Dans la petite ville d'Aster Cove, des choses étranges se passent...

 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Event#1 - Halloween

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Admin
avatar
Messages : 305
MessageSujet: Event#1 - Halloween   Lun 6 Nov - 22:47



Les roues crissent dans le virage, les gamins foncent dans les allées, du tissu entre les mains, un masque à l’effigie de Michael Myers sur la tête, l’un deux déblatère « Merde, merde, merde! » et disparait au carrefour. Un tintement de cloche et les vitrines sont envahies de fausse toile d’araignée, sur fond miroitant, phosphorescent, bordé de citrouilles et de créatures de la nuit, Aster Cove est déguisée en ce trente-et un Octobre, les maisons habillées de la cheminée au pied de l’escalier, tombes en polyester et sorcières empaillées arpentent les rues. C’est le jour des morts, le jour du sort, un bonbon ou un sort! Un vieux assis dans la veranda regarde le mioche sur son tricycle qui s’élance, tend le bras et jette le journal sur ses pantoufles, on peut lire en grosses lettres l’énigmatique titre phare de l’édition spéciale de l’Aster Cover, les visages de Nora Cullen et Phil Daugherty, les mystérieux disparus de l’année 82 miraculeusement réapparus se dressent sur la première page mais c’est la photo d’Amelia Pike, dix-sept ans qui hante l’éditorial. A Aster Cove, la nouvelle s’est répandue comme une traînée de cendres après une crémation, elle a pollué l’air, fait parler les commères. Pendant que les épingles piquent les doigts des mères anxieuses, les maris finissent une tasse de café amère et les habits de deuils se préparent en même temps que les costumes s’enfilent, sous un ciel brumeux et capricieux, les murs ont des oreilles et les tombes se creusent, au cinéma et dans le coeur de la ville aussi. C’est sous un couvre-feu que la nuit des morts-vivants débute.
Event#1 - Halloween
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com
avatar
Messages : 210
Emploi : Lycéenne
Sur ton walkman : Lionel Richie - All night long
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Mar 7 Nov - 10:06

« Hors de question. Tu ne sortiras pas habillée comme ça. »

Braden est là, bras croisé et air buté. J’essayais de quitter sa chambre qu’il m’avait galamment laissé quand il avait été décidé que je passerai la semaine avec sa famille. Décidé par le reste des O’Leary, pas par moi cela va sans dire. Ma majorité n’était qu’un détail insignifiant pour eux et ils s’imaginaient toujours pouvoir régenter ma vie. Je poussais un soupir bruyant et agacé.

« Et pourquoi ? »

Je vois Braden porter son index à son front comme si je lui donnais mal au crane. Les nouvelles concernant Amelia l’avait secoué. Comme nous tous. Mais il la connaissait mieux que moi. La mort, partout, tout le temps, cela me révoltait autant que cela me terrorisait. C’était comme si la violence et l’horreur nous enveloppait toujours un peu plus. Surtout un jour comme aujourd’hui. Mais je ne comptais pas laisser le désespoir gagner. J’étais donc bien décidée à sortir et à profiter de ma soirée en chassant au loin le deuil et la tristesse.

« Parce que c’est dangereux. Pense à ce qui est arrivé à Amelia ! Et puis tu montres trop de choses, hors de question que tu te balades dans la rue dans cette tenue. Surtout si je ne suis pas là pour te surveiller. »

Il croyait que j’avais quoi ? 10 ans ? Il était plus jeune que moi… c’était surréaliste. Je baissais les yeux sur ma tenue. C’était une robe charleston noire certes un peu courte mais avec de longue franges qui rendaient le tout sexy mais correct. Le décolleté était un peu extravagant mais, vu la froideur d’octobre, je portais un petit bolero de fausse fourrure. Noir également. Et des talons aiguilles. Mes bras étaient gainés de dentelle, mes yeux charbonneux et mon rouge à lèvres carmin. Je portais également un carré noir corbeau – une perruque bien entendu. Le style était années folles, c’était bien ce qu’il fallait pour un déguisement de Velma Kelly de la comédie musicale Chicago. Mais bien sûr, Braden n’avait pas saisi la référence.

« Tu n’as qu’à rester avec moi dans ce cas ! »

Au sourire victorieux que mon cousin afficha, j’eu soudainement l’impression de m’être laissée piéger.

« Ca marche. Mais va enfiler un collant. On est fin octobre pas en plein été ! »

Il se prenait pour ma mère. Définitivement. Il allait bientôt enfiler un tablier et préparer des gaufres… Et dire que d’ordinaire il était plutôt amusant. Je me détournais pour retourner dans sa chambre afin de compléter ma tenue. J’enfilais donc des bas pour lui faire plaisir. Il ne ferait pas la différence tant qu’il ne regardait pas mes franges de trop près. Il était trop gentleman pour le faire. Et puis c’était mon cousin. Son déguisement était tout ce qu’il y a de plus banal. Très vite alors que nous nous déplacions dans les rues d’Aster Cove, il fut assailli de toute part par ses nombreux amis. Je profitais de toute cette marée humaine pour lui fausser compagnie. J’allais en entendre parler pour les six mois à venir mais tant pis. J’avais besoin de liberté ce soir. Et surtout, ne pas penser à tous ces drames.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 433
Emploi : Femme à tout faire de Michael D.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Starmania
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Mer 8 Nov - 1:18



Alors que la musique entraînante de "The Passenger" envahit toute la petite maison, Ange ne cesse de courir par tout à la recherche de son collier de perles. Tout en l'enfilant, elle va se remettre un peu d'eye-liner autour des yeux en s'aidant du ridicule miroir tout crasseux du salon. Théodore est affalé sur le canapé, clope au bec, piochant de temps à autre dans le bocal à bonbons pour savourer un caramel. C'est les cris des enfants à l'entrée de la demeure qui finiront par faire bouger ce dernier, qui se lève tout en lâchant des grognements insatisfaits. Théodore Mathieu ne fêtait jamais Halloween. Il faisait fuir les gamins qui approchait sa baraque et finissait par passer le reste de la soirée devant la télévision, les pieds en éventail. Mais depuis qu'Ange habitait chez lui, elle insistait pour participer à cette mascarade grotesque. En deux ans de vie, la seule chose qu'elle avait réussit à obtenir de ce gros radin n'était qu'une misérable citrouille lanterne à l'entrée et un bocal de bonbons bon marché. Alors qu'Ange mettait ses boucles d'oreilles, elle put entendre un "Prenez ça et foutez l'camps" suivit d'un claquement de porte. Evidemment, il s'était bien gardé de léguer ses précieux caramels. Ange soupire.


- Tu pourrais donner un peu de caramels au lieu de toujours refourguer ce nougat dégueu' que personne n'aime, non ?


Pour seule réponse, Ange eut le droit à un regard énigmatique, le genre de regard qui voulait dire "Commences pas à m'emmerder, toi". Elle n'insista donc pas et se contenta de prendre son petit sac avant de claquer la porte derrière elle. Les dernières paroles qu'elle put entendre furent celle de Siouxsie, étouffées par la radio qui clamait d'un ton grave le nom d'Amelia Pike.

Ce costume, elle avait mis deux bonnes semaines pour le faire. Cette tenue de cuir, ses manches et ses bas en résilles, cette perruque qu'elle avait sacrifié pour l'occasion. Le teint blafard, les lèvres rouges bordeaux, les yeux charbonneux. Cette multitude de bijoux, bracelets, colliers sans oublier la cigarette qu'elle avait piqué à Théo lorsqu'il était partit ouvrir la porte aux gamins. Un perfecto sur ses épaules pour éviter d'avoir trop froid, Ange s'élance dans les rues d'Aster Cove habillée en Siouxsie Sioux.

Halloween, c'était les gamins habillés en héros de comics qui s’empiffraient de bonbons sur les trottoirs. Halloween, c'était les citrouilles lanternes effrayantes posées devant chaque maisons. Halloween, c'était la fête chez une des personnes les plus populaires du lycée où tout le monde pouvait venir sans risquer de se faire jeter. Halloween, c'était la nuit éclairée par des bougies, c'était les draps trouées sur la tête des gosses, c'était la peur juste pour rire. Halloween, c'était ta fête préférée.

Un attroupement attire ton regard. Au centre, tu apercevais difficilement Braden O'Leary, et bien vite, tu repéras la princesse du gang, s’éclipsant avec discrétion. Tu esquisses un sourire. Oh la vilaine ! Tu viens te faufiler derrière elle et, agrippant brusquement ses épaules, tu murmures d'un ton inquiétant un "Bouh." avant de ricaner, moqueuse. Lorsqu'elle se retourner vers toi, tu la regardes de bas en haut puis réplique, d'humeur taquine.


- Eh bien, Miss O'Leary ? On a pas peur d'attraper froid ?


Elle croise les bras, plus amusée que réellement soucieuse de la tenue de River. Après tout, elle ne cachait pas sa préférence pour la demoiselle d'aujourd'hui, comparée à celle d'il y a quelques temps. Ce soir, Ange voulait s'amuser. Ange ne voulait penser ni au danger, ni à Amelia, ni à personne d'autres qu'elle-même.  


_________________
† Hey honey you could be my drug, You could be my new prescription. Too much could be an overdose. All this trash talk make me itchin'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Mer 8 Nov - 2:05


évent : halloween
ft. everyone

« Isha ? » Appela Ms Fawkes une première fois. Ses yeux quittèrent son reflet que le miroir de la salle de bain lui renvoyait, alors qu’elle finissait de mettre ses boucles d’oreilles. Elle n’était pas costumée, en cette soirée où elle aurait dû. Elle se préparait seulement à sortir. « Isha ? » Répéta-t-elle une deuxième fois. Lâchant un soupire qui ressemblait plutôt à un grognement, elle quitta la salle de bain pour traverser le couloir et se diriger vers la chambre de son fils. Elle ouvrit sans toquer, tomba nez-à-nez face à un scénario des plus typiques : Isha et celui qu’il considérait comme son meilleur ami du moment, le nez presque collé à cette petite télévision reflétant l’un des derniers jeux dans lequel son enfant avait claqué toutes ses économies. Bon sang, elle le savait qu’elle n’aurait pas dû leur acheter la dernière console qui était sortie ! « Isha ! » Elle attendit qu’il tourne la tête vers elle. « Ton père et moi sommes invités chez Steven et Joan ce soir. Peut-être qu’il est trop tard pour prévoir ça, mais tu peux inviter tes amis si tu veux. » Le jeune homme haussa vivement le visage, remerciant sa mère, avant de retourner sa tête vers son ami. « Tu sais ce que ça veut dire ? » Demanda-t-il. Un sourire grandissait petit à petit sur les lèvres des deux. « Ouais mais on est déjà invités à la soirée de Darwin. » Rétorqua Isha. Dave sembla réfléchir quelques secondes, l’index posé sur le menton. Puis, un nouveau sourire malicieux s’installa sur sa bouche. « Alors on a qu’à ramener la soirée de Darwin chez toi ! » Isha semblait indécis. « Allez ! C’est plus grand et puis franchement, les gens te préfèrent. » Il haussa finalement les épaules. « Ouais, on fait ça ! »

Dave partit en premier, envisageant de rentrer chez lui afin de se changer et enfiler le costume qu’il avait prévu pour cette célèbre et tant apprécié fête des morts. Isha, quant à lui, attendit que ses parents ne décollent pour aller se vêtir du sien. Quelques minutes ensuite, il vint s’admirer devant le miroir, agitant ce qui lui servait de griffes. Il manquait encore sa touche finale, qu’il ajouta au sommet de son crâne, et il était enfin prêt. La réplique de Freddy Krueger se décida enfin à rejoindre son ami chez lui. Passant par la cuisine, il s’arrêta net alors que son attention se portait sur le journal qui reposait sur la table. L’attrapant entre ses doigts, il observa silencieusement durant quelques secondes les gros titres et ces gosses disparus, avant de le reposer là où il l’avait trouvé. Il souffla un instant, réalisant que ces disparitions ne s’arrêtaient pas. Vous allez le prendre probablement pour un con, pourtant il se redressa en haussant les épaules et claqua la porte derrière lui en sortant en se disant que c’était triste, mais surtout tant pis. Il était encore tôt, à cette heure-ci, peu de gens se trouvaient déjà dehors en déguisements. Mais il n’y prêta pas plus attention, se dirigeant aussitôt chez Dave. Dave, pour sa part, portait le légendaire masque de hockey du tueur des vendredi treize, armé d’une machette en plastique et prêt à terroriser les enfants qui passeraient sous son nez.

Fiers du duo qu’ils formaient encore ce soir, ils ne virent pas le temps passer, et la soirée chez qui ils étaient conviés avait déjà débuté depuis une vingtaine de minutes. Ils n’y seraient cependant pas tout de suite, puisque sur le chemin, ils tombèrent sur Braden et quelques potes de leur bande. De quoi démarrer une vive discussion entre eux et faire passer le temps comme il se devait. Comme prévu, Dave coursait les enfants bien trop confiants dans leurs déguisements de sorciers et de vampires, de quoi faire rire aux éclats Isha. Bon Dieu, ce qu’il aimait cette fête. Il aimait avoir peur, et il aimait aussi faire peur. Mais ces deux choses étaient pour plus tard. Il avait déjà prévu tout un plan pour terroriser Nancy Macbeth, une fille populaire du lycée mais avec qui il ne s’entendait pas spécialement. Elle était bien trop superficielle à son goût, et définitivement pas son genre de fille. Mais son idée de « princesse des ténèbres » qu’elle avait évoquée haut et fort quelques jours plus tôt à la cafétéria lors du repas du midi avait donné cette envie bien spéciale au jeune homme, une idée qui lui était restée en tête jusque-là et par conséquent qu’il a pu peaufiner pendant de longues journées. Retirant quelque peu son attention des amis auxquels il faisait face, le regard d’Isha passa de visages en visages, tournant alors sur lui-même. Il remarqua plus loin qu’il y avait River. Il serait bien allé la voir, mais elle semblait déjà accompagnée par une inconnue. Non pas qu’elle lui poserait soucis, mais il était déjà lui-même en compagnie de ces – pas – charmants jeunes hommes qu’était sa bande d’amis. Il la verrait plus tard, c’est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Mer 8 Nov - 21:48

31 Octobre, la fête des morts, tu ne connaissais pas encore cette fête, au japon Halloween n'existera que dans plusieurs années. Du moins ce n'est absolument pas populaire. Seulement en te renseignant de droite à gauche tu apprends rapidement à aimer cette fête, un peu morbide. Dehors tout est différent, costumé, caché sous des toiles d'araignées, les enfants se déguisent et demandent des bonbons, les adultes les plus audacieux en font de même. Peut-être que si, peut-être que ton père t'en avait vaguement parlé en tout cas ça te plaît. L'ambiance est étrange, mais elle correspond à cette ville et à la peur que tu subis chaque jour. Alors que les disparus reviennent, d'autres s'effacent. La dernière en date est Amelia Pike, dix-sept ans. La vie n'est pas toujours très juste et à Aster Cove tout semble encore plus injuste. Cette ville est un mystère à l'intérieur de laquelle les habitants partagent un semblant de vie. Aujourd'hui, tu fais partie de la liste des personnes habitant ici. Tu portes robe blanche, tes joues sont maquillées de gris et ton teint est blanchi. Tes yeux sont entourés de couleurs sombres, ton teint est même verdatre, Tu porte une longue perruque noir. Tu t'es inspirés de la petit fille d'Evil Dead et puisque tu es absolument complètement plate et que tu ne n'as foutrement rien d'une « vrai » femme, ton costume est parfait. Tu n'es pas spécialement douée pour le maquillage de base, mais à part le rouge à lèvres et l'eye liner, mais ce soir tu t'es servie de ton visage comme d'une toile et les toiles ça te connaît.  Dans les rues d'Aster Cove il y a déjà du monde, l'ambiance est sombre et pourtant il y a cet esprit de fête qui s'empare anormalement de toi. Tu n'as jamais eu peur de grand-chose et pourtant depuis ton arrivée ici, la peur est une partie de ton quotidien. Les jeunes joues le jeu, le monde est là, présent et partant pour tout donner. À travers les costumes effrayants, les toiles d'araignées, les citrouilles taillées et l'ambiance musicale un visage te semble familier … Ou plutôt déjà vue. Ange, le papillon. Avant de partir tu as prévenu ta.ton colocataire que tu sortais en ville. Peut-être vous retrouverez vous une fois sur place. Qui sait ?

Tu décides de balayer la peur, de la frapper, la propulser loin de toi, loin de ton corps. Frayeur, va-t-en ailleurs. Alors ce soir en déboulant dans le regroupement tu regardes les costumes des un et des autres, ça te fait un peu sourire de voir autant de monde au même endroit. Puisque tu viens juste d'arriver tu espères secrètement rencontrer de nouveaux visages, sans pour autant créer de lien, les liens sont dérangeant, inquiétants. Pas loin d'Ange il y a une fille habillée de court, tu ne peux en aucun cas refuser à tes yeux l'honneur de la mater. Puis un garçon attire un instant ton attention. Observer pour mieux jouer.

- Bonsoir.


Tu mimes la surprise en regardent Ange, serait-elle un papillon de nuit ? Tu souris finalement en lui lançant.

- Tien, tu es la toi aussi.

Bien sur tu l'avais remarqué de loin, mais ce ne serais pas marrant de l'avouer. Tu regardes la demoiselle au déguisement qui t'évoque la danseuse de cabaret meurtrière. Elle à très bien choisis. Tu commences à regretter ton costumes de petite fille décédé et en décomposition. Tu ressemble d'avantage Hanako San, la légende urbaine dans ton pays. La petite fille des toilettes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 683
Emploi : DJ sur Radio Aster Cove.
Sur ton walkman : The Smiths - Panic.
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Mer 8 Nov - 23:23


Oliver n'avait pas attendu sa sœur pour aller rejoindre ses amis avec le nouveau costume dont il était si fier. Il avait depuis longtemps abandonné l'idée d'aller chercher des bonbons avec moi, j'avais refusé tant de fois pour aller à la fête de la soirée. C'était primordial la fête d'Halloween, à l'époque. Maintenant, je regardais mon frère partir tout joyeux par la fenêtre, avec la ferme intention d'écouter ma musique dans ma chambre. Peut-être que j'étais un peu triste au fond. Mais quelque chose me préoccupait plus qu'Halloween.

« Tu es sûre de ne pas vouloir sortir ce soir, ma chérie ? demanda ma mère qui venait d'apparaître dans l'encadrement de la porte.

Je tournai la tête vers elle et lui fit un petit sourire en secouant la tête. Elle me rendit le rictus compatissant en me faisant comprendre que je pouvais regarder un film en bas avec elle quand je voulais. Un film... mh... j'allais être incapable de me concentrer... En tailleur sur mon lit, je scrutai le journal depuis près d'une heure maintenant. Des disparus revenus... et maintenant cette Amelia Pike. Je me souvenais vaguement de son visage. Mais c'était différent du noir et blanc en grain qui n'annonçait rien de bon. Les sourcils froncés, une idée me venait progressivement en tête. C'était Halloween. Tout le monde allait s'amuser. Porter un masque était la norme. C'était peut-être le bon moment... Et plus je regardais la photo d'Amelia, souriante, plus j'avais l'impression qu'elle m'appelait. Je regardai une dernière fois à travers la fenêtre. Oliver était hors de vue. Un frisson me parcourut. S'il lui arrivait quelque chose alors que j'étais restée là...

La minute d'après, j'étais hors du lit, dévalant les escaliers jusqu'au garage. Poussant quelques cartons, je n'eus pas de mal à trouver celui des costumes. Qu'est-ce qu'il y avait là dedans... beaucoup trop de choses à Oliver... Une vieille robe de Blanche Neige que j'avais portée quand j'étais encore en primaire... Bon, on va compter sur les trésors d'Oliver. Je venais de trouver un masque. Super moche. Sûrement un truc de Star Wars. Ah oui, les... sortes d'ours à la fin du dernier. C'était le costume de son frère l'année dernière. Il y avait aussi une grande robe à capuche que ma mère avait porté une fois pour faire la Mort. Oliver avait fait des cauchemars pendant une semaine en ayant trop de fierté pour l'avouer. Ce souvenir me fit sourire. Ça ferait l'affaire. Je m'apprêtai à enfiler ce costume de fortune mais quelque chose me fit m'arrêter. Il y avait un marteau resté sur un plan de travail. Ça me servirait si j'allais m'aventurer là où le journal disait qu'Amelia avait disparu. Je m'en emparai avant de le cacher sous le drap mortuaire.

Je me regardai dans le miroir. C'était vraiment flippant. Enfin, au moins personne ne me ferait chier si je croisais les fameuses personnes à éviter. Et les manches du costume étaient assez longues pour que je cache le marteau en le tenant le long de mon bras. Je retirai le masque pour ne pas provoquer d'arrêt cardiaque à ma mère.

- Finalement je sors un peu, maman. Ça ne te dérange pas ?
- Non, je suis contente, ma chérie, amuse toi. Ne rentre pas trop tard !
- Promis ! »

Voilà, j'étais dans la rue. Bariolée de toiles, de citrouilles, d'enfants sur-excités et de costumes fantaisistes; dans un costume absurde et ridicule. Mais même le spectacle automnal n'arrivait pas à me changer les idées. J'étais focalisée sur une seule et même chose. Arriverais-je à trouver le coupable si je me rendais moi-même sur les lieux ? Qu'est-ce que j'allais en faire ? Et puis c'était qui le coupable ? C'était quoi ... ? Vu comment les disparus étaient revenus au même moment, on aurait dit une sorte d'enlèvement extraterrestre... comme E.T. qu'Oliver regardait en boucle, mais en moins sympa. S'ils étaient revenus sains et saufs c'était pour une raison... Avaient-ils fait des expériences sur eux ? Ou ils les avaient transformés ou infectés pour nous attaquer ? Non, j'allais trop loin...
Au bout d'un certain temps de marche, de la musique accapara mon attention. C'était devant chez Isha... Mon pas ralentit un moment. C'était chez lui, cette année, alors. Je n'avais pas été mise au courant, ça semblait naturel de toute manière. Mais mon cœur se pinça un peu. Une partie de moi avait encore envie de passer la porte. Mais ils seraient là... Et si Andrew était venu aussi... Plutôt mourir. Et passer la porte était un peu synonyme de mourir de toute manière. Il était temps de repartir.

*Cling!!*

Oh merde ! J'avais laissé glisser le marteau sur le trottoir. Je me baissai pour le ramasser, mais lorsque je me relevai, une bande de gamins déguisés me regardaient bouche bée, les seaux déjà bien remplis de bonbons. Oui, je sais, mon costume est naze. Pas la peine d'être aussi insultants. Ou alors c'était le marteau qui les avaient effrayés... Mh. Je fis mine de le brandir en l'air pour prendre de l'élan, et les mioches partirent en courant. Criant... mais transformant vite leur frayeur en rire. Je secouai la tête, dépitée, cachée par mon masque d'une autre planète. Même dans la masse, on ne laisse pas les monstres tranquilles. Je m'empressai de remettre le marteau dans sa cachette avant de commencer à continuer ma route.

_________________

AND I'M HEAD OVER HEELS
ANAPHORE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Jeu 9 Nov - 2:08


Lorsque ses parents avaient vue le costume qu'Elias avait l'intention de porter pour Halloween, ils n'avaient rien dit, mais en voyant leur visage, le jeune avait tout de suite comprit que ceux-ci étaient un peu réticent à l'idée que leur fils porte un costume qui était destiner aux filles, mais Elias avait vraiment envie de porter ce costume, après tout, ce n'était qu'un costume et à l'halloween, Elias pensait qu'il pouvait se déguiser comme bon lui semblait...enfin, peut être qu'il se trompait après tout, mais bon, il était trop tard, il avait économiser pour acheter ce costume et de toute façon, il était un peu tard pour allez porter ce dernier et changer de déguisement. Lorsque le jour d'Halloween arriva, il se leva le matin, ses parents avaient réussit à lui faire enfiler un autre costume pour se rendre à l'école et s'était donc retrouver vêtue d'un costume de baseball pour passer la journée à l'école.

Bien sur, durant sa journée, ont l'avait embêter en lui faisant des commentaires et en lui demandant pourquoi il n'était pas en robe, mais il n'avait rien dit. Pourtant, il n'avait envie que d'une chose et c'était de se rendre chez lui et de se changer pour enfin porter le costume qu'il avait acheter et ainsi, allez à l'extérieur pour récolter des bonbons. Quand la journée de cours fut enfin terminer, le jeune homme prit le bus et une fois chez lui, il s'empressa de se rendre dans sa chambre et il s'y enferma le temps de changer de costume. Lorsqu'il eut terminer de changer de costume, Elias se retrouvait vêtue de collant opaque blanc, d'une robe manche courte bleu pâle, d'un tablier blanc et de soulier cirée noir, il ne manquait plus qu'une touche à son costume et il serait enfin complet. S'approchant de la porte de sa chambre, il l'ouvrit. ''Maman!? Tu peux venir m'aider avec la perruque?'' Sans attendre de réponse, il attrapa la perruque blonde et il attendit que sa mère entre dans la chambre.

En le voyant, sa mère fut incapable de prononcer un seul mot, elle semblait vraiment surprise et elle n'osait pas bouger. Finalement, Elias lui tendit la perruque et sa mère l'aida à l'enfiler sans dire un seul mot, puis finalement, elle lui mit un ruban noir dans les cheveux pour qu'il ressemble encore plus à Alice du conte. Une fois que tout fut enfin prêt, Elias regarda sa mère et la remercie, mais encore une fois, sa mère ne lui dit rien et le jeune garçon commença à marcher vers la sortie de la maison où se trouvait aussi un sac pour récolter les bonbons. Prenant le sac en silence, Elias se retourna, espérant avoir un mot de la part de ses parents, mais ce fut le silence total, seul sa soeur lui dit que son costume lui allait bien.

Sortant de chez lui, Elias regarda la rue qui commençait à se retrouver remplit de jeune qui allaient ramasser des bonbons, il regarda autour encore un instant et ferma la porte derrière lui et commença à marcher lentement dans la rue, sous le regard amuser des gens qui savait qui se trouvait sous le costume.

Revenir en haut Aller en bas
Admin
avatar
Messages : 153
Emploi : Assistant du shérif
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Jeu 9 Nov - 19:28

Le noir. Partout. Les nuages. Innombrables. L'orage. Menaçant. La pluie. Douloureuse. Et les hurlements. Inhumains.

La respiration qui se perd, les pas qui accélèrent, les éclairs qui mordent la chair de leur lumière, et les silhouettes. Monstrueuses.

Walter n'a plus de balle. Walter n'a plus de balle, et pourtant, il en aurait cruellement besoin. Walter n'a plus de balle et cette fois, il n'est pas sûr de survivre. Cette fois, il sent que c'est la fin. Les cris se rapprochent, les crocs aussi, et les griffes, surtout. Une patte déchire sa chaire en même temps que sa chemise couverte de crasse et c'est un hurlement de douleur qui s'empare de la nuit. La nuit... Ou le jour... ? Walter ne sait plus, et Walter n'a pas le temps de se concentrer sur des choses aussi futiles. Il doit courir. Courir et trouver une issue, n'importe où, n'importe comment. Il doit fuir. Il doit fuir, parce qu'au delà de ce cauchemar, des gens l'attendent. Il doit fuir, parce que quelque part, quelqu'un espère son retour. Et il est hors de question qu'il brise cet espoir. À sa droite, un nouveau coup trouve sa cible. Sa jambe plie sous l'impact et Walter manque de s'écrouler. Il continue pourtant à avancer et s'engouffre, se jette dans le commissariat tribunal où il travaillait, avant. Avant... Avant quoi ? L'Enfer ? Le purgatoire ? Un autre monde ? Walter ne sait pas vraiment, ne comprend pas non plus mais ne veut pas risquer la mort. Il pensait ne pas mériter pareil avenir, mais quelqu'un, quelque part, en a décidé autrement. Il referme derrière lui les lourdes portes en bois et les bloque à l'aide de la première chose qui passe. Un balai. C'est un foutu balai qui le maintient en vie contre des monstres assoiffés de sang. Il sait. Il sait comment vient la mort, lorsqu'ils attrapent leur proie. Il ne connaît que trop bien les hurlements, les pleurs, les suppliques et l'odeur récurrente du sang qui coule. Il connaît les craquements des os sous les crocs des créatures et les craint au point d'en rêver lors de ses rares périodes de sommeil. La seule chose qui le terrorise plus encore que cela, c'est l'idée que ce qu'il a vu en arrivant ici soit vrai. Mais pour lever ce doute, il est nécessaire qu'il survive. Et pour ça... Walter arrache sa chemise, protection bien trop maigre contre les griffes et les crocs des créatures, et s'en sert de bandage. Mourir d'une exsanguination vaudrait peut être mieux, mais ce serait abandonner. Et Walter n'abandonne jamais. Un soupir quitte ses lèvres lorsqu'il se redresse. Il ne lui reste plus qu'à-...

Crac.

Le bruit du balai qui cède sous les assauts subis fait sursauter le jeune homme. Les monstres sont entrés. Les monstres sont entrés et Walter doit courir. Il les entend. Il les voit. Dans la pénombre alentours, leurs cris résonnent plus fort. Un coup d’œil à l'extérieur lui fait rencontrer la brume, cette brume qui se lève parfois pour dévorer les rues de cette ville infernale.

Un nouveau coup l'atteint, cette fois-ci dans le dos. Walter manque à nouveau la chute et s'élance, les monstres sur ses talons. Dans un espace clos, il sait que ses chances de survie avoisinent le zéro absolu. Dans un espace clos, il se sait condamné. Alors Walter s'élance dans la brume, cette même brume qui lui a valu déjà plusieurs cicatrices. Il entend les cris, les rires, la peur qui résonne autour de lui. Il entend les pas et soudain, le monde s'éclaire pour mieux l'aveugler. Il a tout juste le temps de voir la silhouette se jeter sur lui.

Alors, Walter sort son arme et tire.

« AAAAAH ! »

Seul le doux cliquetis d'un pistolet vide lui répond. Mais cette fois, le cri est différent. Cette fois, le cri n'a rien d'animal. Cette fois, le cri est humain. Et alors que ses yeux s'habituent à ce trop plein de lumière, alors que le hurlement de peur remplit son esprit, Walter oublie et tombe à genoux. Couvert de terre, couvert de sang, couvert de bave, Walter halète. Lorsqu'il relève les yeux, c'est un visage humain qu'il rencontre. Alors, la brume revient et ce sont ses souvenirs qu'elle emporte. Alors, Walter oublie.

« Q-Qu'est-ce que je fais là... ? »

La seule chose que la brume lui laisse, c'est l'image dérangeante d'un tribunal infernal. C'était il y a deux ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Ven 10 Nov - 11:29

« Laurie, c’est bon ! Laisse-moi ici ! »
« Je te préviens tu… »
« Laurie. C’est bon. »


La voix était ferme, un brin exaspérée, le regard noir. Le conducteur soutient un bref instant cet échange électrique avant de déverrouiller la portière, détournant son visage avant d’inspecter presque discrètement Rita quitter le véhicule sans adresser le moindre au revoir aux passagers. Lawrence s’empêcha de la suivre plus longtemps, se focalisant sur un point imaginaire devant lui, martelant nerveusement le volant de sa vieille voiture avec son index, préoccupé mais incapable de mettre des mots sur les motifs de sa gêne. À côté de lui, Marlon restait silencieux.

Qu’allait-il advenir de leur belle complicité ? Rita finirait elle par s’éloigner tout à fait de lui, de le considérer avec embarras et de trouver honteux qu’ils soient aperçus ensemble ? Cette perspective l’effrayait mais il ne pouvait l’empêcher de grandir. Dépassé par l’évolution de sa petite sœur, Laurie jouait de plus en plus maladroitement son rôle, témoin impuissant et catastrophé qui ne comprenait définitivement rien aux jeunes adolescentes. On l’avait tenu de garder un œil sur elle ce soir malgré les protestations de la petite brune. Catégorique, Madame Thompson avait pointé du doigt un article imaginaire en martelant qu’un tueur était en liberté, que des parents à Aster Cove pleurait leur fille et qu’elle se moquait donc bien des revendications puériles de Rita. Lawrence l’emmènerait dans l’artère principale en voiture et elle ne disposerait que d’une heure pour faire le tour du quartier avec ses amis, fin de la discussion. Initialement, il aurait dû les suivre mais, dans l’espoir de marquer des points et que sa sœur ait un minimum d’estime pour lui à la fin de la soirée, il lui avait annoncé une fois qu’elle avait accroché rageusement sa ceinture qu’il ne quitterait pas le véhicule si c'est ce qu'elle souhaitait et qu’il la laisserait profiter d’Halloween si elle se tenait aux autres recommandations imposées par leur mère. Elle l’avait remercié à voix basse et sans plus d’effusion, Laurie était allée chercher Marlon avant de déposer la plus jeune dans la rue la plus animée du quartier.

Ils en étaient là, son meilleur ami et lui, assis dans sa voiture cabossée alors que s’échappait avec plus ou moins de succès du vieux poste radio un titre rock désuet des année soixante qui cadrait mal avec ce qu’ils pouvaient observer à travers le par brise. Se laissant aller, Laurie s’enfonça dans le fauteuil, mâchouillant la paille du soda qu’il avait acheté sur la route, le cœur trop lourd pour prendre la parole le premier.

Peut-être qu’ils devaient sortir finalement, que rester enfermer là pendant une heure n’était pas spécialement une bonne idée. Il n’avait pas pris le soin de se déguiser, du moins, il n’avait pas poussé l’effort plus loin qu’une veste en cuir noir - impossible de determiner s'il avait voulu imiter Elvis, Brando ou Danny Zuko - un chouilla trop large pour lui dans laquelle il avait espéré un bref instant faire effet mais qu’il portait finalement plutôt mal selon lui. Et alors qu’il songeait avec une certaine amertume au fait que tous les ans se présentait le même scénario, un cri déchirant de femme résonna dans la nuit. Près, beaucoup trop près de leur véhicule. Laurie manqua de s’étouffer avec son soda lorsque les phares de sa voiture dévoilèrent deux silhouettes à quelques mètres d’eux et il reprit à peine son souffle lorsqu’il reconnu le visage de celui qui se tenait non loin, une arme à la main. Un cousin lointain qui faisait parti des victimes de l'année quatre vingt deux.

« Oh bordel, Marlon, regarde. C'est Walter Bishop. »

Articula-t-il avec difficulté alors qu'il écrasait nerveusement entre ses doigts son verre de soda en plastique qui mençaiat de déborder d'un moment à l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Ven 10 Nov - 14:32

THIS IS HALLOWEEN
EVENT
Putain Aaron, j'ai failli me casser la gueule avec tes conneries ! Tu veux pas ranger tes affaires à la fin, sans déconner ! Sa soeur hurle, ou plutôt beugle, venant de se prendre les pieds dans le dédale infernale de vêtements et d'objets en tout genre qui constitue le sol et la chambre de son frère. Celui-ci se contente de lever les yeux au ciel, ne prenant même pas la peine de considérer les propos de sa soeur. Mais qu'est-ce tu fous dans ma chambre déjà ? Rosie et sa façon de toujours venir fourrer son nez là où ça ne la regarde pas. Aaron aurait préféré qu'elle reste à Chicago et se contente de l'appeler trois fois par mois. Là, au moins, il était certain d'être tranquille. Sauf qu'elle était revenue à Aster Cove et, par conséquent, ils se doivent de nouveau de partager le même toit. Of fucking course. Avec son salaire, elle pourrait tout à fait se trouver un appartement. Mais non, il faut qu'elle vienne l'emmerder ! Je me souviens pas être jamais entré dans TA chambre, alors pourquoi tu t'obstines à venir t'incruster dans la mienne comme un parasite ?! Sa soeur lui lance un regard incendiaire pour seul réponse, ramassant un de ses pantalons du sol de manière suspicieuse, comme si celui-ci s'apprêtait à l'étrangler à tout moment. T'as pas vu mon walkman ? Son... non mais elle est sérieuse là ? Rosie, la fille la plus ordonnée et la plus organisée de toute la planète -sans doute même de l'univers- a perdu son walkman. Ha, c'est la meilleure celle-là ! Surtout qu'elle vienne l'interrompre en plein préparatifs pour Halloween. The audacity... Non, t'as du le laisser chez Maria. Maintenant fous-moi la paix, j'suis occupé ! Aaron la chasse dehors avant de lui claquer la porte au nez. Qu'elle cesse de venir l'interrompre, fichtre. Elle a pas un costume à enfiler elle aussi ?!

Han Solo. Aaron a toujours accordé une importance phénoménale à Halloween. Comme toute personne sensée et raisonnée qui se respecte. Et cela lui permet de faire ressortir ce côté geek et nerd qu'il garde secret -ou du moins, beaucoup moins exubérant- le reste de l'année. Et, au fond, quel type n'a jamais fantasmé sur la princesse Leia ?

Ses parents n'ont pas vraiment voulu que sa soeur et lui sortent célébrer cette année, entre le nombre de disparitions alarmantes, et le meurtre récent de la jeune Pike, tous les habitants sont sur les nerfs, aux aguets du moindre danger. Comme si Halloween réveillait toutes leurs peurs soudainement. Aaron soupire. S'il y a bien une soirée dans l'année où personne ne risque quoique ce soit, c'est bien celle-là, quand la moitié de la ville arpente les rues - en quête de friandises pour les plus jeunes, et d'alcool pour les plus vieux. Certes, le danger est omniprésent, même les jours de fête, et personne n'est à l'abri d'un incident. L'esprit paranoïaque d'Aaron s'imagine déjà tout un tas de scénario dans lesquels Halloween peut s'avérer un véritable désastre apocalyptique. Mais rien que le temps d'une soirée, il aimerait bien pouvoir penser à autre chose, et s'imaginer que les seuls monstres qui rôdent dans le coin, ce sont les habitants costumés de la ville. Et, dans son costume, il n'ira sûrement pas combattre le mal grâce à la Force, mais ça le rassurera sûrement plus que ses habits de tous les jours, dans une Aster Cove toute aussi bondée, mais beaucoup plus paniquée.

Aaron vogue de porte en porte, porté par une nostalgie enfantine qu'il n'aurait jamais cru éprouvé un jour. Il n'était pas si vieux que ça, tout de même ! Lui qui s'extasie toujours autant devant des friandises en forme de fantôme et de citrouille. Qui a dit que l'âge adulte devait forcément signifier devenir blasé de la vie ? Il continue ainsi sa lancée, aussi excité que les gamins qu'il voit proliférer sur le seuil de résidents à la fois excédé, et souriant. Comme si cette routine annuel ne suffisait pas à les rendre plus aimable. Quelques gamins qui croisent son chemin sont en admiration devant son costume, bien que ceux-ci préfèrent apprécier la version sabre laser de Luke qui se promène non loin de là. Ah, les jeunes. Une maison quelques mètres plus loin déverse de la musique à s'en ruiner les tympans, et il se souvient avec difficulté que la maison en question appartient à un de ses anciens camarades de classe. Bien qu'il lui soit impossible de se rappeler du nom dudit camarade. Dans son périple friandises, frissons, et sortilèges tel l'enfant qu'il est réellement, son regard finit par tomber sur River. Ses yeux s'écarquillent et il manque de tomber à la renverse devant une telle vue. Ses cousins l'ont laissé sortir ainsi ? Ou bien s'est-elle tout simplement enfui de la pression familiale pour se balader ainsi dans une tenue aussi courte ? Aaron penche plutôt pour la seconde option - non pas qu'il aille s'en plaindre, loin de là. Il est très heureux d'un tel costume, planté là comme un idiot en chaleur à admirer la vue. Princesse Leia ? C'est qui celle-là ? Jamais entendu parler.

Aaron parvient à sortir de ses rêveries loin d'être catholiques, pour se focaliser de nouveau à la scène devant lui, ce qui s'avère des plus difficiles. Il aperçoit Ange en pleine discussion avec River, et un sourire se dessine sur ses lèvres. Il est heureux de voir que les deux jeunes filles s'entendent bien, bien qu'il eut été surpris de les voir ensemble en premier lieu. Une surprise positive toutefois, non pas comme tous ces autres coincés qui les dévisagent sans cesse d'un regard accusateur, comme si leur amitié -leur propre existence- venait les déranger dans leur bulle hermétique et illusoire. Bande de rabats-joie !

Bonsoir mesdemoiselles. Vous êtes toutes en beauté en cette folle soirée.

Non, Aaron ne manquait définitivement jamais une occasion pour flirter. C'est ainsi. Son regard croise celui de River et, comme à l'accoutumée, c'est électrique, presque physique - cette attirance qui semble les unir, tous les deux. Ainsi dans son costume, entouré par des gosses piaillant de tous les côtés, et par l'humeur festive qui règne, il ne craint pas le courroux du reste du clan O'Leary. Enfin, du moins, sous couvert d'anonymat. Et si ses yeux ne lui jouent pas de tours, aucun O'Leary en vue. C'est une bonne chose.

Y'a une fête pas très loin. Si jamais ça vous dit.

L'occasion d'oublier l'espace d'une soirée à quel point tout fout le camp, et à quel point la peur semble s'être emparé de la ville. De boire, et plus si affinités. Non pas que la tenue frivole de River y soit pour quelque chose dans un tel raisonnement. Absolument pas.

Enfin, ça, c'était avant qu'un hurlement déchire la nuit, et que Aaron manque de se dévisser le cou à se retourner aussi vivement. Un cri humain -non pas que ça le rassure en quoi que ce soit- et qui provient pas de très loin, d'ailleurs.

C'était quoi ça ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 210
Emploi : Lycéenne
Sur ton walkman : Lionel Richie - All night long
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Dim 12 Nov - 22:16

M’éloigner de Braden avait été plus facile que ce que j’espérais. Pour une fois, sa popularité grandissante lui avait desservi. Entouré de sa cour, il m’avait momentanément oubliée. Du temps qu’il se souvienne de ses devoirs, je serais déjà hors de vue. Il allait sans doute s’en vouloir et se flageller mentalement mais, je n’étais pas d’humeur charitable ce soir. Sa scène de mère poule de tout à l’heure m’avait trop agacé. A peine une dizaine de mètres plus loin, je sens des mains s’agripper à mes épaules et alors que je m’apprête à lâcher un cri strident, je reconnais la voix d’Ange. Soufflant de soulagement, mes épaules se décontracte et je me tourne vers elle avec le sourire. Un sourire qui ne fait que s’accentuer devant sa réplique. Décidemment, j’adorais cette fille. Peu importe ce qu’Aster Cove pouvait bien penser de cela.

« Absolument pas. Et puis, c’est Halloween, vu le nombre de fête au kilomètre carré, je trouverai bien un peu d’alcool pour me réchauffer. »

J’avais dit ça sur le ton de la plaisanterie mais, il est vrai qu’à nos âges, la chasse aux bonbons n’était que très accessoire. Attrapant Ange par le bras, je l’entrainais un peu plus loin de façon à être hors de vue de mon cher cousin tout en chantonnant gaiement All That Jazz. J’ai toujours aimé chanter et, sans fausse modestie, je me débrouillais plus que bien. Pourtant, hormis à la chorale de l’Eglise je n’étais pas autorisée à le montrer. Mon père n’avait jamais su pour les VHS et les cassettes de toutes les comédies musicales de Broadway que je cachais sous mon lit. Tout comme je n’étais pas au courant pour les monstres qui hantaient son esprit. Je m’interromps en apercevant un drôle de fantôme se diriger vers nous. Elle n’a pas l’air d’être du coin. Enfin, en tout cas je ne la reconnais pas ainsi fardée. Je ne me rends même pas compte de son regard insistant sur mes formes. Je me contente d’un « Bonsoir » enjoué. Regardant avec intérêt l’échange entre Ange et l’inconnue. Et d’un seul coup… je le sens. Ce drôle de picotement. Cette espèce d’instinct animal un peu flippant qui me fait dire qu’il est dans les parages. Aaron. Je me tourne légèrement pour le voir arriver. A croire que j’étais devenue une boussole qui pointait dans sa direction. A quel moment exactement est-ce que c’était arrivé ? A croire que tout ce magnétisme entre nous m’avait totalement détraquée. Un sourire se dessine à nouveaux devant ses paroles de beau parleur. Il avait toujours été charmant et il le savait.

« Tu n’es pas mal non plus. Han Solo, hm ? »

Tout cela me ramenait quelques semaines en arrières tandis que des images souvenirs flashaient dans mon esprit. Une borne d’arcade et une banquette arrière. Et, soudainement, je n’avais plus besoin de whisky pour me tenir chaud. Sourire. Electricité statique. Nous étions décidément incapables de nous tenir même en public. Mon ancien Maître jedi devenu pilote de vaisseau nous proposa ensuite d’aller à une fête. « Pourquoi pas » Je me tournais vers Ange, levant un sourcil interrogateur. « Partante ? »

Soudain, un cri perçant de douleur et de désespoir déchire la ville. Et si je reconnais les sentiments contenus dans ce son, c’est parce que  j’en ai poussé un assez semblable en apprenant ce qui était arrivé à mon père. Et celui-ci est encore plus déchirant. Alors, je ne peux retenir un frisson tout en me rapprochant par d’Aaron en un réflexe primitif de recherche de protection. Alors qu’il s’interroge sur le bruit. Je réponds, d’une voix mal assurée.

« Un cri. Humain. Enfin je crois. »

Reprenant mes esprits, mon regard passa un à un sur mes compagnons.

« Est-ce qu’on ne devrait pas aller voir ce qu’il se passe ? Ou chercher quelqu’un ? »

En fait je n’en sais fichtre rien. Avec un peu de chance, Braden aura également entendu le cri et ira chercher son père. Il travaillait pour le shérif d’Aster Cove après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 683
Emploi : DJ sur Radio Aster Cove.
Sur ton walkman : The Smiths - Panic.
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Lun 13 Nov - 17:10


Je voyais presque l'endroit où le quartier s'arrêtait, au loin. Mais bien sûr, je n'allais pas l'atteindre tout de suite. Alors que ma tête était partie complètement ailleurs de la mascarade d'Halloween, je tombais nez à nez avec quelqu'un. En vérité, j'ai carrément failli lui marcher dessus. C'était un jeune homme, et son visage me disait quelque chose, mais... Wow, il était mal en point. Il était sale et plein de sang... Ce n'était pas un déguisement, tout de même ? Non... ça avait l'air bien trop réel. Mais... c'était un de ceux qui avait disparu ! Walter quelque chose... C'était ce que j'étais en train de me dire pendant qu'il tendit son bras vers moi. Son bras armé. Il... il était en train de pointer un flingue sur moi ! Le temps que je réagisse, tout ce que je pus faire, c'était de protéger ma tête avec mon avant bras. Et de crier.

« AAAAAH ! ça venait d'un endroit bien trop profond de moi-même pour que je puisse en contrôler le volume. Et c'était fort, même si le masque avait étouffé un peu de son. Je l'avais senti vibrer contre mon visage.

*Click!*

Je sentais rien... Il se passait quoi ? Mes jambes tremblaient encore, et mon cœur battait tellement fort, j'avais l'impression qu'il allait sortir de ma poitrine et me quitter pour cause de trop de sensations fortes, merci, ciao. Oh putain. Je rouvris les yeux, enfin. J'étais vivante, mon Dieu, putain ! C'était quoi ce délire ?! Je finis par faire retomber mon bras, et le marteau avec. Au diable ce truc, c'était vraiment la pire idée de la terre. J'avais mal aussi. Quand je relevai la manche, je constatai qu'en me bloquant dans cette position, ce fils de brute m'avait entaillé la peau. C'était possible, ça ?!

- Rah merde, je suis con. chuchotai-je en essuyant le peu de sang qu'il y avait, alors que je n'avais pas trop eu le choix de réagir comme ça, de toute manière.

Enfin, c'était rien du tout comparé à ce que j'avais devant moi. Il y avait beaucoup plus de sang sur le pauvre gars qui finit par tomber à genoux. Et puis... il avait tenté de me tuer. J'en tremblais encore, et je sentais que j'avais du mal à respirer. Ce foutu masque. Je finis par l'enlever, le laissant pendre à mon cou et retirant ma capuche. Quoi, ce déguisement était si moche que quelqu'un avait tenté de m'assassiner ? Ou... C'était un de ceux qui avait disparu... J'ai dû lui faire peur avec ce truc. Peut-être que les extraterrestres qui l'ont enlevé ressemblaient aux ours en peluche de Star Wars, après tout... Le pauvre, il était vraiment dans un sale état... Mais le premier réflexe qui me vint fut de lui enlever son arme.

- Putain, c'est un vrai flingue ! m'exclamai-je en le regardant dans mes mains, comme pour me rendre compte que j'avais vraiment failli y laisser ma peau. Mon estomac se retourna un peu.

- Q-Qu'est-ce que je fais là... ?

Il venait de parler... Mince, il avait vraiment l'air perdu... Il avait vraiment dû me confondre avec... ce dont il avait été victime... je suppose. Je finis par vite jeter le pistolet dans l'herbe à côté de moi. Pas le temps pour ces conneries. Je me mis à genoux pour être en face de lui et mis mes mains sur ses épaules. J'avais beaucoup trop d'adrénaline en un seul moment, mais tout ce que je craignais maintenant c'était qu'il me tombe inconscient aux pieds. Je commençais à comprendre que ce n'était pas une tentative de meurtre complètement gratuite.

- Hey ! Hey. Tu peux m'entendre ? Comment tu te sens ? Ça va aller. »

Je croyais à peine que j'étais en train de rassurer celui qui avait tenté de me flanquer une balle entre les deux yeux il y a à peine une minute. Mais j'étais tombée sur un des disparus... D'où revenait-il ? Je me retenais de lui poser mille questions qui l'étoufferaient encore plus. S'il pouvait me dire d'où il venait comme ça... Enfin, s'il le savait... En tout cas, le quartier allait avoir besoin d'une ambulance, ce soir. Ça faisait bizarre de savoir d'avance les titres du journal de demain.

_________________

AND I'M HEAD OVER HEELS
ANAPHORE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 153
Emploi : Assistant du shérif
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Lun 13 Nov - 18:34

Le pistolet quitte ses mains sans qu'il ne comprenne pourquoi, ni comment. Il sent le poids de l'arme quitter ses bras, tire faiblement pour l'empêcher de filer, murmure d'une voix inaudible qu'il ne doit pas la perdre, jamais, qu'il faut qu'il la conserve, mais ne peut lutter contre les doigts qui s'en saisissent. Le cri était humain, et Walter ne connecte pas. Serait-ce quelqu'un d'autre ? Y aurait-il une nouvelle disparue dans l'univers infernal où il vit désormais ? Où ils vivent désormais. Ses yeux se relèvent, croisent un masque bestial qui ne concorde pas avec la voix entendue précédemment. Il observe, cherche, creuse à la recherche du piège qui n'existe pas. Son souffle est haletant et s'il tendait l'oreille, il est certain qu'il entendrait battre à cent à l'heure le cœur de sa presque victime. Quelque chose ne va pas. Si Walter ne saisit pas vraiment quoi, il sait que ce n'est pas logique. Les chiens, les monstres, rien ne vient pour les tuer et aucun hurlement ne retentit pour alerter la meute. Quelque chose ne va pas. Si le ciel est noir, les lumières sont trop vives, la luminosité trop intense. Si le ciel est noir, il n'a plus rien d'un cauchemar. Se pourrait-il que... ?

« Putain, c'est un vrai flingue ! »

Les paroles qui brisent les airs sans crainte d'être entendues achèvent de le convaincre. Il est rentré.

« Q-Qu'est-ce que je fais là... ? »

Sa voix est faible, sans doute à cause de tout le sang qui coule tranquillement sur le sol tandis que redescend l'adrénaline. Progressivement, celle qui n'avait jamais plus quitté ses veines depuis deux longues années goutte en dehors de son corps et lui murmure une réalité rassurante, qui dénoue un peu de ses muscles. Pas longtemps. Son regard s'affole et ses yeux fouillent la foule qui se forme tranquillement autour d'eux à la recherche d'un visage unique. En vain.

« Non... Non, non, non... »

Les mots sortent presque naturellement et hurlent, hurlent une angoisse qu'il voudrait voir disparaître. Georgie. Il ne voit pas Georgie. Et si Georgie n'est pas là...

« O-où est Georgie... ? »

Ses iris rencontrent ceux de la jeune femme qu'il croit vaguement reconnaître derrière le brouillard de son esprit. Ses idées s'enfuient à mesure qu'il cherche à les retenir et son esprit se brouille un peu plus à mesure que son cerveau réclame le précieux liquide qui s'échappe de son corps. Les mains de la demoiselle trouvent ses épaules, comme pour l'ancrer dans une réalité que tout le pousse à fuir. L'idée d'avoir abandonné le gamin dans les enfers lui serre le cœur et le révolte. Il secoue la tête, cette tête qui se perd et qui efface, il le sent, efface les choses vécues qui déjà lui semblent trop lointaines. Il cherche. Il cherche à rattraper les souvenirs qui s'évadent loin de lui. Il cherche à rattraper les prénoms, les événements, les années.

« O-où est Georgie... ? I-il est reven-... ? »

Mais sa voix est faible et le doux visage du jeune adolescent disparaît à son tour. C'est d'abord les détails, qui s'enfuient. Puis c'est au tour de son sourire, ce sourire presque trop reconnaissant que lui adressait Georgie depuis le tout début. Enfin, c'est au tour du regard. La dernière image qu'il a de lui est celle d'un enfant terrorisé à l'idée de se faire dévorer.

« Hey ! Hey. Tu peux m'entendre ? Comment tu te sens ? Ça va aller. »

C'est la voix de sa presque victime qui finit par tout effacer. De ces deux ans d'existence, il ne lui reste qu'une image, un cauchemar, récurrent, et ces blessures dont il ne connaît plus la cause. De ces deux ans d'existence, Walter oublie tout, les scelle dans un monde n'appartenant qu'à la nuit et qui reviendra le hanter dès que l'occasion se présentera. De ces deux ans d'existence, Walter n'a plus conscience de rien.

« J-je... »

Les mots se perdent dans sa bouche et un temps, les forment s'envolent. Les étoiles caressent ses joues et le retour à ce monde qu'il quitte déjà se fait difficile. Ses yeux se baissent, rencontrent trop de rouge. Bien trop de rouge. Faiblement, il se libère des mains de la jeune femme. Péniblement, il arrache un nouveau morceau de chemise. Inutilement, il cherche à panser des plaies trop profondes.

« J-j'ai besoin d-de... »

Les idées tourbillonnent et sa bouche lui semble pâteuse. Articuler est un effort qu'il peine à fournir. Articuler est un effort qu'il n'est pas certain de vouloir fournir. Articuler est un effort qu'il ne peut plus fournir.

« J-j'dois r'coudr'... J-je... »

Les formes se floutent, les visages se changent en couleur et tout devient brusquement noir.

« M-mon 'stolet... »

Sont les derniers mots qu'il prononce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Mar 14 Nov - 22:26

Les pneus crissent dans la nuit noir, un far vient illuminer le bitume taché devant le péron sale de la station essence. Marlon attendait là, sirotant un coca le nez plongé dans une aventure du Docteur Strange dont le monde semble bien plus coloré que le sien bien qu'il soit fictif. Il met un temps avant de reconnaître la voiture aux couleurs passées de son meilleur ami et cligne des yeux comme un chiot sorti du ventre de sa mère. Parfois il est un peu lent Marlon, lent et nigaud c'est ce que dit son oncle, le nouveau riche de lui, il ne savait pas que le jeune homme était dans la pièce adjacente, alors Marlon se dit que ce doit être vrai, ce que disent les gens dans votre dos ont toujours plus une part de vérité que ce qu'ils vous disent en fasse, du moins à leurs yeux.
Lent et maladroit plutôt, c'est ce que dise les filles quand elles viennent à la station avec leurs chevrolets rutilantes, elles sont jolies les filles riches d'ici, elles exposent leurs corps dans des tenues moulantes à paillettes, alors Marlon les regarde et puis il fait couler un peu d'essence par terre, il les aimes bien et en même temps il les détestent, parce qu'elles ont toutes ce rire un peu niais qui leur fait retrousser le nez comme des petits cochons.
Le Sheffield monte sur le siège passager, fait une acolade à son bro qui a dégainé une toute nouvelle veste et esquisse un mouvement vers Rita pour lui ébouriffer les cheveux, comme il faisait avant, mais la jeune adolescente l'esquive avec un soupir agacé, elle a grandit trop vite cette petite … Marlon pense un instant à Candy et se demande ce qu'elle peut bien faire elle ce soir, nul doute qu'elle n'a pas autant d'amis que Rita et qu'elle va certainement faire le tour des maisons seules, voir pas du tout.
La voiture redémarre, direction la ruelle la plus animée de la ville, les indications de Laurie à sa petite sœurs sont précises mais peu écoutées, Marlon laisse un sourire en coin poindre sur ses lèvres tout en haussant les épaules en direction de son meilleur ami. Lui n'a fait aucun effort vestimentaire, toujours le même pull vert défraîchit et ce même jean passé trop souvent dans la machine. Laurie n'a pas l'air d'avoir envie de parler, ce n'est pas grave, cela leur arrive. Alors Marlon ressort son comics et continu son histoire.
Il est question d'une nouvelle faille dans l'espace temps et d'un …

« Oh bordel, Marlon, regarde. C'est Walter Bishop. »

Marlon sursaute et sert un peu plus fort les pages de son livre dans ses mains. Il a à peine le temps de relever les yeux que déjà un léger mouvement de panique se crée autour de l'apparition. Ça ne peut pas être possible on ne peut pas apparaître comme ça de nul part, à moins que … Le Sheffield pose un regard sur son comics, puis de nouveau sur la route, puis sur son comics, puis sur la route, répétant ce geste avec une lenteur et un air désabusé de gamin perdu.
A côté de lui il sent bien que Laurie est dans un tout au état et pour une raison ou une autre Marlon se met à paniquer.

« Mais … »

C'est tout ce qu'il arrive tant qu'il voit le corps du Bishop se mouvoir au milieu d'une foule qui commence à s'amonceler petit à petit autour de lui. La voiture de Laurie est quasiment au pied de la scène, Marlon a peine à y croire et regarde Laurie cherchant désespérément à ce que son ami dise quelque chose, quelque chose de constructif.

« Tu crois qu'ils … qu'ils l'ont … libéré ? »

Qui sont ses « ils »et libérés de quoi, lui même ne le sait pas, tout un tas de théories allaient et venaient sur la situation et les disparitions et suite à ce qui leur était arrivé dans la foret, les deux jeunes hommes avaient eux-mêmes fomenter leurs propres hypothèses souvent épaulés par les histoires quelque peu loufoques du vieux Bert.
Ce qu'il se passait ici était soit une farce soit tout à fait incroyable, mais surtout … Pourquoi cela arrivait-il comme de par hasard le soir d'Halloween ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 683
Emploi : DJ sur Radio Aster Cove.
Sur ton walkman : The Smiths - Panic.
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Mer 15 Nov - 0:12


Les yeux du pauvre Walter étaient en train de s'animer, comme s'il essayait de chercher quelque chose. Du sens ? C'est précisément ce dont j'avais besoin, moi aussi. Tout ce qu'il arrivait à dire, c'était le nom de Georgie. Georgie... si ma mémoire était bonne, il avait disparu lui aussi... Mais sur le coup, je ne comprenais pas trop. Déjà je n'avais même pas compris qu'il prononçait le nom du pauvre gamin. Et puis... je ne pouvais pas lui répondre. Je ne me souvenais absolument pas de ce qu'il lui était arrivé. Je n'étais même pas sûre de la personne ! Alors qu'il s'obstinait à vouloir savoir où était ce Georgie, je ne pus que froncer les sourcils. La réflexion et l'impuissance, ça passe dans les sourcils. Ne pouvant rien lui dire, j'ouvris la bouche mais rien ne sortit. J'étais tellement confuse par tout ce qu'il venait de se passer... Je pense qu'un avion de chasse s'écrasant sur la route ne m'aurait même plus surprise.

Puis Walter se mit à déblatérer des bribes de mots qui témoignaient de son faible état. Oh oh. C'était pas bon ça... Je ne comprenais plus rien de ce qu'il disait. Il se détacha de mes mains pour essayer de se soigner. Putain... y'avait vraiment beaucoup de sang... J'aurais dû l'empêcher de bouger, j'aurais dû, mais c'est moi qui restais paralysée. Je le regardais avec de grands yeux effrayés, n'osant rien faire de pire... J'avais l'impression de voir un steak en lambeaux. Si je le touchais et qu'il se détachait, je m'en voudrais toute ma vie.
Puis il ferma les yeux. Non. NON ! Merde !! Je commençai à paniquer au moment où il retomba sur le trottoir.

« Non, reste avec moi ! Reste avec moi ! Oh mon dieu, merde, non !!

Je m'étais à peine rendue compte qu'une petite foule avait commencé à s'agglutiner autour de nous. Qu'est-ce qu'ils faisaient plantés là ?! Bon, ils n'avaient pas forcément tort, l'étouffer n'était pas une meilleure idée mais p'tain... Il venait de s'évanouir !! Enfin, j'espérais... J'espérais sincèrement qu'il ne venait que de s'évanouir. Même si la panique dans ma tête me disait le contraire. Toujours accroupie au sol, je me retournai vers les visages derrière moi sans en reconnaître aucun, trop obnubilée par l'homme qui allait bientôt se retrouver dans une mare de sang.

- UNE AMBULANCE !! QUE QUELQU'UN APPELLE UNE AMBULANCE, VITE !!

J'aurais voulu le faire moi-même, mais j'étais coincée par la petite foule. Quelqu'un libre de ses mouvements dans le fond pourrait atteindre la maison la plus proche. Il avait eu de la chance de tomber dans une rue résidentielle bondée... Mais personnellement, je ne m'adonnais pas à des pensées bien optimistes. La survie du disparu retrouvé était tout ce qui m'importait, sans compter qu'il avait perdu connaissance devant moi, après m'avoir fait vivre la plus grande peur de ma vie. Je m'en souviendrais de cet Halloween... Et voir le visage inanimé du pauvre gars me flanquait... les boules. Est-ce qu'il était déjà mort ? Je pressai mes mains sur ma bouche. Des larmes commençaient à couler malgré moi. Putain... abandonne pas maintenant... Qu'est-ce que je vais faire si tu meurs devant moi, comme ça ? Dans tout ce sang... J'arrivais pas à détacher mes yeux de lui, en priant pour que ce ne soit pas un cadavre.

- Merde, merde, merde, merde... » marmonnais-je, tendue comme jamais dans ma vague de panique après avoir transformé mes mains en poings contre mon menton.

J'allais pas rire devant du faux sang avant longtemps...

_________________

AND I'M HEAD OVER HEELS
ANAPHORE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 153
Emploi : Assistant du shérif
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Mer 15 Nov - 16:19

La souffrance est un océan dans lequel je me noie. La douleur, omniprésente, broie mon cœur et le déchire, voit mon courage et l'aspire. Tout autour de moi est noir et le noir est un refuge que je préfère à la vie, à l'horreur, à la peur et au désespoir. L'obscurité m'absorbe et m'éloigne lentement d'un monde que je viens pourtant de retrouver. Tout autour de moi est noir. Tout autour de moi est noir. Tout autour de moi est noir...

« Non, reste avec moi ! Reste avec moi ! Oh mon dieu, merde, non !! »

Soudain, une voix. Féminine. Étrangère. Lointaine. Soudain, ce murmure. Sorti d'une lumière aveuglante, de cette réalité pénible à laquelle je ne veux pas revenir. Un peu de gris s'immisce dans mon repère, illumine timidement les environs. Je lutte pour l'inconscience. Mon corps est un océan de douleur, et j'ai froid. J'ai froid. Partout, jusque dans les os. C'est la première fois, que j'ai froid dans les os. Je ne pense même pas que ce soit possible. Evie se serait moquée de moi, si elle avait été là.

Un éclair traverse mes ténèbres et y illumine un visage entouré de boucles rousses. Deux yeux rieurs me regardent et me jugent un peu. Rien de méchant, rien que du rire. Des éclats de rire en cascade, qui résonnent brusquement dans mon esprit à la manière d'une mélodie. Mon corps, gelé, me semble flotter mais s'ancre un peu à l'écoute de ces sons mystérieux que j'ai l'impression de n'avoir plus entendu depuis une éternité. Le rire s'accentue, encore et encore, jusqu'à occuper tout l'espace. À chaque fois que je l'entends rebondir, un nouvel éclair se lance à l'assaut de la nuit et la déchire. À chaque fois qu'elle impose sa présence, ma furie rousse me ramène à la réalité. La douleur, qui était brusquement devenue absente, revient à moi avec la force d'un bulldozer. Je ne sais pas à quel point cet engin peut faire mal. Je sais juste que je souffre à en crever. C'est comme ça que j'imagine le passage de ce truc, et je n'ai honnêtement pas envie de pousser plus loin une réflexion qui me fuit. Si la lumière mord ma nuit pour mieux me la voler, la douleur suit le parcours inverse et revient un peu plus forte à chacune des secondes qui s'écoulent, secondes qui ressemblent à s'y méprendre à des heures. Des heures qui s'égrènent, des heures qui suppurent, des heures aux allures d'éternité. On souffre toujours trop longtemps.

« UNE AMBULANCE !! QUE QUELQU'UN APPELLE UNE AMBULANCE, VITE !! »

Un gémissement s'écoule de mes lèvres à la manière du liquide vital qui commence à drastiquement me manquer. Mes yeux papillonnent, portés par un sourire imaginaire que je voudrais revoir rien qu'une fois. Tout est flou. Tout bouge et tout remue. Les formes tournent sur elles-mêmes et ne permettent pas à mon regard de se fixer dessus. Bien que revenu, je suis interdit de séjour parmi eux.

« Merde, merde, merde, merde... »

Des cheveux blonds. Je crois reconnaître une masse de cheveux blonds et deux mains. Je tente de remuer, d'accrocher le bras de cette personne pour m'ancrer dans ce monde qui me fuit mais aucun de mes mouvements ne parvient à l'atteindre. En fait, je ne bouge pas. Je crois même ne pas respirer. La réalité est une notion abstraite que je ne me sens plus maîtriser.

« E'ie... i' 'aut 'é'e'i'r E'i'e... »

C'est son visage qui s'imprime, se grave sur une rétine qu'il n'avait jamais quitté, c'est son rire qui embue des yeux qui se voulaient asséchés. C'est sa voix que j'entends lorsque l'obscurité me menace à nouveau. J'ai mal. Mais une part de moi s'accroche à cette souffrance qui me terrasse. J'ai mal. Mais une part de moi dévore ce petit morceau de vie qui m'est offert. J'ai mal. Mais dans mes souvenirs, aussi flous que le reste, rayonne un soleil aux couleurs de l'automne. C'est pour elle que je dois tenir. Pour elle, et pour Lily. Je les ai déjà bien trop abandonnées.

« 'I't'... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Jeu 16 Nov - 2:10


évent : halloween
ft. everyone

Isha était déterminé à passer une bonne soirée. Bordel, Halloween était sa fête préférée après tout ! Dave semblait encore plus s’éclater que lui. Mais tout cet amusement fut de courte durée. A vrai dire, la soirée se déroula assez rapidement. En fait, elle se termina même assez tôt, pour laisser place à confusion et terreur. Il se revoyait encore en plein milieu de la rue la plus bondée d’Aster Cove en cette soirée qui se faisait de plus en plus frisquette. Il était entouré de cette même bande de copains qui le suivait partout ; au lycée comme au cinéma, comme aux meilleures parties de toutes leurs vies. Ces gars avec qui il passait la majorité de son temps, certains qui étaient présents dans sa vie depuis des années, d’autres seulement depuis son redoublement de la senior year. Tout avait été rires aux éclats et frayeurs nocturnes pour les plus jeunes en quête de friandises diverses. Enfin, ils avaient bougé chez Darwin qui était censé organiser la soirée réunissant tous les populaires, mais rapidement, Isha a pris la relève et a ramené tout le monde chez lui. Plus grande maison, plus grande réserve d’alcool, il avait tous les arguments nécessaires pour.

Malheureusement, le volume monté à fond de la musique n’empêcha pas ce cri perçant et déchirant la bonne humeur de cette nuit bien spéciale de parvenir aux oreilles de ces adolescents. Ceux qui dansaient s’arrêtaient de danser, ceux qui étaient montés à l’étage dans l’intention de faire des choses loin d’être catholiques redescendirent quelques secondes après. Dave avait lâché son verre en plein milieu de la pièce par surprise, et Isha se tenait au beau milieu de tout ce bordel, lançant des regards tantôt à ses potes, tantôt aux autres. Puis enfin, de nombreuses questions se soulevèrent les unes après les autres, la panique s’installait dans le regard des jeunes gens. Beaucoup restaient paralysés, bien trop effrayés à l’idée de ce que la nuit pourrait leur réserver s’ils osaient un pied hors de la maison, mais pas Isha. Non, lui, il tenta tout d’abord de retrouver son sang-froid. Après tout, c’était peut-être quelqu’un qui était en danger. Il échangea un énième regard avec son meilleur ami, reposa son verre de vodka sur la table avant d’attraper sa veste ornant le porte manteau et s’éclipser dehors. « Je vais jeter un coup d’œil. » Furent ses dernières paroles avant de claquer la porte après son passage.

Il chercha durant deux minutes environ l’endroit dont pouvait bien provenir le cri. Une petite foule au loin attira son attention, et il s’y précipita, courant presque à perdre haleine, l’esprit en alerte. Là, il trouva une blondinette et un homme plutôt crasseux et pratiquement recouverts de sang. Il ne le reconnut pas tout de suite. « UNE AMBULANCE !! QUE QUELQU'UN APPELLE UNE AMBULANCE, VITE !! » Il fronça les sourcils, reportant ses yeux sur la jeune femme qui se tenait là. « Vicky ! » Appela-t-il à travers la foule. Il commença à pousser doucement les gens pour qu’ils le laissent passer, arrivant à ses côtés. Elle semblait de plus en plus paniquer, et l’état de l’homme présent à ses côtés pouvait justifier cette angoisse qui montait également en son sein. Une ambulance. Ouais, appeler les urgences serait déjà une bonne idée. Isha s’accroupit quelques secondes à ses côtés, posa une main qui se voulait rassurante sur l’épaule de Victoria. Leur passé ne semblait même plus avoir la moindre importance pour le jeune homme, mais il se doutait bien que ce n’était que l’histoire de cette soirée. Reportant son regard sur l'homme, maintenant qu'il le voyait de plus près, il fut saisit. « Putain. » Mais sa surprise ne devait pas le ralentir, encore moins s'il voulait sauver Bishop. « Ne bouge pas d’ici, reste avec lui. Je me charge d’appeler les secours. » Lui annonça-t-il tout en plongeant son regard dans le sien, hochant doucement le visage.

Il se releva et se dirigea vers la foule, s’en extirpant pour reprendre le chemin de sa maison. Merde, quelle soirée. Il claqua de nouveau la porte derrière lui, oubliant presque la foule qui l’attendait déjà ici. « Qu’est-ce qu'il se passe ? » Demandait Dave d’un ton affolé. Sans s’arrêter, Isha se frayait un chemin dans sa demeure avant d’attraper le combiné du téléphone. « Walter Bishop est de retour. » La mâchoire de Dave s’était tellement baissée qu’Isha crut pendant une seconde qu’elle allait lui tomber aux pieds. Il ne l’entendit rien rajouter, alors il profita pour composer le numéro. « Putain ! » Grogna-t-il avant de reposer temporairement le téléphone, retirant sa main gantée et griffée pour la balancer plus loin dans la pièce. Il était temps qu’il abandonne Freddy Krueger et qu’il redevienne Isha Fawkes. Et là, on comptait sur lui. « Allô ? » Commença-t-il alors qu’à l’autre bout, on décrocha. « Ça va vous sembler fou. Mais on a retrouvé l’un des disparus. Walter Bishop. Je sais pas comment il a atterrit là, mais si vous ne vous dépêchez pas, cet homme risque de perdre sa vie. » L’angoisse dans sa voix traduisait bien que ce n’était pas une blague de mauvais goût. Il espérait en tout cas réellement qu’ils ne se déplacent à l’adresse qu’il leur indiqua à la suite de son appel. Reposant le téléphone, il se dirigea vers la sortie. « Tu vas où ? » Entendit-il derrière lui. « Je retourne voir Vicky. Elle est là-bas. » Dit-il sans attendre la moindre réponse. Il retourna alors là où la foule se faisait de plus en plus épaisse, se fraya de nouveau un chemin pour parvenir jusqu’à la blonde et jusqu’à Walter, et s’accroupit à ses côtés, lui jetant un regard afin de veiller qu’elle, de son côté, n’avait rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 683
Emploi : DJ sur Radio Aster Cove.
Sur ton walkman : The Smiths - Panic.
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Ven 17 Nov - 1:25


« Vicky !

Hein ? Qui venait de m'appeler ? Je relevai la tête, comme si on venait de me réveiller d'un mauvais rêve. Malheureusement ma vue était toujours troublée à cause des larmes et le pauvre Walter était toujours en train de se vider de son sang sur le pavé. Il avait essayé de parler. OH ! Il n'était pas mort ! Je sentis un poids s'enlever de mon cœur d'un coup, même si le calvaire était loin d'être fini. Mais c'était déjà ça... En tout cas, je ne comprenais toujours pas ce qu'il essayait de raconter.

- Non, non, shhh. Reste tranquille. On va venir t'aider, je te promet. Tiens bon encore un peu.

Attendez, mais c'est vrai. Quelqu'un m'avait appelé. J'avais pas rêvé, ça, nan ? Non, quelqu'un était entré dans le cercle vide que constituaient le faible corps du retrouvé, et moi-même. C'était... Freddy Krueger ? J'étais vraiment dans un rêve, en fait ? Ah super, mais j'étais pas prête de mourir deux fois ce soir. Non. C'était Isha. Isha ? Il m'avait entendue de chez lui ou il avait vu la foule ? J'espérais que ce ne soit que la deuxième option...

- Ne bouge pas d’ici, reste avec lui. Je me charge d’appeler les secours.

Quoi, je... J'avais pas vraiment compris ce qui se passait. Il avait pris le contrôle de la situation. Pas très dur à faire, vu dans l'état dans lequel Walter et moi étions. Il m'avait regardé dans les yeux, comme pour me rassurer. Et bien cette fois. Pas le regard qui fuyait rapidement dans les couloirs du lycée ces temps-ci. Moi qui pensait ne plus exister à ses yeux, il fallait une situation d'urgence ultime pour qu'on communique enfin par des procédés humains. Je mis quelques secondes à réagir, si bien qu'avant que je puisse articuler quelque chose, il était parti. Oui, c'était une situation d'urgence après tout. Il fallait qu'il parte. Mais j'avais presque l'impression que cette scène avait été inventée par mon esprit, tellement elle était irréelle.
Mais moi, je devais m'occuper du disparu. De l'ex-disparu, à ce stade. J'avais entendu dire je ne sais plus où qu'il fallait parler aux... comment on appelle ça... victimes en danger attendant des secours ? J'imagine. Et c'était vrai que maintenir son esprit à flots n'était pas une mauvaise idée.

- Quelqu'un est parti chercher des secours. Reste encore un peu, tiens bon, et ça sera bientôt fini. T'es pas tout seul !

Ma voix tremblait un peu, mais au fur et à mesure que j'essayais de rassurer Walter, j'arrivais à me calmer moi aussi. C'était quoi cette soirée... C'était vraiment en train de m'arriver ? J'alternais entre les moments de vide total et les phrases de rémission. "Courage" "Tu vas y arriver" "Pars pas d'ici" Je commençais à tout épuiser. C'était une sorte d'apnée... comme si j'essayais de le ramener sur le rivage. Qui aurait pu penser que rester accroupi à côté de quelqu'un pouvait être aussi éprouvant.
Au bout d'un moment, qui fut finalement très court quand j'y pense, je sentis une présence à côté de moi. Isha... était revenu. Vraiment ? Je pensais qu'il allait rester chez lui et peut-être... je sais pas... raviver sa fête ? Mais non, il était là, à côté de moi. Sans rien me dire, il me faisait comprendre qu'il me soutenait, j'imagine. Enfin j'espérais. J'étais trop fatiguée émotionnellement pour n'importe quelle autre connerie. J'essuyai les larmes qui restaient sur mes joues humides. J'avais arrêté de pleurer depuis que Walter avait recommencé à parler, peut-être. Je me souviens plus.

- Merci... dis-je à Isha. Je...

Merde, ma gorge se nouait. Non, pas encore. Les larmes étaient revenues, et plus fortes cette fois. C'était carrément de gros sanglots. Non, pourquoi je pleurais comme ça ? Arrête toi, Vicky, arrête toi ! J'y arrivais pas... Je me contentai de cacher mon visage entre mes bras. Putain... Le pistolet... dans un coin de ma tête je l'avais pas oublié ce connard, et il avait toujours une emprise sur moi. Comme s'il me menaçait encore, quand je savais pas qu'il était déchargé. Je voulais pas me l'admettre, mais ça m'avait fait bien plus qu'une simple petite peur.

- Je suis désolée... »

C'était tout ce que j'arrivais à dire. Désolée de craquer comme une petite merde devant lui. Je lui ai pas parlé depuis... je sais même plus, et tout ce que je trouvais à faire c'était de pleurer. Même si ça avait rien à voir avec lui. Les larmes coulaient toujours chaudement, mais j'avais réussi à retrouver l'usage de ma voix et de mes yeux, un peu, que j'étais plus obligée de plisser dans une grimace horrible. Je hoquetais quand j'essayais d'arrêter encore les larmes sur mes joues. Ah, ma tête...


HRP : Pardon, j'ai pas résisté. crying

_________________

AND I'M HEAD OVER HEELS
ANAPHORE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Sam 18 Nov - 18:52

Il voulait aborder le sujet, mettre des mots sur une crainte. Marlon, qu'est ce qu'il se passe quand on a plus besoin de nous ? Mais ça restait bloqué quelque part dans sa gorge et ça refusait de sortir. Alors Laurie s'enfonçait dans son fauteuil en buvant son coca, observant le vide et poursuivant un dialogue de sourds avec lui-même. Je sais par exemple que j'aurais toujours besoin de toi. Pas l'ombre d'un doute d'ailleurs, qu'est ce qu'il ferait sans lui ? C'était peut-être même pas tout à fait normal d'être aussi dépendant d'un autre, il n'avait jamais voulu remettre en question leur amitié et ses fondations. Après tout c’est l’une des seules bases solides dans sa vie et il n’aurait pas supporté qu’on y porte le moindre coup.

« Je crois que je traverse une crise existentielle. »

Balança-t-il sans préambule, paille suspendue près de ses lèvres, pieds croisés sur le tableau de bord.

Mais Laurie n’eut guère le temps de s’interroger plus longtemps sur ses états d’âme ce soir là. Un cri, un visage famillier, puis la foule. En quelques minutes à peine la voiture s’était retrouvée encerclée par des monstres qui ne voulaient rien loupé du spectacle. Walter Bishop. Putain. Il n’en revenait pas. Se penchant légèrement en avant, il tenta de discerner sa silhouette mais on jouait déjà du coude pour porter secours à l’assistant du shérif et à peine l’avait il aperçu qu’il avait déjà disparu derrière une dizaine de personne qui demain déclareraient sûrement avoir été les premiers sur place. L’avaient-ils libéré, bredouillait Marlon. Laurie secoua la tête, une main cramponnée sur son volant.

« J’en sais rien vieux… Je… »

Mais il ne termina pas sa phrase, passant une main sur son visage avant de racler sa gorge.

« Tu penses qu’on… Enfin qu’on devrait faire quelque chose ? »

Oui, il avait besoin de l’assentiment de Marlon avant d’entreprendre quoi que ce soit. On hurlait déjà qu’il fallait appeler une ambulance, il reconnut Isha Fawkes fendre la foule, prendre les choses en mains, scander qu’il allait appeler les secours. Un vrai héros. Et eux restaient bloqués sur la banquette de sa voiture pourrie. Putain.

« Il faut qu’on retrouve Rita. »

Voilà. Ça venait de s’imposer dans son esprit. D’ici quelques minutes cette folie deviendrait chaos et il était hors de question de prendre le risque de perdre sa petite sœur. Il aurait le soutien de son meilleur ami là-dessus, plus ils se tenaient éloignés de l’action mieux l’un comme l’autre se portaient. Il y avait un temps pour reconnaître qu’on ne pouvait guère faire avancer les choses, il était clairement incapable de gérer la réapparition de Walter et à moins de s’affoler autour de son corps en attendant les secours il ne serait d’aucune utilité. Marlon, qu'est ce qu'il se passe quand on a plus besoin de nous ? Pas maintenant. Tirant sur la manche de son comparse pour le motiver à s’éloigner coûte que coûte quand ils sortirent de sa voiture, il s’extirpa de la foule qui devenait de plus en plus dense.

« Non mais putain, éloignez-vous, laissez de la place pour que l’ambulance passe au moins ! »

S’emporta-t-il avant d’accélérer le pas dés que ce fut possible. À quelques mètres, il reconnut Aaron, accompagné de quelques lycéens qu’ils n’auraient pas tous su nommer, sans répondre à leurs regards interrogateurs, il questionna directement son cousin.

« Est-ce que tu as vu Rita ? »
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Dim 19 Nov - 13:08

Egale à elle-même, ma mère comatait devant la télévision en ce début de soirée d’halloween. Une cigarette à la main, ni coiffée, ni habillée, elle n’était plus que l’ombre de la magnifique et pétillante jeune femme qu’elle avait pu être. Ou plutôt que j’avais vu sur papier glacé. Elle n’avait pas toujours été aussi aigrie. Mais le souvenir d’une meilleure époque restait flou dans ma tête. Je ne me souvenais maintenant plus que de son état actuel. Une loque désagréable et revancharde que je n’arrivais pas à abandonner derrière moi alors que je n’aspirais qu’à quitter cette ville. Pourtant, j’avais l’impression d’y être cloué et que, jamais, je ne pourrais m’en sortir. J’avais de plus hautes ambitions que de mettre en valeur le physique de mes clientes en sélectionnant les tenues les plus adaptées à leur morphologie. Pas que je détestais mon métier bien au contraire. Mais travailler à mi-temps pour un salaire de misère ne faisait pas partie de mes objectifs de vie. Décidemment, je voyais bien plus grand. Il était temps que je sorte d’ici. L’air vicié de cigarette et de vieil alcool ne me réussissait pas. J’avais besoin de m’aérer l’esprit.

Je quittais donc le mobil ’home qui nous servait de maison à ma mère et à moi. Il était situé sur un terrain de caravanes, repère d’exclus et marginaux en tout genre. Pas vraiment la vie de luxe et de mondanité à laquelle ma mère avait voulu prétendre quand j’étais encore tout gamin. A trop vouloir se rapprocher du soleil, on finit par s’y bruler les ailes. C’était la leçon que j’aurai du tirer de tout cela. Et pourtant, j’essayais et j’essayais encore de me rapprocher de l’astre brillant. En quelques enjambées je retrouvais ma moto, ma fidèle compagne et femme de ma vie. D’un geste tendre, je la découvrais de la bâche qui la protégeait des intempéries de cette fin octobre avant de l’effleurer presque amoureusement et de m’installer sur la selle. Alors que je démarrais en trombe, je pouvais sentir le froid mordant sur ma peau nue. En effet, mon costume d’Halloween était une interprétation toute personnelle de Sid Vicious. Je gardais mon torse nu, simplement agrémenté de nombreux colliers de croix en tout genre. Par-dessus, une veste à inspiration vaguement militaire, des poignets de force à pics et des mitaines en cuir cloutées. Un jean noir troué ici et là et parsemé de zip à ne plus savoir qu’en faire et des rangers en cuir noir. Mes cheveux étaient de ce blond platine qui était devenu ma signature et dressés vers le ciel. Le produit miracle que j’utilisais pour qu’ils tiennent en place malgré le rythme infernal de ma bécane, je le garderai pour moi.

Alors que j’arrivais au centre des festivités habituelles d’Halloween (à savoir aux alentours de chez Fawkes), je remarquais un attroupement. A croire que tout Aster Cove s’était retrouvé là. Avisant la petite Thompson accompagnée de toute une clique d’autres jeunes filles, je fais rouler ma moto au ralenti jusqu’à elles. Puis, leur adressant mon sourire le plus charmant, celui que j’utilise toujours lorsque je veux obtenir quelque chose, je les interroge sur la cause de toute cette agitation. Les jeunes filles se mettent toutes à parler en même temps et j’ai la plus grande peine du monde à isoler l’essentiel du superflu. A grand renfort de concentration je fini par avoir une meilleure idée de ce qui se passe. Une histoire de cri, de disparu et de sang. Et bien, et bien, Halloween commençait fort cette année.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Messages : 433
Emploi : Femme à tout faire de Michael D.
Sur ton walkman : Culture Club, Indochine et la BO de Starmania
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Lun 20 Nov - 11:50




Ange aime la foule, les attroupements. Pas ceux du lycée quand tout un groupe de gros bras décident de lui casser plus qu'un ongle, mais les fourmilières d'amis qui veulent tous un peu de l'attention du coeur de l'attention. C'est d'abord Hayate, cette fameuse androgyne qui vient la saluer. Elle lui réponds par un sourire moqueur, un simple "Bonsoir, toi" en écho avec l'oubli simulé de l'asiatique. Elle ajoute même un "Joli costume" avant d'être interrompu par l'arrivé d'Aaron. Son visage s'illumine d'un sourire significatif lorsque les deux adolescents se saluent. Elle lance même un regard bourré de sous-entendus à River avant que son attention soi de nouveau perturbée. Alors qu'Aaron évoque une fête dans les environs, la musique qui provenait de la demeure des Fawkes attira son attention. Isha. Ange détourne le regard. Avec un peu de chance, s'ils s'incrustaient à cette fête, vu le monde qu'il y avait, elle ne le croiserait peut être pas ? La demoiselle n'a pas le temps d'élaborer plus de stratégie qu'un cri strident déchire l'ambiance conviviale d'Halloween pour plonger la ruelle dans l'inquiétude et la terreur. Mécaniquement, Ange mets River en arrière, fronçant les sourcils. "Je sais pas, peut être qu-" elle s'interrompt alors brutalement en voyant, le corps ensanglanté et les mouvements incertains, le visage de Walter Bishop, un des douze disparus d'Aster Cove.

A cet instant, tout semble s’accélérer. Les enfants hurlent, les gens se regroupent autour d'une blonde qui semble être cette peste de Victoria et bientôt, c'est le Roi du lycée qui viendra ajouter une touche dramatique à la situation en venant porter secours à la pauvre petite chose écrasée par un cadavre à peine vivant. Ange est trop loin pour voir le couple bercé dans cette ambiance dramatique, sans pour autant que ça la dérange, bien au contraire. Malgré cet agacement face aux deux personnes faisant partie des innombrables raisons pour lesquelles sa vie est un enfer, Ange semble étrangement fasciné par la tournure que prends les événements.  


- Bon bah le moins qu'on puisse dire, c'est que cette année, Halloween est bien plus fun !


Elle esquisse un fin sourire avant de finalement apercevoir l'ambulance appelée par Isha. Les gens commencèrent à s'écarter pour laisser les ambulanciers passer. Et alors qu'ils commençaient à embarquer Walter et contrôler son rythme cardiaque, Ange put apercevoir un instant la proximité de Victoria et Isha. Comme quoi, le soir d'Halloween, les montres n'ont aucune peine à se retrouver.


_________________
† Hey honey you could be my drug, You could be my new prescription. Too much could be an overdose. All this trash talk make me itchin'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 131
Emploi : Serveuse à l'Aster Clover
Sur ton walkman : Led Zeppelin - Immigrant Song
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Mar 21 Nov - 16:02

HALLOWEEN
event ft everyone


Halloween. Les citrouilles, les sucreries, les rires. Cette petite étincelle dans l'air, percluse d'un doux mélange de malice et de danger, cette théâtralité ambiante, cette palpitation dans les poitrines. Bonheur.

Evie avait toujours adoré Halloween. Une fête dépourvue de règles, dénuée de code, une fête de liberté où il lui était enfin permis d'être une petite furie, une sorcière sexy ou un monstre terrifiant, un élan d'aventure où nul ne jugerait jamais ses frasques. La jeune femme aimait se déguiser, aussi, aimait avec la dévotion d'un enfant, avec cette folle excitation d'ouvrir un placard en se demandant quel personnage créer de ces habits-là. C'était une formidable occasion de réveiller son âme d'artiste, son étincelle de gaminerie, et plus encore de faire ressentir à son cœur les battements si singuliers de l'amusement. On avait toujours besoin de faire la fête. Surtout elle.

Perdue dans la contemplation de son reflet, Evie secoua la tête. Hors de question. Il était hors de question qu'elle pense à quoique ce soit de négatif ce soir, surtout pas à un nom qui commençait par W et finissait par ALTY. Non. Elle ne gâcherait pas une fois de plus cette célébration si fantastique. Et si elle allait travailler ce soir, ce serait avec le plaisir de passer un bon moment et d'en être sûre.

Avec un peu de chance, elle croiserait Stef.

« Oui tiens, bonne idée Evie. Costume sexy. Sexy... Qu'est-ce que j'ai de sexy ? »

Elle avait déjà fait le coup de la momie. Au pub, ç'avait eu un certain succès, mais elle n'était pas sûre de vouloir réitérer l'expérience. Passer sa soirée à devoir resserrer ses bandelettes, à ne pas le pouvoir parfois, se résoudre à montrer un bout de fesse à des clients déjà bien trop éméchés pour assister à une telle scène sans se transformer en seigneurs des beaufs... Non, vraiment. Bien que drôle, ce déguisement resterait un bon souvenir qu'on déballe aux soirées obscures où règne une doucereuse nostalgie. Là, elle voulait marquer le coup.

Fouillant dans son armoire, elle finit par en sortir une petite robe noire ainsi qu'un grand chapeau de même couleur. Parfait. Ce soir, elle serait une sorcière séduisante. Pas cher, pas compliqué. Efficace. Ce serait suffisant. Après tout, elle n'avait pas les moyens de dépenser une fortune sur une fête annuelle.

Des collants déchirés, de hautes bottes noires et des vieilles mitaines en cuir vinrent parfaire le look. Rien d'exceptionnel, mais suffisamment sympa pour donner l'impression qu'elle avait fait un effort. C'était tout ce qu'elle demandait à sa tenue.

Glissant une cigarette entre ses lèvres, elle quitta son appartement. L'air du dehors était froid contre sa peau trop pâle, provoquant contre son échine une multitude de petits frissons. C'était fou comme l'atmosphère lui semblait chargée, tout d'un coup, comme l'ambiance semblait crépiter sous l'impulsion d'une électricité toute particulière. À croire qu'Halloween ne cesserait jamais d'exalter l'amusement.

… Oui, ce devait être de l'excitation.

Elle ouvrit la portière de sa petite bagnole pourrie sans aucune tendresse et se glissa dans le siège grinçant. Honnêtement, cette caisse lui faisait peur. Un jour, elle le sentait, elle le savait, cette voiture lui claquerait net entre les doigts. Elle survivait déjà à peine au quotidien, hennissant comme un cheval asthmatique à la moindre sollicitation, traînant des roues dans les montées, émettant une fumée noire qui devait être au moins aussi néfaste pour sa santé que son abus de cigarette... Bref, une vraie merveille.

« Allez Titine, on y va. »

L'intéressée fit de son mieux pour répondre à son injonction, haletant de toute sa pauvre carcasse en passant les premiers mètres. Evie grimaça. L'avantage, au moins, c'était qu'elle serait parfaitement crédible en vieille sorcière. Même si ce n'était pas le but.

La route était belle au crépuscule du mois d'octobre. Les feuilles arboraient les couleurs de la tombée du jour, rouges, oranges, jaunes, belles avant tout. La brise du soir ondulait sur leur robe, donnant à la silhouette des arbres des allures mystiques. La forêt par laquelle Evie aimait passer pour se rendre au travail était majestueuse. C'était même l'un de ses endroits préférés au sein de cette ville modeste dans laquelle Walty l'avait poussée à s'installer. Un endroit calme, gigantesque, Beau avec la majuscule qu'on attribue aux majestés de ce monde.

Elle s'y enfonça sans crainte aucune, désireuse au contraire de savourer le coucher du soleil au cœur de cet espace si spécial. Ni les hautes ombres qui hantaient les bois, ni la mélodie des sons alentours ne parvenaient à l'effrayer. Sa voiture, en revanche...

« Oh non... Mais c'est pas vrai ?! »

Son pneu venait de se dégonfler. Ou plutôt de se percer. Ou d'éclater. Peu importe, il était mort. Sa soirée aussi, d'ailleurs.

Le brusque déséquilibre la fit sortir de route. Le chemin cabossé acheva les dernières résistances de la pauvre auto, qui manqua de peu le tronc d'un arbre.

« Fait chier... Fait chier fait chier fait chier ! »

Evie défonça sa portière plus qu'elle ne l'ouvrit, sourcils froncés et regard revolver. Il fallait qu'elle juge des dégâts, et vite. La nuit tombait, et elle n'avait pas le temps de faire une petite balade champêtre, d'autant qu'elle n'avait pris ni veste ni lampe torche. Ce n'était vraiment pas le moment. Vraiment, vraiment pas.

Ses yeux se posèrent sur la face tordue de la voiture, plus particulièrement sur la roue dénudée qui était profondément enfoncée dans la boue. Non contente d'avoir percé son pneu, elle était donc officiellement coincée là.

« C'est pas vrai... »

Et le soir d'Halloween, en plus. Pouvait-on faire plus cliché ?

_________________

Freedom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Mer 22 Nov - 4:48


Cette fois-ci, c'était différent. Je n'étais plus en train de fuir la réalité. Elle me collait à la peau, moite putrescence aux relents glacials, lourd linceul de nuages dans un ciel chargé de regrets. J'avais bêtement recyclé mon costume de la Belle Au Bois Dormant pour le grand jour J, déjà prête pour les commentaires qu'on me lancerait. Mais j'arrivais juste pas à me mettre dans le bon ton, j'arrivais pas à gérer la surdose d'informations qui arrivait d'un coup. J'avais jamais rien vécu de grave, moi. La mort d'Amelia, que j'aidais en maths et qui était presque aussi populaire que la Triade, me donnait un goût de plomb dans la bouche. Est-ce que nous allions être les prochaines ? Je regardai les masques des slashers en vogue dans les rues qui passaient. Si y'avait vraiment un tueur en ville, n'était-ce pas le meilleur moment pour se mettre en oeuvre ? Comment faire pour le différencier ? Comment protéger les autres de ses attaques ? Mes regards furtifs analysaient tout comportement sur mon chemin, silencieuse de mots mais clairement pas de tête. Comme si le lourd ciel allait enfin nous tomber sur la tête. Et que le jugement dernier de notre ville de menteurs nous arracherait la langue une bonne fois pour toutes.

Hé-oh. Claire. Tu t'emportes.

Je pris une grande respiration. Quand le cri de Vicky résonna dans la nuit.

Je fonçai dans sa direction, affolée que mon imaginaire soit ainsi nourri alors que je m'attendais à rire de moi-même quelques heures plus tard. Je reconnaissais son timbre entre mille ; merde, on avait été presque élevées ensemble. Était-ce une blague de Mackenzie pour se venger ? Était-ce une véritable crise ?

La vue d'une agglomération de gens inquiets me trancha le souffle au fond de la gorge.

"VICK !," criai-je dans le désespoir. "Heck, Vick !? Laissez-moi passer, s'il vous plaît !"

Je me glissai du mieux que je pouvais vers l'avant et dans le pandémonium de la paranoïa. Mais j'avais des bras chétifs et la confusion n'aidait en rien. Je la reconnus toutefois un peu plus loin, et je crus un instant croiser son regard. Oubliant les rancunes scolaires quand la situation sentait le vrai danger, je me frayai un chemin jusqu'à elle.

"Tout va bien ?", m'affolai-je. "T'es blessée ?"

Puis je remarquai le corps armé d'un homme au sol. Un homme ensanglanté.
Un homme porté disparu.

"What the frick ?"

Je ne perdis pas de temps. D'oreille, je compris que l'ambulance avait été appelée, ce qui me rassura plus que je l'imaginais. Je me jetai à genoux aux côtés de Walter Bishop (!?), histoire qu'il ne crève pas avant même que les secours ne se pointent.

"Vous inquiétez pas," sortis-je plus froidement que j'en avais l'habitude. "L'avantage d'être success freak, c'est de savoir donner les premiers soins."

Position latérale de sécurité, mec. Et par pitié, nous lâche pas maintenant ou je vais paniquer pour le restant de mes jours.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
avatar
Messages : 153
Emploi : Assistant du shérif
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Mer 22 Nov - 16:19

Le ciel est un enfer où résonnent les voix. La douleur est violente, absolue, définitive. L'impression que rien ne changera jamais plus est totale, l'impression de ne pas pouvoir survivre à cette souffrance est infinie. Le froid n'aide pas, engourdit le corps mais lui donne la sensation de mourir à petit feu et les cheveux roux qui se balancent dans son esprit lui murmurent que c'est peut être ça, la mort. Penser à ceux qu'on aime, encore et encore, se rappeler à quel point ils sont importants et à quel point on aurait voulu les revoir, rien qu'une fois, rien qu'une minute, une seconde, sentir un souffle sur sa joue et une voix réconfortante au creux d'une oreille.

Oui, ce doit être ça, la mort. Ce doit être cette impression qu'en tendant les bras, l'illusion d'un visage deviendra vraie. Ce doit être cette impression qu'en se laissant partir, c'est tout contre le cœur de la personne aimée qu'on terminera. Ce doit être cette impression de ne rien pouvoir tout en étant persuadé d'être capable de tout. Alors, puisque Walter se sent capable de tout sans rien pouvoir, il décide qu'il est temps de prévenir Evie. Evie, femme de sa vie. Evie, qui compte plus que tout au monde. Evie, qui doit savoir que si, ce soir, il ne résiste pas, ce n'est pas pour l'abandonner. Mais les mots ne sortent pas, sont pâteux, élastiques, dialecte inexistant qu'il est seul à comprendre. La jeune femme blonde se penche sur lui, le fait taire en quelques mots et continue de s'inquiéter. Lui s'inquiète, mais c'est pour Elle. Lui s'inquiète, mais c'est de savoir qu'elle ne comprendra pas son absence. Lui s'inquiète, mais c'est d'imaginer Evie dévastée qui le tient en vie.

« 'E 'eux 'é'e'ir E'ie... »

Mais ses mots ne trouvent d'oreille attentive qu'auprès d'un néant menaçant, prêt à se saisir de lui pour ne plus jamais le rendre à l'existence. La jeune femme aux cheveux d'or relève les yeux plutôt qu'elle ne les baisse et observe un visage qui paraît familier à Walter sans qu'il ne remette le doigt dessus. Tous ses sens sont à la fois léthargiques et saturés, léthargiques de trop de mort et saturés de trop de vie. Tout autour de lui bat un rythme auquel il a du mal à prendre part, et c'est ce rythme qui le jette à nouveau contre les récifs de douleur qu'il ne cesse de heurter depuis ce qui lui semble être des heures. Des jours, peut-être. Ou des années...

« L'avantage d'être success freak, c'est de savoir donner les premiers soins. »

Là encore, la voix l'appelle à un souvenir un peu lointain, bien trop flou pour qu'il remette la main dessus depuis son océan de souffrance. Sa conscience murmure péniblement que c'est mieux ainsi, que la position est saine et que ses chances de survie ont été revues à la hausse mais son corps, lui, hurle à l'injustice de toutes les forces qu'il n'a pas et le fait gémir d'une douleur qu'il voudrait savoir absurde. Son regard se voile encore davantage et sa concentration s'accroche, s'accroche aux éclats de rire de sa rousse incendiaire, absente physiquement mais qui le possède pourtant entièrement. Progressivement, sans qu'il ne comprenne, les éclats de rire se muent en quelque chose de bien plus strident, qui lui scie la tête et lui crée de nouvelles douleurs. Des mains se saisissent de lui et des voix lui répètent que tout ira bien. Des visages flous se tournent vers lui, Walter croit y lire de la contrariété, et il marmonne encore qu'il faudrait prévenir Evie. Cette fois, personne ne l'entend.

Les portes se referment sur ses doutes et ses peurs, avalent ses inquiétudes et ses terreurs pour ne rien lui laisser d'autre que l'absolue certitude que personne ne préviendra Evie. S'il y a un dieu quelque part, c'est le moment de prouver son existence en lui donnant le droit de survivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 327
Emploi : professeur d'anglais/théâtre au lycée
Sur ton walkman : Rod Stewart – Sailing
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   Ven 24 Nov - 18:31

Halloween faisait partie de mes fêtes préférées. Bien après Noël bien sur ! Vu que c'était le jour où le divin enfant que j'étais avait vu le jour. C'était drôle que mes paroles n'aient pas eu l'idée de m'appeler Jésus d'ailleurs. Bartholomew faisait surement plus classe à leurs yeux. J'aimais Halloween, parce que c'était le seul jour où je pouvais manger des bonbons sans qu'on me fasse des réflexions. J'avais quarante ans passés et non plus cinq ans, dixit mon médecin. Mais ce n'était pas mon avis. Halloween sans le porte à porte c'était comme un sapin sans son étoile accroché tout en haut. Ou une chaussure sans sa semelle. Avouer que c'était pas pratique pour marcher.
Il me fallait bien évidemment aussi un costume. J'avais hésiter entre me déguiser en fille ou en Joker. J'avais finalement opter pour le deuxième, pensant qu'il y aurait surement d'autres garçons qui sont heureux de se travestir. Il m'avait donc fallu une teinture verte pour cheveux, un costume violet et du maquillage blanc et rouge. Je m'étais attaqué à ma couleur en me levant ce matin, pour être fin prêt pour ce soir. L'heure venue j'avais enfilé mes vêtements, barbouillé mon visage de blanc et fait un joli petit sourire sur mes lèvres. Par-fait. Je n'avais plus qu'à me rendre en centre ville. Je croiserai surement mes élèves là bas. M'imaginer leur tête lorsqu'il me verrait déguiser en Joker, me faisait déjà rire. La route était un peu longue mais j'avais envie de profiter de la tombée du jour. C'était un joli spectacle sous les arbres automnales. En espérant ne pas croiser un tueur en série en chemin ou de me faire kidgnapper. C'était abominable ce qui était arrivé à ces gens et la pauvre petite Amelia Pike. La couper en deux. Qui serait assez farfelue pour ne pas trancher tout simplement tout les membres ? Ou la tuer tout court en fait. J'espérais que les disparus ne seraient pas retrouvés un jour dans le même état. J'arrivais à la forêt, admirant la cime des arbres tout en sifflotant l'air de Wake me up before you gogo. Cette chanson n'arrêtait pas de passer à la radio, restant dans la tête toute la journée. Ah tiens il y a quelqu'un là bas. Je n'étais pas le seul à avoir sorti mon costume. Visiblement une petite sorcière avait troqué son balai pour la voiture. C'était vraiment pas de chance d'avoir un accident le soir d'Halloween. Malheureusement, je n'étais pas vraiment très doué en mécanique. Je ne savais même pas planté un clou. Je ne désirai cependant pas laisser seul une demoiselle en détresse.

- Il faut toujours avoir un balai dans son coffre !  Baba-Yaga  ne vous l'a pas dit ?

Je faisais bien sur référence à la légendaire sorcière. Qui sait ? Peut être qu'elle vivait dans cette forêt et que c'était elle qui avait enlever tout ces gens et assassiner la lycéenne. Quoique, une sorcière ça transformait plutôt en crapaud non ?
M'étant suffisamment rapproché je reconnaissais Evie, si ma mémoire était bonne. Elle était serveuse à l'Aster Cove. Un endroit très sympa mais ce n'était pas dit que elle, se souvenait de moi. Je ne passais pourtant pas inaperçu mais bon. Tout le monde ne pouvait pas tomber sous mon charme hein. Elle était loin l'époque de mon adolescence où toutes les filles craquaient sur moi. Ce qui était normal, après tout j'étais l'alliage de la beauté et de l'argent. Me penchant pour voir ce qui se passait, je constatai que la voiture n'avait plus de roue entière et en plus avait fini dans un trou de boue. Je sifflais, impressionner par les dégâts. Si c'était moi, je rachèterai un véhicule tout de suite.

- Ca vous dit une balade à pied ? Vous n'avez pas vraiment le choix de toute façon

_________________
I believe in nothing
But the truth in who we are  ✽

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astercove.forumactif.com/t242-barthou-i-want-to-break-fre En ligne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Event#1 - Halloween   

Revenir en haut Aller en bas
 
Event#1 - Halloween
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» EVENT: Halloween Wedding [public]
» Event Halloween • Trick or Treat
» [Event Halloween] La fée des glaces et l'aiglon peureux
» [event halloween] Le bal des vampires
» [event halloween] Le rêve est-il la réalité déguisée, ou est-ce le contraire ? [JunHong Yoon/Bonnie Flinfletcher]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aster Cove :: Quartier Nord :: Rues-
Sauter vers: