serait une aubaine. Du moins était-ce ce qu'il pensait.

Sauf qu'à sa colère répondit un rire. Jessica, face à lui, était hilare. Il ne comprit d'abord pas, outré au contraire à l'idée qu'elle puisse se moquer de lui. Puis elle parla. Elle parla et demanda d'une voix traînante ce qu'il faisait là.

« Et putain de merde. »

Une floppée de jurons colorés lui échappa. Banner était shootée. Banner était shootée et il avait l'air d'un con à lui gueuler dessus, puisqu'elle ne répondrait jamais que par l'hilarité ou l'incompréhension. Le destin se foutait de sa gueule.

« P-pardon, j'crois chui pas nette...
- Nan, sans déconner. »

Un sarcasme gorgé de rage dégoulinait de ses lèvres. Kenny se retourna face à la fenêtre et adressa un regard courroucé au dehors. S'il existait, Dieu n'était qu'un connard. À quoi bon le mettre en compagnie de son ennemie s'il ne pouvait même pas se battre contre elle ? À quoi bon, si ce n'était pour l'humilier davantage ? N'en avait-il pas eu assez ?
Un soupir lui échappa tandis que Jessica lançait dans les airs une proposition tout sauf sincère.

« Non. », rétorqua-t-il donc.

Il n'avait pas envie de paix. Ses entrailles étaient en guerre, son esprit le torturait et son corps se tordait de douleur. Il n'avait pas envie de calme. Il voulait hurler au monde la rage qui grondait en lui, cracher au visage de ceux qui considérait qu'il n'était qu'un résidu de rien. Banner en faisait partie.

« Tu me vais, Banner. Tu me détestes. »

Il ne savait même pas pourquoi il disait ça. Jessica n'en aurait rien à faire. Elle allait encore rire. Elle allait encore se foutre de sa gueule. Cette idée lui faisait mal sans qu'il ne comprenne pourquoi, ajoutant à la colère générale qui animait Kenny. Il enfonça un point rageur dans son matelas trop dur, grognant de rage et de douleur mêlées.

« Fais chier ! Tout me fais chier ici. Toi la première. »

Il crachait les mots en espérant se soulager mais ça ne fonctionnait pas. Seul. Il était seul avec les émotions qui le bouffaient de l'intérieur et les réactions de Banner le lui montraient trop bien. S'énerver était inutile. S'agiter aussi. Ça ne changerait rien à la nuit horrible qui allait le hanter à tout jamais. Ça n'adoucirait pas sa culpabilité. Ça n'arrangerait pas sa douleur. Rien. Ça ne servait à rien.

Soupirant d'un souffle tremblant, le jeune homme posa un bras sur ses yeux avant de se mordre la lèvre. Il serra les poings.


« Fais chier ! »

_________________
WHO IS IN CONTROL ?

By COM


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 613
Emploi : Aucun.
MessageSujet: Re: Life's a bitch - [ft Jessica Fucking Banner]   Sam 13 Oct - 19:34

L'envie de rire était absolue, presque nécessaire face à la peur, la rage et la colère qui émanaient de son voisin de chambre. L'envie de rire était irrésistible et, de toute manière, Jessica n'avait envie d'y résister que de façon très modérée. Alors, elle éclata de rire.

« T'veux pas qu'on soit potes ? »

Non. Kenny Holland ne voulait pas. À cette idée, Jessica se fendit d'une moue peinée, puis se perdit de nouveau dans son hilarité. Pourquoi était-elle triste ? C'était ridicule ! Kenny le lui rappela d'ailleurs rapidement, à grands renforts de mécontentement.

« Ch'ais que ch'te déteste... M-mais j'veux pas passer un... »

Les mots s'estompèrent dans son esprit trop embrumé et Jessica dût se concentrer de toutes ses forces pour en retrouver l'idée.

« Sssséjour d'merd' ! »

Mais encore une fois, Kenny ne fut pas touché par ses arguments. À la place, il frappa le matelas sur lequel il était installé de toutes ses forces, ce qui ne produisit qu'un bruit mou. Jessica éclata de rire. Le bruit mou comme seule réaction à ses efforts avait quelque chose d'incroyablement amusant. Surtout que le matelas s'était immédiatement reformé, réduisant à néant la tentative de Kenny. Non, vraiment, c'était hilarant. Jessica posa de grands yeux rieurs sur son voisin de chambrée, qui semblait plus agacé que jamais.

« Ahahaha ! »


Une inspiration difficile pour retrouver un peu d'air.

« T-t'as vu ? Le mat'las t'a battuuuuu ! »


Les éclats de rire se firent plus intenses encore alors qu'elle recevait un énième regard noir.

« Fait chier ! Tout me fait chier ici. Toi la première. »

Si tous les précédents grognements frustrés de Kenny Holland avaient créé l'hilarité chez Jessica, ce ne fut cette fois pas le cas. Elle-même en fut surprise, lorsque le premier sanglot la traversa, suivi de dizaines d'autres. Les yeux soudain rougis par les larmes, Jessica sentit, sans pouvoir y résister, ses lèvres s'entrouvrir.

« M-mais j'ai rien faiiiiit ! »

Et les larmes coulèrent, coulèrent encore et encore, sans discontinuer. Quelque part au fond d'elle-même, la Jessica qui n'était pas shootée, celle qui réfléchissait toujours et sentait la douleur lui mordre la peau, celle qui ne supportait pas Kenny et qui restait sérieuse en toute circonstance, se sentit agacée par les pleurs futiles qui secouaient son corps. Elle essaya de les faire taire d'une moue qu'elle voulait rageuse et qui s'avéra désespérée. En réponse, ses sanglots redoublèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 297
Emploi : En quête de lui-même. Branleur, sinon.
Sur ton walkman : Billy Idol - Hot In The City
MessageSujet: Re: Life's a bitch - [ft Jessica Fucking Banner]   Jeu 25 Oct - 22:46

Putain de Banner et ses putains de médocs de merde. Putain de chieuse et ses putains de réactions à la con. Les larmes de Jessica n’apaisèrent pas le cœur de Kenny. Au contraire, on eut même dit que celui-ci s’était renfrogné d’avantage, plus énervé encore par les sanglots nés d’un cocktail de morphine auquel il n’avait pas eu droit. Si encore il avait été shooté, peut-être toute cette mascarade serait-elle passée. Si encore les événements qui avaient précédés ce foutu séjour à l’hôpital ne le hantaient pas, peut-être aurait-il su garder son calme, su s’arrêter lorsque sa recherche de conflit s’était avérée vaine. Mais ce n’était pas le cas. Le jeune homme était lessivé, fatigué, pétri de douleurs qui ne le lâchaient pas, et derrière ses paupières se rejouaient en boucle les scènes sanguinolentes du fiasco de Lost Pine. Il n’en pouvait plus. La tension avait atteint son dangereux paroxysme, nouant ses muscles à lui en faire mal, et ses poings crispés étaient avides de coups à porter, sa langue cherchant des mots terribles pour réveiller l’instinct combatif que Banner affichait toujours à la face du monde. Ne rien trouver de tout cela était pire que frustrant : c’était désespérant. Il avait besoin de ça. Il avait besoin d’évacuer, besoin de se sentir vivant, besoin d’arrêter de penser. Et tout ce que sa foutue colocataire était capable de lui donner, c’était ce spectacle pathétique de larmes et de sanglots à peine articulés. Bordel, sa journée venait de commencer et elle était déjà massacrée.

« Tu me fais tellement chier Banner, tellement chier ! D’où tu chiales ?! D’où ?! Putain de drogues et leurs effets de merde… », persiffla-t-il.

La colère aurait pu s’arrêter là. Cela faisait quelques minutes déjà qu’elle l’agitait crescendo, il aurait pu s’en contenter après cette dernière joute verbale, s’apaiser lentement en regardant le dehors et en s’imaginant courir dans les champs qui commençaient à jaunir, au loin. Mais c’était mal le connaître. Non, en lui bouillonnait toujours la même rage, et elle ne parvenait jamais à le quitter complètement, ne parvenait jamais à lâcher prise lorsqu’elle l’avait entre ses griffes, ne faisait jamais que s’envenimer pour le pourrir un peu plus de l’intérieur.

Dans un grognement rageur, Kenny jeta son coussin sur Jessica. C’était un mouvement aussi puéril que stupide, inutile au possible, et lorsqu’il se réinstalla dans son lit sa nuque protesta vigoureusement à l’absence de son maintien, mais il s’en moquait. Cela l’avait soulagé. Bêtement peut-être, sans doute, indubitablement même. Mais Kenny s’en fichait, d’être bête. Il était persuadé d’en incarner la définition, et se complaisait dans ce statut.

Croisant les bras, et laissant un soupir douloureux échapper à ses lèvres, le jeune homme se réinstalla en faisant dos à la jeune femme, sans prêter attention à ses larmes, espérant que cet affront final l’apaiserait enfin.

A cela, lui sembla-t-il, son cœur broyé de chagrin éclata de rire.

_________________
WHO IS IN CONTROL ?

By COM


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 613
Emploi : Aucun.
MessageSujet: Re: Life's a bitch - [ft Jessica Fucking Banner]   Dim 28 Oct - 19:30

« Tu me fais tellement chier Banner, tellement chier ! D’où tu chiales ?! D’où ?!Putain de drogues et leurs effets de merde… »

Les mots blessent et ravagent, et ceux de Kenny ne font pas exception. Jessica se sent bouleversée, blessée au fond d'elle-même. Les larmes coulent, coulent encore et encore, à la manière de ces torrents printaniers qui portent en eux les neiges d'hiver. Le goût en est salé et, trop shootée qu'elle est pour comprendre, la jeune femme ne pense même pas à s'essuyer les joues. Elle fait chier Kenny. Pour une raison inconnue, aujourd'hui, cet état de fait la dérange. La colère qu'elle lit sur les traits du jeune homme lui brise le cœur et elle voudrait qu'il retire ce qu'il a dit. L'esprit brumeux, la bouche pâteuse et les lèvres lourdes, elle le lui dit sans plus attendre.

« A-Arrête de m'parler com'çaaaa ! »

Les sanglots redoublent. Il veut savoir d'où elle pleure, mais elle pleure bien évidemment de ses yeux. Elle ne comprend pas ce qu'il attend d'elle, et ne pas savoir quoi lui répondre la désespère. Et puis elle aussi, elle est énervée de pleurer. Elle n'a pas envie de pleurer non plus, mais c'est sa faute à lui, si elle pleure. Les médicaments ne sont pas gentils. Tout ça lui donne encore plus envie de pleurer.

Le drame, cependant, n'est pas encore survenu. Les sanglots sont aigus, mais ce n'est rien quant à ce qui se prépare sans qu'elle ne le sache. Dans un mouvement rendu flou par l'effet de la morphine, Jessica voit Kenny attraper son coussin et, sans qu'elle ne puisse rien y faire, sans qu'elle ne puisse réagir assez vite, le lui jeter en plein dans la figure. Un instant, la jeune femme est stupéfaite. Les larmes s'arrêtent même durant une longue minute, minute nécessaire à Jessica pour analyser la situation. Kenny Holland vient de lui jeter son coussin dans la tête. Le-dit objet a frappé son visage, puis a rebondi et traîne désormais dans un coin. Le regard de l'adolescente accroche l'arme du crime et la dévisage un instant, sans savoir comment réagir. Mais l'affront est trop grand, et l'amour propre de Jessica s'en retrouve brisé. Déjà, le sang lui monte aux joues. Déjà, le goût des larmes perle au coin de ses lèvres. Le sanglot qui la secoue est plus profond que tous les autres. Kenny Holland n'est vraiment qu'un idiot, méchant, méchant, méchant.

« T-T'es vraiment CON ! »

Crie-t-elle, perdue dans les effets d'un médicament dont elle n'a pas l'habitude. Elle fronce les sourcils, serre les dents, sanglotant plus que de raison. Elle ferme les yeux, secouée par ses larmes, puis les rouvre, soudainement décidée. Son regard accroche le bouton d'appel. Ses doigts, dans un mouvement maladroit, le crochètent. Elle appuie de toutes ses forces.

« T-TU VAS VOIR ! »

Assène-t-elle à son colocataire d'infortune, à la manière d'un coup final. Elle le fusille du regard, et entre deux sanglots colériques, elle compte les secondes. Il en faut 78, du moins le suppose-t-elle car elle a mis beaucoup de temps à les dénombrer, à son infirmière pour franchir la porte. Sa sauveuse étant là, Jessica fait volte-face dans sa direction. La douleur qui la traverse malgré la morphine ne fait qu'affirmer ses larmes.

« Mademoiselle, tout va bien... ? »

La question est rhétorique. Le visage de Jessica est déformé par la peine et l'infirmière le voit. Inquiète, elle s'apprête à appeler un médecin, mais les mots qui brisent ses craintes la stupéfient.

« K-Kenny est un MECHANT ! I-IL M'A JETE UN OREILLEEEER ! »

La jeune femme aurait envie de rire, mais elle sait que les larmes de sa patiente redoubleront si elle cède à son hilarité.

« Oh, vraiment ?
- O-oui, VRAIMENT ! »


Elle se dirige donc en direction du lit du fameux Kenny, qui semble violemment bouder.

« Monsieur Holland, c'est vraiment méchant, ce que vous avez fait. »

Dans son dos, Jessica Banner hoche furieusement la tête. Elle est parfaitement d'accord et espère que l'infirmière lui rendra justice.

« Vous devriez présenter des excuses à mademoiselle Banner. »


Jessica les attend de pied ferme, les excuses. Elle ne les acceptera peut-être pas, elle ne sait pas encore. Après tout, il lui a tout de même jeté son coussin dans la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 297
Emploi : En quête de lui-même. Branleur, sinon.
Sur ton walkman : Billy Idol - Hot In The City
MessageSujet: Re: Life's a bitch - [ft Jessica Fucking Banner]   Jeu 1 Nov - 22:35

Et voilà qu’elle se mettait à chialer de plus belle. Tout ça pour un coussin. Il ne l’avait sans doute même pas lancé fort, son corps trop criblé de médicaments et de douleur pour lui permettre d’utiliser ne fut-ce qu’un quart de sa puissance habituelle. Cela n’empêchait pas Jessica de se plaindre, oh non, bien au contraire. Elle chouinait, elle couinait, elle trépignait comme une enfant dans son lit d’hôpital, brandissant une insulte comme si cela allait le faire réfléchir sur ses actions. C’était faux. Au contraire, le jeune homme se prit à regretter de ne pas avoir protesté davantage, de ne pas avoir pu crier plus fort encore, juste pour l’énerver davantage, juste pour la braquer un peu plus, juste pour obtenir une réaction autre que ces pleurs drogués qui lui tapaient monumentalement sur le système.

« T-TU VAS VOIR ! »

Voir quoi, putain ? Kenny tourna un regard assassin vers son interlocutrice, jetant par-dessus son épaule retournée une expression meurtrière. Ce qu’il vit en revanche lui fit écarquiller les yeux. Elle n’allait pas oser, quand même… ?

« Banner, putain, qu’est-ce que tu f- »

Trop tard. L’alarme retentit dans ses oreilles avec une puissance insoupçonnée, vrillant ses tympans et attisant la rage qui bouillonnait au fond de ses entrailles. Il se redressa d’un coup, animé d’une colère qui débordait de tous les pores de sa peau, crispé tout entier sous l’assaut de cette émotion qui engloutissait tout.

« Nan mais c’est pas vrai, C’EST PAS VRAI ! C’EST PAS POSSIBLE D’ETRE AUSSI CONNE ! »

Un chapelet de jurons quitta ses lèvres avec le même empressement, animé d’une furie démesurée qui lui donnait envie de se taper la tête contre les murs. La douleur, peut-être. La fatigue, sans doute. Un long soupir lui échappa, rauque de colère, en voyant la silhouette d’une infirmière pénétrer dans la pièce. Et merde…

L’échange qui suivit était tout bonnement surréaliste. Oh, la nouvelle venue n’ignorait visiblement pas que Banner était plus perchée qu’un avion, s’en amusait même un peu, mais cela ne l’empêcha pas de jouer dessus. Pour le faire chier. Parce qu’apparemment le monde entier avait décidé de se passer le mot.

Ignorant superbement les sanglots de Banner, le garçon fusilla l’infirmière du regard. Parfait, voilà donc qu’une personne allait pouvoir répondre à sa colère pour de vrai. Et puisqu’elle avait cherché la merde, il n’aurait aucun scrupule à lui en mettre plein les dents.

« J’en ai rien à foutre, d’être méchant ou pas. Et vos excuses, vous pouvez les coller bien profondément dans votre cul. Madame. »

Allez, songea-t-il, réponds. Surenchéris. Mets-toi en rogne. Il avait presque besoin de ça. Besoin d’un combat, d’une lutte, de provoquer cette explosion de haine qu’il avait tant l’habitude d’utiliser pour se soulager. Pour cela, il était prêt à tout. Même à ruiner l’instant de jeu d’une pauvre dame qui n’avait jamais voulu que jouer, même à se montrer odieux auprès d’une personne qui avait probablement participé à lui sauver la vie. C’était plus fort que lui. Il n’avait même pas envie de lutter.

Il n’avait pas calculé, toutefois, l’expérience de cette femme, qui en avait vu bien d’autres, et des pires sans doute. Il n’avait pas prévu le calme olympien dont elle ferait preuve, s’armant simplement d’un sourire avant de se tourner vers Jessica.

« Il semblerait que monsieur Holland fasse l’enfant ce matin, n’est-ce pas ? On s’est levé du mauvais pied ? Que voudriez-vous qu’on lui dise, en échange, Miss Banner ? Peut-être qu’on devrait lui chanter une chanson, pour le réconforter ? »

Kenny était ébahi. Son regard écarquillé fixait les deux filles, son élan colérique coupé sous son pied alors qu’il s’apprêtait à obtenir ce qu’il voulait. Il ouvrit la bouche, la referma, se renfrogna de nouveau et s’allongea, fixant l’extérieur comme il le faisait avant. Cette infirmière était diabolique, il en avait l’intime conviction.

_________________
WHO IS IN CONTROL ?

By COM


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 613
Emploi : Aucun.
MessageSujet: Re: Life's a bitch - [ft Jessica Fucking Banner]   Ven 2 Nov - 0:23

Kenny Holland n'était qu'un abruti. Il venait de la traiter de conne sans raison valable et le cœur de Jessica était rompu sous la souffrance. Elle était beaucoup de choses, Jessica. Elle était beaucoup d'insultes, mais conne n'en faisait et n'en ferait jamais partie. Ses sourcils se froncèrent tandis que ses larmes redoublaient, son corps secoué par les sanglots Kennyesques. C'est qu'il était horrible, Kenny, en colère, entre ses coussins et ses insultes, et Jessica lui en voulait vraiment beaucoup. L'infirmière aussi lui en voudrait énormément, vu comme il s'adressait à elle, et Jessica, malgré la douleur de son flanc gauche, décida qu'il était temps de se relever. Pendant tout le temps que lui prit cet effort, la discussion dégénéra encore Kenny et sa sauveuse.

« J’en ai rien à foutre, d’être méchant ou pas. Et vos excuses, vous pouvez les coller bien profondément dans votre cul. Madame. » 


Jessica pleura de plus belle en entendant ces mots, en soutien avec l'infirmière, qui devait être très, très blessée. C'était que Kenny était vraiment très méchant, et la souffrance que ressentait Jessica ne devait être rien comparativement à celle ressentie par la nouvelle venue. Entre deux sanglots, Jessica porta sa main à sa bouche afin d'exprimer tout le choc produit par l'attitude dégradée et dégradante de Kenny Holland.

Ce que Jessica n'avait cependant pas compris, c'était que l'infirmière était plus forte et plus maligne que l'odieux connard. Au lieu de se mettre à pleurer avec elle, cette dernière fit plutôt volte-face et lui adressa un sourire. Jessica pleura parce qu'elle le trouvait beau, ce sourire. Après ça, elle pleura parce qu'elle en avait marre de pleurer.

« Il semblerait que monsieur Holland fasse l’enfant ce matin, n’est-ce pas ? On s’est levé du mauvais pied ? Que voudriez-vous qu’on lui dise, en échange, Miss Banner ? Peut-être qu’on devrait lui chanter une chanson, pour le réconforter ? » 

La proposition la laissa pantoise, et Jessica se mit à réfléchir de toutes ses forces. Un temps, les sanglots, tués net par l'intervention miraculeuse de la dame en blanc, revinrent parce qu'elle avait du mal à penser à cause des médicaments, mais la jeune femme les chassa d'un revers de la main. Si elle voulait chanter comme il fallait, elle se devait de n'avoir pas le ton sanglotant.

Alors, Jessica poussa la réflexion jusqu'à son paroxysme. Elle fouilla son répertoire musical à la recherche de la pire des punitions pour l'irrévérencieux voisin dont on l'avait affublée. Elle élimina certains titres récents, trop connus ou pas assez pénibles, elle chercha des paroles répétitives et harassantes, que Kenny garderait peut être éternellement en mémoire. C'est là qu'elle mit le doigt dessus, après quelques minutes à se tordre un cerveau rendu glissant par les médicaments.

Dominique. De Lucille Starr. Une chanson de 1964 ou 1965, elle ne savait plus trop. Par contre, elle en connaissait par cœur les paroles, pour les avoir apprises à l'époque où elle voulait exaspérer son fr-... Jack. Un air vainqueur drapa bientôt ses traits. L'infirmière, amusée, lui adressa un clin d'oeil.

« Vous avez choisi, mademoiselle Banner... ? »


Jessica se contenta de hocher la tête de toutes ses forces, puis elle entonna dans un français imparfait le chant honni.

« Dominique, nique, nique s'en allait tout simplement... »

L'infirmière reprit tant bien que mal les paroles avec elle, et c'est en choeur qu'elles chantèrent l'intégralité du titre. Ah, il rêvait, Kenny, s'il croyait pouvoir se débarrasser de ce titre maudit. Il ne l'oublierait jamais, et ce soir, au moins, il se le répéterait en boucle dans sa tête. Quant à Jessica, les médicaments aidant, elle pourrait certainement passer à autre chose. Tant mieux. Et bien fait pour lui. Il n'avait qu'à pas être si méchant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 297
Emploi : En quête de lui-même. Branleur, sinon.
Sur ton walkman : Billy Idol - Hot In The City
MessageSujet: Re: Life's a bitch - [ft Jessica Fucking Banner]   Ven 2 Nov - 22:00

Sans doute aurait-il dû se douter, au fond, que l’infirmière était diabolique. Il fallait être tordu pour rester dans cet endroit dégoulinant de mort et de maladie. Plus encore fallait-il l’être pour accepter d’y être payé, à torturer d’impuissants malheureux à grands coups de machiavélisme. En voyant l’étincelle malicieuse pétiller dans le regard de son interlocutrice, Kenny avait eu peur. Mais c’est en apercevant la moue pensive de Jessica que ses craintes s’étaient réellement confirmées. Elle cherchait, la peste. Elle cherchait la pire chanson à lui fredonner, la pire mélodie à lui asséner. Lorsqu’elles le voulaient, les femmes étaient terrifiantes. Vraiment. Et il ne savait pas encore à quel point.

« Dominique, nique nique, s’en allait tout simplement,  routier, pauvre et chantant… »

Les yeux de Kenny s’écarquillèrent sous l’horreur. Non. Non, elle n’était pas en train de faire ce qu’elle était en train de faire. Elle n’était pas en train de faire l’effort de chanter en français juste pour le tourmenter. On n’était pas sadique à ce point. On n’était pas ignoble jusque là. Il y avait des limites à l’indécence.

Visiblement très amusée de sa réaction, l’infirmière reprit en chœur avec sa patiente, lui faisant même l’affront de dodeliner de la tête en rythme avec la mélodie. Mais elles la sortaient d’où, cette chanson de l’Enfer ?!

« Stop, stop !!! La ferme !!! »

Ses suppliques ne firent qu’attiser le brasier des bourreaux, ravivant les braises de la voix éraillée de Banner. Elle chantait faux en plus, putain… Comment la sage-femme faisait-elle pour tenir, sans même se boucher les oreilles ? Kenny regrettait soudain de ne pas avoir conservé son coussin, histoire de préserver ses tympans de l’assaut infernal qu’ils subissaient. Ou pour s’étouffer lui-même. Plus les secondes défilaient et plus il considérait cette option.

« Arrêtez !!! Arrêtez, putain !!! »

Un soupir excédé lui échappa, accompagné d’un grognement rageur et, dans un grand geste des mains, il se laissa retomber dans son lit. Qu’elles aillent se faire voir. Il se boucha fermement les oreilles, fronçant les sourcils, se tournant vers la fenêtre en fermant les yeux, espérant se couper de sa torture. Son stratagème ne suffit toutefois pas à le préserver des éclats de rires de l’infirmière, qui ébouriffa la chevelure sauvage de Jessica avant de la recoucher.

« Je crois qu’il retiendra la leçon. Si besoin, rappelez-moi d’accord ? Ou chantez. Ça marche à tous les coups. »

Un clin d’œil complice, et la jeune femme s’emparait du coussin de Kenny pour aller le remettre à sa place. L’intéressé la fusilla méchamment du regard. Elle sourit. Elle patienta. Il ne bougea pas. Elle ouvrit la bouche. Il céda.

« Voiiilà. C’est bien, vous êtes sages. Je vais vous rajouter un peu de morphine, vous avez l’air d’avoir mal.
- Nan.
- Hm mh. C’est pour ça que votre main est crispée sur votre jambe depuis tout à l’heure. »

Nouveau soupir, regard dérobé, le garçon laissa son interlocutrice faire son travail avant de s’éclipser. Son regard se dirigea alors vers Banner, en biais, comme un enfant observe son parent en colère. En chien de faïence. Espérant que ses larmes agaçantes avaient séché. C’était le cas. Il s’en trouva bêtement soulagé. Une chieuse de moins pour peser sur son sommeil.

En parlant de sommeil, ses paupières s’alourdissaient déjà. Ses mouvements se troublaient progressivement. Dans un élan de rébellion, il susurra tout de même :

« T’es diabolique, Banner… »

Puis il s’endormit.

_________________
WHO IS IN CONTROL ?

By COM


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Life's a bitch - [ft Jessica Fucking Banner]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Life's a bitch - [ft Jessica Fucking Banner]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» Banner Saison 2 - 4 Avril 2011
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aster Cove :: Quartier Nord :: Centre hospitalier-
Sauter vers: