Dans la petite ville d'Aster Cove, des choses étranges se passent...

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I Hate Everything About You | Stan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 177
Emploi : Lycéenne
Sur ton walkman : Lionel Richie - All night long
MessageSujet: I Hate Everything About You | Stan   Jeu 12 Juil - 23:34


I Hate Everything About You
River O'Leary & Stan Alessandro
Le connard. J’allais lui faire passer l’envie de répandre des bruits de couloirs. Non mais franchement. J’avoue envisager bien des possibilités concernant ces rumeurs plus ridicules les unes que les autres. J’avais pensé à certaines de mes anciennes amies de la paroisse choquée par les changements qui s’étaient opérés chez moi depuis la rentrée. J’avais aussi envisagé que cela vienne de la bande de Mackenzie Chandler étant donné mon amitié avec Ange et le fait que je la revendiquais. Je n’aurais jamais imaginé que l’auteur des plus infamantes des rumeurs puissent être un des coéquipiers de Braden. Pour en avoir côtoyé en permanence au cours de mon enfance, je pensais les sportifs plus occupés par autre chose que ce genre de bassesses. Je n’avais jamais entendu mes cousins lancer des rumeurs. Oh Evan riait bêtement à celle qu’il entendait et n’hésitait pas à répandre certaines d’entre elles en soirée. Mais ça n’avait jamais été un but en soi pour eux. Braden de son côté avait l’air de détester ça. Son sourcil gauche avait toujours ce tic agacé lorsqu’il entendait des messes basses.

Ces derniers temps, il avait ce tic en permanence et semblait plus sombre. Mon pronostic, c’est qu’il avait fini par avoir vent de ce qu’on racontait sur moi. On n’en avait pas parlé. De mon côté, j’imaginais que c’était simplement des broutilles ou des enfantillages de lycéennes qui n’aimaient pas voir changer le statuquo. Alors, quand j’avais découvert que c’était Stan Alessandro, j’étais tombée des nues. Déjà parce qu’il gravitait dans le cercle de Braden et que je n’aurais jamais pensé que quelqu’un qui le connaissait bien serait assez téméraire ou cinglé pour s’y risquer mais surtout parce que je ne comprenais pas vraiment ce qu’il avait à y gagner. Je ne lui avais jamais rien fait que je sache !

J’étais bien décidée à en avoir le cœur net. A cette heure-ci, leur entrainement devait tout juste être terminé. Je me ruais donc vers les vestiaires, manquant peu de renverser Braden et son sac de sport en chemin. Bon, lui avait terminé ce qui voulait dire que je ne l’aurais pas dans les pattes. J’espérais juste qu’Alessandro prenne plus de temps à se changer que mon cousin. Quelques mètres plus loin, je poussais violemment la porte des vestiaires, faisant sursauter les deux ou trois joueurs qui s’y trouvaient encore. Stan, Scott et Jay. Bingo. Je ne cherchais même pas à savoir où ils en étaient dans leur changement, l’outrage et la fureur irradiant de tout mon corps, je désignais la porte.

« DEHORS ! Tout de suite. »

Je plantais ensuite mon regard courroucé sur Stan, mon doigt menaçant à présent pointé en sa direction.

« Sauf toi. Il me semble qu’on a deux ou trois choses à se dire. »

Le Halfback et le remplaçant trainaient volontairement, sans doute voulait-il profiter du spectacle. Je claquais de la langue d’un air agacé. Ils levèrent alors les mains en l’air avant de filer. Je me demandais s’ils allaient jouer les commères et écouter au travers de la porte. Bah, si ça les amusait, libre à eux. J’avançais donc vers le Stan, prête au combat.

« Alors comme ça je me serai tapé tout l’équipe de Crosse ? C’est bizarre mais je dois bien être la seule à ne pas avoir eu cette information. Et comme apparemment elle viendrait de toi, je me suis dit que j’allais directement me renseigner à la source. »

Le ton était doucereux mais il ne fallait pas s’y tromper. J’étais furieuse. Entendre les gens faire des remarques sur mon comportement ou ma tenue ne me dérangeait pas plus que ça. Qu’on se permette de commenter ma vie sexuelle (qui n’était plus du tout riche depuis ma rupture avec Aaron) avait le don de m’énerver. Que certains se permettent de s’inventer des nuits torrides avec moi à cause desdites m’enrageait également. Et, si je devais en croire Brian de l’équipe de Crosse que j’avais surpris en train d’avoir ce genre de propos, le responsable de ces rumeurs infamantes se tenait devant moi.

Encore un pas, du haut de mon mètre soixante-dix, je me veux intimidante mais face à un Offensive Tackle, c’était surement un peu ridicule. Pourtant, elle ne me fait pas peur, la terreur des couloirs d’Aster Cove High.

« Tu voudrais bien m’expliquer à quoi ça rime tout ça ? »

Non parce que vraiment je n’en avais pas la moindre idée.
date du RP
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 110
Sur ton walkman : Suspicious mind - Elvis Presley
MessageSujet: Re: I Hate Everything About You | Stan   Ven 13 Juil - 1:37

I Hate Everything About You
River O'Leary

Le match était terminé. Un carnage... Oh, ce n'était qu'amical évidemment. Pourtant tu ne pouvais t'empêcher de prendre en pitié tes adversaires stupides et ridicules, ayant la décence de croire pouvoir rivaliser avec l'équipe d'Aster Cove. Comme à ton habitude, tu avais en quelque sorte détruit à toi seul la ligne de front adverse. Il fallait dire que leur positionnement était ridicule... Non vraiment, s'il y avait bien une équipe dans ce lycée capable de faire du sport, c'était la vôtre, celle de ton quarterback Braden. Ce fut ainsi accompagné d'une victoire ridiculement facile que vos pas se pressèrent vers les vestiaires. Tu devais à tout prix te laver de cette crasse de débutant. Cette boue que de piètres et pathétiques joueurs t'avaient collée à la peau... Les douches n'attendaient plus que toi ! Quelques blagues grivoises et autres paroles stupides du trou du cul que tu étais, et voilà que tu étais prêt pour passer au kärcher. C'était ainsi que cela se déroulait avec toi. Les équipes ennemies n'avaient le droit à aucune compassion. D'ailleurs, aucun de tes ennemis n'avait le droit à une quelconque compassion...

C'était ainsi accoutré d'un unique caleçon que tu entrevis une furie se ruer dans les vestiaires ! Un rire instinctif s'était échappé de ta bouche : il était toujours amusant de voir s'introduire une fille dans vos vestiaires... Peu avaient réellement le courage de venir, seulement lorsqu'elles le prenaient, les choses devenaient généralement très intéressantes ! Tu t'apprêtais alors à rentrer sous la douche, ignorant la baston de couple dont tes coéquipiers allaient pâtir, lorsqu'une voix familière s'éleva entre les rires des sportifs... Ton rictus presque innocent s'était rapidement envolé. Tu avais facilement compris les enjeux de cette entrée fracassante dès lors que la furie ordonna à tous tes coéquipiers de déguerpir... Tu n'avais même pas pris la peine de te retourner vers votre nouvelle invitée, sachant pertinemment à qui tu avais affaire...

Il aura finalement fallu une année entière à la pauvre River O'Leary pour trouver la cause de tous ses ennuis. À vrai dire, tu étais plutôt fier de toi sur ce coup... Tu avais véritablement réussi à propager des rumeurs infectes à son sujet, et ce afin de la faire bien redescendre de son piédestal ! Tu n'avais pas vraiment apprécié l'arrivée de la nouvelle River dans ton lycée... Tu étais même tombé amoureux de la première, c'était pour dire ! Tes conquêtes étaient assez rares, tu ne courrais définitivement pas après l'amour. Pourtant, cette anciennement charmante jeune fille t'avait particulièrement attiré... Avec la montée en puissance d'une River folle et rebelle, ton seul souhait avait été de punir cet affront à ton unique amour. Tu avais véritablement souhaité couper les ponts avec cet amour stupide, et détruire la réputation de cette fille avait été une superbe idée ! En effet, tu ne pouvais désormais plus l'observer sans souhaiter propager plus de connerie à son sujet... Un bon observateur aurait sûrement repéré que River était la seule de tes victimes que tu n'avais jamais touchée... Par peur ? Par culpabilité ? Oh... Tu ne souhaitais pas te poser la question. Ta mauvaise foi était bien trop grande !

Lorsque tu te retournas finalement afin de faire face au monstre de rage que tu avais créé, River était déjà à quelque centimètre de toi. Évidemment, tu n'avais pas besoin de l'écouter... Tu savais très bien de quoi tout ce vacarme était question ! Ton interlocutrice était enfin venu chercher les réponses à ces rumeurs dégueulasses que tu avais fait circuler à son sujet... En grand gentleman que tu étais, tu l'avais laissé tranquillement parler, l'observant du haut de ton mètre soixante-dix neuf d'un air presque menaçant. À vrai dire, tu sentais que la couper dans son élan serait une prise de risque... Au point où elle en était, tu imaginais facilement quelques scénarios se terminant en baston...

Tu attrapas finalement ton pantalon juste à côté de ton interlocutrice, frôlant indécemment ses côtes de ton bras... Une véritable provocation, oui ! C'était ainsi que tu fonctionnais toujours. D'un certain côté, tu ne souhaitais pas non plus entamer une conversation en compagnie de River O'Leary vêtu seulement de tes sous-vêtements... Ton pantalon ainsi entre tes bras, tu pris finalement la parole :

« Vraiment j'suis déçu... Après tout, les rumeurs c'est comme le téléphone arabe... On dit un truc et il s'en répète une autre version. » Ton premier sourire carnassier... River devait forcément déjà comprendre que tu allais cracher de la merde, comme d'habitude.
« Ma belle, je n'ai jamais dit que tu couchais avec toute l'équipe de crosse... Dans ton cas, j'ai parlé de prostitution avec les motards de la ville, mais rien concernant ces incompétent de l'équipe de crosse... »

Tu tâchas de rapidement enfiler ton pantalon. Passant nonchalamment tes jambes entre les manches de ton jean, oubliant la douche fraîche que tu aurais pu prendre sans l'intervention de cette trouble-fête... Ton regard croisa finalement une fois encore River. Tu jouais véritablement au con, et elle le savait très bien. C'était ainsi que tu te comportais avec toutes tes victimes...

« Écoute... Ici c'est la jungle okay . Si tu veux te ramener du jour au lendemain comme une rebelle libre et folasse, il faut en assumer les conséquences ! Les conséquences ma belle... C'est moi. Moi j'te pourris et j'te fais comprendre comment ça se passe par ici, quand on tente de se la jouer différente. » Ton regard était cette fois insistant. Tu étais menaçant, et t'étais comme instinctivement rapproché de ton interlocutrice.
« Maintenant, tu te couches comme Banner, ou tu tentes désespérément de t'en sortir... »

River O'Leary souhaitait des explications ? Voilà une décharge de gros connard dans sa gueule ! Après tout, tu n'avais pas vraiment tort... La société jugeait et il fallait faire avec... Seulement, tu incarnais un aspect hideux et vomitif de la société à toi tout seul...
Made by Neon Demon

_________________
aspire to the strengh.
A truly strong person does not need the approval of others any more than a lion needs the approval of sheep. You're the king tho...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 177
Emploi : Lycéenne
Sur ton walkman : Lionel Richie - All night long
MessageSujet: Re: I Hate Everything About You | Stan   Ven 13 Juil - 23:24


I Hate Everything About You
River O'Leary & Stan Alessandro
La nonchalance d’Alessandro avait quelque chose d’agaçant. Il restait là, à moitié nu à soutenir mon regard sans flancher. Il avait l’arrogance de ceux qui pensent avoir tous les droits et toujours raison. Dans d’autres circonstances, j’aurais sans doute laissé errer malgré moi mon regard sur son torse exposé mais pas là. J’étais trop énervée pour profiter du spectacle qui m’était offert. Et voilà qu’en toute décontraction, il en profitait pour m’effleurer, me faisant trembler de rage. Je n’étais pas dupe, il n’avait pas besoin de faire ça pour récupérer son vêtement. C’était de la pure provocation. Comment avais-je pu ne pas remarquer avant à quel point il pouvait être un sale petit con ?

La suite me fit passer du sale petit con à l’enfoiré de base. Il était fier de ses conneries, en plus. Son sourire voulait tout dire et me faisait bouillir encore un peu plus. Les irlandais n’étaient pas connus pour leur calme exceptionnel et s’il poussait le bouchon trop loin, il allait finir par s’en rendre compte. Il eu de la chance d’avoir choisi de se pencher pour enfiler son pantalon après sa réplique suivante sinon je pense que je lui aurai fichu une gifle. Je me contentais donc de serrer mes poings jusqu’à en faire blanchir mes jointures. Je sentais mes ongles s’enfoncer dans ma chair et cette douleur avait quelque chose de réconfortant. Il se rendait compte de ce qu’il racontait ? Que je e PROSTITUAIS aux motards de la ville ? Mais c’était un grand malade. C’était bien pire que ce que j’avais pu imaginer. Il faut dire que je m’étais assez peu préoccupée des rumeurs, préférant en rire avec Ange ou plus couramment les ignorer.

Et il continuait à s’enfoncer en grand seigneur de la connerie. C’était à la fois fascinant et révoltant de le voir aussi sur de son fait. Comme s’il vivait sur une planète inconnue. C’était vraiment ça, sa vision du lycée ? De la vie en général. S’en était presque triste pour lui.

« Et tu t’imagines que c’est à toi de décider qui doit se coucher et qui doit se relever ? Qui a le droit de changer et pour qui s’est interdit ? De quel droit tu décides de ça ? Tu te prends pour qui ? Parfois changer c’est survivre mais ça évidemment tu peux pas le comprendre. »

Ma transformation s’était faite dans la douleur et, à l’époque, rares avaient été ceux qui l’avait compris. Pas ma famille, pas mes anciennes amies. Pour eux, j’aurais du rester la même. Mais comment le rester alors que tout mon monde s’était écroulé ? C’était par peur d’être abandonnée par mon père que je m’étais coulée dans le moule qu’on attendait de moi. A quoi bon continuer alors qu’il m’avait laissé de la pire des façons ? Inconsciemment, ce changement était peut-être une manifestation de ma colère envers lui. En plus d’une volonté de prendre mon indépendance. Je voulais ne plus être sa River. Et pourtant, en cet instant, l’espace de quelques secondes j’étais redevenue cette petite fille fragile… avant de la faire à nouveau disparaitre.

« Tu te prends pour le roi des couloirs mais personne n’est dupe. T’es juste un tyran, une petite frappe à l’apogée de son pouvoir. Alors vas-y répands tes rumeurs à la con mais rappelle-toi bien qu’au final, c’est juste pitoyable. C’est pas toi qui me fera toucher le fonds, c’est clair ? Alors vas-y crache toutes les rumeurs que tu veux, tu peux même t’en prendre directement à moi comme avec Ange ou Jessica. Mais maintenant que je sais à quoi tu joues, ce sera la guerre. »

Emportée par ma colère, j’avais ponctué mes dernières phrases de petites poussées du plat de la main contre son torse. Vaine tentative de faire reculer l’armoire à glace mais, au fonds extérioriser ma colère me faisait du bien. Je ne le quittais pas du regard, le jaugeant autant que je l’affrontais.
date du RP
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 110
Sur ton walkman : Suspicious mind - Elvis Presley
MessageSujet: Re: I Hate Everything About You | Stan   Sam 14 Juil - 1:38

I Hate Everything About You
River O'Leary

Tu sentais la colère de River de submerger. Elle était grande et tu en étais l'entière cause ! À vrai dire, tu n'aurais pas su reconnaître si cela t'enchantait ou non... Son seul effet était de t'embarquer dans cette rage qu'elle expulsait sans retenue. Si tu avais commencé cette petite entrevue par un ton bon enfant, tes paroles s'étaient très rapidement durcies. Généralement, ton sourire ne disparaissait jamais d'un affrontement en compagnie de tes victimes. Bien que ce genre de batailles soient pour toi assez rares, certains petits agneaux trouvaient le courage de te tenir tête... Oh évidemment, tous ces cas s'étaient rapidement réglé ! Non pas seulement à coups de poing -ces derniers étaient utilisés pour le bouquet final-. Plus encore qu'une brute épaisse, tu étais de même un être de parole... Une hyène se riant du malheur et de la honte des autres, propageant ton venin de vipère afin de détruire tes adversaires. C'était ainsi que fonctionnait la nouvelle génération d'harceleurs, et tu l'expliquais toujours très franchement à tes interlocuteurs ! Ainsi, River fut aujourd'hui la dernière d'une petite lignée de victimes venue te demander des comptes...

Pourtant, il semblait que quelque chose en cet agneau particulièrement te gênait... Contrairement aux autres pauvres impertinents ayant eu la décence de venir te voir, River ne se prendrait très certainement pas de remontrances physiques. Tu n'avais simplement aucune envie de la frapper... Peut-être même n'y arrivais-tu pas ? Et ce malgré la haine que tu avais toi-même fomenter à l'encontre de ce personnage. Oh, tu savais très bien l'amour parti ! Parti loin, et tu t'en étais bien occupé ! Détruire l'image de cette pauvre fille pendant tant de temps t'avait complètement désensibilisé d'elle. C'était simple, tu ne la voyais désormais plus qu'en tant que punching-ball... Un punching-ball à dégueulasseries ! Tout ce que tu souhaitais cracher à son encontre, tu ne t'en privais pas. Bien heureusement, le nouveau look et la nouvelle personnalité de River confortaient plus ou moins tes ragots... Du moins pour les idiots qui prenaient le temps de t'écouter -une majorité des élèves de ce stupide lycée...-

Ce fut alors au tour de River afin de répondre à la définition de l'échelle sociale que tu lui avais si gentiment donnée ! Échelle sociale où tu étais évidemment le roi, il ne fallait pas déconner... Tu ne t'attendais pas à ce que ton interlocutrice acquiesce face à l'aberration que tu venais de dire. Ta vision des choses était très injuste, et comme elle le disait si bien, tyrannique... Oh tu ne t'en cachais pas ! Tu savais très bien ces choses-là. Mais c'était ainsi que tu avais appris à régner sur ton royaume. Sur ton bonheur... Le tyran était un titre que tu embrassais sans aucun souci ! Seulement River remettait cela en question... Évidemment ! Il était plus facile de protester lorsque l'on avait plus rien à perdre, et dans son cas, tes sales rumeurs l'avaient bien rabaissé dans la chaîne alimentaire...

« Me prend pas pour plus salaud que je n'le suis s'il te plait ! Si un ptit nouveau arrive à écrire son nom dans le registre du gratin du lycée, tant mieux pour lui... Moi, je m'occupe simplement de réguler ce genre de ptits gars. Si tout le monde pouvait se permettre de trôner avec nous, tout ça n'aurait plus aucun sens... »

Oh tu jouais vraiment au con... À te la faire "grand sociologue du lycée". De pauvres petits nouveaux écoutant ton discours pourraient facilement croire à toutes les conneries que tu lâchais, c'était sûr ! Oh, tu avais un certain talent pour l'éloquence. Après tout, c'était en partie grâce à elle que tu avais gravi les échelons de l'échelle sociale... Grâce à elle que tu t'étais entouré abondamment... Grâce à elle que tu avais pu propager toutes tes rumeurs... En bref, ton art oratoire était l'un de tes plus grands pouvoir, et tu l'utilisais aisément en compagnie de River. Bien plus du moins que tes poings, qui eux semblaient étonnamment en retrait...

De son côté, River avait continué de plus belles ! Son discours était assez beau au final... Dommage que tu aies été un si gros con. Il t'était tout simplement impossible de le voir ! Ton seul point de vue fut le poignard que cette salope t'enfonçait dans le ventre à chacun de ses coups de paume contre ton torse... Tu l'observais faire son caprice, levant un sourcil de façon hautaine. Tu lui avais finalement attrapé la main sèchement, évitant ainsi une énième fois la colère de ton interlocutrice contre ta peau... Ton poing s'était légèrement serré contre ses doigts, mais ton emprise fut rapidement lâchée... Il n'était pas question pour toi d'avoir un contact physique plus poussé avec celle que tu qualifiais de "trainée"... C'était à toi de repartir à la charge ! À ton tour, tu utilisas l'intimidation, t'approchant d'autant plus près de ton interlocutrice. Ton menton se situait désormais presque au niveau du crâne de River... Tu te permis d'écraser ton index contre le front de ton interlocutrice en même temps de lui répondre :

« Écoute O'Leary ! Pour moi tu n'es qu'une pauvre merde. J'suis bien le tyran de ces couloirs, et j'ai particulièrement bien joué des coudes pour arriver à cette place ! Tu veux pas jouer au jeu des trônes ? Soit, vient pas te plaindre du système parce que tu es en bas de la chaîne alimentaire ! Tu vois... T'es bien trop faible. Trop facile à attaquer... Si tu ne fais aucun effort pour comprendre ce jeu, alors tu finiras couverte de crasse. »
Made by Neon Demon

_________________
aspire to the strengh.
A truly strong person does not need the approval of others any more than a lion needs the approval of sheep. You're the king tho...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 177
Emploi : Lycéenne
Sur ton walkman : Lionel Richie - All night long
MessageSujet: Re: I Hate Everything About You | Stan   Sam 14 Juil - 10:05


I Hate Everything About You
River O'Leary & Stan Alessandro
Avant aujourd’hui, je n’avais jamais fait grand cas de Stan Alessandro. L’année dernière, je gravitais autour de l’élite sociale dans laquelle paradaient mes cousins sans avoir jamais cherché à franchir la ligne pour y rentrer. J’étais l’oie blanche, la cousine O’Leary, toujours invitée aux fêtes mais n’y venant quasiment jamais, souvent dans le sillage des populaires mais jamais vraiment dans leurs délires non plus. J’étais la gentille fille, douce, pieuse avec de bonnes notes mais pas trop bonnes non plus. Cette fille qui portait peu de maquillage et des chemisiers bien repassés, cette fille dont la jupe ne dépassait jamais la taille règlementaire. Cette fille qui aurait sauté à pied joint dans les flammes de l’Enfer pour la reconnaissance d’un père qui n’avait jamais su comment affronter ses propres démons.

Mais, aujourd’hui, je le voyais vraiment. Je voyais toute la laideur du mode de vie qu’il avait choisi et ça me faisait un peu pitié. La colère prédominait en cet instant mais, en y repensant plus tard, je me dirais certainement que choisir un tel mode de vie devait témoigner d’un certain malaise. Pas forcément conscient, mais non moins présent.

« Si tu savais comme j’en ai rien à foutre de ton trône. T’es persuadé d’être au sommet et d’avoir toutes les réponses hein ? Mais réveille-toi ! En haut ou en bas, le Monde s’occupera tout seul de te cracher à la gueule et autrement qu’avec tes rumeurs minables. »

Seulement voilà, ce type était imperméable à toute discussion. Rien n’atteignait sa tête de pioche, tant persuadé qu’il était d’avoir raison. Je n’avais qu’une envie, lui faire ravaler son petit air hautain par tous les moyens possibles. Et voilà qu’en plus, il emprisonnait ma main. Mon regard se noircit alors qu’il resserrait sa prise sur mon poignet avant de subitement me relacher comme si j’avais la galle. Intéressant. S’il n’avait rien à faire de ce que je pouvais bien lui dire, il semblerait que le contact avait plus de poids contre un Alessandro. Et pourtant, le voilà qui s’approchait, près, beaucoup trop près. Son menton au niveau de mon crâne, un peu plus de différence de taille et je me serais retrouvée le nez dans ses pectoraux. L’ayant empêché de se doucher, je pouvais capter une odeur musquée d’après match mais ce qui reteint mon attention, ce fut son index venant se poser sur mon front, le faisant reculer et me forçant ainsi à le regarder droit dans les yeux. Mon regard se fit de plus en plus froid, dangereux alors que j’enregistrais les mots qui fâchaient. Pauvre merde. Bas de la chaine alimentaire. Faible. Facile à attaquer. Couverte de crasse. Ma réponse fut plus sifflé que réellement déclamée.

« Je ne suis pas faible. »

Il était allé trop loin et, profitant de la position dans laquelle nous nous trouvions, mu par une volonté propre, mon genou se souleva pour aller cueillir les bijoux de famille d’Alessandro. Un coup rapide, sans concession. Tel que mes cousins me l’avaient appris, j’étais sensé me défendre ainsi si un garçon m’insultait, se rapprochait trop de moi ou si je me sentais en danger. Stan remplissait deux critères sur trois. Et j’étais en colère, très en colère. Je n’avais pas anticipé une chose cependant. Que dans ce genre de situation, on tente de se stabiliser avec la première chose à portée de main, et donc qu’il puisse m’entrainer dans sa chute.

Trop proches, pas assez d'espace, j'avais mal choisi mon terrain de jeu. Et merde...
date du RP
⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 110
Sur ton walkman : Suspicious mind - Elvis Presley
MessageSujet: Re: I Hate Everything About You | Stan   Aujourd'hui à 3:00

I Hate Everything About You
River O'Leary

River n'avait pas apprécié. Oh tu savais pertinemment qu'elle n'avait pas du tout apprécié, et elle en avait toute la légitimité. En ces dernières paroles, tu avais véritablement touché le fond de la bâtardise ! Tu savais exactement détruire tes adversaires, les attaquer là où cela faisait mal, et River avait goûté à ton sarcasme de plein front... Avec un peu de chance, tu avais pu la toucher profondément ! Tu l'ésperais bien. Une fois totalement éliminé par tes paroles, elle ne serait plus rien et tu aurais gagné ! Tu aurais terminé ta mission de vengeance. Ta mission de connard... Oui, tu avais clairement senti une légère souffrance dans les paroles de O'Leary ! "Je ne suis pas faible"... Tels furent ses uniques mots afin de répondre à ton affront dégueulasse et si mauvais...

Seulement voilà. Cela n'allait pas s'arrêter là ! Tu aurais presque cru quelques secondes que ton adversaire s'en serait tirer en pleurant, sans jamais souhaitez-te refaire face... Mais ce n'est pas ainsi que cela marchait, et d'autant plus avec la nouvelle River. Peut-être avais-tu sous-estimé son imprévisibilité ? Cette même imprévisibilité avec laquelle elle avait changé du jour au lendemain... Quoi qu'il en soit, tu n'avais sûrement pas vu arriver le coup que cette conne t'envoya si bien entre les jambes ! Oh pour sûr, elle savait visait où cela faisait mal elle aussi ! D'une façon bien plus pragmatique que toi cependant, car son attaque t'avait sans aucun doute fermé la gueule...

Mieux que ça, River t'avait fait chavirer... Toi ! L'offensive tackle de l'équipe de foot d'Aster High, tu étais sur le point de tomber face à une fille... Oh, ton esprit quelque peu misogyne n'aimait clairement pas ça, et ta vengeance serait terrible ! Pour le moment du moins, la douleur t'avait fait complètement oublier ton combat. Ton bras droit s'était comme instinctivement posé contre ton entre-jambe... Comme si cela allait atténuer la douleur... Ton autre bras de son côté, chercha lui un moyen de rester stable et de ne pas tomber face à River ! Il tenta désespérément de s'agripper à la première chose venue... Manque de bol, ton adversaire fut la première solution que ce foutu bras trouva... De toute ta force, tu entrainas ainsi inévitablement la conne O'Leary dans ta chute, l'envoyant frapper le carrelage des vestiaires en première. La douleur avait peu à peu envahi ton bas-ventre, ne manquant pas de te donner la nausée... Seulement, River n'avait pas été épargné non plus ! Son corps s'était lourdement cogné contre le sol dans ta chute. Tu avais tant bien que mal tenté de ne pas l'écraser en frappant ta paume sur le carrelage...

Il n'y avait rien de plus honteux. Tu étais dans une position si mauvaise... Une véritable position de merde ! Tu espéras inconsciemment qu'aucun de tes camarades de l'équipe ne vous espionnait, car ton corps ainsi allongé sur la "pute de service" n'arrangerait rien de la situation... C'était si stupide, si écoeurant ! Seulement la douleur ne te permettait pas de te relever soudainement... Tu étais coincé là, tirant sur ton unique bras gauche comme sur une pompe afin de ne pas t'effondrer sur ton adversaire...

« Putain O'Leary... Alors ça, c'était très facile... » avais-tu commencé, tachant de la regarder droit dans les yeux malgré la douleur, et ce afin de ne pas montrer ta faiblesse.
« Quand on a plus d'argument pour se défendre, on utilise les coups ! C'est moi qu'on appelle brute ? »

River avait vraiment de la chance... S'il avait été question d'une quelconque autre personne, fille ou garçon, tu l'aurais actuellement roué de coups. Ta colère t'aurait sûrement emporté, et tu l'aurais amèrement tabassé... Seulement O'Leary disposait de cet étrange Joker que tu lui avais offert si gentiment... Quel grand magnanime tu étais.
Made by Neon Demon

_________________
aspire to the strengh.
A truly strong person does not need the approval of others any more than a lion needs the approval of sheep. You're the king tho...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I Hate Everything About You | Stan   

Revenir en haut Aller en bas
 
I Hate Everything About You | Stan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Love me now or hate me forever!
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]
» Une histoire de clés! [Stan & Gwen ♥]
» i hate shonda rhimes, i hate everything. - sweva

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aster Cove :: Quartier Nord :: Lycée d'Aster Cove-
Sauter vers: