Dans la petite ville d'Aster Cove, des choses étranges se passent...

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « How could this be wrong ? » OksanaxEvans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 31
Emploi : Officiellement météorologue. Officieusement Physicien pour une société privée.
Sur ton walkman : Is There Anybody Out There? - Pink Floyd x UFO - Nina Hagen x Walking on the Moon - The Police x 99 Luftballons - Nena x
MessageSujet: « How could this be wrong ? » OksanaxEvans   Jeu 17 Mai - 4:31


How Could This Be Wrong ?


La vie à Aster Cove est d'un calme qui pourrait en effrayer plus d'un, moi le premier. Je passe trop de temps avec moi-même, à écouter les petites voix qui se cumulent dans mon crâne. Elles ont de la place, ici, pas comme à New York. Il n'y a pas les bruits de la ville, pas ces brouhahas incessants qui nous autorisent à ne plus nous entendre. Il n'y a rien de tout ça, ici. Juste ce labo pourri, les ploc, ploc de gouttes qui s'écrasent dans des tubes à essais ou sur le toit métallique de notre abri de fortune. Et la voix d'Oksana, qui jure et que je n'écoute pas.

J'étais trop fatigué aujourd'hui, alors je suis resté au lit. On avait prévu une expédition tard dans la nuit. Enfin, Oksana a prévu et moi j'ai fini par céder, comme toujours à vrai dire. Je soupire en lançant inlassablement une petite balle au plafond. Pourvu qu'elle change d'avis. Je ne le sens pas ce soir. Y a trop de monde qui s'inquiète en ville, tout le monde va nous suspecter. Et puis si on tombe sur un gamin, ou pire, une moitié de gamin. Et si demain c'était nous, les moitiés de gamins ?

Paf.

La balle s'écrase contre le sol et renverse un verre d'eau sur des recherches complètement absurdes. Je râle et me lève rapidement. J'ai l'habitude de ma propre connerie alors comme un robot, j'attrape les feuilles et les attaches sur les stores de plastiques avec des pinces à linge. Dans un soupir las, je retourne vers mon lit afin de regarder mon radio réveil et l'heure qui s'y inscrit. Je n'ai plus qu'une petite heure pour me préparer et rejoindre ma collègue a l'entrée du bois. Habille toi de manière sobre, discret, prends une lampe, et ferme la aussi. Elle avait probablement dit la plupart de ces choses là avant que l'on se quitte à l'aube ce matin. Je passe une main sur mon front avant de me glisser sous la douche et me perdre une fois de plus dans mes pensées.

La russe ne baisse pas les bras, pire que ça, plus le temps avance, plus elle est obstinée. Elle me fait peur, putain. Elle va nous tuer, putain. Alors pourquoi j'y vais ? Pourquoi je lui pose pas un lapin ? Je grogne et cogne mon mur de carrelage. Ma main s'écorche et du sang se mêle à l'eau pendant quelques secondes. Qu'est ce que je suis con, sérieusement. Je sors de la douche, me sèche et m'habille tout en noir, un peu plus et je mettais une cagoule. Mais pourquoi j'y vais, déjà ?

Ah oui. Pas pour elle, mais pour les petites voix. Celles qui me répètent encore et encore qu'il y a des monstres sous mon lit, que les aliens nous ont envahis. Pour les petites voix qui me disent que y a des tarés dans les bois et qu'ils aiment kidnapper les gens. Ils leur lobotomisent le crâne puis ils nous les renvoient, et demain, ce sera peut-être notre tour à elle et moi. Mais je ne peux pas la laisser y aller seule. Elle peut pas mourir seule, parce que si elle voit un alien, Oksana, elle lui court dans les bras. Et puis moi, je ferai quoi ? Je pourrais même pas la protéger, je serais probablement tétanisé. Alors à quoi bon, faire tout ça ? Ah oui, faire taire les petites voix.

Je sors de l'appartement en claquant la porte. Remonte ma capuche sur mon crâne et comme à mon habitude passe inaperçu dans les rues. C'est génial, d'être autant transparent. Paraît-il que c'est sensé être vexant. Enfin peu importe. Je marche quelques minutes avant de me retrouver à notre lieu de rendez-vous et elle n'y est pas, la brune. Alors je regarde ma montre et comme un con, je suis en avance. Comme un con, je fais toujours les mêmes erreurs. Je roule des yeux, commence à regarder mes pieds, m'accroupir, me relever. Je me ronge les ongles, observe la noirceur de la nuit tomber. Je teste ma lampe torche une fois. Et puis je regarde ma montre. La première étoile est là. Je teste ma lampe torche encore une fois. Je m'accroupis, je me relève et j'entends du bruit.

Putain, c'est le moment de se barrer en courant, n'est-ce pas ?

La silhouette de la scientifique se dessine et mon cœur se remet à battre normalement. Ce n'est qu'elle, pas d'inquiétude à avoir. Tout va bien, tout est normal. Elle s'approche lentement, fait craquer des morceaux de bois mort sous ses pas et moi, je lui dis pas vraiment discrètement. « Mais putain, fais plus de bruit encore. T'as pas compris quoi dans être discret ? C'est pas le même mot dans ton pays natal ou quoi ? »

Une fois qu'elle arrive à ma hauteur, je retire ma capuche et la regarde dans les yeux. Elle est belle, Oksana, autant qu'elle est folle je crois. Je soupire et reprends. « Pardon mais tu m'as fait flipper. Et puis j'aime pas ça. C'est trop con de venir ici avec tout ce qui se passe. On fait quoi si on se fait chopper, hein ? On est pas des ados, ça passera pas inaperçu. On va se retrouver au poste et on aura l'air de deux cons. Et puis s'ils trouvent ton matériel ? Ou si on se fait kidnapper ? T'y as pensé à ça ? »

Je parle trop vite, j'articule à moitié, j'avale mes mots dans des chuchotements que la nuit couvre à moitié. Et puis je me tais, une petite seconde. Le temps de me reprendre et de me calmer. Je sors la carte de ma poche de veste et allume la lampe que je cale entre mon épaule et ma tête pour l'éclairer. Une carte tâchée dont on se sert trop souvent pour repérer des endroits. Dessus, des dizaines de croix rouges, de ronds verts et de lignes qui relient des points entre eux. Je plisse un peu les yeux avant de lui demander, cette fois-ci d'un ton beaucoup plus calme. « On va où ce soir ? Tu comptes trouver quoi exactement ? En plus il y a des chances qu'il pleuve alors vaut mieux pas qu'on traîne... »

Comme quoi, on devenait peu à peu météorologue, finalement. Hilarant.

_________________

Conquest Of Spaces
after the gates of prophecies a million light years away from me straight for the eye of destiny reaching the point of tears behind the dreams of mastery love dies silently torn to the flesh as the fire bleeds echoes of history
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« How could this be wrong ? » OksanaxEvans
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03. What's wrong with you ?
» [1616] Right way to do Wrong.
» Keith Graham ~ Love all, Trust a few, do Wrong to none. [FINI]
» what's wrong with a little chaos ?
» Haitian Population: Sick and Tired but Still an Asset‏

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aster Cove :: Quartier Sud :: Forêt de Lost Pine-
Sauter vers: