Dans la petite ville d'Aster Cove, des choses étranges se passent...

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Something's wrong

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 93
Emploi : Apprenti directeur au sein de l'entreprise familiale.
Sur ton walkman : Love kills - Freddie Mercury
MessageSujet: Something's wrong   Mer 6 Juin - 1:42

A quoi est-ce que vous êtes prêt vous, si vous soupçonnez quelqu’un d’avoir fait du mal à une personne qui vous est chère ? Andrew lui, est prêt à tout. Il n’a suffi que d’un léger sous-entendu, peut-être même une phrase mal tournée, pour transformer un petit soupçon en certitude furieuse. Jessica va le payer cher, très cher.

Tout a commencé lorsque Kenny a frôlé la mort. Ce soir étrange dont Andrew n’a plus que des souvenirs flous. Ce soir qui ne lui laisse qu’une vague impression d’angoisse, lorsqu’il a retrouvé son meilleur ami agonisant au beau milieu de la rue, après 3 ans d’absence. Kenny n’a jamais été capable d’expliquer ce qui lui est arrivé. Il s’est volatilisé un beau jour et est revenu comme si rien ne s’était passé pour lui. Rien, aucun souvenir, pas même un semblant d’idée. Ces trois années ont tout simplement disparu de sa mémoire. Mais ça, ça n’arrive que dans les films, pas vrai ? On est dans la réalité là, merde ! Il y a forcément une explication à cette incohérence inconcevable ! Pendant des jours, ça a rendu Andrew dingue de ne pas savoir. Ça l’a rendu furieux de ne pas avoir de coupable à accuser pour la souffrance et la détresse de celui qu’il considère comme son frère – la prunelle de ses yeux. Sans avoir le choix, il a pris sur lui. Mais dans l’attente d’une réponse, il n’a fait qu’accumuler une rage bouillonnante.

Le jour où, au détour d’une conversation malheureuse, Kenny a appris à son meilleur ami qu’il se souvenait vaguement d’une menace de Jessica, Andrew a vu rouge, rouge sang. Il n’a pas réfléchi un seul instant. Ça l’a foudroyé comme une violente évidence. Jessica Banner, cette vile sorcière, est devenue la responsable toute trouvée du tourment de Kenny – et par procuration de celui du jeune Dean. Il avait l’impression d’avoir tant perdu à la disparition du jeune brun qu’il avait été persuadé pendant un temps qu’il ne s’en remettrait jamais. A l’époque, Victoria l’avait alors probablement sauvé d’un sombre dessein. Avoir quelqu’un à blâmer pour cette affliction qui avait parue sans fin, c’est donc comme une libération pour Andrew, un moyen de tourner cette page lugubre une bonne fois pour toutes. Un moyen de venger et de protéger Kenny aussi – même s’il hurlerait probablement qu’il n’a besoin de personne s’il savait.

Néanmoins, sans aucune autre motivation que la satisfaction féroce de la revanche, Andrew s’est embarqué dans sa voiture pour foncer au centre-ville. Alors qu’il roule trop vite, il liste les différents endroits où Jessica pourrait se trouver. Les souvenirs des temps passés avec elle lui reviennent, et chaque bon moment rappelé à sa mémoire devient une amère impression de trahison. Si cette sale petite profiteuse n’a pas une bonne explication, Andrew se jure de lui faire regretter chaque seconde qu’ils ont partagé. Non seulement elle a peut-être participé à l’anéantissement de son ami le plus cher, mais en plus la salope lui a servi des beaux sourires pendant tout ce temps où Kenny était occupé à souffrir seul.

Secoué par une pulsion de grande violence, Andrew ne prête pas attention à la circulation et grille un feu rouge. Qu’importe les klaxons et les protestations, il est bien trop perdu dans sa propre colère pour ne pas faire abstraction de ce qui l’entoure. Il n’y a plus que Jessica qui compte. Jessica et sa souffrance à venir. Les doigts crispés sur son volent, Andrew ne parvient plus à gérer la furie qui le possède, alors pour sa propre survie, il fini par s’arrêter en se garant rapidement, et s’oblige à inspirer longuement. Il n’a pas récupéré un cinquième de sa raison lorsque le destin veut que son regard se pose sur l’abribus de la rue.

Là, sagement seule comme à son habitude, trône Jessica. Le cœur du grand blond rate un battement et son sang ne fait qu’un tour. Sans vraiment savoir si les dieux sont en sa faveur et lui livrent sa proie sur un plateau d’argent, ou s’il s’agit d’un piège vicieux monté par on-ne-sait-quelle-force, Andrew fonce dans le tas. Il bondit hors de sa voiture, traverse la route sans regarder, survit miraculeusement, et interpelle immédiatement la pauvre fille qui n’a rien demandé à personne : « Eh Jessica !! C’est quoi ton problème avec Kenny hein ?! » Il termine de la rejoindre à grandes enjambées en la fusillant du regard le temps de l’atteindre tout à fait. « Il m’a dit que c’était de ta faute ! Qu’est ce que tu lui as fait ? » C’est faux, bien sûr. Kenny n’a rien affirmé. En fait, ça n’est même pas certain qu’il ait été un jour soupçonneux. Mais la logique de l’héritier Dean est conduite par une fureur contenue depuis trop longtemps et déforme sa perception de la réalité. Il la domine désormais de toute sa hauteur et n’affiche aucun trait de sympathie. Il ne s’agit pas d’une mauvaise blague. « C’est toi qui l’a fait disparaître ! T’es qu’une putin de psychopathe bonne à enfermer ! » Andrew accuse, et lorsqu’il la confronte enfin avec ce dont il la juge coupable, il ne peut pas contenir un nouveau geste violent. Il la bouscule d’une main, plus par menace pour la faire avouer que pour la jeter en arrière. Néanmoins il sent son cœur s’emballer et ses muscles trembler furieusement. A la moindre provocation, son approche agressive pourrait prendre des proportions démesurées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 448
Emploi : Aucun.
MessageSujet: Re: Something's wrong   Dim 1 Juil - 23:31

C'est comme se perdre dans un océan, boire la tasse et se noyer. C'est comme se sentir soudain sombrer, tomber au fond de l'eau pour rencontrer les flammes d'un enfer personnel que rien, jamais n'arrête. C'est comme brûler et se noyer tout à la fois, dans la terrifiante étreinte d'un feu pourtant gelé. La morsure de la mort n'est rien contrairement à la douche froide qui arrache Jessica au peu d'illusions qu'elle maintient encore.

C'est un visage adoré qui s'est tendu vers elle. C'est un visage qui fait battre son cœur un peu plus fort, qui murmure un peu d'espoir au creux de son oreille, là où seule sa voix peut l'atteindre. C'est une boîte de chocolats déposée sur la table d'une bibliothèque cent fois arpentée et des non-dits par milliers qui garantissent une amitié forte et fragile à la fois. C'est un visage adoré, certes, mais bercé de trop de haine. Lorsque sa voix a retenti, Jessica a senti son cœur se consumer de douleur. Les mots ont couru le long de son échine pour mieux la heurter avant de la briser.

« Eh Jessica !! C’est quoi ton problème avec Kenny hein ?! »

Kenny. Nom honni, hurlé dans trop de colère et porté par trop de larmes. Disparu pendant plus de deux ans, soulagement perclus de crainte. Soulagement assassiné par la culpabilité de l'avoir souhaité, rien qu'un instant, rien qu'une seconde qui a suffit à tout lui arracher.

« Il m’a dit que c’était de ta faute ! Qu’est ce que tu lui as fait ? »

C'est à cet instant qu'elle a compris pourquoi la colère marquait ses traits, pourquoi les mots se voulaient nés d'un coup de fusil et pourquoi son cœur hurlait à l'agonie. C'est à cet instant précis qu'elle a su qu'elle n'aurait jamais plus droit aux jolis sourires d'Andrew ni même à son regard posé sur elle, autrement que dans un relent de Haine.

« J-je ne lui ai rien fait, j-...
- C’est toi qui l’as fait disparaître ! T’es qu’une putain de psychopathe bonne à enfermer ! » 


Boum. C'est le bruit qu'a très certainement fait son cœur à ces mots. Putain de psychopathe. Bonne à enfermer. Les larmes lui sont montées aux yeux. Des yeux qu'elle a levé, pour croiser ceux d'Andrew. Au dessus d'elle. La dominant entièrement de toute la rage du monde, logée dans un regard, un seul, le seul qu'elle aurait voulu ne jamais voir ainsi.

Crac. C'est le son de son âme, lorsqu'enfin la peur la pénètre, la harponne et dévore tout l'espoir qu'elle avait su y greffer. Le coup part, et une seconde suffit avant que Jessica se sente partir en arrière, butant contre le mur de l'abribus. Ses yeux s'embuent davantage et ses bras se placent en réflexe, trop familiers de ce genre de climat.

Elle sait. Elle sait ce qui suivra et tout ça lui donne envie de sangloter, de hurler au monde la douleur qui la consume. Pas lui. Elle ne peut pas supporter l'idée de sentir son poing s'écraser sur ses traits, sur son corps, sur son cœur. Pas lui. Elle ne peut pas regarder cette idée-là en face, et la douleur qui la submerge est pire encore que d'habitude. Pas lui. C'est impossible, d'accepter que le seul être à avoir jamais vraiment compté depuis la mort de sa mère devienne l'un de ses bourreaux. Et pourtant, le coup est parti, sa tête a gagné l'abribus et Jessica ne lit aucun remord dans ces yeux-là.

« J-je n'ai rien fait, Andrew ! Je te le promets ! »

Sa voix supplie pour son cœur à l'agonie. Un cœur qui sait déjà, tout au fond de lui, que rien ne reviendra, que tout est déjà brisé et qu'il n'y aura jamais plus de chocolats et de journées lecture. Plus rien. Comme un dessin sur le sable qui serait emporté par le vent.

Et pourtant, tout comme on se raccroche à l'idée d'une fin heureuse lorsqu'on s'apprête à tomber, Jessica essaye, secoue la tête et répète en boucle des mots qu'elle connaît trop. S'excuser d'exister, Jessica sait y faire. Ça fait des années qu'elle le fait en secret.

« J-je suis désolée qu'il t'ait menti, m-mais je te jure que je n'ai rien fait ! J-je ne savais pas où il était ! »

Vaines tentatives prêtes à périr sous le joug d'une colère qui la submerge. Celle-ci s'appelle Andrew et ses yeux haineux inscrivent à jamais sa perte dans le regard de celle qui les a un jour trop aimés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 93
Emploi : Apprenti directeur au sein de l'entreprise familiale.
Sur ton walkman : Love kills - Freddie Mercury
MessageSujet: Re: Something's wrong   Mer 4 Juil - 2:05

La colère. Elle est moche, amère et souvent injuste. On cherche à blesser l'autre pour se faire justice. C'est un drôle d'instinct qui pousse parfois à l'irraisonnable. Elle entraîne couramment le regret et se fait suivre d'excuses. La colère de la trahison en revanche est une sorte d'évolution. Cruelle, impitoyable et sauvage, elle se veut insupportable pour la personne qui la subit.

Comme un formidable démon surgit des enfers, Andrew s'est précipité sur Jessica pour la confronter sans penser à rester raisonnable. Elle a menacé Kenny juste avant qu'il disparaisse. La simple idée que cette petite brune au sourire charmeur puisse avoir une once de responsabilité dans les tourments de son meilleur ami est un déchirement pour Andrew. Elle qui, sans qu'il ne l'avoue, lui a apporté tant de réconfort quand il en avait besoin, serait en réalité son bourreau ? Imaginer Jessica kidnapper et torturer Kenny l'a bien rendu un peu dubitatif, mais c'était les mots de Kenny : cette sorcière a bien trouvé le cran de le menacer juste avant le drame. Le doute est donc permis. Dans cette période de trouble intense que traverse Andrew, le moindre repère faussé le conduit à la catastrophe.

La douleur de la trahison transforme l'humain en être malfaisant, et le voilà qui la jette contre l'abribus sans mesurer sa force. Quelle déception d'avoir perdu son temps avec cette petite profiteuse. Dire qu'il a failli lui ouvrir des portes dérobées, qu'il avait pu croire une amitié forte et spéciale possible, alors qu'elle ne mérite que son mépris. Il ne lui accorde plus qu'une profonde amertume. Une simple pensée à tous ces moments passés ensemble lui provoque une grimace de dégoût et l'impression d'avoir été abusé depuis le début. Il s'en veut d'avoir été si naïf et d'avoir pu croire une fille pareille spéciale. Il n'y a qu'à voir sa manière parfaite de jouer la victime pour comprendre qu'elle révise son rôle tous les jours.

Mais Andrew est bien loin de s’apitoyer sur le sort de la pauvre fille. Elle peut lui jeter le regard le plus paniqué possible, se recroqueviller comme un animal blessé et faire trembler sa voix sur une intonation parfaitement apeurée - il ne sera plus pris à ce genre de petit jeu. "C'est ça ! Je marche plus à ton petit manège Banner !" Il pointe un doigt accusateur vers elle et son ton se fait clairement menaçant. Chaque seconde qu'elle passe à poser son regard apeuré sur lui attise la fureur du grand blond. "Tu t'es bien foutu de ma gueule pas vrai ?" Il inspire et jette un regard par-dessus l'épaule de Jessica pour résister miraculeusement à une pulsion violente. "Mais j'espère que t'as bien profité, parce que je vais te le faire regretter, crois moi !" Elle a de la chance, qu'ils se soient croisés dans un endroit public.

Pendant un instant, il se redresse et laisse Jessica respirer. Il hésite à rebrousser chemin maintenant que ses propres menaces ont été jetées comme un chien après sa proie. S'il reste avec cette petite vipère manipulatrice il risque de perdre complètement le contrôle de lui-même. Il ne se rend pas compte qu'il est déjà en roue libre depuis un moment.

"Mais pourquoi Kenny ? Qu'est ce qu'il t'a fait de plus que les autres, hein ?" Il la questionne soudainement en lui faisant brutalement face à nouveau et plonge dans son regard pour la confronter directement. Elle ne pouvait pas lui faire plus grand mal en lui prenant le pilier que représentait son meilleur ami. Elle avait bien réussi son coup la petite garce ! Si Victoria n'avait pas été là à l'époque, la chose aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Néanmoins, il a besoin de savoir pourquoi. Il a tellement souffert de ne rien connaître des raisons de cette disparition qu'il ne peut pas accepter de rester dans le mystère maintenant que son ami lui a enfin été rendu. Il s'est imaginé le pire pendant deux longues années. Maintenant, il veut comprendre. Il lui faut des réponses pour enfin tourner la page de ce chapitre funeste. Des réponses que rien ni personne ne semblait pouvoir lui donner, jusqu'à ce que le soupçon se porte sur Jessica.

Soit, elle serait l'exutoire de tout ce désespoir accumulé, savamment mijoté derrière des faux sourires, et royalement transformé en une rage éclatante qu'Andrew ne sait plus contenir. Aujourd'hui il crie vengeance. Tout son corps tremble pour la revanche. Il rêve de briser la petite Banner comme il l'a été lui pendant ces sombres jours. Oh il trouvera bien quelque chose. Il la prendra à son propre jeu. Lui aussi, il lui servira un de ses faux airs sympathiques avant de la mordre férocement. Le venin des Dean est fatal, la petite brune a joué avec la mauvaise personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 448
Emploi : Aucun.
MessageSujet: Re: Something's wrong   Mer 4 Juil - 15:43


Nothing left to lose.
Il n'y a que de la déception dans ces yeux-là. Il n'y a que du dégoût sur ces traits-là. Dans ce corps qui autrefois l'aimait, il n'y a plus que de la Haine.

« J-je suis désolée qu'il t'ait menti, m-mais je te jure que je n'ai rien fait ! J-je ne savais pas où il était !
- C'est ça ! Je marche plus à ton petit manège Banner !  »


Banner.
Jess' n'est plus, et avec ce surnom qui prenait tant de sens meurt une partie de sa vie. Les yeux s'embuent de larmes et la détresse serre le cœur de Jessica un peu plus fort. Le doigt qu'il pointe vers elle la fait sursauter et quelque chose, en elle, rien qu'un instant, superpose l'image de son père sur les traits tant chéris.

« Tu t'es bien foutu de ma gueule pas vrai ? »

Plus rien. Il n'y a plus rien d'autre pour elle que du mépris dans ces yeux-là. Plus que de la Haine, la plus tenace qui soit. Absolue et dévorante. Jessica a envie de mourir lorsqu'elle se perd dans ce regard-là. Ce qui lui donnait envie de vivre lui donne aujourd'hui envie d'en finir. Pourtant, elle essaye. Elle essaye de récupérer rien qu'un peu de l'étincelle, rien qu'un peu des sourires échangés à la bibliothèque.

« A-Andrew, j-je... »

Mais rien ne vient. Il n'y a plus rien à récupérer. Tout est mort et enterré.

« Mais j'espère que t'as bien profité, parce que je vais te le faire regretter, crois moi ! »

Un frisson d'angoisse parcourt le cœur de la jeune femme alors qu'elle secoue la tête. Elle ne comprend pas comment il a pu en arriver à penser qu'elle profitait de lui, comment il a pu décider qu'elle n'était qu'un monstre, qu'une pourriture capable de torturer quelqu'un si fort qu'elle le laisse pour mort. Elle ne saisit pas, ne peut accepter comment il a pu croire qu'elle était son père.

Le corps d'Andrew recule et la laisse inspirer, la laisse reprendre un air qu'elle voudrait salvateur mais qui ne fait que la torturer davantage. Les sanglots coincés dans sa gorge rendent l'exercice difficile et un peu d'amertume vient se glisser au milieu de la détresse.

Alors vient la question fatidique, celle qui dévore ses entrailles et tue un peu de son cœur à mesure que les lettres se détachent les unes des autres.

« Mais pourquoi Kenny ? Qu'est ce qu'il t'a fait de plus que les autres, hein ? »

Pourquoi Kenny. Pourquoi Kenny. Pourquoi Kenny. La phrase circule et s'imprime, prend le pouvoir et la fait rire aux éclats de trop de douleur.

Pourquoi ? Oui, pourquoi ce type a-t-il considéré qu'il avait le droit de tout lui prendre ? Pourquoi Andrew choisit-il de le croire lui plutôt qu'elle ? Pourquoi ? Pourquoi ?!

Parce qu'il ne t'a jamais aimée.

La pensée lui arrache un sursaut mais nourrit le brasier de sa colère naissante. Alors, les souvenirs de chocolats échangés volent en éclats.

Parce que ça n'avait pas de valeur, votre amitié.

Les souvenirs de rendez-vous hebdomadaires achèvent de se dissoudre dans l'océan de son amertume.

Parce qu'il n'imagine pas.

Une vague histoire de balade en forêt s'estompe à son tour.

Il ne sait pas.

Puis c'est au tour du nom du chien d'Andrew. Certainement déjà renommé, de toute façon.

Il n'a jamais voulu savoir.

Enfin, ces lectures à deux, si précieux moments dans l'enfer de la vie de Jessica, disparaissent en un violent sanglot. Ça n'a jamais eu de sens. Ça n'aurait jamais dû en avoir. Elle le déteste. Elle se déteste d'avoir un jour osé prononcer ces mots. Elle voudrait revenir en arrière.

Mais ça ne sera jamais plus possible.

« Pourquoi ?! Pourquoi, Andrew ?! Tu veux que je t'explique pourquoi ?! »

Elle se souvient trop bien de cette fameuse matinée, celle-là même où Kenny a disparu de la surface de la terre pendant presque trois ans. Elle se souvient de Son regard, de Sa voix, de Ses reproches, de tout.

Elle n'a pas même besoin de fermer les yeux pour se remémorer cette matinée maudite. Le souvenir est trop net. Gravé dans sa chair à tout jamais.

Dis le.

« Tu veux que je te t'explique ce que je faisais ce foutu matin-là ?! »

Des larmes de rage coulent sur ses joues brûlantes, et le monde entier semble soudain s'arrêter. Elle est tellement en colère, tellement dégoûtée d'avoir donné un peu d'elle à ce type qui ne daigne pas même la croire.

« Tu veux savoir, Dean ?! »

Dis-lui.

Le rire reprend, entrecoupé des sanglots qu'il a fait naître en elle. C'est trop de souffrance, la vie. Elle ne sait pas pourquoi elle lutte. Elle voudrait que tout s'arrête. Elle a besoin qu'il goûte un peu de sa douleur. Et pour ça...

Dis-lui !

« T'es qu'un foutu CONNARD, DEAN ! »

Au loin, le vrombissement du moteur du bus se fait entendre et avec lui apparaît sa porte de sortie. Elle veut partir, fuir, oublier, abandonner, hurler sa peine au bord d'une falaise ou tout contre un couteau, elle veut arrêter de souffrir, mais surtout, elle voudrait qu'il sache. Qu'il sache qu'elle n'était pas là, et qu'elle ne l'a jamais été. Qu'elle n'a jamais touché à son enfoiré de pote et que même si elle l'avait voulu, elle aurait été bien trop occupée à tenter de survivre.

DIS LUI !

Ce n'est plus qu'une vague histoire de secondes, désormais. Le bus arrive. Il est là, et Jessica se décide, prise de la folie de sa peine, prise de toute l'horreur du gouffre qui lui dévore le cœur, elle hurle.

« LE MATIN OÙ TON CONNARD DE POTE A DISPARU... »


Le bus s'arrête, le chauffeur a la musique à fond. Comme s'il s'agissait-là d'un signe du destin, celui-ci est vide. Il n'y a qu'elle, le chauffeur, Andrew et cette douleur qui va jusqu'à lui broyer l'âme. Sa main trouve son t-shirt presque plus rapidement qu'elle ne l'aurait voulu. Il n'y a plus d'hésitation en Jessica. Elle veut qu'il souffre. Elle veut qu'il sache. Elle le déteste. Elle voudrait mourir.

« … J'ÉTAIS TROP OCCUPÉE A ME FAIRE BATTRE PAR MON PUTAIN DE PÈRE ! »

Le corps qu'elle découvre n'est qu'un vague dégradé de bleus plus ou moins vieux. Le plus impressionnant de tous ne le sera jamais autant que ce foutu matin-là. Il est pourtant violacé et il y a fort à parier que ses côtes fragilisées aient morflé une fois de plus. Certaines des marques, enflées, filent vers ses bras ou ses jambes. Il y en a davantage, mais Jessica n'a pas le temps. Peu importe. Tout ce qui compte, c'est qu'il voit. Elle veut voir l'horreur se dessiner sur les traits de son visage. Elle veut qu'il souffre. Elle veut qu'il comprenne. Tant pis pour le reste. Tant pis. Elle n'a plus rien à perdre. Elle n'a jamais rien eu à perdre.

À part lui.
Et c'est déjà fait.

Lorsque les portes se referment, il est déjà trop tard. Le bus emporte Jessica vers un ailleurs qu'Andrew ne connaît pas et ne connaîtra jamais. Le t-shirt est retombé et ne se relèvera plus. Tout est déjà scellé.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 93
Emploi : Apprenti directeur au sein de l'entreprise familiale.
Sur ton walkman : Love kills - Freddie Mercury
MessageSujet: Re: Something's wrong   Mer 4 Juil - 23:13

Ça y est, voilà qu’elle s’apprête à sortir le grand jeu des larmes. Au lieu d’être surpris ou inquiet, la colère d’Andrew redouble. Il est loin de ressentir le moindre remord. Cette fois, il ne viendra pas la trouver avec une boîte de bons chocolats pour se faire pardonner. Ce n’est pas faute d’avoir prévenu qu’il ne se ferait plus avoir. Et puis est-ce qu’elle n’a vraiment aucune fierté ? Elle s’écrase comme une enfant de 3 an impressionnée par un adulte en colère. Au lieu de lui faire face, elle bégaye et ne termine pas ses phrases, usant encore un peu plus de la poussière de patience qu’il reste à Andrew. Elle lui ferait presque pitié si elle n’était pas l’objet même de sa fureur. Mais finalement, lorsqu’on prend le temps d’y réfléchir, Jessica a toujours été comme ça. Repliée sur elle-même et apeurée pour un rien. Elle a toujours été un peu bizarre et globalement d’un ennui profond. Avec du recul, Andrew s’étonne d’avoir pu passer autant de temps avec elle. Il ne regrettera rien, ça c’est sûr.

Aveuglé par sa colère, l’héritier Dean ne remarque pas la cruelle sincérité de la détresse de Jessica. Il y perçoit le comportement maîtrisé du parfait coupable. C’est exactement comme ça que Banner aurait réagi, incapable de faire face à sa culpabilité, incapable de faire face à quoi que ce soit de toute façon. La déception du grand blond est sans limite. Il ne veut rien lui épargner cependant. Il la harcèlera jusqu’au bout, tant qu’il n’aura pas eu sa réponse. Pourquoi ?

La question a l’air de la faire rire et Andrew se redresse encore en fronçant les sourcils, l’air outré. Qu’est ce qu’il y a de drôle ?! Ça y est, elle craque enfin ? Le voilà donc, le vrai visage de Banner ! Cette fille à part qui joue les attendrissantes alors qu’elle cache un intérieur de démon. C’est peut-être même toute la famille qui est folle – il faut bien être plusieurs pour enlever autant de gens au sein de la ville sans jamais avoir été inquiété par la justice. Ah ça, leur masque de petite famille parfaite sans problème est bien travaillé ! Si ça se trouve, Jessica se chargeait de se rapprocher de lui seulement pour en faire la prochaine victime des Banner ! A cette idée, le jeune Dean ne peut pas s’empêcher de faire un pas en arrière en dévisageant la brunette qui semble perdue dans une profonde réflexion.

Il n’a pas le temps d’éclaircir ce point cependant. Sa question a fait mouche et enfin Jessica se réveille. Enfin elle se dresse à son tour et lève vers lui ses yeux brillants de larmes et habités d’une colère nouvelle. Enfin elle semble comprendre le sens de la question et sa portée. Elle répète sa question plusieurs fois et lui oppose une fureur ascendante. Pourtant, Andrew n’en démord pas. Il répond à son regard avec la même furie. Ce n’est pas une dispute comme les autres. Dans cet échange bref et silencieux de quelques secondes, chacun comprend que le désaccord est profond. L’ambiance électrique chasse la possibilité du compris à des années-lumières. Les deux anciens amis, pourtant plus proches que beaucoup d’autres à leur manière, ne s’entendront plus. Ainsi parle le destin.

Et l’insulte glisse sur Andrew comme la plus superficielle des informations. Il reste inébranlable face à ce revirement de stratégie de Jessica. Elle peut bien faire la maline, elle n’est pas plus impressionnante qu’un chaton qui siffle en gonflant ses petits poils de quelques semaines. En un revers de bras il se débarrasserait d’elle. Mais elle le tient. Elle va le lui dire, il le lit dans son regard. La confession qui la brûle de l’intérieur, elle l’a sur le bout des lèvres. Andrew en tremble presque, les muscles tendus par la colère de l’attente. Il est au bord de l’explosion. La fin de sa phrase marquera le début d’une gifle monumentale pour Jessica.

Mais la fin tant attendue ne vient jamais. A la place, c’est une révélation d’un tout autre ordre que Jessica livre au grand blond. Quoi ? Qu’est-ce que son putain de père a à voir avec- Comme si le destin avait voulu l’assommer pour de bon, elle ne lui laisse même pas le temps de douter. Il aurait pu se moquer de ce nouveau mensonge de vipère, il aurait pu afficher un rictus mauvais et la secouer pour de bon pour l’impressionner davantage. Mais non, elle tient son t-shirt relevé et dévoile les marques terribles, criantes de vérité, trop bien visibles pour être imaginées. L’effet est percutant. Plus efficace encore qu’un pot fracassé sur la tête, Andrew est figé alors que tous les liens se font brutalement dans sa tête. Toutes les remarques, les allusions, les réactions. Jessica n’est pas bizarre, elle ne l’a jamais été. Elle est seule et terrifiée, prisonnière d’un bourreau invisible aux yeux de tous. Un bourreau bien réel pourtant. Et c’est seulement en cherchant le sien de bourreau qu’Andrew comprend enfin ce qu’elle endure depuis des années.

La bombe fait encore son effet lorsque Jessica disparaît à l’intérieur du bus. Andrew la suit du regard, toujours stupéfait. Elle lui échappe et il voudrait lui courir après, mais pour lui dire quoi ? Depuis le début il est aveuglé par sa petite personne. Depuis le début il ne voit en Jessica que ce qu’il a bien envie de voir. Une fille solitaire qu’on regarde un peu avec méfiance. Il n’a d’ailleurs jamais vraiment traîné avec elle en public. Ils se sont toujours débrouillés pour être discrets, à l’image de la brunette, mais aussi histoire de ne pas entacher sa grande réputation. Il s’imaginait malgré tout la connaître, alors qu’elle lui a encore tellement caché.  C’est une sacrée comédienne, pour ça il ne s’est pas trompé. Il s’est bien fait avoir, mais vraiment pas comme il s’y attendait ! Il était bien loin du compte, tellement loin ! Trop loin. Il repense chacun des beaux sourires de Jessica et songe à toute la douleur qu’ils masquaient. Il connait bien cette technique qu’il a appliqué de nombreuses fois lui-même. Seulement elle a besoin d’aide, cruellement. Il n’y avait pas qu’un bleu sur ses côtes meurtries. Et soudainement Andrew s’en veut. Il s’en veut de n’avoir rien vu, d’avoir cru aux rumeurs qui courraient sur elle sans se poser vraiment de questions. Il s’en veut d’avoir profiter des bons moments qu’ils ont partagé ensemble sans s’inquiéter des possibles signes qu’elle lui envoyait. Il ne pouvait pas les voir, aveuglé par ses propres problèmes toujours jugés plus importants. Il réalise comme il était trop perdu en lui-même pour s’inquiéter des autres. S’inquiéter pour ses amis. Non, sa vision des choses était bien plus réaliste que ce que Jessica lui soufflait à demi-mot tout ce temps.

Alors qu’il comprend seulement la grave erreur qu’il vient de faire, Andrew voit le bus s’éloigner. Enfin un déclic opère et tout son être se débloque. Le bus n’est pas loin et c’est encore un habitué des courses sur le terrain de football. Alors il s’élance après le véhicule. Il le voit s’arrêter à un feu rouge et donne le sprint de sa vie. Il est presque arrivé à sa hauteur lorsque le feu repasse au vert. Alors en oubliant de respirer, il appelle le chauffeur. Il fait signe en espérant que cet abruti jette un coup d’œil à son rétro comme tout bon conducteur. Que nenni, l’héritier Dean n’a toujours pas les faveurs du destin. Ses poumons brûlent. La tête lui tourne sans savoir si c’est dû à l’effort ou à ce trop plein d’informations qui le submergent encore. Il frappe sur le côté du bus en dernier recours. Aperçoit brièvement Jessica à travers la vitre, mais sa silhouette lui échappe aussitôt alors que le bus prend un virage et le plante en plein milieu de la route.

Forcé à l’abandon, Andrew pose les mains sur ses genoux en cherchant à retrouver son souffle. A regret, il voit le bus s’effacer au milieu du trafic et disparaître tout à fait. Jessica est avalée par le décor. « Putain… » Le mot lui échappe entre deux respirations. T’es vraiment qu’un connard Dean. Il a trop entendu cette phrase pour lui donner de l’importance. Mais aujourd’hui enfin, il en comprend peut-être le sens. Ses jambes tremblent, alors à pas lents il retrouve sa voiture. Il reste immobile un instant, perdu dans ses pensées. Et puis soudain il s’effondre. Furieux, dégoûté de lui-même, il est submergé par une vague d’émotions qu’il ne comprend ni ne maîtrise. Il est secoué par un sanglot brutal, complètement dépassé. Il se sent terriblement seul et con. Mais pour la première fois sans doute, il sait qu’il le mérite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Something's wrong   

Revenir en haut Aller en bas
 
Something's wrong
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03. What's wrong with you ?
» [1616] Right way to do Wrong.
» Keith Graham ~ Love all, Trust a few, do Wrong to none. [FINI]
» what's wrong with a little chaos ?
» Haitian Population: Sick and Tired but Still an Asset‏

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aster Cove :: Quartier Nord :: Rues-
Sauter vers: