Dans la petite ville d'Aster Cove, des choses étranges se passent...

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'll never show my tears | Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 146
Emploi : Miss Teen Maine, future étudiante en arts appliqués au Bates College, cheerleader.
Sur ton walkman : I Wanna Know What Love Is - Foreigner
MessageSujet: I'll never show my tears | Libre   Dim 29 Avr - 12:15

And i hide my hurts, i'll never show my tears
EXORDIUM.
C’était une journée difficile. Enfin, pour être franche il n’y avait pas vraiment de journée facile mais des cauchemars m’avaient poursuivi toute la nuit. J’avais peu dormi et caché mes cernes sous mon maquillage. J’arborais le maquillage comme une peinture de guerre. Mon armure pour affronter le monde. Je me disais parfois que sans ces artifices, je m’effondrerai purement et simplement. Mon rituel matinal m’était devenu vital. C’était comme enfiler un costume avant de monter sur scène. Sauf que la représentation, c’était ma vie. Mon rôle, celui d’une fille enjouée et sans soucis. Il était devenu de plus en plus facile à jouer. Comme une seconde nature. Pourtant, le meilleur jeu d’acteur du monde ne pouvait faire disparaitre le vide que je ressentais à l’intérieur, ni les traumatismes qui entrainaient parfois chez moi des réactions aussi imprévisibles que disproportionnées.

J’essayais de masquer au mieux les crises. J’étais terrifiée à l’idée que quelqu’un se rende compte que quelque chose clochait chez moi. Ca arrivait bien trop souvent à mon goût. C’était arrivé quand Monsieur Caldwell avait essayé de me retenir. Quand j’entendais certaines paroles précises. Quand je sentais l’odeur du gin mélangé au tabac froid. Ou pire encore, cette fameuse soirée ou j’avais complètement perdu mon sang froid chez Billy.

C’était devenu plus difficile maintenant que j’étais amie avec Mackenzie et membre de la Triade. J’étais devenue populaire. On venait plus facilement me parler. Les risques étaient donc plus grand. Sans compter les fêtes qui favorisaient les comportements pouvant me mettre mal à l’aise. Je faisais pourtant bonne figure. J’avais évité les situations à risques. J’étais une membre de la Triade comme les autres. J’avais relâché ma vigilance. Et, évidemment, ça avait recommencé.

Ce matin, un autre élève populaire m’avait attrapé par le bras pour m’obliger à lui faire face. Il ne pensait pas à mal. J’étais petite et il avait mis trop d’élan dans son geste. C’était courant à notre âge. Seulement voilà, je l’avais percuté et ce contact associé à la brulure d’avoir été tirée trop brusquement avait envoyé un signal d’alarme dans tout mon corps. Mon esprit s’était vidé et c’était comme si tout était devenu blanc. J’avais du mal à respirer, tout bourdonnait. Bredouillant une vague excuse, je l’avais planté là avant de m’isoler dans l’escalier extérieur. La cloche venait de sonner la reprise des cours mais je n’étais pas en état d’y aller. Je m’étais assise sur les marches, le poing serré contre ma poitrine, tentant vainement de reprendre ma respiration alors que j’hyperventilais. Une terreur irrationnelle m’empêchait de me calmer. Cela ne s’arrêterait-il donc jamais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: I'll never show my tears | Libre   Mer 2 Mai - 15:55

And i hide my hurts, i'll never show my tears
EXORDIUM.
Un léger rayon de soleil se glissait sur mes joues émettant une douce chaleur qui ne m'aidait pas à sortir de mes pensées. Ce ne fut que lorsque la cloche retentit à la fin du cours qu'un sursaut me sortit de ce doux sommeil. Je n'arrêtais pas de penser à cette nouvelle figure que j'avais enfin réussi à maitriser. Mon groupe était passé à la maison hier et nous avions répété deux heures durant pour effectuer le scorp'up une figure que nous comptions proposer à Mackenzie. Après ça nous avions passé une agréable soirée à parler de choses et d'autres (des garçons, surtout des garçons).

Lorsque je repris mes esprits mes collègues étaient déjà levés et prêts à partir. Mon voisin de table me taquina en me demandant si je comptais prendre racine, ce à quoi je répondis par un simple rire et une tape amicale sur le bras. Nous avons ensuite éclaté de rire, ce qui nous valut un regard perplexe de la part de notre professeur d'histoire. On échangeait donc un regard complice avant d'emprunter le chemin de la sortie. Je le laissait rejoindre son prochain cours en rejoignant mon casier. J'y déposais mes livres et pris mon cahier de projet. Tout en empruntant le chemin pour aller à mon prochain cours j'aperçus Scarlett près de l'escalier.

Cette jolie blonde était une autre flyer dans la team, mais ne faisait pas partie de mon groupe, on se connaissait donc assez peu à dire vrai. Cependant c'était une fille que j'appréciais, elle avait cet air qui m'attire tout particulièrement. Celle des écorchés vifs. Je la rejoins donc calmement avant de m'arrêter devant elle en laissant échapper d'une voix douce "Hey ! Comment va miss O'hara aujourd'hui?" tout en prenant place à coté d'elle dans l'escalier. Je donnais des surnoms à toutes les filles de l'équipe ce qui a pour tendance de leur arracher un sourire, ce pourquoi je tentais ma chance. Je ne savais pas du tout ce qu'elle avait en tête, mais j'avais envie d'être là. Car Scarlett comme toutes les filles de l'équipe est comme une soeur pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 146
Emploi : Miss Teen Maine, future étudiante en arts appliqués au Bates College, cheerleader.
Sur ton walkman : I Wanna Know What Love Is - Foreigner
MessageSujet: Re: I'll never show my tears | Libre   Jeu 3 Mai - 0:01

And i hide my hurts, i'll never show my tears
EXORDIUM.
J’avais toujours du mal à respirer. J’avais l’impression de me noyer et d’étouffer lentement. Ce n’était qu’une manifestation physique de mon état général. Cela faisait des années que j’avais l’impression de flotter en plein milieu d’un océan agressif, prêt à m’engloutir au moindre signe de fatigue. J’étais habituée aux crises. C’est pourquoi je m’étais isolée. Il ne me restait plus qu’à étirer mes jambes et à me forcer à inspirer et expirer calmement jusqu’à ce que cela passe. J’aurai tant voulu que tout cela s’arrête. Moi j’étais anormale. Détraquée. Il y avait quelque chose qui clochait profondément chez moi. J’aurais tant voulu être en mesure de me réparer.

J’avais enfin fini par reprendre un rythme respiratoire à peu près normal lorsqu’une voix familière résonna à mes oreilles. J’essuyais rapidement une larme solitaire qui avait tracé son sillon sur ma joue avant de remettre en place mon masque de fille enjouée. Mes démons m’étaient bien trop intime et personnel pour que je les laisse paraitre. A l’exception du prêtre de notre paroisse, personne n’était au courant de ce qui m’était arrivé. Je comptais bien faire en sorte qu’il en reste ainsi à jamais. La plupart des gens étaient dupes et les autres se contentaient de ne pas poser de questions. Cela m’allait très bien. A force, ils finissaient par ne plus voir que mes sourires et ne se posaient plus de questions sur ce qu’ils pouvaient bien cacher.

J’aimais bien Ashley. Même si j’étais timide et qu’on se parlait peu étant donné qu’on était dans des groupes différents, cela ne m’empêchait pas d’apprécier sa personnalité solaire. Etant du genre timide, je n’avais pas tenté de me rapprocher trop même si les activités de groupe des cheerleaders nous avait quand même laisser l’occasion de discuter. Je n’avais rejoint l’équipe qu’en début d’année scolaire. Jusque-là, ma mère avait toujours vu d’un mauvais œil le cheerleading car elle craignait que les entrainements ne m’empêchent de pratiquer pour les concours de beauté et qu’en plus, je risquais d’écoper de sérieux bleus qui seraient difficiles à cacher. Elle n’avait pas tort sur ce dernier point mais jusqu’ici, je parvenais à les masquer. Pour ce qui était de mes entrainements, étant donné que je présentais un numéro de gym, le cheerleading m’aidait à maintenir ma souplesse.

Le surnom que me donnait Ashley ne manquait pas de m’arracher un petit sourire. Il était vrai que ma mère, en bonne belle du Sud, était une fan d’autant en emporte le vent. J’en avait fait les frais dès la naissance.

« Salut Ash ! Comme tous les jours. Et toi ça va ? De nouvelles idées de figures totalement démentes à nous présenter au prochain entrainement ? »

J’étais très souple et flexible en tant que gymnaste mais le cheerleading était une autre paire de manche. Si j’arrivais sans peine à faire certaines figures au sol, c’était au niveau de l’équilibre que j’avais du beaucoup m’entrainer pour rattraper les autres. Ces derniers temps, je préparais aussi mon enchainement pour miss teen USA. Ma mère (et coach) tenait à ce que j’y intègre des figures comme le scorpion et le full in full out. J’avais parfois un peu l’impression de faire du double entrainement comme flyer au lycée et de tumbling à la maison mais soit, si ça faisait plaisir à ma mère… Si seulement j’avais pu me concentrer seulement sur la gymnastique et le cheerleading sans ses concours idiots… Mais bon, je ne me voyais pas enlever ça à ma mère. Elle en rêvait tellement de cette écharpe de Miss Teen USA. Une fois ce concours terminé et la bourse des pageants en poche, je pourrais peut-être enfin passer à autre chose.

J’espérais au moins avoir réussi à noyer le poisson et que ma camarade n’allait pas essayer de trop creuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I'll never show my tears | Libre   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'll never show my tears | Libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aster Cove :: Quartier Nord :: Lycée d'Aster Cove-
Sauter vers: